vendredi, 21 juillet 2017
#

« Vous coulez encore ? »

A cette question trop souvent posée dans nos campagnes en ces temps obscurs, dorénavant nous répondrons non. L’élevage laitier patiemment construit sera disloqué au profit de petites Angus. L’écurie aménagée pour la traite se verra dépouillée d’une grande partie de son matériel (mais pas tout : hors de question d’acheter du lait en brique !). Après le choc initial, quelques larmes, et les derniers doutes balayés, nous trouverons un nouvel équilibre familial. L’équilibre financier, s’il ne sera pas forcément meilleur, ne sera en tout cas pas pire. Et l’on continuera d’avancer.

Alors je voudrais maintenant dire merci.

Merci à la FPSL d’avoir tellement bien pris la défense de ses membres que leurs effectifs ne cessent de diminuer. Cette année, nous serons l’une de ces mille fermes à avoir jeté l’éponge. On peut réellement parler d’une grande réussite de la défense professionnelle. Et tout ça avec nos cotisations…

Merci à l’USP de s’être battu si fort pour les paiements directs mais en oubliant les prix payés au producteur. A la merci des mille et une exigences tatillonnes imposées par les différents programmes, nous n’aurons d’autre choix que de nous y soumettre puisqu’il semble que c’est désormais la seule chose qu’on attend des paysans de ce pays : fais ce qu’on te dit, prend tes paiements directs, et surtout ne te plains pas !

Merci à l’IP lait d’avoir prétendu offrir une table de négociations où les décisions sont pourtant jouées d’avance et où les producteurs ne font clairement pas le poids face aux acheteurs. Quelle vaste plaisanterie ! Répartir équitablement la valeur ajoutée de la filière entre tous ses membres ? A-t-on jamais vu ça ?

Merci également à l’administration fédérale et aux pouvoirs politiques d’avoir estimé que l’agriculture suisse, comme n’importe quelle branche économique, n’avait qu’à se débrouiller dans le vaste océan OMCique. Naturellement, nos coûts de productions helvétiques sont tout à fait comparables à ceux d’autres pays. Rappelez-moi quel est le salaire moyen d’un ouvrier agricole, en Argentine par exemple ? Bravo, vous aurez bientôt réussi à démanteler, exploitation après exploitation, le fin réseau de l’agriculture familiale, pourtant reconnue comme la seule qui soit durablement nourricière.

A vous tous qui affirmez œuvrer pour le bien de la paysannerie suisse, je vous laisse le soin de finir de scier la branche sur laquelle vous êtes encore assis. Pendant ce temps, de belles jeunes pousses vigoureuses se fraient un chemin dans d’autres directions. Vous pensez que je suis amère ? En colère ? Vous avez raison. Vous avez vu juste. Ce qui est sympa néanmoins, quand on arrête la production laitière, c’est qu’on a un peu plus de souplesse dans nos horaires de travail pour aller défendre les collègues, et surtout, on n’a plus la moindre hésitation à dénoncer les injustices, puisqu’aucun acheteur de lait ne pourra plus faire pression sur nous.

A tous mes collègues qui s’accrochent encore, je vous fais ici cadeau de cette colère, de cette déception, de cette tristesse, sous la forme d’un travail qui avance, je l’espère, dans la bonne direction.

Vanessa Renfer,
bientôt ancienne productrice de lait à Enges


vendredi, 07 juillet 2017
#

RTS1 - A Bon Entendeur - émission du 4 juillet
Mille agriculteurs mettent la clé sous la porte en Suisse chaque année. Parmi ceux-ci, les plus en difficultés sont les producteurs de lait : le prix par litre versé aux paysans a tellement baissé qu’il ne couvre plus, pour beaucoup d’entre eux, les prix de production. Certains parmi eux ont décidé de se battre et d’innover pour continuer à vivre de leur activité. Quelques exploitations se passent d’intermédiaires et vendent leurs produits au « vrai prix ». Ils proposent ainsi de la vente directe de lait cru ; d’autres, fabriquent et vendent du fromage frais, des yoghourts, des glaces ou même des œufs, de la confiture et des salaisons produits sur place. Les revenus générés sont pour le moment relativement faibles mais, selon Francis Egger, membre de la Direction de l’Union Suisse des Paysans, ils pourront potentiellement se développer à l’avenir.

...voir l'émission ABE

mardi, 04 juillet 2017
#

En ce 4 juillet, c’est devant l’IP lait que des producteurs de lait, à l’appel d’Uniterre, se sont regroupés pour protester contre l’immobilisme honteux des instances concernés et réclamer, parmi d’autres revendications, une hausse du prix du lait immédiat!

Voici ce que Uniterre a revendiqué (Communiqué de presse):

La saignée à blanc continue sur les fermes laitières! Il est temps d’agir et sur trois fronts puisque nos « partenaires commerciaux » semblent bel et bien mépriser la situation paysanne !

Gestion des quantités et prix équitables : les 2 piliers offrant une perspective d’avenir aux familles paysannes et qui figurent noir sur blanc dans l’initiative pour la souveraineté alimentaire

L'absence de règles claires dans le marché laitier a des conséquences fatales et le prix du lait est en chute libre depuis plusieurs années. Discussions avec les partenaires commerciaux, fixation d’un prix indicatif -jamais respecté-, tentative de contractualisation du secteur du lait industriel et segmentation, rien n’y fait. Malgré une hausse du prix du lait au niveau international et une baisse des quantités produites en Suisse, le prix de notre lait continue de stagner à des niveaux si bas qu’il ne couvre même plus la moitié des coûts de production.

Les coûts de production du lait, produit noble par excellence, sont situés entre 90 cts et 1.20.- par litre (chiffres des stations de recherche en agronomie). Or, une grande partie des producteurs de lait ne touchent en moyenne qu’environ 50 cts par litre de lait ! Avec des sous enchères pouvant atteindre 10 cts/litre pour le lait issu des secteurs de restriction ou autres déductions des acheteurs. Une honte !

Comment est-ce possible que du lait suisse, produit selon les critères de qualité suisses, soit vendu au prix de 99 cts par litre dans les rayons de certains grands magasins ? Ce n’est autre que du dumping qui devrait être interdit quand on sait qu’en début de chaine, sur les fermes, des drames humains surviennent ! Le prix de la brique de lait devrait se situer autour de 1.80.-/l pour que chaque maillon de la chaine soit correctement rémunéré (paysans et ouvriers agricoles, transformateurs et grande distribution). Si avec raison, les syndicats se refusent à ce que les salaires des frontaliers soient payés en euros - ce qui provoquerait à coup sûr une sous enchère salariale - et revendiquent des mesures d’accompagnement pour la libre circulation, les paysannes et les paysans suisses ne peuvent tolérer que leur lait soit bradé à un prix inique !

Nous exigeons

  • Un prix équitable pour le lait
, qui rétribue correctement le paysan.
  • La participation active des producteurs à une gestion moderne des quantités produites qui réponde aux besoins de la population. C’est en amont qu’il faut agir plutôt que de créer des fonds à tout va servant à financer l’évacuation des surplus. La surproduction provoque la baisse des prix indigènes, est écologiquement et énergétiquement absurde et détruit les marchés locaux dans les pays vers lesquels nous exportons ces surplus à bas prix.
  • Des contrats d'achat de lait généralisés entre les producteurs et les premiers acheteurs sur lesquels soient indiqués les quantités à produire sur une année et le prix qui soit valable au moins six mois.
  • Le droit réel des producteurs à ne pas produire des quantités excédentaires (droit de ne pas produire du lait C, voire B)

Ces revendications sont adressées à trois interlocuteurs :

  • D’une part à nos acheteurs de lait, avec lesquels nous sommes sensés avoir un partenariat social… s’ils ne réagissent pas à très court terme nous agirons en conséquence !
  • A la Confédération qui se doit d’agir quand la situation devient à ce point dramatique et qui en a les moyens légaux grâce à la loi sur l’agriculture. Comme lors d’un large conflit social, elle peut se positionner comme arbitre afin que l’ensemble du secteur trouve un accord satisfaisant. Nous ne lui demandons pas de fixer les prix ou de verser des paiements directs supplémentaires ; nous voulons simplement qu’elle applique la loi jusqu’au bout.
  • Et enfin nous parlons aux citoyennes et citoyens suisses qui auront l’occasion de s’exprimer en votant pour notre initiative populaire, probablement en 2018, puisqu’elle offre clairement des solutions à cette situation désastreuse.

Ces revendications sont contenues dans l’initiative souveraineté alimentaire à son alinéa 5

5. La Confédération assume notamment les tâches suivantes:

a. elle soutient la création d’organisations paysannes qui visent à assurer l’adéquation entre l’offre des paysans et les besoins de la population;

b. elle garantit la transparence sur le marché et favorise la détermination de prix équitables dans chaque filière;

c. elle renforce les échanges commerciaux directs entre paysans et consommateurs ainsi que les structures de transformation, de stockage et de commercialisation régionales.

www.souverainete-alimentaire.ch

C’est ensemble que nous pouvons trouver une solution durable. Le statu quo est tout simplement hors de propos. Et nous ne nous contenterons pas de 3-5 centimes de hausse sur le prix du lait actuel qui ne serviront qu’à soulager la bonne conscience des acheteurs sans aucunement dessiner un projet d’avenir pour la filière laitière suisse dans son ensemble.

Pourquoi cette manifestation aujourd’hui ?

Nous constatons, avec regret, que malheureusement, encore une fois, rien ne bouge….malgré les annonces de l’USP et de PSL de réagir si aucune réaction ne se faisait de la part de l’IP lait au 1er juillet. En effet, nous sommes aujourd’hui le 4 juillet, aucune annonce de modification du prix du lait n’a été annoncée par l’IP lait et aucune réaction n’a été faite de la part de l’USP et PSL.

mardi, 04 juillet 2017

Rdv 4 juillet à 10h30 devant le siège de l'IP lait à Bern, Weststrasse 10

Nous constatons, avec regret, que malheureusement, encore une fois, rien ne bouge….malgré les annonces de l’USP et de PSL de réagir si aucune réaction ne se faisait de la part de l’IP lait au 1er juillet. Qui fait suite à la décision de l'IP lait, fin mai, de ne pas augmenter le prix du lait pour le 3ème trimestre 2017.

Cette situation est inadmissible!

Venez manifestez avec nous !

Contact : Berthe Darras - 079 904 63 74

mardi, 20 juin 2017
L'AG de Prolait a eu lieu le 11 avril à Mezières. Environ 130 personnes dont 115 délégués paysans étaient présents. Parmi les représentants, il y avait notamment Stephan Hagenbuch - directeur de FPSL, Stefan Kohler - directeur de l'IP lait et Daniel Koller - secrétaire romand de PSL.
mardi, 30 mai 2017
Communiqué de presse de la Commission lait d’Uniterre
Prix indicatif du segment A pour le 3ème trimestre 2017: la mascarade continue!
Les mois et les années passent, et rien ne semble vouloir changer. Mais quel changement peut-on bien espérer, quand le système n’évolue pas, et se contente de regarder les fermes laitières de notre pays tomber les unes après les autres dans un implacable jeu de domino?
mardi, 23 mai 2017
Dimanche dernier est passé sur France 2 à 13h15 l'émission ci après sur la démarche de lait équitable : "C'est qui le patron?" lancée en France
https://www.france.tv/france-2/13h15-les-francais/142099-emission-du-dimanche-21-mai-2017.html
A ne pas manquer!
jeudi, 27 avril 2017
27.04.2017. La situation sur le marché laitier est intenable ! L'organisation faîtière des Producteurs Suisses de Lait est devenu une assistance à l'euthanasie. Les prix continuellement bas ruinent la production laitière. Les productrices et producteurs laitiers ont besoin d'une organisation légitime et démocratique qui défende leurs intérêts. La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) doit appartenir aux paysannes et aux paysans ! Nous sommes fiers car nous produisons sur nos fermes un aliment de valeur, de qualité ! Nous refusons de nous mettre à genou devant les acheteurs qui ont besoin de notre lait !
mardi, 11 avril 2017
Secrétariat Uniterre  
Tél : 021 601 74 67                                                          
 fax: 021 617 51 75                                                         
 info@uniterre.ch
www.uniterre.ch 
                                                                                          Aux médias
Lausanne, le 11 avril 2017
Invitation à la presse
 
Pour une vraie défense laitière !
 
Chère Madame, Cher Monsieur,
L‘organisation Uniterre vous invite pour une action symbolique et une conférence de presse
Jeudi 27 avril 2017 à 11h00 à Berne, Weststrasse 10
Siège central des Producteurs Suisses de Lait (PSL)
 
Vous pouvez contacter les organisateurs:
 
Rudi Berli (fr./all.), Tel. 078 707 78 83,  r.berli@uniterre.ch
Claude Demierre (fr.), Tel. 076 347 90 60,  demierre.claude@bluewin.ch
 
Appel
La situation sur le marché laitier est intenable ! Les productrices et producteurs laitiers ont besoin d'une organisation légitime et démocratique qui défend leurs intérêts. La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) doit appartenir aux paysannes et aux paysans !
 Le comité central et l'assemblée des délégués de la fédération PSL sont composés de représentants qui ont plusieurs casquettes.
Ainsi, ils ne peuvent défendre les intérêts des productrices et producteurs de lait pour faire face aux acteurs de la transformation et de la distribution quand eux mêmes font également partis des conseils d'administration de ces organisations... C'est pourquoi nous demandons la démission et l'exclusion de tous ces « représentants » qui ont des mandats en dehors de la production laitière.
Halte au copinage: Manifestation devant le siège de PSL: jeudi 27 avril 2017. Rendez-vous: 10h30, place de la gare à Berne.
Nous appelons toutes les paysannes et tous les paysans à donner un signe fort pour une réelle défense de nos intérêts. Nous avons besoin d'une organisation paysanne capable de demander et d'imposer une gestion des quantités et des prix équitables (1 franc par litre) !
jeudi, 06 avril 2017
La situation sur le marché laitier est intenable ! Les productrices et producteurs laitiers ont besoin d'une organisation légitime et démocratique qui défende leurs intérêts. La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) doit appartenir aux paysannes et aux paysans !
 Le comité central et l'assemblée des délégués de la fédération PSL sont composés de représentants qui ont plusieurs casquettes.