Agenda

...agenda complet

...plus de communiqués

Editos du Journal d'Uniterre
dimanche, 11 octobre 2020
#

Le commerce existe depuis que l'homme existe : Les transactions de crédit, et seulement après la monnaie, sont le fondement de l'économie de la dette actuelle. L'homme est devenu un consommateur, puis un débiteur. La production a lieu 24 heures sur 24, les marchandises sont transportées sur toute la planète et finalement consommées. Si du sable - ou un coronavirus - entre dans les rouages, c'est l'enfer. Des industries entières sont en danger ou font faillite. Aujourd'hui, après six mois de semi-confinement, l'État est censé sauver ce qui peut l'être encore : Swiss, qui n'est plus une compagnie aérienne suisse, le travail à court terme pour l'industrie et l'espoir d'un soutien supplémentaire. De nombreuses entreprises, telles que Sulzer ou Schindler, ont déjà annoncé des licenciements en raison de la baisse de leurs bénéfices, d'autres déplacent leur production vers des pays à bas salaires. Les quelque 200 000 employés en situation de travail précaire, comme le travail temporaire et le travail sur appel, par exemple dans la restauration, l'hôtellerie et le nettoyage, sont durement touchés.

L'horloge mondiale tourne soudainement différemment. Prenez la voiture ou le nouveau tracteur comme exemple. Le précédent ne pourrait-il pas facilement rester en service pendant dix ans encore ? Et si tout le monde reportait l'achat ? Désastre ! De nombreux emplois seraient perdus en un clin d’oeil. Autre exemple : la population suisse ne veut pas manger plus de fromage. La production est plus que suffisante et, en outre, une grande partie du fromage arrive en Suisse en provenance de l'UE, de sorte que nous exportons les excédents. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'Union suisse des paysans intervient généralement à la conclusion de chaque accord de libre-échange, car le fromage doit être "consommé" quelque part. Excusez la simplification drastique. La véritable question est de savoir comment cette surproduction malsaine dans l'agriculture se produit. Cela ne doit plus rester un tabou.

L'économie suisse est également à la recherche de nouveaux marchés de vente et de croissance, par exemple en Indonésie et dans les États du Mercosur* : servir, conquérir, pour se débarrasser des excédents. Tout comme à l'époque du colonialisme. De nouveaux continents ont été "découverts", conquis, colonisés et les populations locales réduites en esclavage. Aujourd'hui, elle se fait plus élégamment à l'aide d'accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux. Ceux-ci ne conduisent ni à plus de prospérité ni à plus de satisfaction dans les pays concernés, bien au contraire. C'est pourquoi je trouve hypocrite que le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) conclue dans ses études que l'impact écologique et économique de l'agriculture en Suisse** et dans les pays du Mercosur est faible. C'est une vision à trop court terme, car la Suisse fait partie d'un système, d'une économie mondialement compétitive, emmenée dans une spirale de croissance malsaine. C'est ce qui fait que nous sommes entraînés par ce système, qui a un impact majeur sur les personnes, l'environnement et le climat. Nous ne croyons pas aux miracles économiques, mais plutôt à une prise de position critique et déterminée contre de nouveaux accords de libre-échange.

Ulrike Minkner, Paysanne et Secrétaire d'Uniterre

* Membres à part entière du Mercosur : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay

** au sein de l'AELE : Norvège, Islande, Principauté du Liechtenstein, Suisse

...éditos précédents

...plus d'articles internationaux

Uniterre - sections

...plus d'infos des sections