vendredi, 26 mai 2017
lundi, 14 mars 2016
Depuis le 5 mars, la Caravane Ouest-africaine des luttes pour les terres, l'eau et les semences est en train de traverser l'Afrique de l'Ouest. L'initiative est menée par plusieurs membres de l'IPC et d'autres mouvements sociaux, avec l'appui d'autres organisations de la société civile.
lundi, 14 mars 2016
Le Conseil des ministres doit faire avancer le PRM au niveau européen
Les ministres de l'agriculture de l'UE sont réunis aujourd'hui à Bruxelles afin de débattre des mesures à prendre pour le secteur du lait. Il est grand temps d'adopter enfin des instruments efficaces. Depuis des mois, l'Observatoire européen du Marché du Lait (OML) de l'Union européenne constate une chute des prix en raison d'une hausse des volumes produits sur le marché du lait. La tendance ne s'est pas non plus stabilisée en 2016. Les éleveurs laitiers d'Europe sont dos au mur.
jeudi, 10 mars 2016
Bâle, Berne, Lausanne, 10 mars 2016
Sous l'impulsion d'Uniterre, un communiqué commun et une pétition ont été lancés
Signez la pétition hébergé sur le site du Fonds Bruno Manser.
Dans le cadre du sixième cycle de négociations qui débutera ce lundi 14 mars avec la Malaisie, une large coalition d'organisations suisses[1] demande au Conseil fédéral d'exclure l'huile de palme de cet accord. Car cette production est très souvent synonyme de destruction de la forêt tropicale et de sa biodiversité et de violations des droits humains. Une réduction de la protection à la frontière par le biais d'un accord commercial ne ferait qu'accentuer ces problèmes et aurait également des conséquences négatives pour la production d'oléagineux en Suisse ainsi que pour la santé des consommateurs.
lundi, 07 mars 2016
Lausanne, le 7 mars 2016
L'initiative pour la souveraineté alimentaire sera déposée!
A ce jour, plus de 128'000 signatures sont parvenues au secrétariat des initiants, le syndicat paysan Uniterre. Le comité d'initiative et les 70 organisations qui soutiennent le texte vont pouvoir annoncer la fin de la récolte de signatures dans quelques jours, après plusieurs mois de campagne intensive.
vendredi, 04 mars 2016
Le 11 mars, Plus de 130'000 signatures se trouvaient au bureau! Merci à toutes et tous!
Nous sommes en train de faire valider un grand nombre de signatures.  Le nombre de signatures validées se situera au delà de 105'000. Pour ce faire nous devons trier, compter, poster par commune puis reclasser les signatures qui nous reviennent! Nous avons besoin d'aide car c'est urgent pour que tout nous arrive avant le dépôt officiel
contactez nous si vous avez quelques heures: info@souverainete-alimentaire.ch / 021 60§74 67
Dépôt de l'initiative: 30 mars 2016
Rendez-vous place de la gare à Berne dès 11h00 pour un moment convivial, musique et discours
 
 13h30:  Chancellerie à Berne, dépôt des signatures et conférence de presse
MERCI
vendredi, 26 février 2016
Consternés par les arguments erronés des opposants à l'initiative, nos organisations tiennent à rétablir les faits.
Deux types de spéculation
L'initiative « Stop à la spéculation » distingue clairement deux types de spéculations :
- une spéculation inhérente aux marchés agricoles et saine qui permet aux paysannes et paysans de vendre leur production à un prix fixé préalablement à la récolte, de les prémunir des risques et d'y trouver des investissements. C'est dans cette activité que sont actifs la majorité des emplois du secteur en Suisse. 
vendredi, 26 février 2016
Seuls les combats qui ne sont pas menés sont perdus d'avance
Le secteur alimentaire au sens large est à la dérive. Les décisions concernant le contenu de notre assiette ne sont plus prises dans les fermes ou dans les cuisines des consommateurs, mais dans des conseils d'administrations de quelques grands groupes qui ont fait main-basse sur l'alimentation. C'est un véritable hold-up démocratique sur quelque chose d'essentiel à la vie: les aliments. Plus de la moitié du secteur des pesticides et près de la moitié de celui des semences est aujourd'hui en main de trois multinationales: Dow-Dupont, Monsanto, Syngenta-Chemchina
vendredi, 26 février 2016
(Izmir, 23 février 2016) Du 21 au 25 février, La Via Campesina tennait sa conférence de mi-parcours (Midterm), qui incluait l'Assemblée des Femmes et l'Assemblée des Jeunes, près de Seferihizar, en Turquie. Les conférences de mi-parcours ont lieu tous les deux ou trois ans, après les conférences internationales et sont l'occasion d'évaluer le travail et de poursuivre les actions et les engagements décidés lors de la Conférence Internationale précédente.
vendredi, 26 février 2016
Bravo à toutes et tous, le vendredi 26 février nous avons comptabilisé 114'000 signatures reçues! Avec les taux d'invalidation des communes et de la Confédération nous devons en récolter  en tout 120'000. 
il nous reste donc plus que 6'000 à récolter, dont 1'500 pour la Suisse romande.  
Renvoyez vos feuilles mêmes incomplètes en courrier A au plus tard lundi 29 février!!!! MERCI
vendredi, 26 février 2016
Monsieur le Président de la Commission européenne,
Nous vous remercions pour votre réponse du 18 décembre 2015. Nous, producteurs laitiers, apprécions que vous ayez pris le temps de réfléchir à nos arguments. Nous sommes d'accord avec vous pour dire que les décideurs et acteurs sur le marché doivent poursuivre un dialogue constructif visant des solutions réalistes, susceptibles d'obtenir la majorité des voix. S'il apparaît toutefois clairement, comme c'est le cas actuellement, que les solutions ralliant jusqu'à présent la majorité, détériorent la situation au lieu de l'améliorer, le moment est venu de trouver un nouvel élan et de définir une nouvelle orientation.
vendredi, 26 février 2016
La politique agricole de l'UE doit cesser de monter les éleveurs européens les uns contre les autres  Le temps est révolu où l'Union européenne était l'institution de solidarité et de maintien de la paix qu'elle a été pendant longtemps pour de nombreux d'entre nous. Brexit, Grexit, crise des réfugiés, crise financière: nous pourrions nommer de nombreux exemples de forces actuelles qui, au lieu de rapprocher les pays européens, ne font que les écarter. Aujourd'hui, le secteur agricole lui aussi est un facteur de division de l'Union. Voici notre revendication d'une véritable POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE !  
lundi, 08 février 2016
POUR LES SEMENCES, POUR L'ALIMENTATION
Suite aux différents accords de libre-échange (TLC's) entre la Colombie et les Etats-Unis, le Canada, l'Union Européenne, l'AELE (l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse) et d'autres, à partir de 2012, la crise alimentaire et la vulnérabilité des paysans se sont aggravés. La résolution 970 de l'année 2010, instaurée par l'Institut Agricole Colombien (ICA) et l'entrée en vigueur de l'UPOV 91, en tant que loi, sont des conditions requises par les traités de libre commerce (TLC) qui rendent les semences locales et traditionnelles illégales, et sanctionnent les paysans qui les utilisent.
lundi, 08 février 2016
En tant que paysan, je vis au quotidien avec la nature. Sur mon exploitation agricole, je dois vivre avec les aléas climatiques, la sécheresse, la pluie, la canicule ou le froid et tenir compte de la santé de mon bétail. Aucune année n'est identique à la précédente et les décisions que je prends aujourd'hui ne seront suivies d'effets que quelques années après.
Ainsi vouloir fondre l'agriculture dans un modèle ultralibéral qui cherche à générer du profit immédiat grâce aux incertitudes du marché et en quelques « click de souris » est complètement hors sujet. Nous avons besoin d'une certaine stabilité ou tout au moins de ne pas augmenter artificiellement les incertitudes « naturelles ».
mardi, 02 février 2016
Otages des «modèles économiques»
Le "coût cible"
Pendant mes études à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich je me souviens encore d'un échange vif avec un chargé de cours en économie du développement. A l'aide de quelques graphiques il expliquait comment la dévaluation d'une monnaie dans un pays en développement pouvait améliorer la situation économique du pays. Ayant passé quelques mois dans un pays d'Afrique de l'Ouest qui venait de subir la dévaluation du franc CFA, je cherchais à lui démontrer, par les faits, le contraire. Sa réponse fut: «Comme vous le constatez, mes graphiques sont cohérents, si les Hommes ne sont pas en mesure de s'adapter aux modèles, ce n'est pas mon problème»... 20 ans après, je m'en souviens encore.
mercredi, 27 janvier 2016
Le pape François conforte les producteurs de lait dans leur lutte pour une agriculture équitable et durable
(Rome, le 27 janvier 2016) En quête de solidarité dans la situation difficile qu'ils traversent, les éleveurs laitiers européens se sont trouvé un saint patron hors du commun. 140 membres de l'European Milk Board ont été reçus aujourd'hui en audience par le pape et lui ont demandé son soutien. Des éleveurs laitiers venus de toute l'Europe - de la France à la Lituanie - se sont rendus à Rome afin d'y recevoir la bénédiction papale pour eux, leurs familles et leur métier.
mercredi, 13 janvier 2016
Chers amis producteurs et productrices de lait, chers sympathisants,
Fin d'une année semée de difficultés et de défis pour les agriculteurs.
Désormais, il m'apparaît avec évidence que l'« arsenal » de mesures politiques dont dispose la Commission pour appuyer le prix du lait après l'abolition des quotas s'avère tristement insuffisant. Il est bien possible qu'il en ait été déjà ainsi du temps des quotas mais l'existence des quotas (ce seul facteur fixe) conférait au marché une certaine dose de stabilité. Aujourd'hui, les quotas ont disparu, les revenus des agriculteurs subissent les ravages d'une volatilité débridée et même la Commission doit se rendre à l'évidence : La situation est intenable. Il est temps de troquer le pistolet à billes pour une politique dotée d'une véritable puissance de feu.
mardi, 12 janvier 2016
Sprint final pour ouvrir la voie à une agriculture paysanne rémunératrice, respectueuse des Hommes, de l'environnement et solidaire
L'initiative populaire fédérale “pour la souveraineté alimentaire. L'agriculture nous concerne toutes et tous” a maintenant entamé les trois derniers mois qui la séparent du dépôt. L'automne a été riche en récoltes puisque nous avons atteint des pointes avec plus de 6'000 signatures par semaine. En plein hiver, alors que le climat est moins propice à la récolte, nous relançons des journées nationales de récoltes.
mardi, 05 janvier 2016
La laiterie hollandaise Friesland Campina verse une prime aux producteurs de lait qui limitent leurs livraisons
Friesland Campina, l'une des grandes laiteries en Europe, a récemment lancé un instrument important destiné à brider des hausses futures de la production sur le marché du lait. Au travers du paiement d'une prime, les producteurs de lait seront incités à ne pas augmenter leur production, voire à la réduire. Les producteurs de lait percevront une majoration de 2 centimes par kilo de lait si durant la période du 1e janvier au 11 février 2016, ils n'augment pas leur quantité de livraison ou ils livrent de moindres quantités. Le volume de référence est, en l'occurrence, fixé à la livraison journalière moyenne pour la période courant du 13 au 27 décembre 2015
jeudi, 02 décembre 2021
#

Communiqué de presse d’Uniterre

L’annonce du Conseil Fédéral du 24 novembre d’approbation de la prolongation pour 4 ans de la force obligatoire pour le contrat-type de l’Interprofession du lait (IP Lait) pour tous les acheteurs et vendeurs de lait cru a choqué Uniterre.

Dans son communiqué de presse du 25 octobre 2021, Uniterre demandait à ce que la prolongation de la force obligatoire de l’IP Lait soit conditionnée. Nous avions également pris position suite à la consultation possible. Nos demandes ont-elles été prises en compte ?

Le problème principal : L’IP Lait a refusé la mise en application d’une décision parlementaire, à savoir la motion Noser (19.3952). Cette motion demandait notamment que la livraison du lait segment B devienne volontaire (cf. annexe ci dessous). Le Conseil Fédéral doit respecter et faire appliquer les décisions politiques. Comment peut-on encore avoir confiance en nos institutions quand ces dernières ne respectent pas les décisions parlementaires ?

C’est un scandale ! L’IP lait se croit au dessus des lois et le Conseil Fédéral le confirme.

Cette nouvelle est bien triste pour les producteurs de lait. Ces derniers vont continuer à faire les frais de l’irresponsabilité de l’IP Lait et de la désobéissance du Conseil Fédéral. L’hémorragie continue, le lait vient à manquer. Qu’espère le Conseil Fédéral ? Ouvrir la ligne blanche pour avoir accès à du lait encore meilleur marché ? Mais la production baisse également en Europe, à cause des mêmes aberrations.Au vue du contexte de dérèglement climatique que nous vivons, ne faudrait-il pas plutôt sécuriser l’approvisionnement en Suisse, que de le détruire ? Le Conseil Fédéral veut-il la mort de la production laitière suisse ? La Souveraineté alimentaire est plus que jamais pertinente !

pdf

Contact presse :

Philippe Reichenbach : 079 640 89 63

Maurus Gerber : 081 864 70 22

Annexe

Communiqué de presse du 25 octobre


mercredi, 01 décembre 2021
#

Après Elizabeth Mpofu, Morgan Ody devient coordinatrice générale de La Via Campesina

Le Secrétariat opérationnel international de La Via Campesina, le mouvement mondial qui représente environ 200 millions de paysans et paysannes dans le monde, s'est déplacé cette semaine à Bagnolet, en France, accueilli par la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) et son organisation membre La Confédération paysanne, conformément au principe de rotation entre les continents.

C'est ainsi que Morgan Ody, productrice de légumes en Bretagne, va assurer la coordination générale de La Via Campesina, transmise par Elizabeth Mpofu, de Harare au Zimbabwe. Dans le contexte actuel de crise du climat, de la biodiversité et des ressources, cette responsabilité est l'occasion de souligner combien la défense de l'agriculture paysanne et de la souveraineté alimentaire est essentielle pour promouvoir la justice climatique, économique et sociale et établir des chaînes alimentaires durables et équitables.

Depuis 25 ans, les petits et moyens agriculteurs et agricultrices du mouvement La Via Campesina se battent pour les droits des paysans et paysannes, la réforme agraire et la souveraineté alimentaire, c'est-à-dire le droit des peuples à décider de comment et par qui les aliments sont produits. Ils et elles ont travaillé sans relâche pour nourrir la population et faire en sorte que les générations passées, présentes et futures disposent d'une alimentation saine, fraîche et culturellement appropriée.

Cependant, ces paysans et paysannes sont constamment attaqués. Les solutions agroécologiques qu'ils offrent aux problèmes climatiques et alimentaires sont non seulement ignorées mais activement détruites par des politiques incohérentes, des monopoles industriels et le capitalisme néolibéral. Pour continuer la lutte contre l'agriculture industrielle et le pouvoir des multinationales, les membres de La Via Campesina sont engagés et déterminés à défendre l'agriculture paysanne à travers le monde pour les prochaines années.

Comme l'a commenté Morgan Ody, lors de la cérémonie de transition du Secrétariat qui s'est tenue à Bagnolet le 30 novembre 2021, les paysans et paysannes sont la clé de la construction d'un avenir fondé sur la justice sociale : des prix justes pour les produits agricoles et des salaires justes pour les travailleurs ruraux, l'harmonie avec l'environnement naturel, la solidarité internationale, l'égalité et la dignité.

« Nous, les paysans, les peuples autochtones, les femmes rurales, les travailleurs agricoles, les jeunes de nos zones rurales, produisons tout en ravivant la biodiversité et en émettant très peu de gaz à effet de serre : la polyculture et l'élevage, comme le pastoralisme ou l'agroforesterie traditionnelle, sont des modèles d'économie d'énergie, de capture du carbone et d'entretien des milieux riches en diversité sauvage et cultivée. Ainsi, avec nos savoir-faire et nos compétences, l'agriculture paysanne permet de nourrir plus de 70 % de la population mondiale avec moins de 30 % des ressources productives [2]. »

À tous les niveaux, unis dans leur vision de la souveraineté alimentaire, les régions et les organisations membres de La Via Campesina continueront à œuvrer pour que les droits humains de toutes celles et ceux qui vivent et travaillent dans les zones rurales soient respectés, pour le bien de la planète et de sa population.

Contact : press@viacampesina.org

Notes

[1] Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales.

[2] Qui va nous nourrir ? , groupe ETC, 2017


Visionnez la cérémonie de la transition

Découvrez la nouvelle brochure de présentation de La Via Campesina

mardi, 30 novembre 2021
#

La 12ième conférence ministérielle de l’OMC prévue à Genève du 29 novembre au 3 décembre a été annulée suite aux restrictions de voyage. Une manifestation contre l’OMC et ses politiques commerciales a eu lieu ce soir à Genève à 17h30, place Lise Girardin.

Les crises alimentaire, climatique, environnementale, économique, démocratique et sanitaire qui culminent aujourd’hui avec la pandémie de la Covid-19 montrent clairement qu’une transformation du modèle agricole et alimentaire actuel est indispensable. Ces multiples crises ne sont pas nouvelles, elles illustrent la justesse de notre proposition qu’est la souveraineté alimentaire.

Cela fait 27 années que l’OMC a été mis en place. Sur ce socle, les traités régionaux ou bilatéraux reprennent la même logique de dérégulation. C’est une logique de privatisation de biens publics et une mise en concurrence généralisée. Mais un commerce profitable au bien-être général doit obéir à des règles d’intérêt public. L’accaparement, le pillage, la privatisation, favorisés par les accords de libre-échange sont une barbarie destructrice qui mène le monde au chaos. La concurrence pour les ressources est la cause de conflits armés et de guerres dévastatrices. Cela a aggravé la crise des migrant⋅e⋅s en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Europe.

Le climat, les sols, les ressources en eau, la biodiversité, les paysan.ne.s du monde, les populations précarisées et les pays du Sud paient un tribut trop lourd. Cet esprit de concurrence nous mène dans le mur.

Malgré la signature de multiples accords comme l’Accord de Paris sur le climat, les traités sur la biodiversité ou la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan⋅ne⋅s (UNDROP), le Conseil Fédéral suisse persiste dans la voie de la dérégulation et de la privatisation. Dans ses accords, il pousse à un système agricole de prédation. Il prend l’agriculture en otage, afin de renforcer la protection intellectuelle par les brevets, tant sur le plan sanitaire par exemple comme également sur le plan des semences.

Les exemples récents sont les accords avec l’Indonésie, le projet d’accord avec le Mercosur, et la pression continue sur l’ensemble du secteur agricole. Pour l’agriculture suisse, les exemples les plus notables sont les productions laitières, céréalières et viticoles.

Le fondement qui amène une vraie prospérité durable doit être une régulation multilatérale du commerce qui prend en compte les aspects sociaux, économiques et environnementaux. L’OMC et ses accords doivent être démantelés et la régulation commerciale doit se refaire en prenant en compte les aspects susmentionnés.

La souveraineté alimentaire et l’agroécologie paysanne s’affirment comme des solutions incontournables : la relocalisation des systèmes alimentaires est essentielle dans la lutte contre la faim, pour refroidir la planète, préserver la biodiversité et respecter les droits des paysan⋅ne⋅s et des travailleur⋅se⋅s. Ce sont les personnes et non pas les profits qui comptent le plus !

Cela signifie la récupération de la capacité de production nationale, enracinée dans le secteur de l’agriculture paysanne et familiale, par le biais de budgets du secteur public, de prix garantis, de crédits et d’autres formes de soutien – y compris le soutien à la commercialisation directe entre producteur⋅ice.s et consommateur.trice.s. L’accès à la terre doit être favorisé pour renforcer l’agriculture paysanne et familiale, ainsi que les systèmes alimentaires et agricoles qui répondent aux besoins des villes et des campagnes. Nous devons renforcer les systèmes de recherche et d’assistance technique basés sur les échanges d’expériences entre paysan⋅ne⋅s et la recherche participative.

En tant que paysan⋅ne⋅s, nous luttons également pour que la santé soit pleinement considérée comme un droit humain.

Nous affirmons que la santé commence par une alimentation saine et durable qui renforce le système immunitaire, comme le propose la souveraineté alimentaire, une manière de prendre soin du bien-être des personnes et de l’environnement.

Avec la Via Campesina, nous exigeons le droit à la santé publique et gratuite pour tous les peuples, tel que défini dans l’article 23 de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan⋅ne⋅s (UNDROP). Cela comprend la possibilité d’avoir recours aux méthodes de médecines préventives et aux traitements de long terme, mais aussi la possibilité d’avoir accès aux vaccins. Les vaccins qui ont été développés avec l’aide des deniers publics ne doivent pas être brevetés ni être laissés sous le contrôle et le profit des grandes multinationales !

En plus, chaque individu dans nos sociétés doit avoir accès à toute information afin d’être en mesure d’évaluer les traitements proposés.

Il est inacceptable qu’au XXIe siècle, des centaines de millions de personnes aient faim alors qu’il y a assez de nourriture pour toutes et tous, et que les inégalités et les violations des droits de l’homme s’aggravent.

La lutte pour la dignité, pour la santé, pour des politiques publiques basées sur la souveraineté alimentaire et pour la protection de nos communautés et des ressources naturelles est notre droit ! Avec la souveraineté alimentaire et la solidarité, nous pouvons atteindre la justice sociale et la dignité pour toutes et tous !

NOUS NOURRISSONS LE MONDE ET CONSTRUISONS LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE ! MONDIALISONS LA LUTTE POUR UNE SOCIETE PLUS JUSTE ! MONDIALISONS L’ESPOIR EN UN MEILLEUR MONDE !

Contact presse

Rudi Berli - Secrétaire d’Uniterre - Tel. 078 70 77 883

pdf

vendredi, 26 novembre 2021
#

A l'occasion de la réunion ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre, Uniterre appelle à une manifestation le mardi 30 novembre à 17h30 sur la place Lise Girardin à Genève. Cette manifestation est organisée par l'Appel de Genève, une large coalition qui demande la levée immédiate de la propriété intellectuelle sur les vaccins, tests et traitements anti-covid.

Uniterre et les organisations paysannes de La Via Campesina, rejettent les politiques commerciales développées par les accords commerciaux de libre-échange qui ont des impacts lourds sur les personnes (les femmes et les hommes), sur l'agriculture, et l’environnement dans le monde entier.

La régulation commerciale multilatérale doit impérativement prendre en compte :

  • Le droit de définir des populations de définir des politiques alimentaires, sociales et commerciales qui tiennent compte des ressources et économies locales et qui permettent leur protection.
  • Le droit des populations de définir des normes et des standards sociaux, environnementaux et économiques.
  • La protection du droit d’accès public aux patrimoines génétiques et à la connaissance (accès aux brevets, suppression de brevets sur les plantes).

Pour la souveraineté alimentaire ! Globalisons la lutte, globalisons l'espoir !

jeudi, 25 novembre 2021
#

A l'occasion de la réunion ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre, Uniterre appelle à une manifestation le mardi 30 novembre à 17h30 sur la place Lise Girardin à Genève. Cette manifestation est organisée par l'Appel de Genève, une large coalition qui demande la levée immédiate de la propriété intellectuelle sur les vaccins, tests et traitements anti-covid.

Uniterre et les organisations paysannes de et l’environnement dans le monde entier.

La régulation commerciale multilatérale doit impérativement prendre en compte :

  • Le droit de définir des populations de définir des politiques alimentaires, sociales et commerciales qui
  • Le droit des populations de définir des normes et des standards sociaux, environnementaux et économiques.
  • La protection du droit d’accès public aux patrimoines génétiques et à la connaissance (accès aux brevets, suppression de brevets sur les plantes).

Pour la souveraineté alimentaire ! Globalisons la lutte, globalisons l'espoir !

lundi, 22 novembre 2021
#

Communiqué de presse de l'EMB - Bruxelles, le 18 novembre 2021

Les représentants de douze pays européens se sont réunis cette semaine à Louvain, en Belgique lors de l’Assemblée générale de l’European Milk Board (EMB) afin d’échanger sur des solutions importantes pour le secteur laitier. En effet, les erreurs commises dans le secteur agricole de l’UE et leurs conséquences problématiques apparaissent de plus en plus clairement. La production de lait est déjà en baisse dans d’importants pays producteurs, car la part non-couverte des coûts pousse les éleveurs à mettre la clé sous la porte en masse, et ce depuis depuis des années déjà. Les représentants des producteurs laitiers européens ont ainsi réitéré la nécessité de corriger le cap afin de garantir un avenir au secteur et aux producteurs et productrices ainsi que de de pérenniser la production fiable d’aliments pour les citoyens de l’UE.

À la pression sur les coûts qui a pesé jusqu'à présent sur les producteurs, par exemple en raison de la stratégie libérale actuelle d'exportation et d'importation, s'ajoute la pression sur les revenus qui résulte des stratégies vertes actuelles et futures telles que le Pacte vert et la stratégie « De la ferme à la fourchette ». Comme l’ont souligné les nombreux représentants des producteurs laitiers, des mesures environnementales et climatiques sont nécessaires pour tous les secteurs de la société. Toutefois, elles doivent être pensées jusqu’au bout. Ainsi, dans le secteur agricole, les stratégies doivent être conçues de manière à être tenables pour les producteurs et efficaces pour l’environnement et le climat.

L’Assemblée générale dans son ensemble s’est accordée sur le fait que les solutions présentées pour le secteur doivent impérativement comprendre des conditions cadres pour une couverture des coûts afin de corriger les erreurs commises par le passé et éviter d’en commettre de nouvelles lors de l’élaboration de politiques vertes. Les représentants des producteurs laitiers présents à la réunion ont mis l’accent sur la nécessité d’avoir des instruments à disposition pouvant limiter temporairement les volumes en période de crise, ainsi qu’une politique axée sur un financement solide des mesures de durabilité. Pour le secteur agricole, cela doit signifier que tous les coûts de production – y compris les coûts de durabilité – sont couverts et ne sont pas répercutés au niveau des producteurs.

« Grâce à la réforme de la PAC adoptée cette année, la réduction volontaire des volumes a officiellement été ancrée dans l’Organisation commune des marchés de l’UE en tant qu’instrument pour les périodes de crise. Il s’agit d’un premier petit pas en avant sur un chemin encore long que les décideurs politiques doivent emprunter aux côtés des agriculteurs et agricultrices pour une refonte complète du système agricole actuel », a déclaré Sieta Van Keimpema. Sur ce chemin, les stratégies en matière de durabilité de l’UE devraient aussi être adaptées. « Nous voulons une politique climatique, car il va sans dire que nous, les agriculteurs, sommes les premiers à ressentir les effets du changement climatique. Toutefois, cette politique doit être abordable et réellement efficace pour l’environnement et le climat ».

Contacts :

Sieta van Keimpema – présidente de l'EMB (NL, EN, DE) : +31 (0)612 16 80 00
Kjartan Poulsen – vice-président de l'EMB (EN, DK, DE) : +45 (0)212 888 99
Silvia Däberitz – directrice de l'EMB (FR, DE, EN) : +32 (0)2 808 1936
Vanessa Langer – contact presse de l'EMB (FR, EN, DE) : +32 (0)484 53 35 12
lundi, 22 novembre 2021
#

L'Articulation Jeunes d'ECVC a récemment commencé à travailler sur une étude de recherche interne pour mieux comprendre les situations et les besoins des jeunes paysan.ne.s et travailleurs.euses de la terre dans notre mouvement.

Nous voulons utiliser cette recherche pour identifier et donner de la visibilité à nos luttes communes mais aussi pour renforcer la solidarité et le soutien entre nous. De plus, les données sur les jeunes paysan.ne.s en Europe sont trop peu nombreuses et dépassées, or nous avons besoin de données si nous voulons que les politiques répondent réellement à nos besoins.

Nous recherchons des participant.e.s à notre étude, pour partager leurs expériences avec nous. Il s'agit de questions telles que : pourquoi vous avez décidé de travailler dans une ferme ; comment vous avez gagné votre vie tout en vous formant pour devenir agriculteur.trice ; les conditions de travail lors de vos expériences professionnelles actuelles ou passées, etc.

Les participant.e.s doivent avoir moins de 40 ans, travailler actuellement ou précédemment dans une exploitation agricole en Europe, y compris les agriculteurs.trices saisonnier.e.s. Nous serions très heureux.euses de parler avec vous si vous répondez à ces critères !

Nous sommes particulièrement intéressés à entendre de

  • Les personnes d'Europe de l'Est
  • Personnes noires, indigènes et de couleur
  • LGBTQIA+

car ces groupes sont sous-représentés dans notre mouvement de jeunes.

Si vous souhaitez participer à l'étude, ou si vous connaissez quelqu'un qui souhaite y participer, veuillez écrire à Hattie (hahammans@gmail.com).

L'articulation Jeunes d'ECVC vous mettra en contact avec deux chercheuses de confiance qui collaborent avec nous sur ce projet, Priscilla Claeys et Barbara Van Dyck, qui mèneront un entretien d'une heure avec une vingtaine de participant.e.s représentant une diversité de trajectoires. Votre expérience et vos données seront traitées avec soin et attention et toutes les informations partagées seront anonymisées et utilisées en interne.

En toute solidarité,
Les jeunes d'ECVC

lundi, 15 novembre 2021
#

Réaction de la commission lait d’Uniterre aux modifications du train d’ordonnances agricoles 2021

L’obligation des pendillards reportée au 1er janvier 2024

Nous saluons le report de l’épandage du lisier avec des pendillards au 1er janvier 2024.

Cependant, avant sa mise en place, il faut pouvoir en assurer le financement : comme déjà indiqué dans nos précédents communiqués, le besoin en équipement va engendrer des coûts non négligeables pour les producteurs.

Nous demandons donc une augmentation du prix des produits agricoles tel que le lait, la viande, les céréales, afin de compenser l’investissement nécessaire. Ce n’est pas seulement aux producteurs de prendre en charge ces coûts supplémentaires mais bien au marché !

Diminution de la prime fromagère de 1 ct et augmentation du supplément pour le lait commercialisé de 0,5 ct

Des années qu’Uniterre mettait en garde contre l’abaissement de la prime fromagère. Ca y est, nous y sommes !

Des années que nous martelons que le système actuel de versement de la prime fromagère est tellement opaque, mal contrôlé qu’il pousse une partie des industriels à utiliser cette prime pour la fabrication de fromage pour l’exportation, fromage sans aucune valeur ajoutée. Système que l’Interprofession Lait ne veut pas remettre en cause !

N’est-ce pas quelque part une punition du Parlement cette diminution ?

De plus, le supplément pour le lait commercialisé a été augmenté de 0,5 ct, passant de 4,5 cts à 5 cts. Est-ce une bonne nouvelle ? Le gouvernement précise que : « Cette hausse vise à utiliser le crédit dans toute la mesure du possible pour le lait de centrale, conformément aux vœux du Parlement. ». N’oublions pas qu’à la base, ce supplément a été mis en place pour remplacer la loi chocolatière pour permettre aux industriels de compenser le prix de la matière première suisse pour l’exportation, via les fonds de « réduction du prix de la matière première » et « Régulation ». Depuis 2021, il y a eu des modifications par rapport à ces fonds : transfert du fonds « régulation » vers le fonds « réduction du prix de la matière première » et introduction d’un 3ème fonds de soutien d’exportation à la protéine lactique (boîte MPC) mais là n’est pas la question !

Nous nous demandons aujourd’hui si ses 0,5 ct vont aller dans la poche du producteur ou être récupérés par l’industrie comme les 4,5 cts. Permettez nous d’en douter !

Afin de compenser la baisse de la prime fromagère qui sera forcement répercutée sur le prix aux producteurs, nous appuyons le besoin, une nouvelle fois, d’une augmentation du prix de base du lait.

Contact presse :

Philippe Reichenbach, 079 640 89 63

pdf

jeudi, 11 novembre 2021
#

Voici le neuvième épisode du podcast de l’hebdomadaire romand Terre&Nature. Baptisé Au cœur des champs, il s’intéresse aux histoires d’amour des agricultrices et agriculteurs qui vivent dans nos campagnes.

Cette semaine, Au cœur des champs a tendu le micro à Vanessa Renfer, qui a abandonné son métier de sage-femme pour travailler avec son amoureux sur sa ferme. A une condition: qu'il la rémunère comme une véritable employée. Au micro, cette militante raconte son combat contre les inégalités dans le milieu agricole.

Chaque deuxième jeudi du mois, découvrez un nouvel épisode qui explore ce thème encore souvent tabou. Car il n’est pas toujours facile de cultiver l’amour, quand on cultive la terre.

Disponible ici: https://www.terrenature.ch/au-coeur-des-champs-episode-9/

jeudi, 11 novembre 2021
#

70 ans : une fête ou un appel au secours pour sauver la terre ? Il y a 70 ans des producteurs éprouvaient le besoin de se regrouper pour se faire entendre sous le nom de l’Union des producteurs suisses (UPS) devenu Uniterre. Ils n’étaient pas entendus, mais le sont-ils aujourd’hui ?

Dans les années 50, crise des fruits et légumes – premières manifestations – les prix baissent – les producteurs sont étouffés par les importations. C’est le début de l’UPS.

Le combat ne faisait que commencer – l’arrivée des fermes industrielles, les scandales de la nourriture des cochons, la vache folle … Beaucoup de ces affaires avaient été prédites par les producteurs mais on les jugeait trop « paysans », trop « simplets » pour comprendre les choses. L’économie veut faire de l’argent à tout prix, on produit des farines industrielles, on économise sur les coûts de stérilisation de la nourriture des animaux et le drame éclate.

Qui paie la facture ? Toujours les producteurs ! Non seulement ils ne touchent pas un prix correct pour leurs produits mais on exige des investissements conséquents parce qu’il faut faire marcher l’économie et non parce que cela a du sens. On le voit encore aujourd’hui avec les pendillards.

Crise du lait, abandon des contingents, une nouvelle fois les producteurs passent à la caisse. Uniterre dénonce, grève du prix du lait, mais les prix ne remontent pas.

Filière après filière les prix s’effondrent. Uniterre dénonce toujours mais visiblement nos autorités agricoles ne se préoccupent pas des producteurs mais bien de l’Economie.

Uniterre propose des solutions : souveraineté alimentaire, reprise en main des filières mais ça ne passe toujours pas.

Uniterre visionnaire ? Quand Uniterre est entendu il y a des choses qui fonctionnent : Interprofession du Gruyère, lait équitable, produits du terroir, … même si souvent Uniterre doit se retirer au dernier moment pour que le projet puisse aboutir parce qu’on ne veut pas de cette étiquette.

Que demande Uniterre ? Des prix rémunérateurs qui soient justes c’est-à-dire qui couvrent les frais de production mais dégagent aussi un revenu pour le producteur. Dans ce scénario idéal les paiements directs n’auraient plus leur place.

Aujourd’hui, nous nous trouvons devant de grands choix sociétaux mais il est temps de prendre conscience que ces changements doivent tenir compte de l’expérience des producteurs dans cette sauvegarde de la terre. Pour cela il faut comprendre quelles sont les réalités du terrain et, bien entendu, avoir des prix rémunérateurs.

Visiblement pour les producteurs ce n’est que le commencement, ils doivent aussi apprendre à communiquer sur le travail qu’ils réalisent au jour le jour pour que le consom’acteur comprenne que ce travail a un coût mais qu’il offre en compensation des produits d’une qualité extraordinaire.

Pour conclure cet édito, nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont œuvré au sein d’Uniterre pour la défense des producteurs. La lutte continue.


Max Fragnière