« Dix ans après son dernier dossier sur l'agriculture, Pages de gauche a décidé de s'associer au syndicat paysan Uniterre pour faire le tour des différentes questions qui agitent le monde agricole, en Suisse et dans le monde. Et elles sont nombreuses! Des luttes pour la terre en Amérique latine aux quotas laitiers dans l'Union européenne, en passant par l'initiative pour la souveraineté alimentaire, la gauche doit absolument se préoccuper des problèmes des paysan·ne·s, car ils concernent tout le monde. »
Page Gauche n°159 - octobre 2016

Fête de l'Alliance Agraire pour les 20 ans de l'article constitutionnel sur l'agriculture.
L'Alliance Agraire a célébré... principalement sa propre existence. Nous, paysannes et paysans, nous n'avons aucune raison de fêter, car nous vivons d'autres réalités au quotidien. Nous vivons la disparition de l'agriculture paysanne dans le monde entier, y compris en Suisse.
Alors que la Fête du 1er août, donne à nos édiles l'occasion d'enfiler quelques perles au collier des bonnes intentions et des orientations à suivre pour un futur radieux, il faut surtout s'attacher aux citations de ceux qui nous gouvernent au plus haut niveau pour s'assurer de leur crédibilité. Notre président 2016 s'est évidemment, de par sa fonction de magistrat suprême, prêté à l'exercice. «Notre petit pays n'est pas une simple tache sur la carte du monde» s'est-il exclamé sans rire!
Pour un pays qui a autant blanchi d'argent et continue certainement de le faire, l'image de la tache est particulièrement bien choisi et ne prête pas forcément à rire, juste à sourire!
Le 27 avril dernier, le Conseil National s'est positionné favorablement à la mise en oeuvre de la motion de Leo Müller. Cette motion a pour objectif de corriger les inégalités de traitement fiscal que subit l'agriculture pour l'impôt sur les gains immobiliers, suite à un arrêt du Tribunal fédéral en 2011 qui a fait jurisprudence. Le Conseil des Etats devrait se positionner en juin.
Le prix rémunérateur est le prix qui permet dans un espace économique donné de couvrir les coûts de production (intrants, charges structurelles et financières, capacité d'investissement) et de rémunérer correctement le travail fourni. Par rémunération correcte et équitable on entend une rémunération qui correspond au moins à la moyenne des revenus de la région. C'est par ailleurs un tel revenu auquel les paysannes et les paysans ont droit selon la Loi fédérale sur l'agriculture (LAgr) art.5.
 
Un contre projet dangereux
 
Ce nouvel article 102a du Conseil fédéral a clairement pour objectif d'ancrer dans la Constitution les accords de libre-échange en vue de compléter l'approvisionnement du pays. Or, si Uniterre est bien conscient que la Suisse n'est pas autosuffisante et que les importations de denrées alimentaires demeurent nécessaires -mais doivent absolument être subsidiaires à une production indigène renforcée- celles-ci ne doivent pas être effectuées sous un régime de libre-échange.
Le Conseil fédéral a publié son contre-projet à l'initiative de l'Union Suisse des Paysans. Au delà des aspects pernicieux liés à sa volonté de favoriser l'accès aux marchés internationaux (voir édito), nous souhaitons également analyser les conséquences qui découleraient de la lettre c «favoriser une agriculture et un secteur agroalimentaire compétitifs».
Dans son avis à l'intention de la Commission de l'économie et des redevances du Conseil national (CER-N), le Conseil fédéral propose de rejeter l'initiative parlementaire «Loi fédérale sur les entraves techniques au commerce. Exclure les denrées alimentaires du champ d'application du principe du ‹Cassis de Dijon›». Suite >ici
Une raison de plus pour signer et faire signer 'initiative populaire Souveraineté alimentaire! Téléchargez la feuille de signatures >ici
Déclaration d'Evenstad
4 mars 2014 Déclaration d'Evenstad
 Les paysannes et paysans rassemblés en Norvège pour l'Assemblée générale annuelle de la Coordination Européenne Via campesina et leurs alliés présentent Sept mesures pour renforcer l'agriculture familiale paysanne, maintenant !
Aujourd'hui l'agriculture familiale paysanne est et reste  le modèle le plus répandu pour produire  l'alimentation dans l'Europe et dans le monde.
Nous sommes toujours plus nombreux à nous demander d'où vient notre nourriture et comment elle est produite. Du reste, il en va de notre avenir : si nous persistons à ignorer la question, d'autres en décideront à notre place.
En Suisse comme ailleurs, l'agriculture paysanne est soumise à des pressions croissantes par une industrialisation qui gagne du terrain sur l'ensemble de la chaîne agroalimentaire.