Agenda

...agenda complet

...plus de communiqués

Editos du Journal d'Uniterre
jeudi, 17 décembre 2020
#

La Valeur des choses

Ce journal fait écho à des conférences et ateliers qui se sont déroulés le 16 octobre dernier lors de la journée mondiale de l’alimentation. Les écueils du système agricole et alimentaire mondial et Suisse ont été mis en lumière : Tout d’abord la concentration du pouvoir aux mains de l’agroalimentaire et de la grande distribution ; le manque de transparence et l’inégale répartition des marges tout au long de la filière. Cette inégalité est renforcée par le fait que la grande distribution contrôle certaines voire toutes les étapes de transformation et de la distribution. Les faîtières négocient de grands volumes à des acheteurs qui tiennent le couteau par le manche. Il est en effet difficile d’exiger des prix plus élevés pour les paysan.ne.s lorsque que vous dépendez du bon vouloir d’un ou deux acheteurs qui de surcroit décident des volumes qu’ils sont prêts à commercialiser.
Les paysan.ne.s cultivent et/ou élèvent conformément aux réglementations, ils s’astreignent à produire selon des cahiers des charges stricts, qui soit dit en passant, posent des exigences qui contredisent la diversité du vivant : fruits, légumes et céréales standardisés, animaux devant atteindre un poids et une qualité de viande déterminés et du lait qui doit contenir des pourcentages définis de matière grasse et protéines ! Tout écart par rapport à ces critères est sanctionné par une baisse du prix au producteur.trice.

Pourtant la nature, c’est le contraire de la standardisation et de l’homogénéité. Mais c’est ce dont l’industrie a besoin et toute l’agriculture s’efforce à la satisfaire, mais à quel prix ?

Et justement, parlons de prix !

Le prix payé aux paysan.ne.s est indécent ! Il ne prend pas en compte le travail fourni ni les aléas qui influent sur la production (météo, ravageurs, etc.). Il est un frein à une transition vers une agriculture plus durable, mais surtout il nie le fait que les produits agricoles sont la base de nombreux emplois…sans produits agricoles, pas d’artisans transformateurs ! pas non plus de filières ! pas d’industrie alimentaire, pas de magasins… Le travail des paysan.ne.s permet la création et le maintien de nombreux emplois. Ce seul fait devrait parler pour des prix rémunérateurs !

Il faut une répartition équitable et transparente des bénéfices tout au long de la chaine de valeur. Un cadre doit être mis sur pied par la confédération, car selon la déclaration sur les droits des paysan.ne.s et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, la Suisse a l’obligation de tout mettre en œuvre pour renforcer la position des paysan.ne.s lors des négociations (art. 9.3) et elle doit veiller à ce que les entreprises commerciales situées sur son territoire respectent et renforcent les droits des paysan.ne.s (art. 2.5). Michelle Zufferey, Secrétaire Uniterre

...éditos précédents

...plus d'articles internationaux

Uniterre - sections

...plus d'infos des sections