jeudi, 11 novembre 2021
#

70 ans : une fête ou un appel au secours pour sauver la terre ? Il y a 70 ans des producteurs éprouvaient le besoin de se regrouper pour se faire entendre sous le nom de l’Union des producteurs suisses (UPS) devenu Uniterre. Ils n’étaient pas entendus, mais le sont-ils aujourd’hui ?

Dans les années 50, crise des fruits et légumes – premières manifestations – les prix baissent – les producteurs sont étouffés par les importations. C’est le début de l’UPS.

Le combat ne faisait que commencer – l’arrivée des fermes industrielles, les scandales de la nourriture des cochons, la vache folle … Beaucoup de ces affaires avaient été prédites par les producteurs mais on les jugeait trop « paysans », trop « simplets » pour comprendre les choses. L’économie veut faire de l’argent à tout prix, on produit des farines industrielles, on économise sur les coûts de stérilisation de la nourriture des animaux et le drame éclate.

Qui paie la facture ? Toujours les producteurs ! Non seulement ils ne touchent pas un prix correct pour leurs produits mais on exige des investissements conséquents parce qu’il faut faire marcher l’économie et non parce que cela a du sens. On le voit encore aujourd’hui avec les pendillards.

Crise du lait, abandon des contingents, une nouvelle fois les producteurs passent à la caisse. Uniterre dénonce, grève du prix du lait, mais les prix ne remontent pas.

Filière après filière les prix s’effondrent. Uniterre dénonce toujours mais visiblement nos autorités agricoles ne se préoccupent pas des producteurs mais bien de l’Economie.

Uniterre propose des solutions : souveraineté alimentaire, reprise en main des filières mais ça ne passe toujours pas.

Uniterre visionnaire ? Quand Uniterre est entendu il y a des choses qui fonctionnent : Interprofession du Gruyère, lait équitable, produits du terroir, … même si souvent Uniterre doit se retirer au dernier moment pour que le projet puisse aboutir parce qu’on ne veut pas de cette étiquette.

Que demande Uniterre ? Des prix rémunérateurs qui soient justes c’est-à-dire qui couvrent les frais de production mais dégagent aussi un revenu pour le producteur. Dans ce scénario idéal les paiements directs n’auraient plus leur place.

Aujourd’hui, nous nous trouvons devant de grands choix sociétaux mais il est temps de prendre conscience que ces changements doivent tenir compte de l’expérience des producteurs dans cette sauvegarde de la terre. Pour cela il faut comprendre quelles sont les réalités du terrain et, bien entendu, avoir des prix rémunérateurs.

Visiblement pour les producteurs ce n’est que le commencement, ils doivent aussi apprendre à communiquer sur le travail qu’ils réalisent au jour le jour pour que le consom’acteur comprenne que ce travail a un coût mais qu’il offre en compensation des produits d’une qualité extraordinaire.

Pour conclure cet édito, nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont œuvré au sein d’Uniterre pour la défense des producteurs. La lutte continue.


Max Fragnière

mercredi, 18 août 2021
#

Le futur autrement

Le dicton « Après la votation, c’est comme avant la votation », est très pertinent. En effet, d’autres initiatives vont nous occuper. Par exemple, l'initiative populaire " Pas d'élevage intensif en Suisse", l'initiative "Biodiversité" ou l'initiative "Pour les glaciers".

La santé, le climat, la protection de l'environnement et des animaux ainsi que les relations commerciales internationales seront des thèmes très présents dans le futur.

C'est pourquoi le dialogue revêt une telle importance. Nous ne voulons plus vivre les mêmes conflits que lors de la dernière votation sur les deux initiatives agricoles sans pesticides de synthèse et eau propre. Que peut-on faire ? Tout d'abord, nous devons promouvoir un dialogue prospectif et large au sein d'Uniterre afin de nous comprendre et de trouver une position commune. Cela prend du temps et nécessite respect et capacité d’écoute ainsi qu’un comité fort et la coopération de toutes les sections et personnes proches d'Uniterre.

Mais comment pouvons-nous nous engager dans des débats que nous n’avons souvent pas initiés et dont nous sommes la cible ? Il est crucial pour Uniterre d'être en contact avec les mouvements les plus divers, même s'ils ne sont pas exactement dans la même ligne que nous. Nous devons renforcer nos liens avec les organisations environnementales et de développement, les mouvements citoyens pour le climat et l’agriculture. Car c'est précisément parce que ces derniers ont un parcours très différent, parce qu'ils viennent souvent d'un environnement urbain, et parce qu'ils connaissent peu nos réalités que nous devons les inviter à des discussions communes, et cela le plus tôt possible.Le mouvement pour la grève du climat (climatstrike.ch), par exemple, a élaboré 63 mesures sur l'agriculture. Il y en a beaucoup moins sur d'autres sujets comme la mobilité, la construction et l’aménagement du territoire ou l'approvisionnement en énergie. En définitive, l'agriculture est l’objet de toutes les attentions. Toutefois, nous connaissons un grand nombre de ces mesures et, bien qu'elles puissent être perçues comme radicales, elles vont dans la bonne direction. Les jeunes veulent de meilleures perspectives d'avenir et recherchent le dialogue. Nous devons donc les prendre en compte, dans la mesure du possible, sur nos propres exploitations, avec nos voisins, nos clients et au sein d’Uniterre.

Le rejet des différents projets de loi n'a pas fait disparaître les préoccupations. Dans ce numéro, plusieurs articles traitent de ces sujets. Nous vous remercions pour les textes et les lettres de lecteur et vous souhaitons à toutes et tous une bonne lecture.

Ulrike Minkner, paysanne et secrétaire d'Uniterre

samedi, 05 juin 2021
#

L’important, c’est le prix !

L’agriculture continue de faire couler beaucoup d’encre en Suisse. Au cœur de l’actualité, l’utilisation des phytosanitaires, les élevages intensifs et les importations de fourrage semblent remettre en question un modèle bien établi et provoquent le désarroi au sein du monde agricole.

A toutes ces questions, Uniterre continue d’apporter la seule réponse qui compte vraiment : des prix justes. Parce que toute peine mérite salaire, et parce qu’un produit de qualité, tel que demandé par une part toujours plus grande de la population, a un coût qu’il convient de couvrir par un prix de vente adapté. Ainsi, chacun des débats qui agitent le monde paysan trouve sa solution, en grande partie tout du moins, au travers d’un prix convenable, d’un prix équitable. On ne le dira jamais assez.

Il est demandé aux paysannes et paysans suisses de travailler sans produits phytosanitaires de synthèse? Alors il est juste que les risques de cultures et les éventuelles pertes de rendement, ainsi que la main d’œuvre supplémentaire, soient compensés par un prix plus élevé.

Il est demandé que la taille des élevages soit réduite et que les fourrages soient produits localement ? Alors il faut revaloriser la production desdits fourrages, et payer la viande et le lait issus de ces animaux avec un prix qui permet aux familles paysannes de vivre dignement.

L’on se lamente que du beurre étranger doit être importé parce que la production indigène ne suffit plus ? Dans ce cas, c’est un marché transparent qui doit permettre l’utilisation du lait dans les bons canaux et ce lait doit être écoulé à un prix équitable.

Nous voulons nous passer d’huile de palme ? Commençons déjà par valoriser nos propres productions d’oléagineux, et pas seulement par une prime de culture !

En outre, on ne peut que regretter que bien des questions agricoles soient lancées sur la place publique sans que les paysannes et paysans n’aient été consultés au préalable. Que l’on secoue le cocotier de temps à autre, c’est un mal nécessaire pour faire avancer la réflexion. Toutefois, un dialogue préalable avec le monde paysan éviterait bien des déboires et les tristes règlements de compte auxquels on peut assister sur les réseaux sociaux. Peut-on avancer et construire ensemble si l’on ne se comprend pas ? Certainement pas. En tant que membre d’une organisation comme Uniterre, on ne peut qu’espérer qu’à l’avenir, le dialogue soit mené dès le début, afin d’éviter par la suite de bien stériles débats.

Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire d'Uniterre

lundi, 22 février 2021
#

Le travail et les humains

Est-ce que tu peux en vivre ? C'est la question qu'on me pose régulièrement quand je parle de mon travail en tant que paysanne. Non, ce n'est pas possible. J'ai un petit salaire d'appoint chez Uniterre (rédaction et mise en page du journal). Ce n'est pas une exception, c’est la règle. Le rapport agricole 2020 dit à ce sujet : « Dans les régions des collines et des montagnes, le revenu réalisé hors de l'agriculture constitue une part plus importante du revenu total (34 %) que dans la région de pleine (28 %). » Conclusion : Pour de nombreuses fermes, le revenu réalisé hors de l'agriculture constitue une part importante du revenu total, à hauteur d'un tiers environ. Dans mon cas, je peux réaliser le travail pour Uniterre depuis chez moi, c'est idéal. Je n'ai pas besoin de me rendre ailleurs et en général et je peux choisir le moment qui me convient le mieux. La plupart des paysannes et des paysans n'ont pas cette chance. Iels doivent organiser leur journée à la minute près : il faut gérer les animaux, les enfants, la cuisine, les cultures, les machines, la vente directe et le travail à l'extérieur de façon à ce que tout le monde soit satisfait, sans oublier les relations au sein de la famille, celles avec les employé.e.s et les contacts sociaux en général.

J'aimerais me pencher plus particulièrement sur les femmes. Il y en a qui travaillent en dehors de la ferme et dont les revenus complètent celui de la ferme. Dans de nombreux cas, elles ont quand-même la charge du ménage et de la garde des enfants. Il y a des femmes qui ne travaillent que sur la ferme et d'autres encore qui partagent leur temps de travail. Il n'y pas de norme, mais nous avons un point commun : des journées bien remplies.

Par ailleurs, le rapport agricole confirme une autre tendance : le nombre de fermes diminue, tandis que la taille des fermes restantes s'accroît. « En 2019, la Suisse comptait au total 50 038 exploitations, soit 814 de moins que l'année précédente (-1,6 %). En 2000, il y en avait encore 70 537. » En revanche, la taille des exploitations et des machines a augmenté. Derrière ces chiffres, il y a des humains et des destins. Si les fermes s'agrandissent, alors que le nombre d’actifs diminue, cela a des conséquences. Souvent, ces fermes sont très endettées et le travail se fait dans la solitude – on ne peut pas parler de nos soucis ou du manque de perspectives avec les machines, les robots et les ordinateurs.

Au sein d'Uniterre, nous discutons beaucoup, nous organisons et critiquons, nous nous impliquons et nous formulons des demandes pour une agriculture viable et tournée vers l'avenir, pour la préservation de nos moyens de subsistance communs. Pour poursuivre notre travail, nous avons besoin de vous toutes et tous. Et nous attendons avec impatience les moments d’échanges, vos interventions créatives et votre soutien financier et intellectuel pour la nouvelle année.

Ulrike Minkner paysanne et secrétaire d’Uniterre

jeudi, 17 décembre 2020
#

La Valeur des choses

Ce journal fait écho à des conférences et ateliers qui se sont déroulés le 16 octobre dernier lors de la journée mondiale de l’alimentation. Les écueils du système agricole et alimentaire mondial et Suisse ont été mis en lumière : Tout d’abord la concentration du pouvoir aux mains de l’agroalimentaire et de la grande distribution ; le manque de transparence et l’inégale répartition des marges tout au long de la filière. Cette inégalité est renforcée par le fait que la grande distribution contrôle certaines voire toutes les étapes de transformation et de la distribution. Les faîtières négocient de grands volumes à des acheteurs qui tiennent le couteau par le manche. Il est en effet difficile d’exiger des prix plus élevés pour les paysan.ne.s lorsque que vous dépendez du bon vouloir d’un ou deux acheteurs qui de surcroit décident des volumes qu’ils sont prêts à commercialiser.
Les paysan.ne.s cultivent et/ou élèvent conformément aux réglementations, ils s’astreignent à produire selon des cahiers des charges stricts, qui soit dit en passant, posent des exigences qui contredisent la diversité du vivant : fruits, légumes et céréales standardisés, animaux devant atteindre un poids et une qualité de viande déterminés et du lait qui doit contenir des pourcentages définis de matière grasse et protéines ! Tout écart par rapport à ces critères est sanctionné par une baisse du prix au producteur.trice.

Pourtant la nature, c’est le contraire de la standardisation et de l’homogénéité. Mais c’est ce dont l’industrie a besoin et toute l’agriculture s’efforce à la satisfaire, mais à quel prix ?

Et justement, parlons de prix !

Le prix payé aux paysan.ne.s est indécent ! Il ne prend pas en compte le travail fourni ni les aléas qui influent sur la production (météo, ravageurs, etc.). Il est un frein à une transition vers une agriculture plus durable, mais surtout il nie le fait que les produits agricoles sont la base de nombreux emplois…sans produits agricoles, pas d’artisans transformateurs ! pas non plus de filières ! pas d’industrie alimentaire, pas de magasins… Le travail des paysan.ne.s permet la création et le maintien de nombreux emplois. Ce seul fait devrait parler pour des prix rémunérateurs !

Il faut une répartition équitable et transparente des bénéfices tout au long de la chaine de valeur. Un cadre doit être mis sur pied par la confédération, car selon la déclaration sur les droits des paysan.ne.s et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, la Suisse a l’obligation de tout mettre en œuvre pour renforcer la position des paysan.ne.s lors des négociations (art. 9.3) et elle doit veiller à ce que les entreprises commerciales situées sur son territoire respectent et renforcent les droits des paysan.ne.s (art. 2.5). Michelle Zufferey, Secrétaire Uniterre

jeudi, 01 octobre 2020
#

Rattrapé


Le commerce existe depuis que l'homme existe : Les transactions de crédit, et seulement après la monnaie, sont le fondement de l'économie de la dette actuelle. L'homme est devenu un consommateur, puis un débiteur. La production a lieu 24 heures sur 24, les marchandises sont transportées sur toute la planète et finalement consommées. Si du sable - ou un coronavirus - entre dans les rouages, c'est l'enfer. Des industries entières sont en danger ou font faillite. Aujourd'hui, après six mois de semi-confinement, l'État est censé sauver ce qui peut l'être encore : Swiss, qui n'est plus une compagnie aérienne suisse, le travail à court terme pour l'industrie et l'espoir d'un soutien supplémentaire. De nombreuses entreprises, telles que Sulzer ou Schindler, ont déjà annoncé des licenciements en raison de la baisse de leurs bénéfices, d'autres déplacent leur production vers des pays à bas salaires. Les quelque 200 000 employés en situation de travail précaire, comme le travail temporaire et le travail sur appel, par exemple dans la restauration, l'hôtellerie et le nettoyage, sont durement touchés.

L'horloge mondiale tourne soudainement différemment. Prenez la voiture ou le nouveau tracteur comme exemple. Le précédent ne pourrait-il pas facilement rester en service pendant dix ans encore ? Et si tout le monde reportait l'achat ? Désastre ! De nombreux emplois seraient perdus en un clin d’oeil. Autre exemple : la population suisse ne veut pas manger plus de fromage. La production est plus que suffisante et, en outre, une grande partie du fromage arrive en Suisse en provenance de l'UE, de sorte que nous exportons les excédents. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'Union suisse des paysans intervient généralement à la conclusion de chaque accord de libre-échange, car le fromage doit être "consommé" quelque part. Excusez la simplification drastique. La véritable question est de savoir comment cette surproduction malsaine dans l'agriculture se produit. Cela ne doit plus rester un tabou.

L'économie suisse est également à la recherche de nouveaux marchés de vente et de croissance, par exemple en Indonésie et dans les États du Mercosur* : servir, conquérir, pour se débarrasser des excédents. Tout comme à l'époque du colonialisme. De nouveaux continents ont été "découverts", conquis, colonisés et les populations locales réduites en esclavage. Aujourd'hui, elle se fait plus élégamment à l'aide d'accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux. Ceux-ci ne conduisent ni à plus de prospérité ni à plus de satisfaction dans les pays concernés, bien au contraire. C'est pourquoi je trouve hypocrite que le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) conclue dans ses études que l'impact écologique et économique de l'agriculture en Suisse* et dans les pays du Mercosur est faible. C'est une vision à trop court terme, car la Suisse fait partie d'un système, d'une économie mondialement compétitive, emmenée dans une spirale de croissance malsaine. C'est ce qui fait que nous sommes entraînés par ce système, qui a un impact majeur sur les personnes, l'environnement et le climat. Nous ne croyons pas aux miracles économiques, mais plutôt à une prise de position critique et déterminée contre de nouveaux accords de libre-échange.

* Membres à part entière du Mercosur : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay

* Au sein de l'AELE : Norvège, Islande, Principauté du Liechtenstein, Suisse

Ulrike Minkner, paysanne et secrétaire d'Uniterre

mardi, 21 juillet 2020
#

Un appel à la raison

En avril, nous avons interpellé le Conseiller fédéral Guy Parmelin dans une lettre ouverte où nous dénoncions les aberrations des décisions récentes concernant les importations, de viande de bœuf et d’œufs en particulier.

En avril également, nous avons fait connaître notre totale opposition à l’importation d’un contingent de 1000 tonnes de beurre pour faire face à la pénurie annoncée sur le marché indigène, une demande formulée par l’IP lait.

En mars, nous nous sommes battus aux côtés des maraicher.ère.s pour obtenir la réouverture des marchés dans les villes, avec succès heureusement.

C’est un appel à la raison et au bon sens que nous formulons au gré de nos revendications. La crise du coronavirus révèle sans ambiguïtés nos besoins les plus primaires : être en sécurité, se nourrir, se désaltérer, conserver sa dignité humaine. Quand l’improbable se produit, et que les frontières se ferment, être autonome c’est être libre. Alors que la digitalisation nous offre sur un plateau la mondialisation à faible coût, pour une nation riche comme la nôtre, le choc fut d’autant plus frappant lorsque nous avons réalisé que nous étions bien peu de chose sans les apports de pays lointains, dont nous exploitons les ressources sans vergogne : main d’œuvre, production agricole, production de biens courants.

Sous couvert d’assurer la sécurité des citoyen.ne.s, la classe politique a réagi de façon somme toute prévisible. Faciliter les importations, c’est une réaction dans l’urgence. Fermer les marchés urbains, c’est éviter de trop réfléchir aux solutions possibles pour soutenir les producteur.rice.s. Et distribuer des milliards, parce que du temps, il en manquait peut-être, mais de l’argent, certainement pas. Tant mieux si cela a permis de sauver nos PME.

De nombreux.se,s citoyen.ne.s ont présenté cependant une réaction diamétralement différente. Ils ont osé la réflexion et la solidarité. Ils ont repris le chemin des fermes pour se nourrir localement. Ils ont confectionné des masques en tissu, avec ce qu’ils avaient à disposition. Ils se sont improvisé enseignantes. Ils ont répondu à l’appel des centres hospitaliers pour offrir un soutien bénévole aux équipes soignantes. Ils ont usé de leur talent pour témoigner de leur reconnaissance envers tous les métiers indispensables, ceux qui sont les plus mal payés aussi. Ils se sont occupés des personnes âgées ou vulnérables.

Face à l’inconnu de la crise sanitaire, la meilleure chance d’un peuple pour recouvrer ou conserver son autonomie, c’est la solidarité, le partage et l’action commune. Pour de nombreux.se.s Suisse.sse.s, ce fut d’abord une obligation. Mais dans bien des cas, cela a fini par devenir un plaisir, et donner une nouvelle saveur à la vie.

Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire Uniterre

mardi, 21 juillet 2020
#

Et après ?

Nous écrivons cet éditorial en pleine phase de confinement avec l’espoir qu’au mois de mai, tout le monde aura pris conscience notre dangereuse dépendance aux importations (aliments, combustibles, matières premières pour les entreprises et l’industrie pharmaceutique, etc.). Pour exemple, le 3 avril 2020, la Russie, premier exportateur mondial de blé, a décidé de limiter ses exportations de plusieurs variétés de céréales, dont le blé jusqu'au 30 juin. Cela prouve bien qu’en cas de pénurie, l’intérêt national prime sur tout autre.
Martina Brun écrit que la pandémie est un révélateur des faiblesses de notre système : notre dépendance aux importations subordonne la Suisse au bon vouloir et aux stratégies politiques de pays tiers, surtout en temps de crise ! La Suisse doit donc tout mettre en œuvre pour augmenter son autonomie et son autosuffisance alimentaire. Pour cela il faut une politique agricole forte qui soutienne la production nationale et les circuits courts qui sont très résilients.

Notre forêt est une richesse à préserver et valoriser! Puits de carbone très efficace, elle recèle aussi un potentiel intéressant comme bois de chauffage (augmentation de l’autonomie énergétique) et de construction. La filière du bois suisse doit être renforcée pour que les métiers liés à la forêt et au bois puissent perdurer et se développer autour d’une filière locale saine.

Nous espérons que les décideurs politiques et les acteurs économiques reconnaitront le bien-fondé des revendications pour un changement en profondeur de notre système. Des revendications qui pour certaines sont martelées depuis des décennies dans la sourde indifférence du monde économique et des gouvernements. Lors des « Assises pour une agriculture solidaire », les quelque 200 personnes présentes ces 2 jours ont témoigné de l’importance qu’elles accordent à une agriculture locale, source de liens, respectueuse de la nature et des animaux. Respectueuse des hommes et des femmes : paysan.ne.s et ouvrier.ère.s, en Suisse ou ailleurs dans le monde. Toutes et tous doivent bénéficier d’un salaire et de conditions sociales leur permettant de vivre dignement !
Ainsi, il est inadmissible que nous consommions des fruits et légumes qui cassent les prix de la production indigène et sont produits et récoltés par des ouvrier*ères sous-payés, sans assurances et sans protections. Il est inadmissible que nous consommions de la viande importée, transportée sur des milliers de kilomètres et débitée dans le pays d’origine par des travailleurs*ses à la chaîne ! En important et consommant ces produits, nous sommes co-responsables de drames humains ! Betty Wienforth relate la situation des paysan.ne.s sans terre au Brésil et leur combat pour (sur)vivre dans ce pays qui ne soutient que les grands et les riches.

Il est temps de développer un système basé sur la solidarité, l’équité, la durabilité et la responsabilité. Il est temps que tous les acteurs des filières, y compris la grande distribution, rendent des comptes sur les impacts de leurs stratégies commerciales sur les familles paysannes, les ouvriers*ères dans les champs, dans les unités de transformation, d’emballage et de frêt.

Michelle Zufferey, Secrétaire Uniterre


mardi, 28 avril 2020
#

Protection

Parlons du libre-échange. Il ne s'agit jamais de libre-échange sur un pied d'égalité ou de relations commerciales égalitaires, mais bien de faire prévaloir les énormes intérêts des multinationales et des investisseurs. Dans le cas des droits sur la propriété intellectuelle ou dans celui des semences, par exemple, ils sont très protectionnistes ; l'accord économique avec l'Indonésie ne fait pas exception. La sociologue allemande Maria Mies analyse avec justesse le contexte : "Cette inégalité croissante entre les pays et au sein de ceux-ci n'est toutefois pas fortuite, mais constitue un élément structurel nécessaire à la mondialisation néolibérale. Pour les multinationales, cette inégalité constitue un "avantage comparatif" dans leur lutte pour obtenir la main-d'œuvre la moins chère et les conditions environnementales les plus laxistes." Selon le critique de la mondialisation Noam Chomsky, contrairement au Premier Monde, le Tiers Monde est contraint de se libéraliser. Avec des conséquences dévastatrices pour les humains et l'environnement.
Une autre particularité du libre-échange est que, dans la mesure du possible, tous les processus décisionnels démocratiques sont contournés. Le libre-échange ne doit pas passer l'écueil du peuple et les négociations sont totalement opaques. Ce fut notamment le cas dans le cadre de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT, adhésion en 1966) et également pour l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995. L'accord (Suisse-Indonésie) met en avant la durabilité et le nouvel article constitutionnel (art. 104 d) met l'accent sur des "relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire". Pour la première fois, les valeurs fondamentales des Nations Unies en matière de développement durable sont inscrites dans le préambule de l'accord économique, ainsi que des dispositions sur les questions environnementales, les normes de travail et la gestion durable du secteur des huiles végétales, pour n'en citer que quelques-unes. Que de belles paroles ! Il manque des moyens pratiques de contrôle et de sanction. Nous préférons protéger notre agriculture indigène et, dans la mesure du possible, nous passer de l'huile de palme, qui détruit l'environnement en Indonésie et dont les risques pour la santé sont connus. Le comité d'Uniterre a décidé le 14 janvier 2020 de soutenir le référendum contre l'accord de libre-échange avec l'Indonésie, qui a été approuvé par le parlement le 20 décembre 2019. C'est la première fois en Suisse qu'un référendum est lancé contre un accord de libre-échange. Il ne nous reste cependant pas beaucoup de temps : le délai pour le dépôt des signature est fixé au 9 avril 2020. Signez maintenant la feuille de signature ci-jointe et renvoyez-la immédiatement.

Mathias Stalder, Uniterre Sekretär


mardi, 28 avril 2020
#

Le vent tourne…


Le 23 septembre 2019, la Coopérative du Lait équitable célébrait la mise sur le marché de la brique de lait équitable Faireswiss, ainsi que cinq fromages à pâte molle, chez Manor. Un an plus tôt, jour pour jour, nous votions sur l’initiative pour la Souveraineté alimentaire. Même si nous avons perdu la bataille en 2018, le succès immédiat du lait équitable Faireswiss – une superbe application de la souveraineté alimentaire – nous montre que les lignes sont en train de bouger !

Le 11 octobre 2019, Willy Cretigny – président de l’Association Suisse des Vignerons-Encaveurs Indépendants et membre d’Uniterre – entamait une grève de la faim pour dénoncer l’incohérence de la politique agricole qui profite essentiellement à l’importation, au détriment de la production locale dans la filière vinicole. Et ce n’est pas la seule branche de production concernée : la filière céréalière, et principalement les producteur.trice.s de blé panifiable, vit également un sale moment. L’article « Qui se fait du blé sur le pain ? » vous en dévoilera la complexité.

L’appel au secours de Willy Cretigny a débouché sur la rédaction d’un manifeste à destination des politiques, pour lequel nous avons besoin de vous ! Tout est expliqué en page X.

Le 20 octobre 2019, on assiste à la montée historique des Verts et des femmes à Berne lors des élections fédérales. Même si ce bouleversement peut effrayer ou décourager certain.ne.s d’entre nous, paysan.ne.s, nous pouvons faire en sorte que cela soit positif pour notre cause. Et nous arriverons à trouver des solutions qui nous permettront de concilier écologie, équité et production.

En ce sens, après des débats animés au sein du comité d’Uniterre, nous avons finalement pris position face aux initiatives « Pour une Suisse sans pesticides de synthèse » et « Pour une eau potable propre et une alimentation saine ».Je ne dévoilerai rien ici. Retrouvez nos arguments en page 6.

2019 arrive à sa fin. 2020 nous réserve de grands défis : la suite des discussions sur la Politique Agricole 22+, les accords de libre-échange en cours de signature, la mise en place du nouveau parlement, la votation sur les deux initiatives citées ci-dessus, pour n’en évoquer que quelques-uns.

En attendant, même s’il est encore un peu tôt pour vous le souhaiter, passez de belles fêtes de fin d’année auprès de vos familles, amis et voisins ! Nous restons à vos côtés en 2020 pour de nouvelles aventures !

Berthe Darras