En partenariat avec E-changer, la projection du film « Derrière le rideau vert » permettra
d’illustrer les conséquences négatives des monocultures d’eucalyptus dans
la savane brésilienne du Cerrado.

Avec :
– Jovelina Alves et José Valmir Macedo, Centre d’agriculture alternative – Brésil
– Judith Reusser, Swissaid
– Ester Wolf, Pain pour le prochain
– Josef Zisyadis, Slow Food Suisse


Evénement organisé par Pain Pour le Prochain dans le cadre de la campagne 2020 : "Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir"

Organisé par la Fondation le Lombric

Après sept ans d’engagements pour le soutien à des petites structures paysannes polyvalentes, la Fondation Le Lombric souhaite rassembler les acteurs et actrices de l’agriculture paysanne de demain autour de la question du foncier agricole.

Un journée de réflexion aura lieu autour de ce thème le samedi 28 mars 2020 à Genève.

Le soutien à des petites structures polyvalentes n’est possible que dans un contexte où existent des moyens juridiques et administratifs d’enrayer la tendance à l’agrandissement des fermes et à la disparition des actif·ves agricoles. Or, trop souvent, l’installation hors cadre familial fait face à des obstacles insurmontables: reprise de l’actif et du foncier financièrement très lourde; difficulté à organiser le passage de témoin; difficultés d’accès à l’information foncière; etc.

A cela s’ajoute que les paysan·nes en devenir souhaitent souvent développer des formes sociétaires qui permettent un partage égalitaire des risques économiques et des responsabilités. Ce désir se heurte à un cadre juridique et administratif pensé pour des fermes familiales.

Les objectifs de cette journée sont les suivants:
• dresser un état des lieux des difficultés liées à des reprises hors cadre familial et plus généralement des difficultés d’accès au foncier;
• dresser un état des lieux des initiatives privées et des dispositifs publics;
• imaginer des pistes d’évolutions législatives ou des manières de faciliter les rapports avec les administrations.

La journée se déroulera en trois temps: retours d’expériences de candidat·es à l’installation ou de nouveaux·elles installé·es; échange avec les invité·es (membres d’associations, représentants de fondations, représentants des administrations); synthèse et perspectives.

Toutes les personnes intéressées sont les bienvenues, qu'elles soient en cours d'installation, installées ou simplement désireuses de s'informer sur ces questions cruciales.

L'inscription est souhaitée par retour d'e-mail. Horaires, programme et lieu seront annoncés fin février.

pdf

Comment la question de l’accès aux semencesest-elle traitée dans la Déclaration des droits
des paysan·ne·s de l’ONU et à Genève ?Échanges entre acteurs internationaux et locaux.

Avec :
– Christophe Golay, Académie de DIH et de DH
– Joël Mutzenberg, Semences de Pays
– Octavio Sánchez Escoto, Anafae – Honduras*
– Ana María Suarez-Franco, Fian International


*Octavio Sánchez Escoto est l’hôte de la Campagne oecuménique 2020. Il est coordinateur d’Anafae, une organisation partenaire basée au Honduras qui promeut l’agroécologie et l’accès aux semences traditionnelles.

Inscription obligatoire

Evénement organisé par Pain Pour le Prochain dans le cadre de la campagne 2020 : "Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir"

Des multinationales font pression sur les États pour imposer des législations restrictives
sur les semences. Au Nord et au Sud, la société civile s’engage et s’organise.

Avec :
– Octavio Sánchez Escoto, Anafae – Honduras*
– Joël Vuagniaux, Association Ressources
– Michelle Zufferey, Uniterre


Inscription obligatoire

Evénement organisé par Pain Pour le Prochain dans le cadre de la campagne 2020 : "Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir"

Projection photographique de l’artiste Mario Del Curto qui sera ensuite rejoint par deux
intervenants afin de discuter de l’accès aux semences et de leur préservation.

Avec :
– Claudio Brenni, Université de Lausanne
– Martin Brüngger, Légumes-bio-Gemüse
– Mario Del Curto, Photographe


Evénement organisé par Pain Pour le Prochain dans le cadre de la campagne 2020 : "Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir"

Colloque sur le Partenariat de Longue Durée

9h-14h : Le rôle des partenariats dans la vie d’innovateurs sociaux du Sud

14h-17h15 : Partenariats au Nord : les acteurs du Nord


18h00 : Présentation de 2 livres édités par le GRAD, dont l’ouvrage collectif de l’UGPM (Union des Groupements Paysans de Meckhé - Sénégal):

Nous sommes devenus fiers dêtre paysans : 40 années dautopromotion pour protéger nos terres, notre environnement et la culture du Cayor.

L’UGPM est membre de La Via campesina et a été très actif lors des négociations sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales.

Programme

Programme

https://lite.framacalc.org/allmenden-2020-programm...


Inscription

b-allmend@immerda.ch

#

Une vision d’avenir

Notre climat, notre agriculture, mais aussi l’ensemble de notre société se trouve dans un tournant historique décisif. Nous avons désormais l’opportunité de changer de nombreuses choses, de les mettre en mouvement et de laisser le passé derrière nous. Notre agriculture doit changer. Elle peut et même doit être partie intégrante de la solution à nos problèmes socio-écologiques. C’est ce que nous nous sommes mis au défi de faire, nous pouvons uniquement y arriver ensemble. Pour transformer ce système inégal et injuste en un système social, agricole et agroécologique, il faut du courage, de la détermination et de l’espoir dans la politique, l’économie et la société. C’est maintenant à nous de jouer !

En 2020, avec la politique agraire 22+, l'initiative contre les pesticides, la loi sur le CO2 et de nombreux autres événements, la Suisse prépare l'avenir de sa politique agricole, alimentaire et climatique. La pression de la rue le 22 Fevrier à Berne, mais aussi un large débat public contribuent à leur succès. Les agriculteur.ice.s ont besoin de notre soutien!


Chacun.e a le droit à une alimentation bonne et saine. L’alimentation est politique.

#

Pour une alimentation saine pour tous, contre l'injustice sociale, le changement climatique et la perte de biodiversité. L'agriculture nous concerne tous et toutes.

Ce matin a eu lieu a Bern la conférence de presse d'annonce de la manifestation "L'alimentation est politique!" de ce samedi 22 février.

Uniterre a présenté les revendications suivantes dans le cadre de sa participation:

Sur les plans écologique, social et économique, la politique agricole actuelle est en difficulté. L'agriculture paysanne est tiraillée entre la pression vers plus de marché, de libre-échange et d'esprit d'entreprise, et les demandes toujours plus nombreuses de durabilité et de bien-être des animaux. La pression sur les coûts s'en trouve accrue, les intrants et les investissements sont élevés et le prix de vente est bien inférieur au prix couvrant les coûts de production. Résultat : 3 fermes par jour ferment définitivement leurs portes.

Depuis sa fondation en 1951, le syndicat paysan Uniterre poursuit l'objectif d'une agriculture durable. L'agriculture fournit d'importants services sociaux, tels que la production d'aliments sains, le développement rural, la protection des paysages, la promotion de la biodiversité et la préservation de la fertilité des sols. Ces services doivent être reconnus, soutenus par la société et, compte tenu de la crise climatique et écologique, fortement promus en termes de durabilité. La protection des ressources et des cycles naturels est d'une grande importance.

Avec le mouvement paysan international "La Via Campesina", Uniterre s'engage en faveur de la souveraineté alimentaire. Nous devons façonner la politique agricole et alimentaire de sorte à ce qu'elle réponde à nos besoins - de manière démocratique, équitable et autodéterminée : Un système alimentaire local, durable et diversifié, avec des conditions de travail dignes et équitables, ainsi que des prix justes.

L'agroécologie façonne le travail d'Uniterre et de La Via Campesina et combine les connaissances traditionnelles avec la défense des droits des paysan.ne.s. Ces derniers englobent l'accès aux semences, à la terre, à l’eau et à d’autres biens communs. Nous comprenons l'agroécologie comme un processus social. Les initiatives en faveur de l'agroécologie, de la souveraineté alimentaire et de la déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant en milieu rural (UNDROP) sont des résultats concrets de l'engagement des paysan.ne.s en faveur de la justice. Ils forment l'actuelle base du travail politique d'Uniterre.

Les accords de libre-échange nuisent à l'agriculture dans le monde entier. Nous revendiquons que les produits agricoles doivent être protégés contre les importations de denrées alimentaires bon marché, et que les biens agricoles doivent être exclus des accords de libre-échange. Nous sommes dépendants du commerce transfrontalier, mais celui-ci doit être basé sur des normes équitables et écologiques, et non sur des prix de dumping. L'approvisionnement de la population en denrées alimentaires nationales est une priorité.

La situation des revenus des agriculteurs doit être améliorée. Des prix équitables, des contrats d'achat à long terme avec des quantités et des prix contraignants, garantissent des investissements futurs qui tiendront compte de l’écologie et du bien-être animal. Notre objectif est de répondre aux besoins réels de la population, qui soit servie aussi directement que possible, et non de satisfaire un marché dominé par de grands distributeurs et quelques transformateurs. Les prix des denrées alimentaires ne doivent pas devenir le jouet d'une politique sociale malavisée.

Les femmes d'ici et d'ailleurs dans le monde ont un accès très limité à la terre. En Suisse, seulement 6 % des exploitations agricoles sont gérées ou détenues par des femmes. C'est pourquoi nous exigeons : Plus de personnes dans les exploitations agricoles, et non de moins en moins ! Dans l'agriculture également, le travail devrait être réparti de manière équitable entre un plus grand nombre de personnes, hommes, femmes et jeunes.

Une agriculture d'avenir signifie pour nous que les personnes travaillant dans l'agriculture, le commerce alimentaire, la gastronomie et la transformation trouvent un moyen de subsistance et qu'une vie digne pour tou.te.s soit ainsi rendue possible.

Notre mouvement est également un pont vers le Sud. L'appauvrissement mondial des paysan.ne.s, le monopole des semences par l’agroindustrie, la saisie et l'expulsion des terres et les exportations bon marché du Nord sapent également la souveraineté alimentaire et détruisent les moyens de subsistance des paysan.ne.s de cette région, avec pour conséquences la fuite et la migration. Nous disons : « Ca suffit ! »

Maria Jakob, Ursina Töndury et Mathias Stalder, Uniterre

Créée y il a près de 20 ans par une douzaine d’associations et organisations du monde paysan, syndicats ouvriers, de consommateurs-trices et de migrant-e-s, la Plateforme pour une agriculture socialement durable organise, ensemble avec d’autre organisations qui poursuivent les mêmes buts, des Assises pour une agriculture solidaire.

Vous trouvez plus de précisions dans le programme joint et sur notre site internet www.agrisodu.ch.