mercredi, 02 juin 2021
#

Pour tous ceux qui n’ont pas encore eu le temps, il est encore possible d’inscrire vos événements jusqu’au vendredi 4 juin, directement sur gout.ch.

Nous sentons que la nourriture prend une place de plus en plus importante dans la vie de la population, c’est le moment d’aller à la rencontre des mangeurs!

La Semaine suisse du Goût continuera de mettre le Goût au centre de l’attention du 16 au 26 septembre 2021 dans toute la Suisse, parce que la malbouffe fait plus de dégâts que le coronavirus.

Les événements qui ont lieu entre la mi-août et la fin d’octobre peuvent faire partie du programme 2021.

Pour toute question liée à votre participation, contactez Barbara à l’adresse events@gout.ch ou par téléphone au 021 601 58 60.

Avec nos salutations gourmandes!

samedi, 29 mai 2021
#

Mon plus grand regret vis-à-vis des votations du 13 juin, est que les deux initiatives "phytos" soient votées en même temps ! Personne ne s'en aperçoit, mais c'est une catastrophe ! Les camps du 2xoui et du 2xnon, le savent très bien, mais espèrent tous deux profiter de l'amalgame. C'est totalement irresponsable ! On peut déjà dire que c'est cette confusion qui aura donné la victoire au gagnant, et la défaite au perdant, quelle que soit l’issue du scrutin.

Il faut savoir qu'il s'agit de deux projets indépendants qui n'ont pas été déposés en même temps, mais dont il a été décidé au niveau fédéral qu'ils seraient votés le même jour. Certains estiment qu'il s'agit d'une stratégie politique fumeuse pour les couler toutes les deux. C'est une hypothèse assez … raisonnable. Bien malheureusement, une grande partie de la population n'a lu de ces initiatives que le titre et a l'impression de deux textes complémentaires. Il s'agit plutôt d'initiatives qui se superposent dans leurs intentions mais qui varient grandement dans les mesures qu'elles proposent. Accepter l'une ou l'autre pourrait avoir, dans les grandes lignes, les mêmes effets sur la diminution des substances toxiques dans la nature, l'eau et les sols.

Cela revient à dire quelque chose de très important, mais dont il me semble que très peu sont conscients : en les acceptants les deux conjointement, on ne va pas doubler leurs effets. Dans les deux cas, il n’y aura plus ou moins de pesticides. En revanche, on va doubler les contraintes qui seront ensuite imposées aux agriculteurs ! Plus grave : leurs différences font qu’elles n’ont pas beaucoup de sens à être acceptées ensemble. L’une veut interdire, l’autre veut « encourager à ne pas ». Mais encourager à ne pas faire quelque chose qui est interdit : ça n’a aucun sens ni aucun intérêt. De là, si on se dit favorable à la limitation des produits phytosanitaires, je crois sincèrement qu’on devrait en réalité se demander quelle est la meilleure, et ne pas voter les deux !

C'est stratégiquement problématique, bien entendu : les initiants savent qu'en se tirant dans les pattes, ils servent les intérêts du 2xNON. Pendant ce temps, les défenseurs du 2xNON cultivent l'ambiguïté en présentant des arguments qui ne visent que l'une pour dire qu'il faut les rejeter les deux. Le glissement du pluriel au singulier est même une marque de fabrique. On voit souvent "si l'initiative est acceptée, bla bla bla" mais laquelle ?

Il faut bien comprendre que c’est un pari risqué pour les deux camps : en cristallisant l’idée que ces initiatives sont mêlées et en refusant – comme l’a fait Guy Parmelin sur Infrarouge – de désigner la « moins mauvaise », les agriculteurs du 2xNON risquent bien de se retrouver avec la totale ! De même, le 2xOUI risque bien de n’avoir rien du tout alors qu’il aurait pu montrer un visage moins « extrême » que ce qu’on lui prête.

Si vous avez déjà trouvé ce texte déjà trop long. Je vous propose de réfléchir à cette idée, et de relire les textes en ayant cela en tête. Pour ceux qui souhaitent poursuivre, je vais vous donner mon avis. Encore une fois, sans vous dire si vous devez être pour ou contre une diminution des pesticides, mais de quelle manière il serait préférable de le faire, si on veut/doit le faire.

Je ne vais pas faire durer le suspense, je pense qu'il y a en a clairement une qui est meilleure que l'autre, c'est d'ailleurs celle qui est soutenue par plusieurs organisations paysannes dont BioSuisse : "Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse".

Dans les grandes lignes, cette initiative propose que d'ici 10 ans, il ne soit plus possible d'utiliser de pesticides de synthèse dans tous domaines (agriculture, jardinage, entretien du paysage et des parcs urbains, stades de foot, etc). Il serait toujours possible d'utiliser les pesticides aujourd'hui autorisés en Bio, à savoir ceux qui existent sous forme naturelle et qui, pour la plupart, se dégradent assez bien dans les sols. Elle prévoit aussi que les denrées alimentaires ne puissent plus être importées si elles ont été produites avec des produits de synthèse. L'idée étant que les producteurs suisses ne soient pas désavantagés par rapport à leurs concurrents étrangers.

En face, l'initiative "eau potable propre" veut encourager l'abandon des mêmes pesticides de synthèse en proposant que seuls les agriculteurs qui y renoncent ne reçoivent de paiements directs de la part de la Confédération. Il faudra aussi qu'ils renoncent à l'utilisation des antibiotiques à titre préventif et devront produire la nourriture destinée à leurs animaux sur leur propre exploitation.

La première initiative vise donc un problème précis, traite tous les acteurs qui seront concernés de la même manière (pas de stigmatisation de l'agriculture) et envisage des solutions vis-à-vis de la compétitivité avec l'étranger.

La seconde a un titre qui porte sur l'eau, mais ses intentions vont dans plusieurs directions (pesticides, fourrage, antibiotiques). Elle ne prévoit rien pour palier au problème de la compétitivité avec l'étranger et vise les agriculteurs uniquement.

Selon moi, "eau propre" a deux défauts majeurs :

- Elle s'attaque à la question totalement connexe de la production de fourrage sur les exploitations, alors que, même si c'est un thème que l'on peut discuter, cela n'a pas grand-chose à voir avec les pesticides et l'eau. En gros, la plupart des agriculteurs produisent du foin ou du silo d'herbe sur leur ferme. Mais leurs animaux ont également besoin de nourriture concentrée plus riche (farine de céréales, maïs, etc) ou contenant des protéines (soja, luzerne, etc). Or ce sont là des cultures qui ne sont pas à la portée de tous : seules les exploitations de basse altitude peuvent espérer produire du maïs grain par exemple. Et produire de la protéine végétale est quelque chose de très difficile dans notre pays (on ne couvre pas les besoins indigènes). Il est donc devenu totalement banal en agriculture (bio ou non) d'acheter une partie du fourrage concentré. Bien entendu, dès lors qu'il y a un marché, il y a jeu de la concurrence, pression sur les prix et... importations. Une partie significative du fourrage concentré utilisé en Suisse provient de l'étranger. Et c'est probablement pour cette raison que l'initiative les prend pour cible. C’est une thématique qui soulève beaucoup de questions, mais qui, à mon avis, n’est que très indirectement liée aux pesticides.

- L'initiative "eau propre" emploie le levier des paiements directs pour encourager les agriculteurs à renoncer "librement" aux pesticides de synthèse. Vous ne le savez peut-être pas, mais la quasi-totalité des agriculteurs touchent de l'argent de la Confédération en échange de prestations écologiques : le fait d'entretenir le paysage, d'avoir des prairies qui favorisent la biodiversité, le fait de ne pas faucher trop tôt, et bien d'autres. Le système a connu plusieurs réformes, mais il est très important de comprendre à quoi il sert. La Suisse est un pays qui produit beaucoup de biens industriels à forte valeur ajoutée (horlogerie, machines-outils, produits pharmaceutiques, etc). Pour vendre ses produits, elle doit pouvoir accéder à des marchés étrangers. Or, elle se retrouve fatalement face à des pays dont l'économie est davantage basée sur des produits primaires. En bref, si vous voulez vendre une montre à un pays qui n'en produit pas, vous devez accepter, en échange, de vendre chez vous ses produits agricoles qui sont généralement moins chers que les vôtres : les agriculteurs suisses ne peuvent pas survivre à cette concurrence. La plupart des pays européens en ont fait les frais en s'ouvrant à la mondialisation : leur industrie et leur production primaire ont été délocalisées et l'agriculture n'y est plus possible que dans des super-exploitations industrielles. L'agriculture paysanne et familiale ont pratiquement disparu.

La Suisse, qui voyait en l'agriculture une part de son identité a décidé de subventionner ses paysans pour qu'ils puissent régater. Les paiements directs, c'est donc l'outil qui permet de vendre de la pharma et des montres sans sacrifier notre agriculture. Et c'est à cela que ça sert avant tout ! Même si des réformes parlent aujourd'hui de prestations écologiques et si des réglages fins permettent de piloter la politique agricole, il ne faut pas oublier que le nerf de la guerre se situe dans une stratégie économique vis-à-vis de l'étranger. Or c'est justement cela que je reproche à l'initiative "eau propre" : faire comme si les paiements directs étaient un levier sur lequel on pouvait appuyer à loisir en mode « on/off » pour faire pression sur les agriculteurs qui sont déjà sous pression. Non, ce levier est déjà utilisé et a déjà une fonction vitale pour les agriculteurs ! Je pense que les initiants ne comprennent pas bien ces ramifications. Autre problème : en laissant le choix aux exploitants de renoncer aux paiements directs pour continuer à utiliser des produits de synthèse, cette initiative pourrait engager une agriculture à deux vitesses et introduire sur notre sol les fameuses super-exploitations qu'on voit en Europe. On se retrouverait ainsi avec des agriculteurs qui ne répondraient à plus aucune des mesures d'incitation écologiques et qui pourraient utiliser des pesticides de synthèse avec moins de retenue qu’aujourd’hui !

Encore une fois, je ne suis pas là pour vous dire quoi voter, mais si vous êtes favorables à une diminution des pesticides de synthèse, n'oubliez pas que 2xOUI n'est pas la seule approche. 1x OUI et 1xNON est un compromis tout à fait raisonnable qui ménage les agriculteurs et atteint sensiblement les mêmes effets. Si vous êtes défavorables, pensez-y également : mettre un peu d’eau dans votre vin lorsque vous parlez à vos amis pourrait sauver les meubles !

Il y a bien sûr aussi des choses à dire à l’égard de « Suisse libre », mais je les traiterai une autre fois ! Voilà pour les considérations générales. J'aimerais encore aborder quelques arguments généraux puis je viendrai au sujet qui vous intéresse, celui des abeilles dans tout cela !


Guillaume Kaufmann, La Chaux-de-Fonds

_

Au sein d'Uniterre, nous avons lors de différents échanges, discussions et consultations internes recueillis un certain nombre de réflexions que nous aimerions rendre accessibles à nos membres et sympathisants pour nourrir le débat afin qu'il permette à notre mouvement d'encourager la transition plus que jamais nécessaire vers une agriculture paysanne valorisée et durable sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux.

vendredi, 28 mai 2021
#

La campagne « 2xNon » de la majorité du monde agricole laisse songeur ! Elle donne l’impression que tous les problèmes encaissés ces dernières décennies par les paysannes et paysans sont incarnés dans ces deux initiatives populaires. Est-ce vraiment la bonne cible, la juste question? Bien sûr nous ne sommes pas seuls responsables de la dégradation du climat, de l’effondrement de la biodiversité, de la déforestation de l’Amazonie, des transports à tout-va, du gluten, du trop de sucre et de sel et de bien d’autres choses encore. Mais nous en souffrons aussi, et nos enfants et petits-enfants n’en souffriront pas moins dans le futur. Nous n’oublions pas non plus que l’agriculture est une question de société, et pour cause nous avons tout simplement fait ce que les politiques ont commandité : l’Etat, l’industrie, les écoles d’agriculture, les grandes surfaces et le reste.

Et la santé publique est menacée par la chimie, d’accord les preuves sont là. Mais l’agriculture n’est qu’en partie responsable, et que même peu, c’est déjà trop. Mais depuis leur ferme, les producteurs la ferment ! Ce ne sont plus nos produits, ils sont industrialisés, additionnés, sujet d’actions de concurrence, de marketing à gogo par ceux-là même qui nous rémunèrent au minimum. Ils sont les champions d’un monstrueux gaspillage : 30, 40, 50%. Converti en surface agricole, en heures de travail, de pollution, de mépris, cela fait beaucoup mais ils sont dans leur droit, c’est encore vrai !

Et la santé de l’agriculture, de la campagne et de ces fermes, la santé de celles et ceux qui travaillent plus longtemps que les autres, qui s’en occupe à part les marchands d’innovation technologique? Pourquoi, dans les années quatre-vingts, a-t-on abandonné la régulation des marchés, supprimé la garantie des prix et des revenus, ouvert toujours plus les frontières, tout cela en échange de paiements directs, de concurrence effrénée ? Une politique qui saborde des centaines d’exploitations conduit autant à l’endettement qu’au découragement, anéanti les successions. Dire « 2xNon » n’est-ce pas entériner cette politique-là, celle de l’agrobusiness irresponsable ? Celle de l’Etat, le grand organisateur, censé être responsable du territoire et de la santé de tous, de la fertilité des sols, de nos rapports au monde ?

Alors où est le problème? Est-ce le contenu de ces deux initiatives ou l’orientation de la politique agricole ? Est-ce les citadins soucieux du bien-être collectif ? Est-ce les défenseurs de l’environnement qui poseraient problème ou est-ce le dispositif du libéralisme débridé qui profite à l’avidité d’une minorité ?

Si l’agriculture et l’alimentation sont en premier visées, c’est que c’est la première ligne de front existentiel pour toute la société. On ne peut pas leur reprocher car nous sommes leurs paysans, du moins on l’était avant que l’industrie et le commerce s’entremettent avec le libéralisme. Mais il n’empêche, nous sommes au front. Malheur aux contribuables s’ils sont mal servis par la politique agricole actuelle. La remettre en cause c’est peut-être le message des initiants et d’une partie des électeurs. Le 13 juin, phytos ou pas phytos, eau propre ou moins propre, les souffrances des campagnes demeureront et le bonheur de l’agro-business perdurera tant que le monde des paysannes et paysans restera sans son propre projet, sans citoyenneté audacieuse qui cherche à gagner plus tôt qu’à combattre les plus de 50% d’électeurs. C’est pourquoi pour combattre notre propre faiblesse nous voterons 2x OUI, même si nous avons des réserves à leur encontre.

Paul Sautebin, Sonvilier

_

Au sein d'Uniterre, nous avons lors de différents échanges, discussions et consultations internes recueillis un certain nombre de réflexions que nous aimerions rendre accessibles à nos membres et sympathisants pour nourrir le débat afin qu'il permette à notre mouvement d'encourager la transition plus que jamais nécessaire vers une agriculture paysanne valorisée et durable sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux.


vendredi, 28 mai 2021
#

Au sein d'Uniterre, nous avons lors de différents échanges, discussions et consultations internes recueillis un certain nombre de réflexions que nous aimerions rendre accessibles à nos membres et sympathisants pour nourrir le débat afin qu'il permette à notre mouvement d'encourager la transition plus que jamais nécessaire vers une agriculture paysanne valorisée et durable sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux.

En tant qu’association syndicale qui représente tous.tes les paysan.ne.s, nous devons accepter les différents avis des un.es et des autres. Nous devons les entendre. Ce ne sont pas les divergences d’opinion qui déchirent Uniterre ou le monde paysan, mais plutôt l’incapacité de nous écouter, de prendre en compte des positions divergentes. Le débat est sain et essentiel pour assurer la force de notre organisation. Le but de cette newsletter est de créer les bases d’une culture du dialogue au sein d’Uniterre.

Nous, paysan.ne.s, que nous soyons en faveur ou non des initiatives, nous SOMMES des paysan.ne.s, qui aimons notre métier et cherchons le maintien de l’agriculture en Suisse. Les voies pour y arriver ne sont pas toutes les mêmes. Mais celles et ceux qui ne pensent pas comme nous, ne sont pas nos ennemis, car l’amour de la terre nous réunit. Si nous n'arrivons pas à discuter entre nous, ce sont les non paysans qui prendront les décisions à notre place !

Si Uniterre veut être une force de proposition crédible, elle doit arriver à mettre tout le monde autour de la table, elle doit trouver des propositions concrètes. Et sans oublier que les consommatrices et consommateurs doivent être nos alliés, il faut donc aussi les entendre et leur expliquer...

Uniterre a adopté le "Non" à l'initiative "Eau propre" et la liberté de vote sur l'initiative "Interdiction des pesticides de synthèse" (voir prise de position). Nous rejetons très fermement l'initiative "Eau propre" puisqu'elle donne de mauvaises réponses et solutions à des vrais problèmes et questions. Elle rate totalement ses objectifs, favorise les importations et se focalise exclusivement sur l'agriculture avec des instruments de pénalisation financiers inadéquats. Ce n'est pas un hasard si "Avenir Suisse", organe de propagande ultralibéral, soutient cette initiative.

Quant à l'initiative "Interdiction des pesticides de synthèse", elle se focalise sur cette une seule thématique, tout en intégrant cependant les autres utilisateurs au sein de la société ainsi que les importations. Elle soulève toutefois de nombreuses questions du point de vue syndical sur son application dans le contexte politique actuel et le cadre d'un gouvernement et d'une majorité parlementaire qui considèrent que l'agriculture suisse manque de compétitivité ; et qui rejette la négociation et la soumission des accords commerciaux à des critères de souveraineté alimentaire (priorité à un système alimentaire local, durable et démocratique).

A lire aussi:

Non aux fausses bonnes solutions ! Des paysan.ne.s d’Uniterre qui voteront 2xNON

Le paysan un NEINSAGER ? La parole à Alexis Corthay

POURQUOI NON à « 2xNon » ? de Paul Sautebin

jeudi, 27 mai 2021
#

L'agriculture est face au mur ! La crise de l'agriculture revèle les défis de nos sociétés industrielles. Notre organisation économique et politique a un impact lourd et problématique sur la cohérence sociale et l'équilibre des écosystèmes de la planète. Il est impératif de réduire notre empreinte sur l'environnement naturel et de trouver un nouvel équilibre permettant de préserver les ressources pour les générations futures. Les initiatives sur les pesticides soumises à la votation en Suisse divisent la population et les paysan.ne.s et occultent les questions de fonds sans régler ces problèmes. Elles impliquent un report des impacts du système alimentaire sur les seul.e.s paysan.ne.s et sur des régions éloignées en dehors des frontières nationales. Les effets délétères de cette logique s'observent déjà et l'exemple de la production biologique du Sud de l'Espagne toujours plus industrielle avec ses dérives sur le plan social et technique est parlant. Les pesticides, l'utilisation excessive d'antibiotiques et la concentration spatiale de l'élevage ont un effet négatif sur la faune, sur la qualité de l'eau et sur la santé, mais qu'en est-il des polluants industriels et domestiques et les déchets dérivant de notre société de consommation ? N'y a-t-il pas là deux poids et deux mesures ?

Le commerce et l'industrie exercent une pression continue sur les prix à la production et poussent des paysan.ne.s toujours moins nombreux vers toujours plus de productivité. Et ce n'est jamais assez ! Chaque rapport agricole du gouvernement repète inlassablement que l'agriculture suisse n'est pas assez compétitive...En effet, la société et le commerce exigent toujours davantage de qualité et de critères écologiques de la part des producteurs et productrices sans remettre en cause la formation des prix et l'importance d'une juste valorisation de la production alimentaire.

Ces dernières décennies les gouvernements n'ont cessé d'encourager le démantèlement progressif de l'agriculture paysanne, la destruction quotidienne de trois fermes, la perte de dizaines de milliers de postes de travail dans l'agriculture, la spécialisation et la concentration des productions, le remplacement du travail humain par une mécanisation lourde, coûteuse et energievore.

La recherche agricole a été orientée dans cette perspective. L'avancement des connaissances agronomiques, la sélection variétale, la mécanisation et la protection phytosanitaire ont éradiqué les famines dans les pays industrialisés. Pour garantir l'approvisionnement avec une nourriture de qualité il faut agir sur la production et sur la répartition.

Les initiatives soumises actuellement au vote ne proposent pas d'encadrement du marché et sont injustes, incohérentes et contreproductives et il est dès lors important de rejeter ces deux textes. L'une est d'inspiration libérale, elle propose de transformer la retribution des services fournis par l'agriculture en outil de punition et déplace les problèmes écologiques à l'extérieur de nos frontières en appliquant un double standard entre la prodution indigène et les importations. L'autre initiative se focalise de manière dogmatique sur une technique dont les paysan.ne.s ne sont pas les auteurs, dont ils ne sont pas responsables, ni pour les autorisations de mise sur le marché, ni pour les critères d'application. L'autorisation de produits et leur analyse toxicologique sur l'environnement et la santé humaine doit dépendre de l'Office fédéral de la Santé et de l'Environnement. Les prescriptions quant à l'utilisation et l'application des produits doivent tenir compte des effets positifs et négatifs inhérents. A ce titre, il n'y a pas de différence à faire entre un produit synthétique et un produit naturel car bien qu'un produit naturel se décompose généralment plus rapidement ce qui constitue un avantage, il possède également une toxicité dont les effets doivent être analysés.

Pour Uniterre et le syndicalisme agricole il est important de défendre le concept de souveraineté alimentaire et d'agroécologie. Nous les défendons ensemble avec le mouvement paysan international La Via Campesina. Le premier concept revendique un contrôle démocratique des ressources et du marché. Le deuxième principe insère l'agriculture dans l'ensemble d'une société écologique. Ces deux initiatives avec leur réduction des problèmes à des aspects ou techniques ou en ciblant exclusivement l'agriculture sans approcher la question économique ratent définitivement leur cible, elles divisent plutôt que d'unir et empêchent par leur focalisation sur des aspects techniques l'union qui peut remettre en cause les rapports de force économiques dominants qui poussent aujourd'hui l'agriculture vers une course incessante et destructive à la compétitivité. Il faut rétablir une vérité de prix. L'instrument douanier peut y contribuer. Le crédit et les investissements doivent être orientés sur des objectifs d'intérêt commun et d'un accès aux ressources démocratisé. Les acteurs, producteurs, consommateurs et intermédiaires doivent être autonomes et capables de négocier des contrats sociaux qui permettent de fixer un prix pour une qualité donnée, un partage des risques et des bénéfices, un calendrier de livraison et une modalité de paiements d'accomptes.

Il est plus que temps d'arrêter cette folie de destruction d'une agriculture familiale diversifiée qui prend soin des ressources locales disponibles et qui approvisonne la population avec une nourriture saine et de qualité. La concentration de l'élevage en plaine dure depuis 30 ans et plus et doit cesser. L'élevage doit être prioritaire en montagne et dans les collines. La plaine doit en premier lieu servir pour les culture céréalières et végétales, les cultures de fruits, de légumes directement consommables par les humains. De toute évidence l'élevage a aussi une place en plaine, mais elle doit compléter les cultures végétales.

Manger sainement n'est pas un luxe, mais un droit auquel l'accès doit être garanti à toutes les couches de la population. On est là cependant dans le domaine d'une politique sociale, pas de la politique agricole.

_

Au sein d'Uniterre, nous avons lors de différents échanges, discussions et consultations internes recueillis un certain nombre de réflexions que nous aimerions rendre accessibles à nos membres et sympathisants pour nourrir le débat afin qu'il permette à notre mouvement d'encourager la transition plus que jamais nécessaire vers une agriculture paysanne valorisée et durable sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux.

jeudi, 27 mai 2021
#

En traversant la Suisse de Genève à Romanshorn, les champs constellés de panneaux invitant les électrices et les électeurs à voter 2 X NON on prend bien la mesure de la détermination de la profession à faire barrage aux deux initiatives les concernant ce 13 juin prochain. Ces dernières, pourtant, auraient pu représenter pour nous une opportunité de nous remettre en question dans notre façon de concevoir notre métier et à en repenser les finalités. La façon de s’arc-bouter derrière nos certitudes n’est pas de nature à faire avancer la cause de notre profession vis-à-vis de la population. L’Initiative contre l’emploi des pesticides aurait dû en toute bonne logique être l’émanation des paysans eux-mêmes. Nous connaissons depuis longtemps les revendications de la majorité des citoyennes et citoyens de ce pays d’en limiter plus strictement leur emploi voire de les supprimer totalement, nous qui connaissons mieux que personne la toxicité des produits que nous utilisons, les dégâts qu’ils sont susceptibles de faire peser sur l’environnement commun et la diversité de celui-ci. Nous avons l’opportunité de nous distancer de l’agrochimie trop contente de nous laisser porter le chapeau des dégâts occasionnés par leurs produits sur l’environnement alors qu’elle nous avait donné la garantie de son innocuité. Notre position de victimes et de co-responsabilité est particulièrement inconfortable et nous oblige aujourd’hui à choisir notre camp. Devenus des « Neinsager » sur des sujets aussi importants, au prétexte du caractère trop extrême de leur libellé, cette position en porte-à-faux risque de nous être préjudiciable pour longtemps et provoquer un dégât d’image important. Il aurait été préférable de faire alliance avec la population plutôt qu’avec la Chimie et les institutions politiques largement influencées par les milieux de l’Economie, lesquelles ne veulent pas nécessairement notre bien ! Il suffit de considérer avec quelle légèreté les décisions politiques fédérales nous mettent régulièrement au défi en nous livrant sans défense à la concurrence mondiale notamment par les accords de libre-échange.

Il est vrai que notre profession a consenti de gros efforts en matière de protection de l’environnement, (surfaces de compensation écologiques, diminution dans l’utilisation de produits antiparasitaires…) mais c’est à chaque fois sous la contrainte de mesures liées à la politique agricole et non relevant de notre initiative. Nous avons la fâcheuse tendance à penser que nous sommes seuls maîtres à bord et seuls habilités à savoir ce qui est juste et bien sur nos terres.

J’en viens à souhaiter que cette Initiative soit acceptée pour nous redonner une chance de restaurer le dialogue perdu mais cette fois, activement, et en profiter pour redéfinir la meilleure manière de se réinventer et de réinventer notre rôle et notre mission avec tous les courants circulant dans notre société et disposés à accepter ce dialogue, appuyés par les milieux de la Recherche dont on connaît les performances possibles. Cette approche il faut la considérer comme une richesse à découvrir et non comme une contrainte à subir.

A nous de montrer la pertinence d’un slogan qui nous est cher « Proches de vous les paysans ». Cela doit être plus qu’un slogan car nous recherchons surtout d’être écouté-e-s mais trop rarement de nous porter à l’écoute des autres. C’est l’alliance avec la société civile, dont c’est le droit de décider quelle agriculture elle souhaite, qui nous donnera les meilleures chances de survie plutôt que de faire confiance au seul jeu politique dont nous ne sommes la plupart du temps que les instruments. Les PA que l’on nous impose depuis bientôt 20 ans, il faut en changer les fondements et le fonctionnement pour qu’elles deviennent le résultat d’un large débat avec les paysans et toutes les organisations civiles qui se sentent concernées et non le fruit des seule-s technocrates de l’OFAG aux influences obscures.

De plus, l’offensive massive des Big Tech (1) à l’image des GAFA, dont elles se sont assurées de l’appui, tissent leur toile à grande vitesse. Elles entendent réduire à leur botte l’agriculture mondiale, par une offre subtile en temps réels, de services de tous ordres (météo, marché, traitements, conseils, banque…) mais créant une dépendance irréversible à leur système.

Il en va de notre survie de bien choisir nos alliances si nous entendons garder notre indépendance, en la mettant au service de la communauté.

Un Oui à cette Initiative pourrait permettre une refonte totale et une remise à plat de la conception actuelle qu’ont nos Autorités quant au rôle de l’Agriculture dans notre société, un rôle à concevoir comme un maillon essentiel du bien-être commun, à sa capacité de produire une alimentation saine et à la manière de la préserver à long terme en la soustrayant à tous les marchandages politico-économiques et en renforçant le tissu social paysan dans toutes les campagnes de notre pays. Cette redéfinition ne saurait avoir lieu sans le consentement de ceux à qui elle est destinée et de nous, paysannes et paysans qui aurons charge de la promouvoir mais avec la garantie que nos droits d’en vivre décemment soient garantis.

(1) Lire à cet égard l’article paru dans Le Courrier, du 2 mai 2021 intitulé : L’agriculture sous contrôle numérique lui-même tiré d’une analyse de l’ONG « GRAIN »

_

Au sein d'Uniterre, nous avons lors de différents échanges, discussions et consultations internes recueillis un certain nombre de réflexions que nous aimerions rendre accessibles à nos membres et sympathisants pour nourrir le débat afin qu'il permette à notre mouvement d'encourager la transition plus que jamais nécessaire vers une agriculture paysanne valorisée et durable sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux.

vendredi, 14 mai 2021
#

Nous, les organisations populaires soussignées des peuples des campagnes, des eaux et des forêts, ainsi que d'autres organisations du monde entier, sommessolidaires des paysans, des peuples autochtones, les personnes Afro-descendantes, qui, alliés à la classe ouvrière des villes, manifestent en Colombie pour défendre desdroits humains aussi fondamentaux que le droit à vivre dans la paix et la dignité. Nous
saluons tous les collectifs en lutte, étudiants, femmes, travailleurs, indépendants, paysans, peuples autochtones, Afro-descendants et la jeunesse organisée.

Nous rejetons l'usage des forces militaires et paramilitaires contre les personnes mobilisées et la criminalisation des manifestations. Lutter pour ses droits n'est pas uncrime. Nous rejetons l'usage historique et structurelle de la violence contre nos organisations soeurs en Colombie, qui subissent des massacres, des disparitions, des déplacements forcés, des menaces et des assassinats.

Nous faisons écho à la voix des organisations sociales de Colombie qui exigent une réforme agraire complète pour construire la souveraineté alimentaire, pour ladémilitarisation des territoires, le démantèlement du paramilitarisme en tant que politique d'État, la renégociation des accords de libre-échange qui affectent les paysans, les peuples autochtones et Afro, et l'arrêt immédiat de l'éradication forcée des cultures illicites et des aspersions aériennes de glyphosate.


Le peuple colombien n'est pas seul.


Lutter n'est pas un crime ! Réforme agraire et souveraineté alimentaire maintenant !


pdf

Signataires de cette declaration:
1. About Face Veterans Against the War – Estados Unidos
2. Alianza Continental por la Soberanía Alimentaria – América Latina
3. Amigos de la Tierra América Latina y el Caribe – ATALC
4. Amigos de la Tierra Argentina
5. Amigos de la Tierra Brasil
6. Asian Pacific Environmental Network
7. Asociación Nacional para el Fomento de la Agricultura Ecológica (ANAFAE) – Honduras
8. Arab Resource & Organizing Center (AROC) – Estados Unidos

9. Bizilur – País Vasco
10. Causa Justa – Estados Unidos
11. Center for Environment/FoE Bosnia and Herzegovina
12. CESTA - Amigos de la Tierra El Salvador
13. CETIM – Suiza
14. COECOCEIBA - Amigos de la Tierra Costa Rica
15. Comissão Pastoral da Terra (CPT) – Brasil
16. Communities United for Restorative Youth Justice (CURYJ) – Estados Unidos
17. Community to Community Development – Estados Unidos
18. Conselho Pastoral dos Pescadores (CPP) – Brasil
19. Convergence Globale des Luttes pour la Terra et l’Eau Afrique de l’Ouest
20. Convergence Malienne contre l’Accaparement de terres (CMAT)
21. Coordenação Nacional de Articulação de Quilombos (Conaq) – Brasil
22. Coordenação Nacional de Entidades Negras (CONEN) – Brasil
23. Design Action Collective – Estados Unidos
24. East Michigan Environmental Action Council (EMEAC) – Estados Unidos
25. Equality Labs – Estados Unidos
26. FIAN Colombia – Colombia
27. FIAN International
28. Florida Immigrant Coalition – Estados Unidos
29. Focus on the Global South
30. Foro de Abogadas/os de Izquierda- Red de Abogados/as Demócratas (FAIRADE) – España
31. Friends of the Earth Africa
32. Friends of the Earth Asia Pacific – FoE APAC
33. Friends of the Earth Europe
34. Friends of the Earth International (FoEI)
35. Fundación de Estudios para la Aplicación del Derecho (Fespad) - El Salvador
36. Grassroots Global Justice Alliance
37. Grassroots International
38. Grupo de Mujeres de San Cristóbal Las Casas, AC. – México
39. Haití Survie – Amigos de la Tierra Haití
40. Indigenous Climate Action – Estados Unidos
41. Indigenous Environmental Network – Estados Unidos
42. International Federation of Rural Adult Catholic Movements (FIMARC)

43. Jews for Racial & Economic Justice (JFREJ) – Estados Unidos
44. Just Transition Alliance – Estados Unidos
45. Katarungan – Philippines
46. La Vía Campesina Internacional (LVC)
47. Levante Popular da Juventude – Brasil
48. Marcha Mundial das Mulheres Brasil (MMM) – Brasil
49. Matahari Women Workers' Center – Estados Unidos
50. Mexico Solidarity Project – Estados Unidos
51. Migrant Justice/Justicia Migrante – América del Norte
52. Movimento de Atingidos por Barragens (MAB) – Brasil
53. Movimento de Mulheres Camponesas (MMC) – Brasil
54. Movimento de Pequenos Agricultores (MPA) – Brasil
55. Movimento de Pescadores e Pescadoras Artesanais (MPP) – Brasil
56. Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra (MST) – Brasil
57. Movimento pela Soberania Popular na Mineração (MAM) – Brasil
58. Mujeres Libres COLEM A.C. – México
59. Mujeres Unidas y Activas – Estados Unidos
60. Mundubat – País Vasco
61. Observatorio de las Multinacionales en América Latina (OMAL)
62. Otros Mundos Chiapas - Amigos de la Tierra México
63. Pastoral da Juventude Rural (PJR) – Brasil
64. Pastoral da Juventude Rural (PJR) – Brasil
65. Paz con Dignidad – Espãna
66. People Organizing to Demand Environmental and Economic Justice (PODER) – Estados Unidos
67. Progressive Technology Project – Estados Unidos
68. Red de Abogadas y Abogados por la Soberanía Alimentaria (REDASA) – América Latina
69. Rede Nacional de Médicas e Médicos Populares – Brasil
70. REDES - Amigos de la Tierra Uruguay
71. Sempreviva Organização Feminista (SOF) – Brasil
72. Soldepaz Pachakuti – España
73. Transnational Institute (TNI) – Holanda
74. União da Juventude Socialista (UJS) – Brasil
75. Unión Tierra y Vida – Ecuador

76. Uniterre – Suiza
77. URGENCI – Internacional
78. Via Campesina Brasil – Brasil
79. WhyHunger – Estados Unidos
80. World Forum of Fisher Peoples (WFFP)
81. World March of Women International (WMW)

vendredi, 14 mai 2021
#

La période récente nous montre de manière évidente l'importance d'un approvisionnement alimentaire sécurisé de la population ainsi que le rôle prépondérant que l'agriculture paysanne doit jouer dans la transition vers une société plus durable. Mais cette agriculture paysanne est aujourd'hui prise en étau entre : les velléités de certains acteurs économiques d'opérer sur un marché alimentaire toujours plus mondialisé, la pression permanente que ce modèle engendre sur les prix à la production et de l'autre coté une demande croissante de la société pour la préservation des ressources naturelles, du climat et de la biodiversité. Nous rejetons dès lors le report de ce conflit apparent dans la présente consultation.

Nous ne pouvons pas accepter les propositions qui favorisent les importations aux dépens d'une production indigène paysanne, qui devrait être durable autant écologiquement, économiquement et socialement. C’est en particulier le cas pour l’assouplissement envisagé de la protection douanière pour le beurre en abaissant le volume minimal des emballages de 25 à 10 kg. Il s’agit d’un assouplissement inacceptable alors que le prix payé aux producteur.trice.s de lait reste honteusement bas.

De plus, concernant les points sur la production laitière et le supplément fromager, Uniterrerefuse les modifications proposées, à savoir de diminuer le montant de cette prime. Nous rappelons d’ailleurs ici que le montant de cette prime est fixé dans la loi sur l’agriculture et donc qu’il n'est pas acceptable de modifier la loi par voie d’ordonnance. Nous demandons un durcissement des critères d’octroi du supplément pour le lait transformé en fromage. Nous soutenons un versement direct de cette prime aux producteur.trice.s, comme le prévoit la loi. Par ailleurs, il est indispensable que le nouveau contrat laitier garantissent la liberté de livraison, sans pénalisation, du lait du segment B, comme le prévoit la motion 19.3952 "Améliorer les termes du contrat-type de l'Interprofession du lait " du CER-CE, adoptée par le CE et le CN. Il est essentiel qu’elle soit rapidement mise en œuvre. Enfin, Uniterre soutient également la motion Nicolet 20.3945 « Modifier l'ordonnance sur le soutien du prix du lait afin de n'accorder le supplément versé pour le lait transformé en fromage, qu'aux quantités de lait payées au minimum au prix du segment A ».

Concernant les paiements directs, ces derniers rémunèrent des services fournis par l'agriculture. Ils ne doivent donc pas être un instrument de pénalisation prenant la place d'autres mécanismes légaux.

Enfin, Uniterre considère que la vulgarisation et la recherche agricole doivent prendre une place importante pour accompagner tant l'agriculture que le système alimentaire dans son ensemble vers plus de durabilité, de résilience et d'équité.

Contact presse : Rudi Berli - 078 70 77 883

Consultation train d’ordonnances agricoles 2021

pdf

lundi, 03 mai 2021
#

La pétition "De meilleures conditions de travail pour les salarié.e.s dans l’agriculture" a été lancée lors de la fête des travailleuses et travailleurs du 1er mai. L'idée de cette pétition est venue d'un groupe de militant.e.s qui ont participé aux assises "Résistance au plat du jour" à Berne en février 2020.

Vous souvenez-vous du débat médiatique qui a eu lieu il y a environ un an, lorsqu'au début de la saison des asperges, on ne savait soudain plus si suffisamment de travailleurs saisonniers pouvaient venir dans les champs suisses en raison des restrictions de voyage imposées à la suite de la pandémie de COVID-19 ? Soudain, le travail agricole a été considéré comme systémique et, pendant un court moment, il a semblé que les conditions de travail précaires des travailleurs agricoles pouvaient enfin trouver plus de publicité.

Malheureusement, les conditions scandaleuses dans lesquelles de nombreux travailleurs et travailleuses agricoles, principalement migrant.e.s, doivent accomplir leur travail n'ont guère changé depuis lors. Nombreux sont celles et ceux qui continuent à travailler dur pendant de longues heures pour un salaire dérisoire, sans bénéficier d'une protection juridique suffisante.

Par conséquent, avec cette pétition, qui est adressée aux gouvernements cantonaux de Berne et de Zurich, ils souhaitent initier une amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs et travailleuse agricoles, principalement migrant.e.s, et contribuer en même temps à un débat social plus large pour une transformation socio-écologique de notre production alimentaire.

Ils demandent que les contrats-types de travail cantonaux (ctt) des cantons de Berne et de Zurich soient adaptés aux conditions de travail habituelles en Suisse :

  1. Semaine de 45 heures en moyenne annuelle (précédemment : 55) avec une limitation des heures supplémentaires

    2. Introduction d'un salaire minimum obligatoire de 4 000 francs suisses bruts par mois.


Rdv ici pour signer la pétition :https://mailchi.mp/0597975e29d7/wir-bleiben-dran-m...

pdf


lundi, 19 avril 2021
#

Dans le cadre de la Journée internationale des luttes paysannes du 17 avril 2021, Le MAPC (Mouvement Pour une Agriculture Paysanne et Citoyenne) a lancé un appel aux amies paysannes, pour de courtes vidéos qui témoignent de leurs luttes et racontent leurs projets agricoles.

Ce film avait pour objectif de visibiliser des enjeux paysans, d’informer sur des organisations et projets paysans. Au final, il regroupe une quinzaine de vidéos de Suisse, du Mali, de France, d’Allemagne, du Brésil et de Colombie.

De différents horizons, il semble cependant qu’elles se rassemblent pour crier le mot d’ordre de la Via Campesina : QUE VIVE LA SOUVERAINTE ALIMENTAIRE ! SOLIDARITE AVEC LES PAYSANNES ET PEUPLES OPRIMEES PAR LA SOCIETE MONDIALISEE ET NEOLIBERALE !

--> Retrouvez le lien de la vidéo ICI

Communiqué de presse : Journée internationale des luttes paysanne 17 avril à Genève

(Pour simplifier la lecture, le féminin générique est employé pour désigner ;tous les genres sans intention de discrimination)

Le 17 avril 2021 marquera les 25 ans de la journée des luttes paysannes initiées par la Via Campesina en 1996 suite à l’assassinat de 19 paysannes brésiliennes qui réclamaient qu’on leur rende leurs terres. Cette journée marquera aussi les 10 ans de l’occupation du Champ des Filles à Genève, transformé en jardin collectif autogéré pour dénoncer la disparition des terres cultivables.

La pandémie actuelle qui coïncide avec la crise climatique nous rappelle la fragilité de nos sociétés et souligne l'importance de systèmes alimentaires résilients permettant aux populations l'accès à une alimentation saine et de qualité. Cette préoccupation se reflète dans les débats de société autour du libre-échange (Indonésie, Mercosur, etc. ), de l'utilisation de pesticides de synthèse, de la qualité de l'eau et de l'élevage industriel ainsi que du transport de fourrages et de l'usage d'antibiotiques liés à l'élevage.

Cette actualité se heurte à la tendance politique qui veut accélérer la dérégulation des marchés, qui renforce le contrôle par l'industrie et la grande distribution sur nos assiettes. La pression économique croissante détruit l'agriculture paysanne etfavorise les méthodes de production agro-industrielles. Il s'agit d'une volonté politique d'imposer le marché capitaliste de l’offre alimentaire, massivement importée, et de reléguer les productions paysannes locales au rang de niche ou d'entretien du paysage.

Dans les campagnes, la situation est grave : toutes les filières agricoles sont sous pression !

Le réseau de paysannes et citoyennes constitué par la Via Campesina, œuvre toute l’année à la construction de la Souveraineté Alimentaire (plébiscité à Genève en 2018), qui vise à se réapproprier notre alimentation et ses conditions de production, pour une rémunération équitable des paysannes et un accès pour toutes à une alimentation de qualité.

Dès lors, nous exigeons des autorités cantonales qu'elles s'engagent fermement dans cette direction. Les revendications suivantes doivent être soutenues et mises en œuvre :

– soutenir les circuits courts et les différentes formes de ventes directes (ventes à la ferme, marchés, agriculture contractuelle, structures de distribution participatives,..) et mettre en œuvre une démarche exemplaire de la restauration collective publique ;

– exiger de la grande distribution une vente prioritaire de produits locaux contractualisée sur les prix, la qualité, la quantité, le calendrier de livraison et les modalités de paiement d'acomptes ;

– soutenir la création d'une assurance sociale alimentaire avec une conditionnalité agro-écologique pour favoriser l'accès de la population à une alimentation issue de l'agriculture paysanne ;

– promouvoir la vente du lait équitable genevois labellisé GRTA. Ce lait est payé 1 Fr. aux paysannes au lieu des 60 cts payés actuellement. Ce prix rémunérateur permet de maintenir une production laitière à Genève. La reproduction de cet exemple doit être encouragée, par exemple en fixant des prix minimaux pour les filières paysannes dans le cadre du label GRTA ;

– soutenir la transmission et l'installation de nouvelles fermes en facilitant les démarches administratives, en garantissant la transparence et en soutenant la création d'instruments financiers qui permettent de mutualiser les investissements pourdonner accès à la terre aux jeunes paysannes.

Une manifestation a eu lieu à la plaine de Plainpalais le samedi 17 avril 2021.