Lettre ouverte de paysannes bio et employées agricoles à Bio Suisse
Selon l'étude de la CISA, un accord de libre-échange trilatéral entre la Suisse, l'UE et les États-Unis (TTIP) causeraitaux paysan-ne-s suissesd'énormes pertesde l'ordre de 587 millions par an, mais selon cette évalutation il ne menacerait pas leur existence. Parmi les membres de la CISA, aux côtés de Nestlé, Migros et Economiesuisse on trouve également des organisations agricoles comme IP Suisse, Bio Suisse, Suisseporcs et Vache Mère Suisse.
Communiqué de Presse de la Via Campesina
(Harare, le 8 septembre 2016) Le 10 septembre est la journée d'action contre l'OMC, La Via Campesina, mouvement paysan international qui rassemble plus de 200 millions de paysans venant de 164 organisations membres dans 73 pays, commémore la mort de Lee Kyung Hae et continue à lutter pour la FIN de l'OMC.
L'inititative pour la souveraineté alimentaire et les paysan-ne-s du syndicat Uniterre se mobilisent avec une large alliance contre les traités TTIP, TISA & Co 
manifestation nationale à Berne le Samedi 8 octobre
La souveraineté alimentaire au lieu du libre-échange!
Nous Paysannes et Paysans, Consommatrices et consommateurs, ne sommes pas d'accord avec l'orientation libre-échangeiste du Conseil Fédéral et du SECO.
Au début du mois de juin, le Parlement jurassien a accepté à 46 voix contre une la résolution de l'élue Erica Hennequin. 
Ainsi, le Parlement jurassien charge le Gouvernement d'intervenir auprès des autorités fédérales afin d'exclure l'huile de palme de l'accord de libre-échange actuellement en négociation avec la Malaisie.
Le texte de la députée 
La feuille des avis officiels du canton (résultat du vote à la page 2 point 25)
Uniterre est à l'origine de toute la démarche pour exclure l'huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie. Tout a commencé en août 2015 déjà. Uniterre a fait une gros travail de coordination et de coalition avec d'autres organisations (ONGs, Fondation Bruno Manser, FRC, FSPC, etc.) pour s'opposer à la présence de l'huile de palme dans l'accord de libre-échange avec la Malaisie. Parallèlement à cette démarche, la Fondation Bruno Manser a décidé de lancer une pétition en ligne pour des objectifs semblables, avec les mêmes revendications. Cette dernière a récolté plus de 20'000 sigantures.
Bâle, Berne, Lausanne, 10 mars 2016
Sous l'impulsion d'Uniterre, un communiqué commun et une pétition ont été lancés
Signez la pétition hébergé sur le site du Fonds Bruno Manser.
Dans le cadre du sixième cycle de négociations qui débutera ce lundi 14 mars avec la Malaisie, une large coalition d'organisations suisses[1] demande au Conseil fédéral d'exclure l'huile de palme de cet accord. Car cette production est très souvent synonyme de destruction de la forêt tropicale et de sa biodiversité et de violations des droits humains. Une réduction de la protection à la frontière par le biais d'un accord commercial ne ferait qu'accentuer ces problèmes et aurait également des conséquences négatives pour la production d'oléagineux en Suisse ainsi que pour la santé des consommateurs.
Un loup déguisé en agnean: l'OMC se réinvente et recherche une légitimité en Afrique
(Nairobi, 15 décembre 2015) Après avoir ignoré les problèmes que le système de commerce mondial pose à l'Afrique, l'OMC - l'un des principaux instruments de gouvernance économique mondiale - arrive sur ce continent à la recherche d'une légitimité.
Le colza, culture emblématique dans notre pays, est menacé. Notre gouvernement négocie d'un bon train un accord de libre-échange avec la Malaisie. Or, ce pays du sud-est asiatique -grand producteur d'huile de palme- n'a fait qu'augmenter ses exportations vers la Suisse ces dernières années.
(Photo: Rettet den Regenwald e.V)
 
Est-ce un combat de David contre Goliath?
CONSEIL DES ETATS / CASSIS DE DIJON : il a enterré par 23 voix contre 18 une initiative du directeur de l'Union suisse des paysans Jacques Bourgeois demandant de modifier le principe du Cassis de Dijon. Les sénateurs ont refusé d'exclure les denrées alimentaires comme l'auraient voulu les paysans. En 2009, la Vrille avec le soutien d'Uniterre, des ACP, des Verts et une partie de l'UDC avait lancé un référendum contre le Cassis de Dijon.
C'est par ces mots forts qu'Olivier De Schutter, ancien rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation et co-Président du nouveau «panel international d'experts pour des systèmes alimentaires durables» qualifie le processus de négociation entourant les accords de libre-échange entre l'UE et les USA. Pour lui comme pour ses pairs ou la société civile, il est impossible de faire une étude d'impact «droits humains» sur ces accords puisque nous n'avons rien sous la main à étudier. Et de lancer à la salle de l'Uni de Genève: «s'ils ont si peur de la démocratie, qu'ils le disent». Cela se passait à l'occasion d'une conférence organisée par FIAN Suisse et intitulée «Cohérence des politiques publiques au service du droit à l'alimentation».