vendredi, 26 mai 2017
mercredi, 06 février 2013
Peter Gfeller et Albert Roesti démissionnent de la Direction de la FPSL. Pour Uniterre, cette débâcle est directement liée au système de gestion en place depuis quelques années maintenant, à savoir la segmentation du volume de lait en trois prix différents.
samedi, 02 février 2013
AFRIQUE DU SUD (2017)
La commission internationale Uniterre appuie la réalisation d'un atelier pour la région Afrique australe et de l'Est sur les droits des paysannes et des paysans qui se tiendra du 17 au 20 avril 2017. Son partenaire en Afrique du Sud est le FSC-Food sovereignty Campain et le SPP-Surplus People Project.
60 personnes sont attendues à cet atelier dont 1/3 des participant-e-s proviennent des organisations membres de La Via Campesina de la région ainsi qu'un délégué par continet, et les 2/3 sont formés des alliés sur ce dossier (peuples pêcheurs, nomades, travailleurs agricoles, femmes, ...) et d'ONG partenaires ainsi que de représentant du gouvernement.
Les 2 objectifs principaux sont:

Renforcer les connaissances et les compétences en lien avec le processus au Conseil des Droits de l'Homme visant à obtenir une Déclaration internationale sur les "droits des paysans et autres personnes travaillant en milieu rural" et augmenter le plaidoyer dans la région auprès des gouvernements pour qu'ils s'impliquent dans le processus au Conseil des Droits de l'Homme à Genève.
Développer un plan d'action régional sur les droits des paysans et des paysannes. Mise en application de la Déclaration dès qu'elle sera adoptée par le Conseil des Droits de l'Homme (2018-2019), réactions rapides lors de cas de violation des droits des personnes vivant en milieu rural.

Ce projet est financé par: La Délégation Genève Ville Solidaire, Pain pour le Prochain, EPER, Action de Carême.

 
 
Du 15 au 19 mai, une semaine de mobilisation aura lieu à Genève lors de la négociation du texte de Déclaration. Dans ce cadre, une soirée sur le droit aux semences se tiendra le 18 mai 2017 au Palais Eynard. Cette soirée est soutenue par la Fédération Genevoise de Coopération et La Ville de Genève. Un des intervenants présentera les conclusions de l'atelier qui aura eu lieu en Afrique du Sud.

 
 

 
 
 
Du 15 au 19 mai, lors de la négociation au Conseil des Droits de l'Homme, une délégation importante d'une trentaine de personnes issues de La Via Campesina, du forum mondial des pêcheurs, des peuples nomades, des peuples indigènes, du ROPPA et de FIAN sera à Genève. Elle participera au plaidoyer au sein du Conseil des Droits de l'Homme mais également à une mobilisation sur la place des Nations le lundi 15 mai, à deux soirées publiques, le 17 mai sur la "relocalisation de nos systèmes alimentaires" (programme provisoire) à Uni Mail et le 18 mai sur "promouvoir et protéger le droit aux semences" au Palais Eynard. Programme de la semaine.
Voir la page "activités de la commission internationale"
 
SENEGAL (2016)
RENFORCEMENT DES RESEAUX D'ECHANGE ENTRE PAYSANS  PRATIQUANT L'AGRO8ECOLOGIE AU SENEGAL
L'association sénégalaise des producteurs de semences paysannes est une organisation paysanne d'envergure nationale créée en 2003. Elle regroupe une trentaine d'organisations membres réparties sur l'ensemble du territoire sénégalais. ASPSP fait partie des pionniers de l'agro-écologie au Sénégal.
mardi, 22 janvier 2013
Cette devise a guidé la croissance du marché laitier suisse au cours des dernières années. Sur le marché européen, la Suisse se positionne progressivement avec des fromages bas de gamme à moindre prix. Et ce, alors que notre cahier des charges est l'un des plus sévère au monde et nos coûts sont les plus élevés. Il y a peu, le « Beobachter » a publié un reportage bouleversant à ce sujet : http://www.beobachter.ch/justiz-behoerde/buerger-verwaltung/artikel/subventionen_mit-magerkaese-fett-absahnen/ (en allemand).
lundi, 21 janvier 2013
Les deux commissions de l'économie et des redevances du national et des états doivent cet hier aplanir les divergences qui deumeurent. Uniterre a sensibilité les membres de ces commissions mi-janvier sur les points qui lui paraissaient importants.
lundi, 21 janvier 2013
Uniterre est à l'initiative d'une caravane sur la souveraineté alimentaire qui cheminera sur les routes de Suisse du 8 au 18 avril 2013. Les sections cantonales organiseront des événements en journée et en soirée sur le parcours. L'itinéraire sera dévoilé début février 2013.
lundi, 21 janvier 2013
Femmes et Paysannes
Journée d'échanges sur la ferme de Kathy et Beat Hänni
Mercredi 6 février 2013, Kirchlindach
De 11h à environ 15h30
Mercredi 6 février, nous avons la possibilité de rencontrer une délégation de travailleuses agricoles d'Andalousie. Nous pourrons poser des questions et comparer nos situations respectives. Quelles sont nos expériences, nos propositions de solutions, ce que nous pouvons faire ? etc.
Nous nous rencontrons pour favoriser les échanges, profiter des expériences, manger ensemble et visiter la ferme très diversifiée avec vente directe de Kathy Hänni.
Points de discussion possibles :

Que signifie l'industrialisation pour les employé-e-s, les travailleurs-euses agricoles, les paysan-ne-s ?
Comment peut-on décrire les conditions de travail des femmes sur leur lieu de travail et à la maison ?
Quelles sont les conséquences sociales de ces évolutions ?
D'un point de vue féministe ?
Quels sont les effets sur les petites exploitations ou les exploitations familiales ici en Suisse ?
Comment puis-je réagir en tant que consommateur-trice à cette situation ? Que faut-il faire ?

Cette rencontre se tient la veille d'une journée de réflexions qui aura lieu à Berne sur les conséquences sociales de l'agriculture industrielle[1]. Nous aurons ainsi l'opportunité de discuter dans un cercle plus restreint de ces questions. Le contenu des discussions sera déterminé par les personnes présentes.
Plus d'infos sur la ferme bio :
http://heimenhaus.ch/
Heimenhausstrasse 20
3038 Kirlchlindach BE
De Berne (chaque heure .08/ ou .38) avec le Bus 10637/ 15 min de trajet, ou
de Zollikofen avec Bus ou S-Bahn.
Le repas de midi sera pris en charge par chaque participant-e. (25.- y compris les boissons).
Organisation :
Inscription (jusqu'au lundi 4.2.2013)
Plus d'infos:
Ulrike Minkner, Uniterre, La Souriche 2610 Mont-Soleil BE
032 942 29 34 ferme.lasouriche@sunrise.ch
Votre inscription nous facilite la tâche ! Merci beaucoup


[1] http://www.uniterre.ch/index.php/fr/actions/agenda/icalrepeat.detail/2013/02/07/99/62|134|138/consequences-sociales-de-l-agriculture-industrielle
vendredi, 11 janvier 2013
La Coordination européenne via campesina organise pour la 3ème fois une formation à destination des jeunes du mouvement.
Chaque organisation membre, dont Uniterre, peut envoyer 2 jeunes, une femme et un homme.
Ces formations sont de qualité et un bon tremplin pour se lancer dans le mouvement. Elle offre l'opportunité de rencontrer des jeunes provenant des différentes régions d'Europe et d'aborder de nombreux thèmes passionnants.
Rapport de la formation 2011
La formation 2013 aura lieu du 3 au 8 février à Budapest.
N'hésitez pas à prendre contact avec Uniterre en cas d'intérêt!
 
 
lundi, 07 janvier 2013
 
L'industrialisation de l'agriculture et de la transformation des produits agricoles ainsi que la concentration dans la commercialisation ne cessent de progresser. Si les conséquences environnementales de l'industrialisation ont été à plusieurs reprises évoquées, c'est beaucoup moins le cas des questions sociales.
mardi, 01 janvier 2013
Un nouveau projet d'agriculture contractuelle existe à Genève depuis le printemps 2013. Il s'agit du "Jardin de Max" (http://lejardindemax.ch) à La Capite, Vésenaz, Genève (Chemin de l'Ecarlat). Le jardin est cultivé par Myriam, Lucille et Alain Dupraz. Contact : info@lejardindemax@gmx.com, tel. 079 783 57 24, Adresse postale: Le Jardin de Max, 14 Clos des Ecornaches, 1226 Thônex
mardi, 08 mars 2022
#

Uniterre a le plaisir d'annoncer que le dialogue avec Bio Suisse sur la question de l'huile de palme évolue dans une direction positive : des organisations membres de Bio Suisse avaient décidé début février de présenter une motion sur l'huile de palme à l'attention de l'Assemblée des Délégués de printemps. Parallèlement, Uniterre a déposé auprès de Bio Suisse une proposition pour la poursuite du développement du dialogue sur l'huile de palme. Bio Suisse a réagi positivement aux demandes et à la proposition, de sorte qu’une discussion très ouverte s'est ensuite développée entre Bio Suisse, les associations requérantes et Uniterre.

Cette première discussion permettra de lancer un processus d'échange commun sur ce thème. Uniterre attend que les interlocuteurs abordent sans tarder des thèmes centraux en rapport avec la durabilité des matières premières critiques. Elle est confiante que le dialogue portera ses fruits !

Par ailleurs, Uniterre communique que le géant brésilien de l'huile de palme Agropalma (43'000 ha de cultures, dont 4'000 en bio, certifié Bio Suisse) a été condamné en 2020 par le Tribunal de Justice de l’État du Parà dans le Nord-est du Brésil pour avoir falsifié entre 1987 et 2006 des titres de propriété pour des dizaines de milliers d’hectares. Par ce biais, de nombreuses communautés indigènes ont été expulsées de leurs terres. Depuis plusieurs semaines, plusieurs communautés ont occupé une partie des plantations qu’Agropalma prétend posséder et exigent qu’on leur rende leur terres! Agropalma a bloqué toutes les routes vers les terres reconquises, sa police privée encercle les communautés et leur campement de fortune. Les journaux brésiliens en parlent presque quotidiennement, Uniterre pense qu'Agropalma va perdre cette partie malgré de nombreuses manœuvres pour essayer de légaliser ce vol de terres sur une grande échelle.

Uniterre a proposé à Bio Suisse et son organisme de certification d’examiner le cas pour prendre sans délai des mesures afin que la propriété des communautés locales sur les territoires qui leur ont été volés soit reconnue et que les terres soient immédiatement restituées aux communautés qui en furent expulsées. Nous nous réjouissons d’avoir appris de Bio Suisse qu’elle entrait en matière et a ouvert une enquête sur ce cas.

Uniterre se réjouit de la discussion avec Bio Suisse. Elle remercie également Pain pour le Prochain (aujourd'hui intégrée dans l’ »EPER »), "Friends of the Earth", FIAN et "Heidi's Mist", pour leur soutien constant dans toutes les recherches sur l'huile de palme depuis 2020 : ce travail a porté ses fruits et en portera encore !

vendredi, 04 mars 2022
#

Chère lectrice, cher lecteur,

L’Assemblée générale du 26 novembre 2021 m’a confié la présidence d’Uniterre. J’ai un grand respect pour cette tâche, mais je sais que j’ai l’appui d’un secrétariat et d’un comité performants et engagés. Je ressens mon rôle surtout comme serviteur d’Uniterre et de ses visions, et non pas comme celui d’un grand chef.

Je vois le travail d’Uniterre sur trois axes :

  • La Souveraineté Alimentaire telle que définie par La Via Campesina
  • La Durabilité avec les volets social, économique et écologique
  • La coopération avec les consommatrices et consommateurs

Il est bien évident que la Souveraineté alimentaire est absolument incompatible avec le crédo néolibéral et globaliste de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).C’est pour cela qu’Uniterre doit se battre pour sortir le secteur agro-alimentaire des accords de libre-échange et de l’OMC.

La durabilité sociale doit assurer au monde rural des salaires, une couverture sociale et des conditions de travail corrects.

Cela ne peut se faire que si la durabilité économique du secteur est garantie par des prix rémunérateurs qui couvrent les frais de production et qui permettent de créer les réserves nécessaires à des investissements futurs.

Quant à la durabilité écologique, la protection du climat est primordiale. L’agriculture est la première à faire les frais du réchauffement climatique. En même temps, elle est culpabilisée pour ses émissions de gaz à effet de serre (CO2 par les carburants fossiles, et méthane, ammoniac et gaz hilarant par l’élevage et la fumure).

Si, nous voulons stopper l’hémorragie de l’agriculture et viser des structures plus durables et équitables, nous serons obligés de responsabiliser les consommatrices et consommateurs. Souveraineté alimentaire et durabilité sont indispensables, mais elles ont un prix. Et les 12 % que le ménage suisse consacre en moyenne à la nourriture ne permettront pas d’atteindre cet objectif de prix. D’où la nécessité de travailler main dans la main avec les consommateurs.

Je me réjouis de pouvoir mener en équipe le bateau d’Uniterre à bon port, malgré vents et marées.

Maurus Gerber

Je me présente brièvement :

Je suis né en 1955 à Goldau / SZ, et au bout de ma formation, j’ai obtenu le diplôme d’Agro-Ingénieur ETS du Technicum Agricole Suisse TAS (aujourd’hui HAFL) à Zollikofen. Dès 1989, j’ai géré et développé avec ma famille un domaine laitier à Ste-Croix/VD. Fin octobre 2020, nous avons pu le remettre à un jeune couple motivé qui continue dans la même lancée. Depuis, nous vivons à Scuol en Basse Engadine.

jeudi, 03 mars 2022
#

Communiqué de presse d’Uniterre action Migros à Fribourg

Pourquoi sommes-nous ici aujourd’hui ? Pour dire quelques mots à la Migros.

Chère Migros,

Nous avons appris avec grande déception le retrait du lait équitable de tes rayons fin février. Pour cause : depuis le 1er juillet 2021, toute la gamme de tes laits de consommation a commencé à être converti en lait IP Suisse pour une implémentation totale au 1er janvier 2022, sauf pour les laits Bio et Demeter. Le lait équitable Faireswiss ne répondant pas aux critères IP Suisse, tu l’as retiré de tes rayons. Le même sort subit le lait régional et équitable « Genève Région Terre Avenir », vendu depuis plusieurs années dans les succursales genevoises. Jusqu’ici, cela semble cohérent.

MAIS à Uniterre, nous nous sommes penchés sur cette mise en place du lait IP Suisse chez toi et nous avons découvert que la majorité de la prime supplémentaire promise aux paysans n’a pas été versée entre le 1er juillet et le 31 décembre 2021.

Oui nous devons aller vers une agriculture plus durable, plus respectueuse de l’environnement, de la biodiversité, mais comme toujours, le respect du travail du paysan est bafoué. La durabilité passe aussi et avant tout par sa durabilité économique. Toute contrainte supplémentaire demandée aux paysans, qui aura un impact sur les coûts de production, doit être rémunérée à sa juste valeur.

L’un des seuls laits qui aujourd’hui reverse vraiment la plus-value aux paysans, c’est le lait équitable Faireswiss, et celui-là, tu l’éjectes.

Nous en avons marre de ce dumping économique et social, au nom d’une écologie de façade qui ruine la production indigène.

Alors, très chère Migros, arrête de prendre les paysans pour des cons, et au passage les consommateurs aussi!

Contacts presse : Philippe Reichenbach : 079 640 89 63

Rudi Berli : 078 707 78 83

Annexe : Argumentaire historique lait durable ELSA et lait des prés IP Suisse

Pdf Communiqué de Presse

Texte complémentaire


Photos : Eric Roset

vendredi, 25 février 2022
#

La Coordination Européenne Via Campesina, en tant qu'organisation de base européenne qui regroupe actuellement 31 organisations nationales et régionales d'agriculteurs, de travailleurs agricoles et de ruraux basées dans 21 pays européens, exprime sa plus profonde solidarité avec le peuple ukrainien et appelle au respect strict des droits des civils.

Nous appelons à un arrêt immédiat de l'action militaire.


Ces dernières semaines, nous avons suivi avec beaucoup d'inquiétude l'augmentation de la tension dans la région, où les populations rurales se sont retrouvées en première ligne, sans voix et complètement vulnérables. Dans chaque guerre, les populations civiles, et en particulier les ruraux, sont les premières victimes et les plus invisibles. Nos soeurs et frères en Ukraine sont à présents sous les bombardements, piégés dans un conflit entre les superpuissances. L’Europe a trop souffert de ces divisions par le passé. Aujourd’hui, nous ne voulons plus être des pions entre les mains d’un jeu géostratégique qui n’a que faire des intérêts des populations. Nous voulons la paix et la démocratie. Nous voulons pouvoir décider pour nous-même, et la souveraineté alimentaire est un élément essentiel de ce droit à l’auto-détermination.


ECVC défend des valeurs internationalistes. A ce titre, la solidarité avec les populations rurales opprimées, sous le coup de guerres, de violence économique ou d’accaparement des ressources, fait partie de nos fondamentaux. D’ores et déjà, des dizaines de milliers de réfugiés fuient l’Ukraine vers des pays voisins. Nous participerons partout où nous en serons capables à promouvoir et organiser un accueil digne pour ces réfugiés. Nous demandons à l'Union européenne de fournir tous les moyens nécessaires à l'accueil des réfugiés que la guerre génère déjà.


Nous appelons nos organisations membres et alliées à faire entendre leur voix et à montrer leur solidarité pour exiger la fin de la guerre et trouver une solution diplomatique pour rétablir la paix dans la région. Nous sommes avec les paysans et les autres personnes vivant dans les zones rurales et urbaines en Ukraine qui continuent à résister pour défendre les droits humains.


Des terres pour l'alimentation, pas pour les bombardements !
Paysan.ne.s uni.e.s pour la paix !
La paix en Ukraine !


pdf

jeudi, 17 février 2022
#

Campax a lancé une pétition adressée à Coop & Migros sous le titre : Pas d’OGM par la petite porte !

Ils y critiquent l'abandon par Coop & Migros de la stratégie qualité de l'agriculture et de l'industrie alimentaire suisses, qui s'engage entre autres à renoncer à l'utilisation d'organismes génétiquement modifiés, ainsi que leur adhésion à l'association « Variétés pour demain », qui soutient les efforts visant à ce que les nouvelles techniques de génie génétique, tels que l'édition du génome, ne soient plus soumis au strict moratoire sur les OGM.


Signez la pétition ici!

Merci


mercredi, 02 février 2022
#

Communiqué de presse de la commission lait d’Uniterre


La situation des producteurs de lait suisse est de plus en plus critique, face à la hausse des coûts de production.

La commission lait d’Uniterre salue les dernières revendications de son pendant suisse-alémanique, Big-M*, qui affirme que : « Sans couverture des coûts de production, il n'y a pas de production laitière durable à long terme !».

La commission lait d’Uniterre salue également que la Fédération des producteurs de lait du centre-est (VMMO) soit enfin sortie du bois, pour reconnaitre un lien direct entre le manque de vérité sur les coûts de production et de nombreuses cessations d'activité. La VMMO exige que le prix indicatif devienne le minimum absolu.

C’est un début mais ce n’est pas suffisant ! Le prix indicatif actuel est de 73 cts/litre de lait. Il ne permet de loin pas de couvrir les coûts de production, d’autant plus que depuis quelques mois, les producteurs de lait font face à une forte hausse de ces derniers : coûts de l'énergie, des engrais, des aliments pour animaux ainsi qu’à une qualité moindre de leur fourrage, qui impacte leur production laitière.

Pour la dixième fois, il est plus qu’urgent que La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (FPSL) et l’Interprofession Lait (IP Lait) se réveillent pour faire augmenter immédiatement et drastiquement le prix indicatif du lait et de le faire appliquer !

Nos collègues producteurs sont en train d’arrêter les uns après les autres, complètement découragés. Une pénurie de produits laitiers, est-ce vraiment ce que nous souhaitons ?

Et si la FPSL et l’IP Lait sont incapables de réagir, alors c’est à la Confédération de prendre ses responsabilités !

La commission lait d’Uniterre

Contacts presse :

Philippe Reichenbach : 079 640 89 63

Maurus Gerber : 081 864 70 22

*Bäuerliche IG für Marktkampf

pdf

mardi, 01 février 2022
#

Plutôt que de soutenir une prolongation du moratoire sur les OGM incluant les nouvelles techniques de génie génétique (NTGG), la commission de la science du conseil national (CSEC-N) a opté, le 28 janvier dernier, pour un compromis à savoir un délai jusqu’à mi-2024 durant lequel une réglementation d’autorisation des NTGG devra être élaborée. Pourtant de nombreuses questions devraient être clarifiées, notamment concernant la coexistence et la responsabilité en cas de contamination des filières ou de l’environnement. Il en va aussi de la liberté de choix des paysan*nes et consommateur*trices !

La CSEC-N s’est heureusement prononcée le 28 janvier dernier contre la proposition du Conseil des États, qui voulait autoriser de manière précipitée les nouvelles techniques de génie génétique. Elle a pris position à une courte majorité pour une variante qui fixe à mi-2024, le délai pour l'élaboration d'une réglementation d'autorisation.

Uniterre pense que dans l’état actuel des connaissances, il n’est pas raisonnable d’affirmer que l'édition du génome sans introduction de matériel génétique étranger à l'espèce est sans danger. Le risque ne dépend pas uniquement de l’ADN introduit mais aussi de la technique utilisée. Le niveau d'intervention accru que permettent ces nouvelles techniques de génie génétique - entre autres la possibilité de modifier plusieurs gènes à la fois et d'accéder à des zones du génome qui sont autrement protégées des mutations naturelles - a pour conséquence un risque accru et non évalué.

Il y a donc un impératif de procéder selon le principe de précaution et des clarifications, demandées par 3 postulats en attente de réponses, sont nécessaires, entre autres :

Quels sont les coûts liés à une cohabitation des cultures génétiquement modifiées et traditionnelles en Suisse ? Comment continuer à garantir la liberté de choix des consommatrices et consommateurs et des productrices et producteurs ? Comment évaluer les risques des nouvelles techniques de modification génétique ? À qui incombe la responsabilité en cas de contamination des filières ou entre producteurs ?

Il faut donc se donner le temps d’une évaluation sérieuse des risques. De plus, pour garantir une réglementation rigoureuse des NTGG, il faut qu’elle soit intégrée dans le cadre de la loi sur le génie génétique. C'est la seule façon de préserver la stratégie de qualité de l'agriculture et de l'industrie alimentaire suisses et de garantir la liberté de choix aux consommatrices et consommateurs et aux productrices et producteurs.

Uniterre demande au Conseil national de se positionner en faveur de l’inclusion des NTGG dans le moratoire sur le génie génétique lors de la session de printemps.

Informations :

Michelle Zufferey, 078 640 82 50 (FR)

Maurus Gerber, 081 864 70 22 (DE/FR)

pdf

mardi, 25 janvier 2022
#

Dans le cadre du Forum "Putting Peasants Rights into practice", organisé par HEKS le 10 décembre 2021 en ligne, Michelle Zufferey et Vanessa Renfer sont intervenues pour parler des droits des paysans.

Vous retrouvez ici leurs interventions:

Intervention de Michelle Zufferey

Intervention de Vanessa Renfer

Pour plus d'informations sur l'ensemble du Forum, rdv ici

lundi, 24 janvier 2022
#

Aussi surprenant que cela puisse paraître il n’existe pas encore de formation en maraîchage biologique en Suisse !

Le collectif F.A.M.E (Formation Autogérée en Maraîchage Ecologique), a voulu pallier à ce manque. Dans ce but, ils se sont réunies à 22 personnes pour créer une formation bilingue (fr/all) en maraîchage biologique. Pendant deux ans ils travaillent dans diverses exploitations maraîchères et se consacrent à la théorie lors de séminaires en hiver.

Vous avez envie de soutenir une agriculture écologique diversifiée et à petite échelle ?

Alors aidez les à former des spécialistes en culture maraîchère écologique et contribuez ainsi à une agriculture d'avenir !

Voici le lien de leur financement participatif :

https://www.lokalhelden.ch/gemuesebau

Afin de garantir une formation de qualité, la théorie est élaborée en collaboration avec des spécialistes. La plus grande partie de l'argent sera consacrée à la rémunération équitable des intervenantes externes, aux documents d'enseignement, ainsi qu'à la location des locaux et à l'infrastructure sur place. En outre, cela leur permettra également d'organiser des visites d'entreprises et des excursions passionnantes.

Pour en savoir plus, voici le site internet de leur formation :

https://www.gemuesebaulernen.ch

Toutes les contributions sont les bienvenues, de la plus petite à la plus grande !

Un grand merci et nos meilleures salutations !

Tout le collectif F.A.M.E

mardi, 21 décembre 2021
#

La dépendance croissante vis-à-vis des grands distributeurs, des commerçants et des transformateurs; les phénomènes météorologiques extrêmes ; la perte d'autonomie ; les importations à bas prix : Tout cela menace une agriculture diversifiée et durable ainsi que l'artisanat alimentaire local.

Nous constatons aussi:

- Une chute constante des prix des « matières premières »

- Des exigences de production et d’infrastructure toujours plus élevées

- Les prix payés aux paysan.ne.s n’ont (plus) aucun lien ni avec le travail fourni, ni avec les coûts de production… le niveau des prix actuels fragilise les entreprises agricoles qui n’ont aucune marge financière pour s’adapter, investir, etc.

Nous vous invitons autour de la table : pour une analyse de la situation dans votre domaine de production, pour initier un dialogue avec vous et partager vos expériences et vos connaissances, et pour formuler ensemble des revendications :

- Comment et sur quelles bases définir des prix équitables?

- Identifier dans sa filière les problèmes / choses à améliorer

- Et définir un plan d'action

Nous sommes convaincu.es que des prix équitables et des conditions de travail justes sont nécessaires et incontournables pour aller vers une politique alimentaire et agricole d'avenir. Un avenir pour lequel il vaut la peine de se battre.

Pour cela, nous avons besoin de vous. Participez à notre journée de préparation de campagne :

Grande cultures : le vendredi, 14 janvier 2022, 9h30 - 12h00, Grangeneuve (salle R201)

Elevage (bovins, porcs, poulets, moutons), le vendredi, 11 février 2022, 9h30 - 12h30 , Agridea, Avenue des Jordils 1, Salle des Moissons

Veuillez vous inscrire à info@uniterre.ch

Délais d'inscription:

- Grandes cultures : Lundi 10 janvier 2022

- Elevage: Lundi 7 février 2022

Nous nous réjouissons de votre présence.

* Le pass covid et le port du masque lors des déplacements à l'intérieur des bâtiments sont des mesures obligatoires.actuellement. Vous recevrez avec la confirmation d'inscription les dernières informations sur les mesures et restrictions sanitaires.