Aux membres d'Uniterre
Vos sections vous invitent
Une initiative populaire autour de la souveraineté alimentaire? Pourquoi? Avec quel contenu? Est-ce une chance de lancer un débat citoyen de fond ou est-ce un projet trop ambitieux? Trouverons-nous des alliés? Y a-t-il des membres ou des sympathisants déjà prêts à faire signer et enchantés par un tel projet? Voilà des questions qui méritent d'être débattues avec vous.
Aux membres d'Uniterre
Vos sections vous invitent
Une initiative populaire autour de la souveraineté alimentaire? Pourquoi? Avec quel contenu? Est-ce une chance de lancer un débat citoyen de fond ou est-ce un projet trop ambitieux? Trouverons-nous des alliés? Y a-t-il des membres ou des sympathisants déjà prêts à faire signer et enchantés par un tel projet? Voilà des questions qui méritent d'être débattues avec vous.
Venez grossir les rangs d'Uniterre!
Uniterre vit grâce à ses membres. Non seulement financièrement mais aussi et surtout en terme de dynamique, d'idées provenant de la base paysanne! Syndicat réactif, nous sommes à l'écoute de vos attentes pour la défense professionnelle. Chacune et chacun d'entre vous, membres, sympathisant-e-s avez des collègues, des voisins qui pourraient être intéressé-e-s par l'adhésion à Uniterre.
Paysannes, paysans, quelles sont les raisons de notre engagement?
Nous nous levons à l'aube, travaillons la plupart du temps sept jours par semaine, fréquemment sous la pluie et le vent. Les vaches vêlent à trois heures du matin et lorsqu'elles tombent malades, nous dormons mal. Quant aux vacances, elles sont une denrée rare. Pour qui et pour quoi faisons-nous tout cela? Et avec quel soutien?
Depuis le dépôt par Jean-René Germanier (conseiller national) d'une motion en été 2012 demandant un rapport approfondi du Conseil fédéral sur l'opportunité de libéraliser la ligne blanche, les débats vont bon train. Les études et contre-études se succèdent. Les commissions ad hoc du Parlement suivent le sujet. Les industries laitières comme les organisations de producteurs sont divisées. Certains observateurs disent ce risque de libéralisation déjà enterré, d'autres sont plus suspicieux.
La FAO et La Via Campesina, le plus grand mouvement paysan international regroupant plus de 200'000 producteurs à travers le monde (164 organisations dans 79 pays), ont formalisé un cadre institutionnel de partenariat. Elles ont défini les projets de collaboration dans les domaines d'intérêt commun. Uniterre et l'autre syndicat, les 2 membres suisses de La Via Campesina, saluent cet événement qui résonne comme une reconnaissance du travail accompli depuis 20 ans par notre mouvement !
Le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, et la Coordonnatrice générale de La Vía Campesina, Elizabeth Mpofu, ont formalisé aujourd'hui un cadre institutionnel pour le partenariat entre les deux organisations en définissant les projets de collaboration dans les domaines d'intérêt commun.
Photo: Elisabeth Mpofu, LVC et José Garziano, FAO
(Bruxelles, le 25 septembre 2013) Environ 450 représentants de l'ensemble du secteur laitier ainsi que des institutions européennes se sont rencontrées hier lors d'une conférence à Bruxelles, afin de discuter ensemble de l'avenir du marché laitier de l'UE après la suppression des quotas laitiers en 2015. À cette occasion, la Commission européenne a présenté les résultats d'une étude approfondie sur le marché laitier après 2015, auxquels les différents acteurs du secteur laitier étaient invités à réagir.
L un des plus grands quotidiens belges, à savoir Le Soir, a publié récemment un encart de 8 pages sur la Coopérative Fairebel. Cette coopérative commercialise le lait équitable dans toutes la belgique. Elle reverse une partie de ses bénéfices à l'European Milk Board.
Cette même coopérative s'est récemment associée à l'organisation OXFAM - Magasins du monde, pour mettre en vente une boisson chocolatée complétement équitable (lait et cacao).
Article du Journal Le Soir
Magasine OXFAM