mardi, 14 mars 2017
Outils disponibles pour promouvoir la vente de lait cru sur votre ferme ou sur le marché!
A partir des outils développés pour la journée nationale du lait cru du 10 décembre, nous avons adapté ces documents pour promouvoir la vente de lait cru sur votre ferme ou sur le marché. Nous vous proposons une pancarte format palette (80x120cm) et un flyer d'accompagnement.
Si vous souhaitez en savoir plus et en commander, merci de contacter Berthe Darras: b.darras@uniterre.ch
mardi, 14 mars 2017
Depuis la fin des quotas laitiers en 2009,les producteurs de lait sont pris à la gorge par la baisse de prix. Face à l'inertie de la Confédération, Uniterre en appelle au respect de contrats-types d'achats annuels et à une action fort et concertée des producteurs.
Article de Joël Depommier paru dans Gauche Hebdo du 10 mars
... lire la suite
vendredi, 10 mars 2017
Dans le journal Uniterre de janvier (p. 6), nous vous avions parlé de l'initiative cantonale fribourgeoise lancée par Jean Bertschi au printemps dernier concernant la gestion des volumes et des prix de la production laitière. Où en sommes nous aujoud'hui ? 
vendredi, 03 mars 2017
Début janvier nous avons eu la joie de découvrir qu'un grand distributeur vendait le pack de 10 litres d'eau (12.90.-) plus cher que le pack de 10 litres de lait (11.95.-). En somme, la vie de la vache et celle du paysan semblent compter pour du beurre. A 1.20.- /litre, le prix du lait vendu au consommateur reflète parfaitement les réalités du marché laitier actuel. Un prix au producteur à 50 cts, une marge pour le transformateur de 30 cts et de 40 cts pour le distributeur. Le problème c'est que le prix payé au producteur ne couvre que la moitié de ses coûts de production. Ainsi, les seuls qui conservent joyeusement leurs marges, envers et contre tout, sont les distributeurs et les transformateurs alors que le paysan lui, divise son revenu par deux.
jeudi, 02 mars 2017
Aux médias
Lausanne, le 2 mars 2017
Communiqué de presse : le Conseiller fédéral Schneider Amman passe la loi au rouleau compresseur!
La survie des producteurs de lait est menacée, mais le Conseil fédéral tolère sans réagir le non respect de la loi. En effet, la loi stipule que tous les producteurs doivent avoir un contrat d'achat de lait qui contient « au moins des dispositions sur les quantités, les prix et les modalités de paiement ». Dans la réalité, il n'en est cependant rien. L'Interprofession du lait IP-Lait tolère la fixation des quantités au pourcentage et le Conseil fédéral est même prêt à accorder la force obligatoire à un tel non-sens.
mardi, 28 février 2017
Lettre de lecteur au Courrier, publiée le 27 février
André Muller réagit à un passage d'un article du jeudi 16 février sur la crise laitière à Fribourg.
Extrait de l'article du Courrier : « Du côté des acheteurs et transformateurs de lait, on affirme être conscient des difficultés rencontrées par les producteurs ces dernières années. Le secrétaire général du transformateur Cremo, Thomas Zwald, considère toutefois que des efforts ont déjà été fournis:
mardi, 28 février 2017
Invitation à la presse
Le Conseiller fédéral Schneider Amman doit appliquer les lois en vigueur!
Les organisations Big-M et Uniterre vous invitent pour une action symbolique et une conférence de presse le
Jeudi 2 mars 2017 à 11h00 à Berne, Schwanengasse 2
> télécharger le pdf
mardi, 21 février 2017
Chers amis producteurs et productrices de lait, chers sympathisants, Notre action du 23 janvier sur le lait en poudre a vraiment fait des remous - les images du bâtiment du Conseil recouvert de poudre blanche ont fait le tour de la presse internationale. Des centaines d'éleveurs laitiers de toute l'Europe ont envoyé un message symbolique aux ministres de l'agriculture européens: Il faut stopper la vente de lait en poudre d'intervention et élaborer une loi instaurant un instrument régulier de règlement de crise! 
mardi, 31 janvier 2017
Communiqué de presse de la Coordination Européenne Via Campesina
(Bruxelles, 23 janvier 2017) La politique de dérégulation du secteur laitier est taillée pour la grande distribution et l'industrie laitière. Elle ne sert en rien les intérêts des producteurs et des consommateurs.
jeudi, 26 janvier 2017
Au printemps 2016 nous avons assisté à un sommet du lait qui n'a accouché que d'une souris. L'IP lait a annoncé le 16 novembre que dès le 1er janvier 2017, les producteurs de lait sauront le 20 de chaque mois, quelles quantités en pourcentage A et B leurs seront attribuées le mois suivant et à quels prix elles leurs seront payées. Dans quel autre corps de métier assiste-t-on à de tels contrats ? Savoir 10 jours avant ce que nous devons produire et quels prix nous seront versés... Comme s'il était possible en si peu de temps d'adapter une production qui, par nature, fonctionne avec des être vivants.