mardi, 21 août 2018
#

Sprint final pour l'Initiative pour la souveraineté alimentaire – l’agriculture nous concerne toutes et tous

Uniterre a lancé l'initiative sur la souveraineté alimentaire, afin que nous puissions avoir un débat public sur notre alimentation et notre agriculture et nous prononcer sur ces domaines qui nous concernent toutes et tous. Nous voulons faire face aux grands défis de notre époque de façon responsable et solidaire. Ainsi, inscrire la souveraineté alimentaire dans la constitution, c’est prendre au sérieux les soucis et les demandes de la population.


La production alimentaire est entraînée dans un cercle vicieux, tant au niveau suisse qu’international

Toujours plus de transports, toujours plus d'intrants, toujours plus d'industrie. Les matières premières agricoles sont transportées par camion, par bateau, par avion à travers le globe. Les multinationales agroalimentaires conquièrent de nouveaux marchés en détruisant les commerces locaux. Face à ce modèle prédateur, notre initiative demande un renforcement des circuits économiques courts, des structures régionales de transformation et de commercialisation ainsi que le maintien d'une économie rurale dynamique et créatrice de travail. Aujourd’hui, nous perdons 3 fermes et 6 emplois liés à l'agriculture chaque jour. Dans ce secteur, le revenu est de 50 à 70% inférieur à la moyenne nationale. Pour garder une agriculture paysanne en Suisse, il faut des prix équitables, des revenus décents et des conditions de travail acceptables!

Changement climatique : l’agriculture est en partie responsable et doit faire partie de la solution

Des sols vivants et une agriculture respectueuse de l'environnement sont essentiels pour s'adapter aux changements climatiques et aux défis futurs. La société exige des circuits courts et une alimentation durable. La recherche et l’innovation dans le domaine du développement soutenable (p. ex. des variétés adaptées aux conditions locales) doivent être encouragées afin d'atteindre les objectifs du développement durable et les objectifs climatiques pris par la Suisse.

Notre campagne de votation a démarré avec la conférence de presse du 13 août. Selon le sondage de Tamedia, plus de 60% des électrices et électeurs soutiennent l’initiative «pour des aliments équitables» et l’initiative «pour la souveraineté alimentaire». C'est un départ réussi ! Mais pour pouvoir continuer sur notre lancée, nous avons encore besoin de votre soutien dans les semaines à venir! Vous pouvez commander du matériel de campagne et vous engager dans vos régions! Ensemble, nous pourrons faire passer l'initiative pour la souveraineté alimentaire!

Meilleures salutations et merci beaucoup!

Mathias Stalder, Coordinateur de l'Initiative pour la souveraineté alimentaire
Ulrike Minkner, Vice-présidentede l'Alliance pour la souveraineté alimentaire

vendredi, 17 août 2018
vendredi, 17 août 2018
#

>> La campagne « pour la souveraineté alimentaire » a été lancée - interview Sylvie Bonvin et Pierre-André Tombez, 19h30 RTS - 13.08.18

> Uniterre lance la campagne de son initiative - Le Matin/ATS - 13.08.18

> Les consommateurs sont complètement oubliés - interview de Sylvie Bonvin par Florent Quiquerez, la Tribune de Genève - 13.08.18

> Initiatives alimentaires: la mission impossible des opposants - Eric Fellay, Le Matin - 14.08.18

> Opposants aux initiatives agricoles en campagne - 24H/ATS 14.08.18

vendredi, 17 août 2018
vendredi, 17 août 2018
vendredi, 10 août 2018

...page en construction...

vendredi, 13 juillet 2018

Nos bureaux seront fermés du 16 au 30 juillet 2018.

En cas d'urgence vous pouvez contacter:

Vanessa Renfer 078 821 24 83

ou Rudi Berli 078 707 78 83


mardi, 10 juillet 2018

Liens pour l'article paru dans le Journal Paysan Indépendant de juillet 2018

> Colère Verte - Article paru le 27 mars 1982, dans le Tages-Anzeiger Magazin no12

> Les Abricots de la Colère - Archive RTS

> La Guerre des Tomates - Archive RTS






mardi, 10 juillet 2018
#

Une vision d'avenir !

Plus de 60 ans d'histoire et de combats, et le constat n'a guère évolué. Le nombre des actifs dans l'agriculture rétrécit comme peau de chagrin, des fermes sont abandonnées, des terres agglutinées à des domaines de plus en plus grands où le paysan se retrouve toujours plus isolé. Pas très réjouissant. Pourtant quelques lueurs d'espoir scintillent ici et là : le développement de la vente directe, des marchés à la ferme, des associations de producteurs et de consommateurs qui œuvrent côte à côte pour la promotion de l'agriculture contractuelle de proximité. Et puis des paysannes et paysans, jeunes et moins jeunes, qui osent le défi d'une branche de production originale, innovante, hors des sillons traditionnels, des sillons que l'agro-industrie et le libéralisme ont labourés si profondément qu'il n'y reste que de la poussière et des cailloux.

Conformément à la philosophie de la souveraineté alimentaire, osons emprunter désormais des voies nouvelles, aussi au sein de la défense professionnelle paysanne, et avec d'autres organisations. Pour défendre nos collègues paysannes et paysans, mais aussi pour prendre en compte les attentes légitimes des consommatrices et consommateurs, c'est main dans la main avec toute la population que nous devons avancer.
Petit tour d'horizon, non exhaustif, de notre projet de travail à l'horizon 2021 :

  • Faire d’Uniterre un mouvement vivant, diversifié et actif. un lieu de débats et de rapprochements.
  • Continuer le combat pour une rémunération juste aux producteur-trice-s notamment avec le projet du "lait équitable", première étape qui ouvrira, nous l'espérons, la voie à d'autres projets équitables.
  • Poursuivre notre développement outre-Sarine, où de jeunes paysan-ne-s commencent à s'impliquer avec enthousiasme.
  • Combattre l'isolement et renouer avec tous nos collègues dans les régions, en animant des Cafés paysans grâce aux sections cantonales d'Uniterre.
  • Oser se rapprocher d'ONG et d'associations avec lesquelles le contact n'a pas toujours été facile, le dialogue est une richesse à promouvoir.

La Souveraineté alimentaire porte les semences que nous souhaitons voir germer pour la naissance d'une nouvelle société. Une société plus juste, qui place l'être humain au cœur des préoccupations, qui permet d'harmoniser son développement avec celui des animaux et de son environnement.

L'humanité a connu de grands sauts dans son évolution, la découverte du feu, la découverte de l'écriture, les premiers voyages intercontinentaux, l'ère industrielle, la révolution sexuelle, l'ère digitale, pour n'en citer que quelques-uns. Et si la Souveraineté alimentaire était la nouvelle grande évolution de nos sociétés ? L'agriculture en est un pilier majeur, central, alors pourquoi ne pas commencer par là, et nous acheminer vers ce qui hier semblait impossible ?

Vous venez avec nous ? •︎


Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire d'Uniterre


>> Abonnez-vous au Journal d'Uniterre, le Journal Paysan Indépendant.

> télécharger le Journal Paysan Indépendant, édition spéciale de juillet 2018.

dimanche, 08 juillet 2018
#

Retour sur la grève du lait de 2008, un grand moment de mobilisation paysanne.



Chronologie

2005 - Première réunion des producteurs de lait européens (EMB) : Revendication d'un prix rémunérateur de 40 cts Euros / 1.- CHF et d'une régulation des quantités en main paysanne. Stratégie de regroupement des paysans, menace de grève du lait.

2005, 18 octobre - Conférence de presse à Berne organisée par Uniterre, Big-M et BZS, présentation du drapeau "Grève du lait - Oui / Milchstreik - Ja". 1200 drapeaux vendus durant l'hiver.

2006 - Sortie anticipée du contingentement laitier, octroi de quantités supplémentaires.

2007 - Libéralisation complète du commerce de fromage Suisse - UE.

2007 été - Début de la distribution des panneaux "Les paysans ont besoin d'un prix du lait équitable - Fr 1.-".

2008, 1er février - Manifestation à Berne, Uniterre et Big-M pour un prix rémunérateur.

26 mai - Début de la grève du lait en Allemagne.

27 mai - Big-M appelle à la grève du lait.

28 mai - Uniterre appelle à la grève du lait.

29 mai - Les chambres agricoles de Lucerne, Argovie se prononcent en faveur des revendications des producteurs.

30 mai - Les chambres zurichoises et jurassiennes se solidarisent également, grève partielle BZS, NBKS, BBK.

1 juin - PSL pose un ultimatum pour une hausse du prix à l'industrie et menace de se solidariser.

2 juin - Les négociations entre PSL et l'industrie et la grande-distribution aboutissent à un accord à minuit.

3 juin - Fin de la grève.

Juin - 80 % des producteurs de lait se prononcent dans une consultation de la base en faveur d'une gestion des quantités par l'organisation faîtière des producteurs.



Les revendications. Les organisations paysannes de base n'ont pas les mêmes revendications : au niveau des prix, BIG-M fixe une revendication de 10 cts supplémentaires au premier juillet et 1.- Fr à moyen terme, Uniterre revendique dès le départ 1.- Fr et le BZS revendique 85 cts au 1er juin et 1.- Fr à moyen terme.L'organisation faîtière PSL demande une hausse immédiate du prix du lait de 7 cts. Le prix du lait se situait alors à 72 cts.

Au niveau plus général, les organisations paysannes de base revendiquent toutes une gestion des quantités en main paysanne. Uniterre appelle les paysans à rejoindre l'EMB dans le but de regrouper l'offre. Les comités paysans NBKS/BZS/BBK, demandent à PSL de coordonner la grève.

Dynamique de développement du mouvement. Le travail de presse intensif (et les bonnes répercussions médiatiques, publication d'une liste online des grévistes dans le Schweizer Bauer), ainsi que la tenue des "centres de grève" à Obfelden et ensuite à Rikon et Safenwil ont un bon effet mobilisateur. L'ultimatum de PSL du 31 mai pour une grève générale ainsi que le soutien de plusieurs chambres cantonales élargissent encore le mouvement. Sur l'ensemble de la Suisse près de 50 % des producteurs de lait ont cessé de livrer leur lait. L'industrie laitière est sous pression.

Conclusion de la grève. Durant toute la journée de lundi 2 juin des négociations entre PSL, les transformateurs et les distributeurs ont lieu. Les organisations de base BIG-M et Uniterre n'y sont pas présentes. Lors d'un ultimatum posé à minuit, une hausse de 6 cts est proposée. Uniterre refuse la forme de l'ultimatum et demande une décision par la base. PSL et BIG-M acceptent le résultat et cessent la grève. Uniterre et NBKS arrêtent la grève le mardi 3 juin au soir. •︎


Rudi Berli
Agriculteur et secrétaire d'Uniterre

Complément à l'article-interview parue dans Uniterre - le Journal Paysan Indépendant - édition spéciale juillet 2018



Abréviations :
Big-M Bäuerliche Interssen Gemeinschaft - Milchmarktkampf
BZS Bäuerliches Zentrum Schweiz
NBKS Neue Bauern Koordination Schweiz
BBK Berner Bäuerliches Komitee
FPSL Fédération des Producteurs Suisses de Lait (organisation faîtière)
EMB European Milk Board


> article de 2008 avec nouvelles au jour le jour et photos

Communiqués de presse:

04.06.2008 Les producteurs d'Uniterre se sont retrouvés hier soir pour faire le point sur la grève
1 franc par litre de lait! - Le mot d'ordre de grève est levé.

03.06.2008 Uniterre maintient son mot d'ordre de grève jusqu'au moins mardi soir lors de l'assemblée prévue à 19h30 au Domaine des Barges à Vouvry. Une décision démocratique sera prise avec tous les producteurs présents.

01.06.2008 400 producteurs romands se sont retrouvés à Palézieux pour décider de la suite du mouvement.La grève se poursuit, les négociations n'ayant pas encore débuté. La revendication est de 1fr par litre.

30.05.2008 La grève se poursuit.

28.05.2008 Communiqué de Presse Grêve du lait
L'assemblée du producteurs de lait Uniterre-EMB a décidé à l'unanimité d'une grèsve du lait qui commence jeudi 29 mai au matin.

28.05.2008 invitation à l'assemblée des producteurs de lait Uniterre-EMB pour annonce grève lait illimitée