On peut vivre de l'agriculture... sauf si on est paysan !
Les chiffres sont clairs : dans la population suisse, moins de 0.3 % de ses habitants sont occupés à cultiver la terre et élever du bétail. Nous sommes peu nombreux, et nous sommes même de moins en moins nombreux. Les fermes disparaissent, au rythme véritablement effrayant de 3 par jour ; les jeunes, sauf s'ils sont passionnés, ou un peu fous, ou les deux, s'exilent à la ville, dans l'espoir d'une vie plus facile.
Dans le journal Uniterre de janvier (p. 6), nous vous avions parlé de l'initiative cantonale fribourgeoise lancée par Jean Bertschi au printemps dernier concernant la gestion des volumes et des prix de la production laitière. Où en sommes nous aujoud'hui ? 
extrait de l'émission 26 Minutes du 4 mars 2017 (RTS)

 
Aux médias
Lausanne, le 2 mars 2017
Communiqué de presse : le Conseiller fédéral Schneider Amman passe la loi au rouleau compresseur!
La survie des producteurs de lait est menacée, mais le Conseil fédéral tolère sans réagir le non respect de la loi. En effet, la loi stipule que tous les producteurs doivent avoir un contrat d'achat de lait qui contient « au moins des dispositions sur les quantités, les prix et les modalités de paiement ». Dans la réalité, il n'en est cependant rien. L'Interprofession du lait IP-Lait tolère la fixation des quantités au pourcentage et le Conseil fédéral est même prêt à accorder la force obligatoire à un tel non-sens.
Invitation à la presse
Le Conseiller fédéral Schneider Amman doit appliquer les lois en vigueur!
Les organisations Big-M et Uniterre vous invitent pour une action symbolique et une conférence de presse le
Jeudi 2 mars 2017 à 11h00 à Berne, Schwanengasse 2
> télécharger le pdf
Olivier Boillat, ingénieur agronome à la Fondation rurale interjurassienne, plaide en faveur d'une union sacrée entre paysans et consommateurs basée sur une juste rétribution des produits locaux et d'une image plus réelle de l'agriculture.
Tribune parue dans Terre&Nature du 16 février 2017
... Lire l'article
La mention « hors-sol » est sensée disparaître des étiquetages des fruits et légumes suisses à partir de janvier 2017 : une décision inacceptable pour beaucoup !
Dans un contexte où le consommateur est en demande croissante de traçabilité, de plus d'informations sur l'origine et la qualité de ce qu'il mange, l'annonce de la suppression de la mention « hors-sol » des étiquettes des fruits et légumes suisses semble incroyable !

Emission Temps présent du 26 janvier 2017
Le tabou est brisé: des paysans se suicident dans les campagnes suisses. Huit, rien que dans le Canton de Vaud en 2016. Leurs familles sortent du silence pour dénoncer des conditions de travail intenables. Le prix des denrées alimentaires s'effondre en même temps que les normes de production se durcissent. Pour s'adapter et rester compétitifs, les agriculteurs doivent accélérer la cadence et pour beaucoup se surendetter. Un cercle vicieux qui ne fait qu'augmenter les situations de détresse.

Pages de Gauche - octobre 2016
Le Valaisan Mathias Reynard et le Bâlois Beat Jans, tous les deux conseillers nationaux PS, nous ont accordé cet entretien à Berne, lors de la session d'automne des chambres fédérales. Nous voulions discuter aussi ouvertement que possible des positions du Parti socialiste à l'égard de la paysannerie et des politiques agricoles, sujet qui suscite parfois quelques frictions à l'intérieur du groupe parlementaire. Ulrike Minkner, membre du syndicat Uniterre, nous accompagnait.

Le licenciement brutal de 24 cadres d'Agroscope au mois d'avril n'a été qu'une étape dans la réorganisation d'Agroscope. Selon M. Lehmann, directeur de l'OFAG ce processus ne pouvait pas se faire de manière 100 % démocratique, sinon il aurait essuyé des blocages depuis le début. Dans cette réorganisation la question de la prise de décision reste cependant essentielle. Est-ce que le Conseil de la recherche agricole par exemple, est plus qu'une simple chambre d'enregistrement et comment y garantir une représentativité plus grande ?