lundi, 23 mars 2020
#

La ferme de Cerniévillers cherche personne/couple/famille pour travailler à la ferme à partir de l'été 2020. Expérience/intérêt dans l'agriculture, transformation à la ferme, fonctionnement en communauté.
www.cernievillers.ch
Contact: 032 952 19 19
ferme@cernievillers.ch

lundi, 23 mars 2020
vendredi, 20 mars 2020
#

Uniterre, FRACP, Agrisodu, MAPC, Grassrooted

L’utilisation du féminin est choisie à des fins de lisibilité et inclut toutes les identités de genre.

Le 17 mars, le Conseil fédéral a décidé de fermer tous les marchés jusqu’à nouvel ordre. Cette restriction a aussi réduit les possibilités de livraison des paniers de légumes aux points de livraisons habituels. Seuls sont ouverts « les magasins d'alimentation et les commerces qui proposent des denrées alimentaires et des biens nécessaires à la vie ». Il s’agit d’une inégalité de traitement et d’une aberration car les circuits courts ont un rôle prépondérant à jouer dans l’approvisionnement et la sécurité alimentaire de la population suisse. De plus, cette décision de fermeture des marchés provoque la perte d’aliments produits localement et contrevient à l’article 104 a de la constitution qui stipule que « les exploitations paysannes qui cultivent le sol » doivent être soutenues et encouragées afin de contribuer à la sécurité alimentaire du pays.

En tant que productrices, transformatrices et citoyennes, nous sommes consternées par la décision du Conseil fédéral de fermer tous les marchés. Actuellement quelque 20% des paysannes pratiquent la vente directe qui leur permet d’obtenir des prix rémunérateurs et assure à leur clientèle des produits de proximité, frais, sains, en toute transparence.

Dans cette situation de pandémie mondiale, nous nous trouvons face à un paradoxe :alors que les grandes chaînes de distribution importent des denrées alimentaires et voient leurs rayons se vider intégralement,lesstocksdenourriture produitsettransformés par les productrices localesvont s’accumulerdansleschamps,leschambresfroideset lescelliers !

La commercialisation de nourriture produite localement permettrait de compenser la demande en produits frais, de réduire la pression sur la grande distribution et de diminuer la fréquentation des grandes enseignes. Ces enseignes, qui plus est, sont confinées et permettent difficilement de se conformer aux règles sanitaires en cours.A contrario, un marché en plein air, peut être organisé de manière sûre afin d’éviter les risques de contamination.

Nous signataires de ce communiqué, nous demandons au Conseil fédéral et aux autorités cantonales de nous aider à mettre en place des mesures adaptées sur les marchés pour respecter les mesures sanitaires : espacer les stands ; recourir à du personnel supplémentaire pour gérer le service à la clientèle et éviter le contact avec les fruits et légumes et faire appel à la protection civile pour réguler le flux de personnes, etc. Nous exigeons de nos autorités un soutien actif pour que ces productrices puissent continuer l’activité de vente au marché et des mesures en faveur de la production indigène afin d’éviter le gaspillage alimentaire.

Contacts presse :

Michelle Zufferey, Uniterre – 078 640 82 50 (F/D)

Gaëlle Bigler, FRACP - 079 486 59 01 (F)

pdf

jeudi, 19 mars 2020
#

Le Corona virus est un phénomène tragique. Mais il peut aussi être un révélateur de constats qui peuvent être utilisées dans le débat actuel sur la politique agricole.

Revenons en arrière : faute d'incitations financières dans leur propre pays, de nombreuses économies, dont celle de la Suisse, ont profité des possibilités offertes par la division internationale du travail et ont externalisé en Chine la fabrication de produits importants tels que les médicaments ou les composants électroniques, etc. Au début de l'année, le monde a été surpris par l'épidémie du corona virus en Chine. Très rapidement, des villes entières ont été bouclées, puis 70 compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers et depuis la Chine. Mais le Corona virus a continué de s'étendre géographiquement. Les limitations destransports par trafic aérien, maritime et terrestre se sont étendues à d’autres pays rendant le flux de marchandises en Asie et en Europe encore plus difficile. Dans certains cas extrêmes, toutes les activités de collecte et de livraison ont été bloquées dans des régions entières. Mais ce ne sont pas seulement les transports qui ont été touchés : le Corona virus a également réduit la production de biens, même en Chine.
D'abord évoquées dans les revues spécialisées en logistique, les préoccupations quant à l’approvisionnement, une fois les stocks épuisés, en médicaments et en pièces électroniques importés jusqu’alors de Chine sont relayées auprès du grand public : quel pays peut livrer en quantité suffisante et en temps voulu ? Et cela, nous amène à nous poser la question du risque que la Chine (ou tout autre pays) n’instrumentalise cette dépendance à des fins politiques.

Même sans pouvoir prévoir l'évolution en cours, le Corona virus nous montre déjà plusieurs choses.

  • Premièrement : les chaînes logistiques internationales sont très vulnérables. Même sans guerre, elles peuvent être perturbées de manière totalement inattendue, voire même simultanément.
  • Deuxièmement, les accords commerciaux sont intéressants, mais ils sont peu utiles si les biens nécessaires ne sont pas disponibles en quantité suffisante à l'étranger.

Cela permet certainement de tirer des conclusions pour l'approvisionnement national, en particulier pour la Politique Agricole 2022+. Nous avons besoin d'une politique agricole qui:

1. ne réduit certainement pas davantage notre degré d'autosuffisance

2. crée pour nos agriculteur.trice.s une véritable incitation financière à produire en Suisse (ce qui ne va pas dans le sens des projets de réductions des paiements directs),

3. part du principe que les autres pays ne disposent pas toujours de nourriture pour nous et

4. que cette nourriture ne peut pas toujours être livrée de l'étranger sans perturbation.

L'amère vérité est que nous avons besoin d'une politique agricole suisse forte d’autant plus que nous sommes dans un monde où, malheureusement, tout ne fonctionne pas toujours !

Hermann Dür, est membre du conseil d'administration de l'Association suisse de l'industrie et de l'agriculture (SVIL) et entrepreneur. Cet article a été publié sous la forme d'une lettre au rédacteur en chef de la NZZ.

Voici 4 thèses de base sur le sujet :

LA POLITIQUE DE LA SOUVERAINETÉ COMME DIMENSION DU LIBRE-ÉCHANGE AGRICOLE

  • Le pouvoir et la souveraineté peuvent être liés aux accords de libre-échange agricole - Pourquoi ? Les denrées alimentaires de base sont indispensables et donc des biens sensibles pour toute la population. Celui qui a le pouvoir de disposer de la nourriture a le pouvoir sur les autres.
  • Si tant est que le libre-échange remplace la production agricole nationale par des importations, alors les aliments de base pourront d’autant plus mettre en gage la souveraineté de l’importateur
  • Il en ressort que plus la dépendance à l'égard des importations d'aliments de base est élevée (c'est-à-dire plus le degré d'autosuffisance est faible), plus le jeu de pouvoir international sur les denrées alimentaires sera efficace.
  • L'expérience montre que les instruments possibles d'application peuvent se traduire par:

a) la suppression effective des livraisons ou - plus probablement aujourd'hui –

b) le chantage (par le biais de listes noires, d'allusions vagues, de clauses guillotines, etc.)


Extrait de la conférence donnée par Hermann Dür au Club agricole du Parlement fédéral le 7 mars 2018.

mardi, 17 mars 2020
#

26 travailleurs de la ferme d’Almeria « Haciendas Bio » - certifiée Bio Suisse - ont récemment écrit à la direction une lettre critiquant leurs conditions de travail précaires : Contrats de journaliers licenciables sans délai, des salaires inférieurs au minimum légal, les heures supplémentaires non payées, le travail sans habits de protection dans des serres où l’on vient d’épandre du souffre, des installations sanitaires lamentables, etc. Ils ont exigé, outre des améliorations immédiates des conditions de travail, l’élection d’une commission représentant les travailleuses et les travailleurs face à la direction. La direction, à l’heure où nous rédigeons ce communiqué, n’a pas encore donné réponse. Les travailleurs ont fait appel à un organe de médiation local pour imposer des améliorations et des négociations sont en cours dans ce cadre.

Une telle situation est courante dans l’agriculture intensive à Almeria. Ce qui est déconcertant, c’est que l’on puisse la rencontrer dans des entreprises certifiées sous le sigle de Bio Suisse : Les consommatrices et consommateurs de produits bio attendent de Bio Suisse un contrôle strict des règles auxquelles doivent se conformer les entreprises certifiées à l’étranger, surtout dans des zones à risques sur le plan social comme Almeria ! Haciendas Bio n’est pas le premier cas de conflit qui secoue des entreprises certifiées Bio Suisse à Almeria. A Bio Sabor, une autre entreprise certifiée, la situation est conflictuelle depuis des années sans que les mauvaises pratiques sociales aient pu être corrigées.

Les consommatrices et consommateurs attendent que la production certifiée Bio Suisse inclut le respect tant des ressources naturelles que des ressources humaines : Il est inadmissible que Bio Suisse ne prenne pas clairement position contre la précarité du travail dans les entreprises certifiées à l’étranger et qu’elle tolère des conditions de travail, reposant sur l’asservissement et l’exploitation éhontée de la main d’œuvre maghrébine et sub-saharienne.

Que ces pratiques existent dans des entreprises certifiées Bio Suisse est un fait. Bio Suisse doit s’attaquer au problème et le résoudre ! Nous attendons d’elle un contrôle efficace des conditions de travail à Almeria et dans toutes les régions concernées en Espagne et dans d’autres pays du bassin méditerranéen d’où proviennent la majeure partie des importations de fruits et légumes, noix, noisettes et amandes, huiles, vin et autres. Les entreprises Bio en Espagne doivent rémunérer les travailleuses et travailleurs conformément aux Conventions Collectives de Travail locales et s’aligner sur le salaire minimum (SMI) augmenté récemment au niveau national par le gouvernement espagnol à savoir € 7.28 / heure. Les entreprises Bio doivent aussi faciliter l’élection de comités d’entreprise qui représentent les travailleuses et travailleurs et s’abstenir de toute mesure de représailles contre leurs représentant.e.s ainsi que contre les candidat.e.s à la représentation des travailleurs, ceci afin de permettre un dialogue social efficace.

Il en va de la crédibilité du label bourgeon !


Communiqué de Presse, 17 mars 2020

lundi, 16 mars 2020

Pour des raisons assez évidentes, l'AG d'Uniterre de ce samedi 21 mars est annulée.

Notez que, si la situation le permet d'ici là, nous décalerons probablement l'AG au vendredi 5 juin à 19h30 toujours au café le tempo, à Yverdon.

Mais nous reviendrons vers vous d'ici là pour vous confirmer ou non la date de l'AG.

lundi, 16 mars 2020

Pour des raisons assez évidentes, l'AG d'Uniterre de ce samedi 21 mars est annulée.
Notez que, si la situation le permet d'ici là, nous décalerons probablement l'AG au vendredi 5 juin à 19h30 toujours au café le tempo, à Yverdon.
Mais nous reviendrons vers vous d'ici là pour vous confirmer ou non la date de l'AG.

jeudi, 12 mars 2020
#

L’organisation paysanne Uniterre a pris connaissance de la récente décision de l’IP Lait (Interprofession Lait) de ne pas augmenter le prix indicatif du lait d’industrie pour le prochain trimestre. L’étonnement et l’indignation sont grands au sein de la Commission de lait qui s’est penché sur la situation.

Il est constaté en premier lieu que la loi du marché, normalement régie par l’offre et la demande, ne fonctionne décidemment que dans un sens. Alors que l’année laitière s’est achevée sur un volume total historiquement bas, le plus faible depuis 2007, les acheteurs et distributeurs estiment toujours qu’il n’est pas nécessaire de revaloriser la matière première. Comme toujours, les producteur.trice.s ont dû s’incliner et accepter le maintien du statut quo, à 71 centimes par kilo (pour le segment A). Rappelons en plus que ce prix n’a qu’une valeur indicative, que les acheteurs paient toujours un prix inférieur, mais que l’augmentation du prix indicatif permet en général l’augmentation du prix réalisé.

Un tapis vert mitigé

Deuxièmement, alors que l’IP lait se félicite de la mise en œuvre du standard de durabilité Tapis Vert, plusieurs producteur.trice.s ont signalé que leur acheteur avait modifié les pourcentages de lait A et B dans leur décompte de lait. Les 3 centimes de supplément promis par le Tapis Vert ne s’appliquant qu’au segment A, si le pourcentage de ce segment baisse au profit du segment B, alors les producteur.trice.s sont une nouvelle fois floués. En plus de cela, leur prix du lait moyen (incluant le segment A et B) a même baissé entre septembre 2019 et janvier 2020. Le rapport PSL sur la surveillance du prix du lait de décembre 2019 confirme cet état de fait. Un nouveau tour de passe-passe pour ne pas verser aux familles paysannes le revenu qui leur est dû. Dès lors, quelle confiance peut-on encore accorder aux représentants des producteur.trice.s siégeant à l’IP lait, puisqu’ils ne remplissent pas leur rôle ? Et bien sûr, n’oublions pas que pour les consommateur.trice.s, les prix ont augmenté !

Vive les importations de beurre !

Pour couronner le tout, l’article de l’Agri du 28 février intitulé « Des importations de beurre seront nécessaires pour combler le marché », où la FSFL (Fédération des Sociétés Fribourgeoises de Laiterie) est interviewée, nous laisse un goût très amer. Oui, tout porte à croire que nous nous dirigeons vers un risque d’ouverture de la ligne blanche, au vu des stocks de beurre qui sont quasi nuls en ce début d’année et la pénurie de matières premières qui semble nous attendre en fin d’année. Il est consternant de voir qu’aucune mention n’est faite de la nécessité d’une augmentation du prix du lait aux producteur.trice.s. Encore une fois, les Fédérations laitières ne sont-elles pas censées défendre les producteur.trice.s de lait ? Nous peinons à le croire.

La commission lait d’Uniterre demande à l’IP lait ainsi qu’à la FPSL (Fédération des Producteurs Suisses de Lait) une adaptation à la hausse du prix du lait segment A, des éclaircissements valables pour justifier l’augmentation de la proportion de segment B et une réelle application du Tapis Vert ! Si nous voulons arrêter l’hémorragie parmi nos producteur.trice.s de lait et maintenir une production de lait de centrale en Suisse, et ainsi éviter une ouverture de la ligne blanche, nous devons nous battre pour un meilleur prix du lait aux producteur.trice.s! Si une raison supplémentaire de revaloriser le prix du lait s’avère nécessaire, on rappelle que la Coopérative du Lait équitable, dont le succès initial ne se dément pas, prouve que les consommateur.trice.s suisses sont prêt.e.s à soutenir les familles paysannes.

Sources : Surveillance du prix du lait, Rapport de décembre 2019, PSL et décomptes laitiers

mardi, 10 mars 2020

Projet de manifeste en cheminement réalisé par Paul Sautebin

Il est d’usage, dans le langage courant, de parler de «notre agriculture» et il est légitime de la considérer ainsi, étant donné qu’elle se pratique sur une terre commune à tou.te.s, et qu’elle est soutenue par des fonds publics à hauteur d’un peu plus de 3 milliards de francs par année. Pourtant, il n’en n’est plus rien ! L’agriculture du pays n’est plus gouvernée par les institutions politiques mais par le diktat du marché mondialisé qui détermine ce qu’on produit, où, comment et à quel prix. Ce ne sont plus les besoins alimentaires et la santé publique mais l’industrie de transformation et de commercialisation, avide de flux de matières premières, qui « gouverne » l’agriculture. Nourrir les marchés s’est substitué à nourrir« le pays ». La politique agricole de la Confédération ne fait que limiter les effets collatéraux. Les agriculteur.trice.s sont censés produire toujours plus à moindre coût et paradoxalement garantir des prestations écologiques. Durant les trente dernières années, cette politique libérale soutenue par les fonds publics n’a pas empêché l’effondrement de la biodiversité, la dégradation des sols, l’empoisonnement de la nature, de l’air et de l’eau. 30’000 exploitations ont disparu, la tutelle bancaire s’est confirmée et une néfaste spécialisation des fermes s’est installée. Mondialement et localement, l’agriculture est devenue un champde guerre économique. Le libéralisme a introduit un climat de concurrence, de lutte pour avaler les terres des voisins asphyxiés par le marché. Le bilan de cette politique est économiquement, humainement et écologiquement catastrophique. Et si des habitant.e.s de ce pays s’investissent dans le débat agricole, même si ce n’est pas toujours très adroit,c’est bien justifié. C’est bien le monde agricole qui a tort de ne pas proposer une sortie de cette dynamique productivisme mortifère.

Parler d’auto-approvisionnement est une farce. La prétendue sécurité alimentaire du pays est un leurre. Elle repose sur l’import-export de marchés agricoles eux-mêmes liés au système financier en sursis. Nous importons 50% de notre alimentation, et plus d’un million de tonnes de fourrages, alors que nous exportons l’équivalent de 20% de la surface agricole du pays sous forme de produits laitiers. Nous exportons des produits alimentaires de «luxe » alors que nous importons des produits de moindre qualité. Dans les accords de libre-échange, l’agriculture, la santé publique, l’environnement et les droits sociaux sont sacrifiés au profit d’avantages commerciaux. L’Etat promeut une agriculture de précision à coups de millions alors que paradoxalement plus du tiers des aliments sont gaspillés entre le champ et l’assiette. La plupart des déchets sont dus aux normes imposées par la grande distribution. Cette dernière façonne les papilles des consommateur.trice.s, transforme et conditionne l’alimentation dans un but purement commercial et de marketing, cela au nom de la liberté de commerce.

Il est urgent de reconnaître que le travail en agriculture ne devrait pas se limiter à mener un troupeau ou une culture mais avant tout d’entretenir et valoriser l’écosystème agricole. Les paysan.ne.s font le pays-agricole de la société alors que l’entrepreneur est un extracteur commandité sur investissement. La revitalisation des sols agricoles est primordiale à la sécurité alimentaire et au captage du CO2 atmosphérique. La fertilité naturelle retrouvée ainsi que l’immunité, tous deux refondent une agriculture exempte de l’essentiel de la chimie. L’efficience environnementale exige aussi la remise en question du dispositif agroalimentaire d’import-export actuel du pays. Elle implique une régulation des marchés agricoles afin de décider ce qu’on veut produire, où, comment, à quel prix. C’est là l’outil qui permet une gouvernance démocratique de la société en adéquation avec la liberté consentie aux paysan.ne.s.

Le réchauffement climatique vient nous assiéger. L’urgence climatique s’est imposée. Un degré en plus aujourd’hui c’est déjà grave, le prochain est déjà prévu pour 2040 !!! L’ensemble des activités économiques est appelé à venir dans le champ de la raison démocratique de la société, alors que l’Etat et les institutions dites représentatives n’entendent rien et imposent les injonctions du marchés. L’interaction et le caractère vital que représente l’agriculture entre la nature et la société fait d’elle certainement le premier champ de la lutte effective contre le changement climatique. Les régimes politiques négationnistes l’ont compris et en font un instrument de guerre de marché et de guerre militaire.

Le champ de la citoyenneté permet de penser, de projeter et d’agir plutôt que de se morfondre et se reprocher mutuellement nos implications dans ce système destructeur. C’est l’esprit de ce manifeste en cheminement, ouvert à tous et toutes pour son élaboration.

Pistes de réflexion d’un manifeste paysan pour le climat

  1. L’agriculture qui se pratique sur le territoire commun de la société doit être libérée de la servitude de la concurrence mondialisée. Elle doit revenir sous gouvernance démocratique afin de pouvoir définir sa destinée sociale, environnementale et concélébrer les générations futures. Recouvrer l’indépendance des producteur.trice.s face aux filières de production. Renforcer la participation des associations et coopératives paysannes à l’extension de la démocratie.
  2. Produire et manger local est une attente légitime de la société tout comme des producteur.trice.s. Elle doit prévaloir sur l’import-export. Cela implique l’instauration de marchés régulés dans tous les domaines de production agricole, en rapport aux besoins alimentaire et en respectant l’écosystème, la sécurité alimentaire et la santé publique.
  3. La lutte contre le gaspillage alimentaire, qui représente plus de 30% de la production, passe par une remise en question des standards de la grande distribution et de l’industrie de transformation. Le marketing sur le dos de la nourriture doit être prohibé. La surproduction, notamment laitière, générée par les lois, doit être supprimée. Les valeurs nutritionnelles et écologiques doivent prévaloir sur la valeur marchande.
  4. Le principe de durabilité doit se départir de celui de la rentabilité pécuniaire. Au même titre, la santé publique, la justice sociale et l’égalité des droits exigent que le principe de production biologique et de conservation des sols ne devienne pas de produit de niche en rapport au revenu des consommateurs.
  5. La revitalisation de l’agriculture et des campagnes nécessite une réforme «du droit foncier rural» adaptée à cet objectif. Il doit permettre une décentralisation des terres plutôt que la centralisation. Favoriser la reprise des exploitations par des forces nouvelles
  6. La revitalisation des sols, c’est-à-dire la reconstitution de l’humus et de la fertilité organique, est essentielle et déterminante pour trouver lepotentiel de fertilité et d’immunité qui permette de systématiquement réduire les intrants chimique et l’utilisation de lourdes machines. De surcroît, il deviendrait un important puits de carbone capté dans l’atmosphère. La biomasse organique des sols doit être considérée comme un bien commun au même titre que la biodiversité, l’eau et les sous-sols, déjà inscrits comme des biens qu’on ne peut s’approprier.
  7. Une production saine nécessite de valoriser le travail vivant, de reconnaître à sa juste valeur le travail de la terre.Elle implique une revalorisation des revenus agricoles, une garantie des prix sur le marché qui devrait être assurée par la Confédération. Le droit foncier rural doit favoriser une répartition des terres et l’accès à des forces humaines nouvelles. Les salarié.e.s agricoles doivent pouvoir bénéficier d’une convention collective de travail de plein droit.
  8. Il est urgent que les fonds publics alloués à l’agriculture soient orientés pour redonner à l’agriculture locale ses missions premières: celle de nourrir la population et celle d’entretenir la pérennité de l’écosystème agricole pour les générations futures. L’agriculture et la sylviculture doivent avoir la priorité sur les dépenses militaires superflues et sur l'extension du réseau routier, ainsi que d’autres infrastructures non indispensables. Des taxes sur les négoces agroalimentaires, les fonds carbone, doivent servir cette priorité.
  9. La photosynthèse est la seul source de transformation énergétique elle doit être reconnue comme telle par l’Etat, valorisés et protégé de l’appétence infini de productivisme mercantile, bénéficier de marché régulés par des choix politique. Le travail vivant, de l’intelligence de la main doit y retrouver sa place et sa dignité. De même les animaux de ferme doivent recouvrer la dignité perdu par l’industrialisation et la standardisation ne matière première.
  10. Au présent les enjeux les plus déterminants: la signature des accords de libre-échange avec le Mercosur, l’Indonésie et les USA doivent exclure l’import-export de produits agricoles. Le projet de PA22+ doit être refusé dans sa version productiviste et libérale. Il ne fait qu’entériner la poursuite du désastre en cours sur le dos des contribuables.

Ce projet émane de réflexions entre paysans, paysannes, de jeunes de la Grève pour la Climat,du Jura et d’ailleurs.

Source : documentation OFAG

Contact possible au 032 751 26 61 ou souslesplanes@bluewin.ch


vendredi, 06 mars 2020
#

Les inscriptions pour la 20ème édition de la Semaine du Goût - du 17 au 27 Septembre 2020 - sont ouvertes!

Pour inscrire votre événement, vous pouvez vous loguer directement avec votre adresse email sur gout.ch. Il est aussi possible de s’inscrire via le formulaire papier.

Délai d'inscription: 30 avril 2020

Cette année, Franck Giovannini – Chef cuisinier du restaurant de l’Hôtel de Ville à Crissier – sera le Parrain de la Semaine du Goût. Pour la première fois, une région entière assume le rôle d'ambassadeur du goût. Heidiland, qui s'étend sur les deux cantons de Saint-Gall et des Grisons, sera la Région du Goût et proposera un riche programme d’événements gourmands.