Dans le cadre des mobilisations pour la déclaration des droits paysans de l'ONU, ne manquez pas la soirée publique «Conserver et promouvoir le droit aux semences des paysan-ne-s; expériences pratiques au Sud et au Nord» jeudi 18 mai
Uniterre et l'association sénégalaise des producteurs de semences paysannes (ASPSP) ont initié début 2016 un partenariat sur la valorisation des semences paysannes1. Le projet est né des rencontres de la plateforme souveraineté alimentaire de la fédération genevoise de coopération, à laquelle Uniterre a contribué depuis ses débuts.
                                                                                          Aux médias
Lausanne, le 9 mai 2017
Invitation à la presse
Ensemble pour la Déclaration des Droits des Paysans de l'ONU
Chère Madame, cher Monsieur,
Uniterre, membre Suisse de La Via Campesina, vous invite à une conférence de presse et un rassemblement qui se tiendront
Le lundi 15 mai à 9h00 sur la place des Nations à Genève
Rejoignez le mouvement pour les droits des paysan-ne-s et demandez à l'UE et ses États membres de participer activement et de collaborer de bonne foi à l'élaboration de la « Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales ». afin de reconnaître les droits des paysan-ne-s, y compris les droits à la terre, aux semences, à la diversité biologique, à un revenu et des moyens de subsistance décents et aux moyens de production. SIGNEZ cette pétition.
Pour les femmes de la Via Campesina du monde entier, le 8 mars est une journée de lutte, de résistance, de dénonciation de toutes les formes d'oppressions et d'exploitations des femmes (système capitaliste, le pouvoir des multinationales, le patriarcat et le machisme).
C'est aussi une journée de solidarité avec les luttes des femmes.En tant que paysannes, nous sommes pleinement engagées dans la lutte pour la souveraineté alimentaire comme solution pour un changement systémique. Cela comprend notre lutte pour l'accès à la terre, à l'eau, à la santé et aux semences. Nous utilisons l'agroécologie comme une pratique politique qui a pour vision un monde fondé sur des principes de justice et d'équité.
Les origines
Depuis le début des années 2000, La Via Campesina a initié un processus pour obtenir une Déclaration internationale sur les droits des paysans reconnue par l'ONU.
Entre 2002 et 2008, le processus était d'abord interne : identifier les violations systématiques de nos droits dans les différents pays en réalisant plusieurs rapports co-rédigés par La Via Campesina, FIAN et Cetim. Cela nous a amené à préparer une première déclaration venant du milieu paysan qui a été adoptée par La Via Campesina en 2009.
(Palais des Nations, Genève, 6 février 2017) Chère Madame l'Ambassadrice Présidente-Rapporteur, Excellences, Chers Représentants gouvernementaux et non-gouvernementaux, Tout d'abord, je vous remercie de me donner l'opportunité de vous faire part de notre réalité agricole actuelle au sein de ce processus. Je suis paysan membre du MAP et de la FUGEA (La Via Campesina), plus précisément éleveur caprin dans un petit village du sud de la Belgique, au coeur de l'Europe. Il y a dix ans, nous étions dix-sept agriculteurs dans ce village, tous produisions du lait et des céréales. Aujourd'hui, nous ne sommes plus que sept dont trois producteurs de lait.
Depuis plus de 10 ans, La Via Campesina s'engage pour obtenir une déclaration de l'ONU sur les droits des paysan-ne-s et autres personnes travaillant en milieu rural. Depuis 2013, cette déclaration est en négociation au Conseil des Droits de l'Homme.
Découvrez plusieurs interviews de paysannes et paysans.
Eurovia: Cluj-Napoca, le 31 octobre 2016 - La lutte contre l'agriculture industrielle et pour un avenir juste et durable pour les paysans et l'agriculture paysanne a fait un bond en avant cette semaine grâce au plus grand Forum sur la souveraineté alimentaire jamais vu en Europe. [1]
Aux médias
Le 2e Forum de Nyéléni, le plus grand rassemblement européen de défense du droit à la Souveraineté Alimentaire, s'est terminé dimanche à Cluj-Napoca en Roumanie. Il a réuni du 25 au 30 octobre 2016  plus de 700 personnes en provenance de 40 pays d'Europe. Parmi eux, figurent des membres de la société civile, à savoir des agriculteures-trices, des consommateurs-trices, des ONG, des peuples autochtones et des syndicats.
"La souveraineté alimentaire en Afrique: expériences de terrain et nouveaux enjeux de coopération"
Une brochure éditée par la Plateforme Souveraineté alimentaire, avec le soutien de la FGC