dimanche, 11 octobre 2020
#

Le commerce existe depuis que l'homme existe : Les transactions de crédit, et seulement après la monnaie, sont le fondement de l'économie de la dette actuelle. L'homme est devenu un consommateur, puis un débiteur. La production a lieu 24 heures sur 24, les marchandises sont transportées sur toute la planète et finalement consommées. Si du sable - ou un coronavirus - entre dans les rouages, c'est l'enfer. Des industries entières sont en danger ou font faillite. Aujourd'hui, après six mois de semi-confinement, l'État est censé sauver ce qui peut l'être encore : Swiss, qui n'est plus une compagnie aérienne suisse, le travail à court terme pour l'industrie et l'espoir d'un soutien supplémentaire. De nombreuses entreprises, telles que Sulzer ou Schindler, ont déjà annoncé des licenciements en raison de la baisse de leurs bénéfices, d'autres déplacent leur production vers des pays à bas salaires. Les quelque 200 000 employés en situation de travail précaire, comme le travail temporaire et le travail sur appel, par exemple dans la restauration, l'hôtellerie et le nettoyage, sont durement touchés.

L'horloge mondiale tourne soudainement différemment. Prenez la voiture ou le nouveau tracteur comme exemple. Le précédent ne pourrait-il pas facilement rester en service pendant dix ans encore ? Et si tout le monde reportait l'achat ? Désastre ! De nombreux emplois seraient perdus en un clin d’oeil. Autre exemple : la population suisse ne veut pas manger plus de fromage. La production est plus que suffisante et, en outre, une grande partie du fromage arrive en Suisse en provenance de l'UE, de sorte que nous exportons les excédents. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'Union suisse des paysans intervient généralement à la conclusion de chaque accord de libre-échange, car le fromage doit être "consommé" quelque part. Excusez la simplification drastique. La véritable question est de savoir comment cette surproduction malsaine dans l'agriculture se produit. Cela ne doit plus rester un tabou.

L'économie suisse est également à la recherche de nouveaux marchés de vente et de croissance, par exemple en Indonésie et dans les États du Mercosur* : servir, conquérir, pour se débarrasser des excédents. Tout comme à l'époque du colonialisme. De nouveaux continents ont été "découverts", conquis, colonisés et les populations locales réduites en esclavage. Aujourd'hui, elle se fait plus élégamment à l'aide d'accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux. Ceux-ci ne conduisent ni à plus de prospérité ni à plus de satisfaction dans les pays concernés, bien au contraire. C'est pourquoi je trouve hypocrite que le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) conclue dans ses études que l'impact écologique et économique de l'agriculture en Suisse** et dans les pays du Mercosur est faible. C'est une vision à trop court terme, car la Suisse fait partie d'un système, d'une économie mondialement compétitive, emmenée dans une spirale de croissance malsaine. C'est ce qui fait que nous sommes entraînés par ce système, qui a un impact majeur sur les personnes, l'environnement et le climat. Nous ne croyons pas aux miracles économiques, mais plutôt à une prise de position critique et déterminée contre de nouveaux accords de libre-échange.

Ulrike Minkner, Paysanne et Secrétaire d'Uniterre

* Membres à part entière du Mercosur : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay

** au sein de l'AELE : Norvège, Islande, Principauté du Liechtenstein, Suisse

jeudi, 01 octobre 2020
#

Rattrapé


Le commerce existe depuis que l'homme existe : Les transactions de crédit, et seulement après la monnaie, sont le fondement de l'économie de la dette actuelle. L'homme est devenu un consommateur, puis un débiteur. La production a lieu 24 heures sur 24, les marchandises sont transportées sur toute la planète et finalement consommées. Si du sable - ou un coronavirus - entre dans les rouages, c'est l'enfer. Des industries entières sont en danger ou font faillite. Aujourd'hui, après six mois de semi-confinement, l'État est censé sauver ce qui peut l'être encore : Swiss, qui n'est plus une compagnie aérienne suisse, le travail à court terme pour l'industrie et l'espoir d'un soutien supplémentaire. De nombreuses entreprises, telles que Sulzer ou Schindler, ont déjà annoncé des licenciements en raison de la baisse de leurs bénéfices, d'autres déplacent leur production vers des pays à bas salaires. Les quelque 200 000 employés en situation de travail précaire, comme le travail temporaire et le travail sur appel, par exemple dans la restauration, l'hôtellerie et le nettoyage, sont durement touchés.

L'horloge mondiale tourne soudainement différemment. Prenez la voiture ou le nouveau tracteur comme exemple. Le précédent ne pourrait-il pas facilement rester en service pendant dix ans encore ? Et si tout le monde reportait l'achat ? Désastre ! De nombreux emplois seraient perdus en un clin d’oeil. Autre exemple : la population suisse ne veut pas manger plus de fromage. La production est plus que suffisante et, en outre, une grande partie du fromage arrive en Suisse en provenance de l'UE, de sorte que nous exportons les excédents. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'Union suisse des paysans intervient généralement à la conclusion de chaque accord de libre-échange, car le fromage doit être "consommé" quelque part. Excusez la simplification drastique. La véritable question est de savoir comment cette surproduction malsaine dans l'agriculture se produit. Cela ne doit plus rester un tabou.

L'économie suisse est également à la recherche de nouveaux marchés de vente et de croissance, par exemple en Indonésie et dans les États du Mercosur* : servir, conquérir, pour se débarrasser des excédents. Tout comme à l'époque du colonialisme. De nouveaux continents ont été "découverts", conquis, colonisés et les populations locales réduites en esclavage. Aujourd'hui, elle se fait plus élégamment à l'aide d'accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux. Ceux-ci ne conduisent ni à plus de prospérité ni à plus de satisfaction dans les pays concernés, bien au contraire. C'est pourquoi je trouve hypocrite que le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) conclue dans ses études que l'impact écologique et économique de l'agriculture en Suisse* et dans les pays du Mercosur est faible. C'est une vision à trop court terme, car la Suisse fait partie d'un système, d'une économie mondialement compétitive, emmenée dans une spirale de croissance malsaine. C'est ce qui fait que nous sommes entraînés par ce système, qui a un impact majeur sur les personnes, l'environnement et le climat. Nous ne croyons pas aux miracles économiques, mais plutôt à une prise de position critique et déterminée contre de nouveaux accords de libre-échange.

* Membres à part entière du Mercosur : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay

* Au sein de l'AELE : Norvège, Islande, Principauté du Liechtenstein, Suisse

Ulrike Minkner, paysanne et secrétaire d'Uniterre

mardi, 21 juillet 2020
#

Un appel à la raison

En avril, nous avons interpellé le Conseiller fédéral Guy Parmelin dans une lettre ouverte où nous dénoncions les aberrations des décisions récentes concernant les importations, de viande de bœuf et d’œufs en particulier.

En avril également, nous avons fait connaître notre totale opposition à l’importation d’un contingent de 1000 tonnes de beurre pour faire face à la pénurie annoncée sur le marché indigène, une demande formulée par l’IP lait.

En mars, nous nous sommes battus aux côtés des maraicher.ère.s pour obtenir la réouverture des marchés dans les villes, avec succès heureusement.

C’est un appel à la raison et au bon sens que nous formulons au gré de nos revendications. La crise du coronavirus révèle sans ambiguïtés nos besoins les plus primaires : être en sécurité, se nourrir, se désaltérer, conserver sa dignité humaine. Quand l’improbable se produit, et que les frontières se ferment, être autonome c’est être libre. Alors que la digitalisation nous offre sur un plateau la mondialisation à faible coût, pour une nation riche comme la nôtre, le choc fut d’autant plus frappant lorsque nous avons réalisé que nous étions bien peu de chose sans les apports de pays lointains, dont nous exploitons les ressources sans vergogne : main d’œuvre, production agricole, production de biens courants.

Sous couvert d’assurer la sécurité des citoyen.ne.s, la classe politique a réagi de façon somme toute prévisible. Faciliter les importations, c’est une réaction dans l’urgence. Fermer les marchés urbains, c’est éviter de trop réfléchir aux solutions possibles pour soutenir les producteur.rice.s. Et distribuer des milliards, parce que du temps, il en manquait peut-être, mais de l’argent, certainement pas. Tant mieux si cela a permis de sauver nos PME.

De nombreux.se,s citoyen.ne.s ont présenté cependant une réaction diamétralement différente. Ils ont osé la réflexion et la solidarité. Ils ont repris le chemin des fermes pour se nourrir localement. Ils ont confectionné des masques en tissu, avec ce qu’ils avaient à disposition. Ils se sont improvisé enseignantes. Ils ont répondu à l’appel des centres hospitaliers pour offrir un soutien bénévole aux équipes soignantes. Ils ont usé de leur talent pour témoigner de leur reconnaissance envers tous les métiers indispensables, ceux qui sont les plus mal payés aussi. Ils se sont occupés des personnes âgées ou vulnérables.

Face à l’inconnu de la crise sanitaire, la meilleure chance d’un peuple pour recouvrer ou conserver son autonomie, c’est la solidarité, le partage et l’action commune. Pour de nombreux.se.s Suisse.sse.s, ce fut d’abord une obligation. Mais dans bien des cas, cela a fini par devenir un plaisir, et donner une nouvelle saveur à la vie.

Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire Uniterre

mardi, 21 juillet 2020
#

Et après ?

Nous écrivons cet éditorial en pleine phase de confinement avec l’espoir qu’au mois de mai, tout le monde aura pris conscience notre dangereuse dépendance aux importations (aliments, combustibles, matières premières pour les entreprises et l’industrie pharmaceutique, etc.). Pour exemple, le 3 avril 2020, la Russie, premier exportateur mondial de blé, a décidé de limiter ses exportations de plusieurs variétés de céréales, dont le blé jusqu'au 30 juin. Cela prouve bien qu’en cas de pénurie, l’intérêt national prime sur tout autre.
Martina Brun écrit que la pandémie est un révélateur des faiblesses de notre système : notre dépendance aux importations subordonne la Suisse au bon vouloir et aux stratégies politiques de pays tiers, surtout en temps de crise ! La Suisse doit donc tout mettre en œuvre pour augmenter son autonomie et son autosuffisance alimentaire. Pour cela il faut une politique agricole forte qui soutienne la production nationale et les circuits courts qui sont très résilients.

Notre forêt est une richesse à préserver et valoriser! Puits de carbone très efficace, elle recèle aussi un potentiel intéressant comme bois de chauffage (augmentation de l’autonomie énergétique) et de construction. La filière du bois suisse doit être renforcée pour que les métiers liés à la forêt et au bois puissent perdurer et se développer autour d’une filière locale saine.

Nous espérons que les décideurs politiques et les acteurs économiques reconnaitront le bien-fondé des revendications pour un changement en profondeur de notre système. Des revendications qui pour certaines sont martelées depuis des décennies dans la sourde indifférence du monde économique et des gouvernements. Lors des « Assises pour une agriculture solidaire », les quelque 200 personnes présentes ces 2 jours ont témoigné de l’importance qu’elles accordent à une agriculture locale, source de liens, respectueuse de la nature et des animaux. Respectueuse des hommes et des femmes : paysan.ne.s et ouvrier.ère.s, en Suisse ou ailleurs dans le monde. Toutes et tous doivent bénéficier d’un salaire et de conditions sociales leur permettant de vivre dignement !
Ainsi, il est inadmissible que nous consommions des fruits et légumes qui cassent les prix de la production indigène et sont produits et récoltés par des ouvrier*ères sous-payés, sans assurances et sans protections. Il est inadmissible que nous consommions de la viande importée, transportée sur des milliers de kilomètres et débitée dans le pays d’origine par des travailleurs*ses à la chaîne ! En important et consommant ces produits, nous sommes co-responsables de drames humains ! Betty Wienforth relate la situation des paysan.ne.s sans terre au Brésil et leur combat pour (sur)vivre dans ce pays qui ne soutient que les grands et les riches.

Il est temps de développer un système basé sur la solidarité, l’équité, la durabilité et la responsabilité. Il est temps que tous les acteurs des filières, y compris la grande distribution, rendent des comptes sur les impacts de leurs stratégies commerciales sur les familles paysannes, les ouvriers*ères dans les champs, dans les unités de transformation, d’emballage et de frêt.

Michelle Zufferey, Secrétaire Uniterre


mardi, 28 avril 2020
#

Protection

Parlons du libre-échange. Il ne s'agit jamais de libre-échange sur un pied d'égalité ou de relations commerciales égalitaires, mais bien de faire prévaloir les énormes intérêts des multinationales et des investisseurs. Dans le cas des droits sur la propriété intellectuelle ou dans celui des semences, par exemple, ils sont très protectionnistes ; l'accord économique avec l'Indonésie ne fait pas exception. La sociologue allemande Maria Mies analyse avec justesse le contexte : "Cette inégalité croissante entre les pays et au sein de ceux-ci n'est toutefois pas fortuite, mais constitue un élément structurel nécessaire à la mondialisation néolibérale. Pour les multinationales, cette inégalité constitue un "avantage comparatif" dans leur lutte pour obtenir la main-d'œuvre la moins chère et les conditions environnementales les plus laxistes." Selon le critique de la mondialisation Noam Chomsky, contrairement au Premier Monde, le Tiers Monde est contraint de se libéraliser. Avec des conséquences dévastatrices pour les humains et l'environnement.
Une autre particularité du libre-échange est que, dans la mesure du possible, tous les processus décisionnels démocratiques sont contournés. Le libre-échange ne doit pas passer l'écueil du peuple et les négociations sont totalement opaques. Ce fut notamment le cas dans le cadre de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT, adhésion en 1966) et également pour l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995. L'accord (Suisse-Indonésie) met en avant la durabilité et le nouvel article constitutionnel (art. 104 d) met l'accent sur des "relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire". Pour la première fois, les valeurs fondamentales des Nations Unies en matière de développement durable sont inscrites dans le préambule de l'accord économique, ainsi que des dispositions sur les questions environnementales, les normes de travail et la gestion durable du secteur des huiles végétales, pour n'en citer que quelques-unes. Que de belles paroles ! Il manque des moyens pratiques de contrôle et de sanction. Nous préférons protéger notre agriculture indigène et, dans la mesure du possible, nous passer de l'huile de palme, qui détruit l'environnement en Indonésie et dont les risques pour la santé sont connus. Le comité d'Uniterre a décidé le 14 janvier 2020 de soutenir le référendum contre l'accord de libre-échange avec l'Indonésie, qui a été approuvé par le parlement le 20 décembre 2019. C'est la première fois en Suisse qu'un référendum est lancé contre un accord de libre-échange. Il ne nous reste cependant pas beaucoup de temps : le délai pour le dépôt des signature est fixé au 9 avril 2020. Signez maintenant la feuille de signature ci-jointe et renvoyez-la immédiatement.

Mathias Stalder, Uniterre Sekretär


mardi, 28 avril 2020
#

Le vent tourne…


Le 23 septembre 2019, la Coopérative du Lait équitable célébrait la mise sur le marché de la brique de lait équitable Faireswiss, ainsi que cinq fromages à pâte molle, chez Manor. Un an plus tôt, jour pour jour, nous votions sur l’initiative pour la Souveraineté alimentaire. Même si nous avons perdu la bataille en 2018, le succès immédiat du lait équitable Faireswiss – une superbe application de la souveraineté alimentaire – nous montre que les lignes sont en train de bouger !

Le 11 octobre 2019, Willy Cretigny – président de l’Association Suisse des Vignerons-Encaveurs Indépendants et membre d’Uniterre – entamait une grève de la faim pour dénoncer l’incohérence de la politique agricole qui profite essentiellement à l’importation, au détriment de la production locale dans la filière vinicole. Et ce n’est pas la seule branche de production concernée : la filière céréalière, et principalement les producteur.trice.s de blé panifiable, vit également un sale moment. L’article « Qui se fait du blé sur le pain ? » vous en dévoilera la complexité.

L’appel au secours de Willy Cretigny a débouché sur la rédaction d’un manifeste à destination des politiques, pour lequel nous avons besoin de vous ! Tout est expliqué en page X.

Le 20 octobre 2019, on assiste à la montée historique des Verts et des femmes à Berne lors des élections fédérales. Même si ce bouleversement peut effrayer ou décourager certain.ne.s d’entre nous, paysan.ne.s, nous pouvons faire en sorte que cela soit positif pour notre cause. Et nous arriverons à trouver des solutions qui nous permettront de concilier écologie, équité et production.

En ce sens, après des débats animés au sein du comité d’Uniterre, nous avons finalement pris position face aux initiatives « Pour une Suisse sans pesticides de synthèse » et « Pour une eau potable propre et une alimentation saine ».Je ne dévoilerai rien ici. Retrouvez nos arguments en page 6.

2019 arrive à sa fin. 2020 nous réserve de grands défis : la suite des discussions sur la Politique Agricole 22+, les accords de libre-échange en cours de signature, la mise en place du nouveau parlement, la votation sur les deux initiatives citées ci-dessus, pour n’en évoquer que quelques-uns.

En attendant, même s’il est encore un peu tôt pour vous le souhaiter, passez de belles fêtes de fin d’année auprès de vos familles, amis et voisins ! Nous restons à vos côtés en 2020 pour de nouvelles aventures !

Berthe Darras

mardi, 28 avril 2020
#

Que de mensonges


Qui aurait cru, il y a dix ans, que la Suisse, notre « château d’eau » serait mis à l’épreuve face aux changements climatiques, en particulier l’agriculture ? Les vagues de chaleur et les conditions climatiques changeantes exercent une forte pression sur nos paysan.ne.s. Raison de plus pour qu’Uniterre s’engage en faveur d’une agriculture durable et respectueuse du climat. C’est pourquoi nous soutenons l’alliance pour une agriculture d’avenir qui fait le pont avec le mouvement pour le climat.

Le 1er juillet 2019, les pingres de la Migros ont coupé l’herbe sous les pieds des productrices et producteurs de lait en imposant une baisse de 2,5 centimes sur le prix de base. Emmi a également suivi avec une réduction de 0,4 centime. Le 16 juillet 2019, nous avons manifesté avec d’autres organisations paysannes de base contre ces baisses devant Shoppyland Schönbühl. Werner Locher, membre d’Uniterre et porte-parole de BIG-M, écrit dans une lettre à l’adresse de la Migros : « Vous voulez montrer à vos consommateurs que vous défendez leur patrie et distribuez gratuitement des casquettes portant l’inscription « Heimatliebe » (amour de la patrie). Mais quel est l’intérêt ? Ce n’est pas de l’amour si Migros ruine précisément ceux qui jouent un rôle majeur dans la culture et le paysage de cette patrie. »

Ça me donne le vertige lorsque Balz Strasser, directeur général de Bio Suisse, dit dans un entretien avec le Bieler Tagblatt, que : « les employé.e.s des exploitations certifiées biologiques ne travaillent pas pour des salaires de misère ». Selon lui, les 2000 entreprises étrangères certifiées seraient soumises aux exigences sociales strictes de Bio Suisse. Toutefois, la réalité est différente – le salaire minimal n’est pas respecté et la représentation syndicale est muselée, comme le dénonce le syndicat de base espagnol SOC-SAT à propos de « Bio Sabor » à Almeria. Néanmoins, « Bio Sabor » ne perd pas le bourgeon. Sur le plan du commerce équitable, l’association Bio Suisse parvient également à faire des contorsions invraisemblables en imposant une réduction des prix du seigle, du blé et de l’épeautre. En dépit d’une demande croissante, la baisse des prix serait sensée sécuriser la demande. Visiblement, la stratégie d’améliorer les marges au détriment des paysan.ne.s gagne également du terrain en agriculture biologique. À l’étalage, les produits biologiques sont mis en concurrence directe avec les produits conventionnels.

Les burgers végétaliens de Beyound Meat et Impossible Foods assurent des retours de rêve à l’industrie de la viande et de l’alimentation. Ils prennent d’assaut les chaînes de supermarchés et restaurants. Les burgers à base de protéines végétales sont commercialisés comme étant propres, respectueux de l’environnement et sains.

Il ne fait aucun doute que l'industrie de la viande est en partie responsable du réchauffement climatique, mais l'élevage durable d'animaux, basé sur les herbages, est judicieux car il permet de produire de l'humus, contribue à la biodiversité et assure les revenus des exploitations en Suisse.

Mathias Stalder

mercredi, 18 septembre 2019
#

Les années qui passent sont censées apporter le progrès. Dans son sens sociétal, le progrès est une évolution de la civilisation vers un idéal. Est-ce bien ce que nous vivons actuellement ?

Ces dernières années, pour les familles paysannes, le progrès a pris un goût bien amer. La prétendue nécessité d’augmenter la taille des fermes et des troupeaux a conduit nombre d’exploitant.e.s à cesser leur activité au profit du voisin, qui, lui, s’est mis sur le dos une charge de travail encore plus lourde. Pour celles et ceux qui pensaient arriver sereinement à leur retraite, les nouvelles dispositions en matière de fiscalité agricole ont eu tôt fait de les plonger dans l’angoisse. La situation des producteurs de lait s’enlise dans un marasme savamment orchestré par ceux qui détiennent le pouvoir, à savoir les grands groupes commerciaux, et cela avec la complicité de nos dirigeants qui refusent d’intervenir, prétextant que le marché doit se réguler tout seul, à l’interne.

Pendant ce temps, les nouvelles sur le climat, la biodiversité et l’état de nos cours d’eau ont de quoi nous rendre tous prématurément gris. Tout le monde ou presque s’accorde à penser que nous devons agir, mais qui est réellement prêt à faire le premier pas ? En matière de production alimentaire, les solutions se dessinent peu à peu, et certaines options ne demandent qu’à être remises sur le devant de la scène. A cet égard, la sacro-sainte digitalisation de l’agriculture semble prête à nous offrir sur un plateau les réponses aux défis de demain. C’est en partie vrai, pour certains aspects, lorsque cela ouvre la porte à plus de précisions dans les interventions mécaniques ou chimiques. Ça ne l’est plus du tout, lorsque l’on sait que cette masse de données agricoles sera transmise à des entreprises de l’agro-alimentaire, de l’agrochimie à de grands distributeurs. Ces consortiums qui ont déjà tant de pouvoir, et qui sont également grandement responsables de la pollution à l’échelle planétaire… Ce n’est pas judicieux et c’est même dangeureux.

Il ressort surtout de ces informations que la réflexion quant à notre avenir n’est pas menée de façon globale. Elle ne prend pas suffisamment en compte les multiples liens tissés au sein de ce système complexe. Elle peut aussi mener à des raccourcis fort simplistes. L’exemple des méga-serres projetées par la Migros en Valais est très parlant : est-ce la solution idéale ? Il est vite fait d’applaudir la production locale de poivrons. Mais qu’en est-il de ce travail qui échappe aux mains paysannes pour passer dans celles qui détiennent déjà l’essentiel du marché ? Et comment appréhender les déséquilibres que cela causera dans les pays où la production de poivrons est parfaitement adaptée au climat ?

Dans ce contexte, il est crucial de garder à l’esprit ce que la Souveraineté alimentaire et la déclarations des Nations Unies sur les droits paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales peuvent nous offrir : la garantie d’une alimentation saine qui préservera nos ressources, nos animaux, et nos familles paysannes. Avec entrain, nous continuerons d’œuvrer en ce sens.

samedi, 25 mai 2019
#

Le bas de laine


Le nombre d'éleveuses et éleveurs d'ovins ne cesse de diminuer. La viande d’agneau est très populaire, mais environ la moitié de la consommation est importée. Au premier semestre 2016, ce chiffre atteignait 4035 tonnes. 60 pour cent des importations proviennent de Nouvelle-Zélande ou d'Australie. Ce sont surtout les morceaux nobles que l'on mange en Suisse. La production indigène, en revanche, est en baisse ; en 2015, elle représentait 4 415 tonnes. En Suisse, l'agneau est surtout consommé au printemps et en automne après l'alpage. Beaucoup de gens ne savent pas que la viande a aussi une saison.

Les contributions de la Confédération à la transformation de la laine, ces dernières années, ont au moins empêché que la laine ne devienne un déchet en Suisse. Aujourd'hui, ces contributions sur le recyclage font à nouveau l'objet d'un débat. Une mauvaise idée et une mauvaise nouvelle pour les nombreuses initiatives, petites et grandes, qui ont essayé avec créativité de rendre la laine populaire en tant que produit naturel suisse.

Non, les moutons ne sont pas bêtes. En troupeau, les moutons valorisent de manière idéale nos Alpes et de nombreuses petites "parcelles marginales". Ce sont des animaux attachants qui ont un lien étroit avec leur progéniture et leurs congénères.

Mais attention, il faut veiller à distinguer le vrai mouton du loup déguisé en agneau! Au risque de se mettre en péril.

L’ex-conseiller fédéral, M. Schneider-Ammann fait partie de la deuxième catégorie. Sous son apparence affable, il a néanmoins défendu une politique libérale très dure privilégiant les intérêts des compagnies suisses, reléguant l'éthique et la morale à un rang secondaire – et mêmes les voix critiques ont relevé qu’il a su redonner le sourire à l'économie suisse. Au cours de son mandat de ministre de l'Économie, M. Schneider-Ammann a conclu des accords de libre-échange avec 11 pays, dont le plus récent avec l'Indonésie. Les problèmes liés à la déforestation des forêts tropicales ont, une fois de plus, été occultés par les intérêts des entreprises (notamment agro-alimentaires, agro-chimiques). Pour M. Schneider-Amman et les lobbyistes, ces accords permettront de développer des affaires très lucratives pour la Suisse. Reste à voir aussi comment ces buts économiques pourront être conciliés avec les objectifs climatiques.

M. Guy Parmelin a repris le dossier économique à la suite de M. Schneider-Amman. Un successeur à la tête de l'Office fédéral de l'agriculture est également recherché, pour remplacer le directeur actuel, M. Lehmann. On peut changer les têtes, mais il faut plus que cela pour mettre la politique agricole sur une nouvelle voie. •

mardi, 10 juillet 2018
#

Une vision d'avenir !

Plus de 60 ans d'histoire et de combats, et le constat n'a guère évolué. Le nombre des actifs dans l'agriculture rétrécit comme peau de chagrin, des fermes sont abandonnées, des terres agglutinées à des domaines de plus en plus grands où le paysan se retrouve toujours plus isolé. Pas très réjouissant. Pourtant quelques lueurs d'espoir scintillent ici et là : le développement de la vente directe, des marchés à la ferme, des associations de producteurs et de consommateurs qui œuvrent côte à côte pour la promotion de l'agriculture contractuelle de proximité. Et puis des paysannes et paysans, jeunes et moins jeunes, qui osent le défi d'une branche de production originale, innovante, hors des sillons traditionnels, des sillons que l'agro-industrie et le libéralisme ont labourés si profondément qu'il n'y reste que de la poussière et des cailloux.

Conformément à la philosophie de la souveraineté alimentaire, osons emprunter désormais des voies nouvelles, aussi au sein de la défense professionnelle paysanne, et avec d'autres organisations. Pour défendre nos collègues paysannes et paysans, mais aussi pour prendre en compte les attentes légitimes des consommatrices et consommateurs, c'est main dans la main avec toute la population que nous devons avancer.
Petit tour d'horizon, non exhaustif, de notre projet de travail à l'horizon 2021 :

  • Faire d’Uniterre un mouvement vivant, diversifié et actif. un lieu de débats et de rapprochements.
  • Continuer le combat pour une rémunération juste aux producteur-trice-s notamment avec le projet du "lait équitable", première étape qui ouvrira, nous l'espérons, la voie à d'autres projets équitables.
  • Poursuivre notre développement outre-Sarine, où de jeunes paysan-ne-s commencent à s'impliquer avec enthousiasme.
  • Combattre l'isolement et renouer avec tous nos collègues dans les régions, en animant des Cafés paysans grâce aux sections cantonales d'Uniterre.
  • Oser se rapprocher d'ONG et d'associations avec lesquelles le contact n'a pas toujours été facile, le dialogue est une richesse à promouvoir.

La Souveraineté alimentaire porte les semences que nous souhaitons voir germer pour la naissance d'une nouvelle société. Une société plus juste, qui place l'être humain au cœur des préoccupations, qui permet d'harmoniser son développement avec celui des animaux et de son environnement.

L'humanité a connu de grands sauts dans son évolution, la découverte du feu, la découverte de l'écriture, les premiers voyages intercontinentaux, l'ère industrielle, la révolution sexuelle, l'ère digitale, pour n'en citer que quelques-uns. Et si la Souveraineté alimentaire était la nouvelle grande évolution de nos sociétés ? L'agriculture en est un pilier majeur, central, alors pourquoi ne pas commencer par là, et nous acheminer vers ce qui hier semblait impossible ?

Vous venez avec nous ? •︎


Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire d'Uniterre


>> Abonnez-vous au Journal d'Uniterre, le Journal Paysan Indépendant.

> télécharger le Journal Paysan Indépendant, édition spéciale de juillet 2018.