#

Par Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire d’Uniterre

Pour bien comprendre comment fonctionne le marché du bois en Suisse, je me suis rendue dans l’Arc jurassien où j’ai pu m’entretenir avec Jean-Claude, scieur indépendant. Il a souhaité garder l’anonymat. Il dirige depuis de nombreuses années une scierie bien implantée dans sa région, et il met un point d’honneur à n’utiliser que du bois local. Sa spécialité est d’être en mesure de proposer toutes sortes de façonnage, de façon à pouvoir répondre aux demandes les plus diverses. Ce sont plus de 2’500 m3 de bois par année qui passent au travers de ses machines pour être sciés, rabotés et façonnés. Ce sont des produits aux dimensions standards qui sont fabriqués, mais également des articles plus spécifiques.

Préserver le capital forestier

A la question des impacts des changements climatiques sur son travail, Jean-Claude estime ne pas être tellement touché pour le moment. En effet, les garde-forestiers avec qui il collabore peuvent encore, dans sa région, prévoir chaque année suffisamment de coupes de bois frais, issu d’arbres en bonne santé et de belle qualité, pour qu’il puisse continuer de fournir à ses clients planches, éléments de charpente et autres lattes et parquet. Cependant, la part des coupes urgentes, liées à la sécheresse et aux attaques de parasites tels le bostryche, augmente de façon inquiétante ces dernières années. En vertu du principe que l’on ne prélève dans la forêt que le volume qui pousse annuellement (comme les intérêts à la banque), le jour viendra probablement où les coupes sanitaires dépasseront ce volume, en tout cas certaines années, et le bois frais viendra à manquer. De plus, il estime qu’il faut impérativement veiller à poursuivre une exploitation raisonnable de la forêt. Il a pu constater, au fil des ans, que le nombre d’arbres « âgés » encore sur pied a beaucoup diminué.

Jean-Claude fait également le constat que les petites scieries indépendantes disparaissent inexorablement au fil des ans. De la même façon que dans la paysannerie, la concurrence étrangère et la course aux prix les plus bas sont pour beaucoup dans cette évolution. On apprend au fil de la conversation que l’industrie du bois est subventionnée en Europe, tout particulièrement pour ce qui concerne la construction des scieries. Ce fait me sera confirmé plus tard par Jan Boni, ingénieur forestier du Canton de Neuchâtel. Il a ainsi été possible de maintenir en Europe des structures modernes. Cependant il semble que l’idée d’instaurer des subventions pour l’industrie du bois en Suisse ne fasse pas l’unanimité. Un peu comme dans le milieu agricole, la subvention présente l’inconvénient majeur d’entraîner d’inévitables contrôles, ce que tous ne souhaitent pas, et une certaine lourdeur administrative. Actuellement, l’argent public sert essentiellement à promouvoir l’entretien durable de nos forêts, qu’elles soient publiques ou privées, ce qui en fin de compte sert aussi la cause de l’industrie du bois, de façon insuffisante cependant.

Quelle aide pour les scieries ?

Quant au problème des importations, il est bien complexe là aussi. Par chance, l’obligation de déclarer l’origine du bois a été maintenue, alors que le Conseil fédéral voulait la supprimer, en vertu de la simplification administrative. Cependant, il faut savoir qu’il n’existe aucune taxe ni droit de douane pour le bois, que ce soit en bois rond ou en bois transformé. Le lamellé-collé est un exemple particulièrement frappant, puisque 95% de ce produit utilisé en Suisse provient de l’étranger. A ce sujet, l’avis de nos deux professionnels diverge. Pour Jean-Claude, les taxes douanières permettraient de favoriser le bois suisse en dynamisant les scieries. Car de son expérience, les clients s’intéressent surtout au prix. La provenance est un critère secondaire. En revanche, Jan Boni estime que l’industrie du bois suisse ne serait pas en mesure de fournir les produits qui sont actuellement importés. En tout cas pas dans l’immédiat.

Il existe pourtant des initiatives pour mettre en avant cette précieuse ressource naturelle, qui est la seule dont nous disposons en Suisse. Un organisme comme Lignum a mis sur pied un label, le COBS (Certificat origine bois suisse), qui peut être un atout marketing lors de la construction, et que les collectivités publiques peuvent utiliser pour se vendre, et attirer artisans ou habitants. Mais on pourrait aller plus loin, et offrir une subvention aux scieries ou aux utilisateurs du bois suisse, voire carrément aux deux. Cette incitation financière serait relativement aisée à mettre en place, et présente l’avantage de ne pas être coercitive ni punitive.

Prise de conscience

L’arrivée du Coronavirus dans nos contrées a encore fragilisé un marché du bois déjà bien tourmenté. Après quelques coups de vent remarquables entre janvier et février, contribuant à la saturation du marché, la pandémie a entraîné le ralentissement, voire l’arrêt total, de nombreuses scieries et entreprises forestières, en Suisse comme en France voisine. Il est conseillé aux propriétaires forestiers de ne plus rien couper. Comment les entreprises suisses vont-elles sortir de ce mauvais pas ? Il faut espérer que la crise engendrera une prise de conscience de l’ensemble de la société : nos piliers sont celles et ceux qui assurent nos besoins fondamentaux en temps de crise. Les personnes qui travaillent le bois, notre seule ressource naturelle, en font partie et méritent pleinement une valorisation décente de leur labeur.

-------------------------------------------------------------------------------

Zoom sur nos forêts

Rudi Berli, maraîcher et secrétaire d’Uniterre

La forêt suisse constitue la deuxième ressource naturelle du pays après l’eau. Selon la statistique forestière, la surface boisée est en augmentation de plus de 1000 ha par année et représente 31% de la surface du pays. Bien que sa fonction première soit la production de bois, la forêt revêt un caractère multifonctionnel garanti par la loi : protection, aspects sociaux, écologiques et économiques. Depuis 1990 (protocole de Kyoto), la forêt est le plus souvent gérée comme puits de carbone net 1.La forêt suisse appartient à hauteur de 71% aux collectivités publiques avec un peu plus de 898’000 ha. 240’000 propriétaires privés possèdent une surface de moins de 50 hectares avec un total de 373'000 ha. La sylviculture suisse emploie environ 5’800 personnes et l’industrie du bois dans son ensemble, avec 12’000 entreprises principalement situées dans des régions rurales, occupe 90’000 personnes au total.

Depuis le début des années 80, l'économie forestière suisse est en crise. C'est à partir de 1985 que l'exploitation forestière est devenue déficitaire, malgré des subventions fédérales et cantonales qui s'élèvent aujourd'hui à environ 300 millions de francs. Dans un marché du bois libéralisé, c'est le transport relativement bon marché qui a fait chuter les prix du bois, alors que les coûts d'exploitation ne cessent d'augmenter. Le bois de première qualité est cependant toujours rentable.

Pour garantir les prestations forestières à long terme, la situation économique de la sylviculture doit être redressée notamment en stimulant la demande et en favorisant l'accès au marché pour le bois indigène. En tant que réservoir de CO2 dans les bâtiments et les produits en bois, l’imposition d’une proportion minimale de bois suisse dans tout nouveau bâtiment serait bénéfique au climat. Malgré les accords de l'OMC, les critères de durabilité et de transport pourraient être invoqués dans les soumissions publiques d'achat.

Alors qu'en plaine les quantités de bois récoltées sont équilibrées entre l'accroissement et le décroissement, la situation est différente dans les zones de collines et de montagne. Sur l'ensemble de la Suisse, le potentiel du bois n'est utilisé qu'à hauteur de 50% environ. Quelque 5.2 millions de m3 de bois ont été récoltés en 2018, soit 11 % de plus que l’année précédente.En cause, la prolifération des bostryches, la sécheresse estivale et les dégâts causés par les tempêtes hivernales. Un meilleur accès aux forêts pourrait permettre d’exploiter de manière durable – sans en récolter plus qu’il n’en pousse – 2 à 3 millions de m3 de bois supplémentaires. La consommation indigène des ressources à base de bois se situe en 2018 à 11,2 millions de m3. 24% pour des matériaux en bois, 19% pour du papier et du carton et 54% pour le bois-énergie. En 2018, la consommation d’énergie totale en Suisse était couverte à 4,6% par le bois et plus de 10 % des ménages suisses étaient chauffés au bois. Cette énergie est quasi neutre en CO2 et joue un rôle de premier plan dans la stratégie énergétique nationale.

Pour l'agriculture le bois reste une activité intéressante, même si son rendement financier est précaire. Elle procure une indépendance énergétique et un revenu d'appoint à condition de maîtriser le débouché et de pouvoir adapter les quantités à la demande. C’est ainsi que s’ouvrent de nouvelles possibilités pour les paysan.ne.s, par exemple en créant leur propre réseau de chauffage à bois à distance. Il existe pour l'agriculture également un potentiel dans le développement de l'agroforesterie dans un système de polyculture non-forestière.

Il est donc important de défendre, également dans une perspective de souveraineté alimentaire et agroécologique, l'utilisation du bois des forêts suisses gérées durablement.

[1] On désigne par puits de carbone l’absorption nette de dioxyde de carbone par des écosystèmes et par source de carbone sa libération nette dans l’atmosphère. Les activités humaines, telles que les reboisements, les déboisements, l’exploitation forestière et l’agriculture, ont une influence sur les stocks de carbone des écosystèmes. En Suisse, les sources de carbone provenant des déboisements pourraient être plus importantes que les puits de carbone résultant des reboisements. La gestion des forêts représente le potentiel de puits de carbone le plus important.
Source : OFEV : puits_et_sourcesdeco2danslexploitationforestiere.pdf

#

Notre courrier à l'Office fédéral de l’agriculture (OFAG) du 27 avril contre l'importation du beurre aura été vain. En effet, l’OFAG a accepté la demande déposée par l’interprofession du lait en relevant de 1000 tonnes le contingent d’importation de beurre au 1er juin 2020.

Au vue de la réponse de l'OFAG à notre courrier (à retrouver ici), cela n'est malheureusement pas surprenant. Comme toujours, la Confédération ne veut pas prendre ses responsabilités et mettre un cadre là où l'IP Lait ne fait pas son travail!

Alors, maintenant, l'octroi de cette autorisation nous amène quelques questions (pdf ici), que nous avons posé à l'OFAG:

  • Quels sont les acheteurs des parts de contingent mises aux enchères jusqu’au 26 mai 2020 ainsi que les quantités attribuées à ces acheteurs ?
  • D’où proviendra ce beurre ? Dans quelles conditions, avec quel cahier des charges ce dernier sera-t-il fabriqué ?
  • L'OFAG peut-il nous assurer que ce beurre importé respectera l’alinéa d. de l’article 104a. sur la sécurité alimentaire, à savoir « des relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire » ?
  • Ce beurre sera-t-il soumis à des conditions strictes d’affichage lors de sa vente ? Y a-t-il une obligation de déclarer son origine étrangère sur les emballages ou étiquettes de vente ? Les acheteurs peuvent-ils le mélanger à de la production indigène pour l’écouler sans qu’il en soit expressément fait mention sur les produits concernés ?
  • Comment l'OFAG compte assurer que le lait utilisé pour la fabrication du beurre importé ne proviendra pas d’animaux nourris aux OGM, que ce lait sera produit selon les exigences du cahier des charges suisse ? Quels contrôles seront mis en place pour assurer la traçabilité de la production de ce beurre importé ?

Nous vous tiendrons informer du retour de l'OFAG à ces questions.

Nous ne baissons pas les bras et prévoyons d'autres actions à venir! La suite au prochain épisode!

#

L’initiative pour des multinationales responsables sera soumise à votation ! Une épreuve de force s’est tenue au parlement et le lobby des grandes multinationales s’est imposé sur tous les plans (voir ci-dessous pour plus de détails).

Soutenir maintenant le crowdfunding !

Uniterre soutient l’initiative pour des multinationales responsables, car elle vise une évidence: lorsque des multinationales comme Glencore polluent des rivières ou détruisent des régions entières, elles doivent en assumer les conséquences.

Afin de gagner la votation contre la campagne à 8 millions du lobby des grandes multinationales, nous avons besoin de votre soutien. Avec le lancement d’un grand crowdfunding, nous nous sommes fixés l’objectif de récolter un million de francs ! Participez dès maintenant au crowdfunding : www.initiative-multinationales.ch/crowdfunding


Un million de francs est un objectif très ambitieux que très peu de campagnes ont atteint en Suisse. Si nous voulons gagner, nous dépendons urgemment de ces fonds :

  • Nous avons besoin de 130'000 CHF au moins pour la production et la publicité de vidéos en ligne afin de mobiliser les jeunes durant la dernière phase.
  • Il nous faut 220'000 CHF au moins afin de publier des annonces dans les grands journaux.
  • Nous avons besoin de 650'000 CHF au minimum pour des affiches, sinon nous n’aurons aucune visibilité face à la campagne d’affichage étendue des grandes multinationales.

Un grand merci d’avance pour votre contribution. Qu’il s’agisse de 5, 50 ou 200 francs, tout don nous rapproche un peu plus de notre but : www.initiative-multinationales.ch/crowdfunding


Au fait, que s’est-il passé au parlement ?
Après presque trois ans de débats parlementaires s’est tenue la « conférence de conciliation » des deux chambres. Les grandes multinationales et leurs associations de lobbying se sont à nouveau imposées sur tous les plans lors de cette dernière étape. Cela signifie qu’il n’y aura pas de réglementation à l’égard de multinationales comme Glencore et Syngenta et qu’elles ne devront pas répondre de leurs actes lorsqu’elles polluent des fleuves ou détruisent des régions entières.


Nous avons maintenant besoin d’un Oui dans les urnes en faveur de l’initiative pour des multinationales responsables ! Pouvez-vous aussi soutenir le crowdfunding par un don ? Un grand merci d’avance : www.initiative-multinationales.ch/crowdfunding

#

Une vidéo à ne pas manquer!

https://www.youtube.com/watch?v=QyxXJEnZt8g

Réalisée par Longo Mai - Montois

#

Alors que plus que jamais, nous constatons qu’une agriculture indigène est indispensable à la sécurité de l’approvisionnement de notre pays et à la souveraineté alimentaire ; que les consommateurs prennent conscience de l’importance d’une agriculture de proximité et dévalisent les marchés à la ferme, self-services et autres, la demande de l’IP lait du 23 avril d’importer 1000 tonnes de beurre tombe totalement à rebours du bon sens et elle est choquante en cette période de crise historique.

Nous vous demandons de refuser catégoriquement cette demande. La fabrication de beurre à partir de matière première suisse est possible et plus que souhaitable ! Comme indiqué dans notre précédent courrier adressé à M. Parmelin, le 14 avril dernier, il est temps de mettre fin aux aberrations que la production laitière subit depuis des années: le système de segmentation du lait en place aujourd’hui est opaque et profite surtout aux acheteurs de lait qui utilisent tous les stratagèmes possibles pour acquérir cette précieuse matière première au prix le plus bas possible. Voici quelques exemples :

- Entre septembre 2019 et janvier 2020, la part de lait segment B chez l’un des plus gros acheteurs - Mooh - est passée de 10 à 40%. Et comme par hasard, cette augmentation du lait en segment B s’est faite en parallèle de la mise en place du « Tapis vert » (Swissmilk green).

- Une partie du lait segment B sert à la fabrication de fromage à pâte molle vendu à l’exportation environ 3 Fr.-/kg. Comment cela est-il possible ? Parce que le supplément pour le lait transformé en fromage est également versé sur ce lait segment B, ce qui est contraire à la loi : ce supplément ne doit aller que sur du lait segment A.Pour rappel, le lait segment B a été payé en moyenne 45,42 centimes par litre de lait en 2019.

- De plus, l’acheteur Mooh a annoncé dans son bulletin d’avril 2020 qu’à cause de l’effondrement brutal des prix internationaux du lait et de la poudre de lait lié à la crise du corona virus, le prix du lait segment B est impacté et a déjà diminué de 3 centimes sur le mois d’avril pour arriver à 42 centimes. Et que l’on peut s’attendre à une nouvelle baisse importante en mai.

Comment ce secteur déjà fortement ébranlé va-t-il pouvoir faire face à une nouvelle baisse des prix ?

Nous demandons donc : une revalorisation du prix départ ferme, un transfert d’une majorité du lait segment B, utilisé à la fabrication de pâtes molles, de poudre de lait écrémé, yogourts, autres produits frais pour l’exportation vers le segment A pour la fabrication de beurre pour le marché Suisse.

Comme nous pouvons le constater ses dernières semaines, la Confédération a su nous montrer, qu’en temps de grave crise, elle est capable de jouer son rôle et de prendre ses responsabilités, même au prix de nombreux sacrifices. Nous demandons que l’Office Fédéral de l’Agriculture prenne aussi ses responsabilités et mette en place de véritables mesures pour encadrer la production laitière suisse et garantir le maintien de cette dernière. L’heure est grave également pour la production laitière suisse ! Et force est de constater que la Fédération des Producteurs Suisses de Lait ainsi que l’Interprofession Lait ont montré depuis des années et montrent encore aujourd’hui, en temps de crise, leur incapacité à défendre et mettre en place de réelles solutions en faveur des producteurs de lait suisses.

N’oublions pas que si nous en sommes arrivés là - à manquer de matière première pour fabriquer du beurre -, c'est avant tout à cause de l’hécatombe du nombre de producteurs de lait en Suisse, qui est la conséquence d’un prix du lait tous segments confondus couvrant à peine la moitié des coûts de production.

De nombreux producteurs sont au bord du gouffre et de plus en plus de consommateurs se rebiffent contre cette libéralisation des importations particulièrement en ces temps de semi-confinement qui exacerbent les réactions. Accepter cette demande d'IP Lait est indigne d'un pays qui dit soutenir ces producteurs. Cela pourrait, de plus, amener ces producteurs qui n'ont plus rien à perdre à des réactions en chaîne. Plusieurs d'entre eux ont déjà parlé de vider les rayons de beurre étrangers dans les magasins qui en vendraient. Des consommateurs semblent de plus en plus prêts à les appuyer. La situation est déjà tendue et ce serait un non sens que de mettre de l'huile sur le feu.

Il est temps d’agir en faveur des producteurs !

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur Hofer, à l’assurance de nos salutations distinguées.

(Pour simplifier, la forme masculine est employée pour désigner autant les femmes que les hommes)


pdf

#

Le 27 janvier 2020, le syndicat des paysans et paysannes Uniterre et le vigneron Willy Cretegny ont officiellement lancé le référendum contre l'accord de libre-échange avec l'Indonésie. Entre-temps, outre les Jeunes Socialistes, les Jeunes Verts, l’Association des petits paysans, Slow Food et de nombreuses autres organisations se sont également prononcés en faveur du référendum. Malgré ce délai, environ 27’ 000 signatures ont déjà été recueillies au cours du premier mois.

L'Indonésie est le plus grand producteur mondial d'huile de palme, exportant plus de 30 millions de tonnes d'huile de palme brute et raffinée en 2018. Cette production est étroitement liée au défrichement ou aux incendies à grande échelle de forêts vierges pour la production d'huile de palme, ainsi qu’aux émissions massives de gaz à effet de serre. Les monocultures détruisent irrémédiablement l'une des forêts tropicales les plus riches en espèces du monde : les populations indigènes, les agriculteurs et les paysans sont déplacés en conséquence. Près de 10 % de la superficie des terres sont désormais constitués de plantations de palmiers à huile.

Le greenwashing au plus haut niveau de la chaîne de valeur

Selon l'accord économique de l'AELE, les importations d'huile de palme (conformément au paragraphe 2 lit. A) doivent répondre aux critères suivants : «qu'elle n'ait pas été produite en violation des lois, politiques et pratiques visant : à protéger la forêt primaire, les tourbières et les autres écosystèmes d'importance particulière de l'Indonésie; à protéger l'air et l'eau de la pollution; et à garantir les droits des populations locales et, en particulier, des populations autochtones et des travailleurs agricoles1

Il est évident que les critères mentionnés ci-dessus sont violés de manière flagrante et étendue. Mathias Stalder, coordinateur du référendum, critique également «le fait que les clauses de durabilité invoquées par les ONG comme étant progressistes sont exclues du tribunal arbitral, et qu'en outre il y a un manque de possibilités de contrôle et de sanctions contraignantes.»

Manque de transparence et absence de durabilité

Une enquête menée par le gouvernement indonésien en août 20192 a révélé que 81% des plantations de palmiers à huile étaient en infraction avec les exigences du gouvernement. Par exemple, de nombreuses entreprises de plantation n'ont pas de permis de culture et ne respectent pas les normes nationales de durabilité ; il s'agit souvent de plantations illégales dans des zones de protection des forêts ou des tourbières. Le réseau de recherche Trase (Transparent supply chains for sustainable economies)3 a publié une étude sur les chaînes d'approvisionnement en huile de palme en Indonésie au début de 2020. Cinq groupes de sociétés contrôlent les deux tiers des raffineries et exportent, s'approvisionnant auprès de centaines de moulins, qui sont à leur tour approvisionnés par des centaines de milliers de petits agriculteurs. Leurs recherches révèlent des «zones d'ombre importantes» dans les informations sur la propriété - jusqu'au point de dissimulation - rendant la traçabilité difficile, voire impossible. On ne sait toujours pas comment les raffineries, avec des obligations de déforestation zéro, sont en mesure d'identifier d'où les usines tirent leurs produits L'analyse de «Trase» montre clairement que les capacités des usines actuelles sont bien supérieures à leur production actuelle (85 millions de tonnes contre 41 millions de tonnes en 2018). Ils craignent donc une extension des plantations de 1,5 million d'hectares de forêt vierge.

Les "pyromanes" sont en Suisse

Alors qu'en septembre 2019, 300’000 hectares de forêt tropicale ont brûlé en Indonésie, une superficie plus grande que le canton du Tessin, la Suisse alimente la propagation des monocultures de palmiers à huile avec un accord de libre-échange avec l'Indonésie. De grandes entreprises telles qu'Unilever, Mondelez, Nestlé et Procter & Gamble (P&G), ainsi que des négociants en huile de palme comme Wilmar, achètent de l'huile de palme à des producteurs liés aux nombreux incendies en Indonésie, selon une étude de Greenpeace International4 datant de novembre 2019. Quatre sociétés de commerce de matières premières, toutes basées à Genève, en profitent également : Cargill, Bunge, Louis Dreyfuss Company et Olan. Ensemble, ils génèrent des profits annuels de 220 milliards de dollars US, ce qui équivaut au produit national brut total des 40 pays les plus pauvres.

Accès à la terre et mise en œuvre de la réforme agraire

En réponse aux incendies massifs de forêt, notre organisation sœur, l'Union des paysans indonésiens (SPI), a appelé le gouvernement à transformer le modèle agricole indonésien en une agriculture agroécologique et à donner la priorité à la souveraineté alimentaire. «S'abstenir de pratiques agricoles destructrices n'est que dans l'intérêt des marchés internationaux, qui sont actuellement au bord de la crise», ont-ils écrit dans une déclaration d'octobre 2019. «Avant la libéralisation du commerce, l'Indonésie exportait du riz et aujourd'hui le pays est obligé d'en importer près de 2 millions de tonnes. Plus de 20 % de la population indonésienne souffre de malnutrition, la moitié des gens vivent en dessous du seuil de pauvreté», écrit le secrétaire syndical Rudi Berli, «dont beaucoup sont de petits agriculteurs et des sans-terre».

La pression concurrentielle continue de s'accroître

Les 12’500 tonnes de contingents d'huile de palme sont en concurrence directe et déloyale avec la production nationale de graines oléagineuses. Comparaison des prix: 2.64 frs/kg pour l'huile de colza après transformation, 2.59 frs/kg pour l'huile de tournesol, contre 2.51 frs/kg pour l’huile de palme (droits de douane inclus). Une réduction de 35 % des droits de douane, comme stipulé dans l'accord de libre-échange avec l'Indonésie, signifie une réduction de 40 centimes. Rudi Berli, producteur de légumes et porte-parole du comité référendaire, critique: «La réduction des droits de douane sur les importations d'huile de palme stimule en outre la demande. L'objectif d'obtenir des matières premières agricoles aussi librement que possible et au prix le plus bas possible est ici mis en œuvre. Avec des conséquences fatales pour l'homme et l'environnement - au seul bénéfice de l'agro-industrie.»

La date limite du référendum expire le 9 avril 2020. Les feuilles de signature doivent être renvoyées au comité référendaire avant le 20 mars 2020.

1 Nachhaltigkeit im Handelsabkommen mit Indonesien von Dr. jur. Elisabeth Bürgi Bonanomi

https://boris.unibe.ch/132880/1/Buergi-Bonanomi_EFTA-Indonesien CEPA palmoil.pdf

2 81% of Indonesia’s oil palm plantations flouting regulations, audit finds - Hans Nicholas Jong https://news.mongabay.com/2019/08/81-of-indonesias-oil-palm-plantations-flouting-regulations-audit-finds/

3 Trase Corporate ownership and dominance of Indonesia’s palm oil supplyhttp://resources.trase.earth/documents/infobriefs/infobrief09EN.pdf

4 Burning down the House: How Unilever and other global brands continue to fuel Indonesia’s fires https://storage.googleapis.com/planet4-international-stateless/2019/11/5c8a9799-burning-down-the-house-greenpeace-indonesia-fires-briefing.pdf


#
Si l’accord de libre-échange que le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) négocie actuellement avec la Malaisie entre en vigueur, les paysannes et paysans malaisiens perdront la maîtrise de leurs semences au profit de grands groupes agro-industriels. Action de Carême, Pain pour le prochain et Être Partenaires lancent une action internationale pour que les normes de protection des obtentions végétales qui menacent les systèmes semenciers paysans dans les pays du Sud ne soient plus incluses dans les accords de libre-échange.

Aujourd’hui, plus de la moitié des semences commerciales sont contrôlées par trois multinationales, dont Syngenta, qui a son siège en Suisse. Une poignée d’entreprises décide donc de ce que nous cultivons et de ce que nous mangeons. La gamme des semences produites par ces multinationales ne comprend que quelques espèces, généralement inadaptées aux particularités locales. Pour qu’elles poussent et atteignent un rendement élevé, les paysannes et paysans doivent aussi acheter des engrais et des pesticides aux mêmes multinationales, qui obtiennent ainsi de juteux bénéfices, au détriment de l’environnement et de la biodiversité.

Dans l’accord de libre-échange en cours de négociation, la Suisse demande à la Malaisie d’adopter une loi stricte en matière de protection des obtentions végétales conforme à la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales ratifiée en 1991 (UPOV 91). La protection des obtentions végétales – une sorte de brevet sur les semences – garantit aux semenciers un monopole, dont tirent parti, pour l’essentiel, les multinationales de l’agriculture. « Si nous ne pouvons plus produire nos semences, ce sont les semenciers qui fixeront les prix. Cette loi nous empêche en outre de transmettre nos connaissances ancestrales aux générations de demain », explique Borhan Omar, membre du conseil communal de Sungai Rusa en Malaisie. Depuis des générations, les familles paysannes de son village sélectionnent leurs propres semences, qu’elles multiplient, échangent et vendent. Or, ce sont précisément ces pratiques qu’une nouvelle loi veut interdire.

Les conséquences de ce modèle sont déjà visibles dans d’autres pays d’intervention d’Action de Carême et de Pain pour le prochain. « Au Honduras, nos partenaires ont déposé une plainte constitutionnelle contre une loi qui met en péril le droit à l’alimentation de la population et plus spécifiquement le droit aux semences. La procédure est encore en cours », relate Ester Wolf, responsable Droit à l’alimentation à Pain pour le prochain. « Le droit aux semences est reconnu dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans, approuvée en 2018 par de nombreux pays, dont la Suisse. Il est incohérent que la Suisse demande une loi qui limite l’accès aux semences des familles paysannes dans les accords de libre-échange », poursuit-elle.

Pour que la Malaisie ne connaisse pas le même sort, plus de 90 paysannes et paysans malaisiens ont envoyé des lettres au SECO pour lui demander d’exclure l’adoption d’une loi conforme à l’UPOV 91 des négociations de l’accord de libre-échange. Par signe de solidarité avec la Malaisie et parce qu’elles sont elles-mêmes concernées, plus de 1000 personnes d’Afrique, d’Amérique latine et d’autres pays d’Asie ont elles aussi écrit au SECO. Le public suisse est également invité à soutenir cette action, comme l’ont déjà fait plus de 200 personnes et de nombreuses paroisses.

En lançant leur Campagne œcuménique 2020 (du 26 février au 12 avril) intitulée « Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir », Action de Carême, Pain pour le prochain et Être Partenaires demandent que les paysannes et paysans puissent conserver la propriété et la maîtrise de leurs semences.

Afin de sensibiliser le public suisse aux enjeux liés aux semences, les trois œuvres ont mis sur pied plusieurs événements (voir les détails plus bas) qui auront comme protagonistes des spécialistes du domaine semencier, des personnes du milieu associatif qui s’engagent pour la sécurité alimentaire ainsi que des académiciennes. L’hôte de la campagne de cette année, Octavio Sánchez Escoto, interviendra à trois des six événements proposés et apportera son témoignage sur la situation au Honduras. Octavio Sánchez Escoto est coordinateur d’ANAFAE, une organisation partenaire qui promeut l’agroécologie et l’accès aux semences traditionnelles.

Dossier de presse comprenant des documents de fond :

Modèle de la lettre adressée au SECO : www.voir-et-agir.ch/semences

Photos des expéditeurs et expéditrices de la lettre adressée au SECO : www.voir-et-agir.ch/lettres

Notre publication Perspectives sur le sujet : « Les semences appartiennent aux familles paysannes »

Reportage multimédia : « Les semences, à l’origine de tout »

Court film d’animation qui explique la problématique en 3’50’’ : « Semences en résistance ».

Hôte de la campagne 2020 (en Suisse du 17 au 29 mars, mais joignable à distance) : Octavio Sanchez Escoto, Honduras, coordinateur d’ANAFAE, une organisation partenaire qui promeut l’agroécologie et l’accès aux semences traditionnelles

Site web de la campagne : www.voir-et-agir.ch/semences

Renseignements :

Ester Wolf, responsable Droit à l’alimentation chez Pain pour le prochain

wolf@bfa-ppp.ch, 021 614 77 13, 076 481 06 01

Tiziana Conti, responsable de la communication chez Action de Carême

conti@fastenopfer.ch, 021 617 88 82, 076 366 06 40

#

Pour une alimentation saine pour tous, contre l'injustice sociale, le changement climatique et la perte de biodiversité. L'agriculture nous concerne tous et toutes.

Ce matin a eu lieu a Bern la conférence de presse d'annonce de la manifestation "L'alimentation est politique!" de ce samedi 22 février.

Uniterre a présenté les revendications suivantes dans le cadre de sa participation:

Sur les plans écologique, social et économique, la politique agricole actuelle est en difficulté. L'agriculture paysanne est tiraillée entre la pression vers plus de marché, de libre-échange et d'esprit d'entreprise, et les demandes toujours plus nombreuses de durabilité et de bien-être des animaux. La pression sur les coûts s'en trouve accrue, les intrants et les investissements sont élevés et le prix de vente est bien inférieur au prix couvrant les coûts de production. Résultat : 3 fermes par jour ferment définitivement leurs portes.

Depuis sa fondation en 1951, le syndicat paysan Uniterre poursuit l'objectif d'une agriculture durable. L'agriculture fournit d'importants services sociaux, tels que la production d'aliments sains, le développement rural, la protection des paysages, la promotion de la biodiversité et la préservation de la fertilité des sols. Ces services doivent être reconnus, soutenus par la société et, compte tenu de la crise climatique et écologique, fortement promus en termes de durabilité. La protection des ressources et des cycles naturels est d'une grande importance.

Avec le mouvement paysan international "La Via Campesina", Uniterre s'engage en faveur de la souveraineté alimentaire. Nous devons façonner la politique agricole et alimentaire de sorte à ce qu'elle réponde à nos besoins - de manière démocratique, équitable et autodéterminée : Un système alimentaire local, durable et diversifié, avec des conditions de travail dignes et équitables, ainsi que des prix justes.

L'agroécologie façonne le travail d'Uniterre et de La Via Campesina et combine les connaissances traditionnelles avec la défense des droits des paysan.ne.s. Ces derniers englobent l'accès aux semences, à la terre, à l’eau et à d’autres biens communs. Nous comprenons l'agroécologie comme un processus social. Les initiatives en faveur de l'agroécologie, de la souveraineté alimentaire et de la déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant en milieu rural (UNDROP) sont des résultats concrets de l'engagement des paysan.ne.s en faveur de la justice. Ils forment l'actuelle base du travail politique d'Uniterre.

Les accords de libre-échange nuisent à l'agriculture dans le monde entier. Nous revendiquons que les produits agricoles doivent être protégés contre les importations de denrées alimentaires bon marché, et que les biens agricoles doivent être exclus des accords de libre-échange. Nous sommes dépendants du commerce transfrontalier, mais celui-ci doit être basé sur des normes équitables et écologiques, et non sur des prix de dumping. L'approvisionnement de la population en denrées alimentaires nationales est une priorité.

La situation des revenus des agriculteurs doit être améliorée. Des prix équitables, des contrats d'achat à long terme avec des quantités et des prix contraignants, garantissent des investissements futurs qui tiendront compte de l’écologie et du bien-être animal. Notre objectif est de répondre aux besoins réels de la population, qui soit servie aussi directement que possible, et non de satisfaire un marché dominé par de grands distributeurs et quelques transformateurs. Les prix des denrées alimentaires ne doivent pas devenir le jouet d'une politique sociale malavisée.

Les femmes d'ici et d'ailleurs dans le monde ont un accès très limité à la terre. En Suisse, seulement 6 % des exploitations agricoles sont gérées ou détenues par des femmes. C'est pourquoi nous exigeons : Plus de personnes dans les exploitations agricoles, et non de moins en moins ! Dans l'agriculture également, le travail devrait être réparti de manière équitable entre un plus grand nombre de personnes, hommes, femmes et jeunes.

Une agriculture d'avenir signifie pour nous que les personnes travaillant dans l'agriculture, le commerce alimentaire, la gastronomie et la transformation trouvent un moyen de subsistance et qu'une vie digne pour tou.te.s soit ainsi rendue possible.

Notre mouvement est également un pont vers le Sud. L'appauvrissement mondial des paysan.ne.s, le monopole des semences par l’agroindustrie, la saisie et l'expulsion des terres et les exportations bon marché du Nord sapent également la souveraineté alimentaire et détruisent les moyens de subsistance des paysan.ne.s de cette région, avec pour conséquences la fuite et la migration. Nous disons : « Ca suffit ! »

Maria Jakob, Ursina Töndury et Mathias Stalder, Uniterre

#

Le Parlement a approuvé l’accord de libre-échange avec l’Indonésie le 20 décembre 2019. Et ce, malgré le fait que la déforestation massive et la menace des feux, le travail des enfants et le travail forcé, l’utilisation de pesticides toxiques et le déplacement de milliers de petit*e*s agriculteurs*trices et de populations autochtones sont la règle en Indonésie.

Nous nous opposons donc à un accord de libre-échange avec l’Indonésie, qui nous est vendu comme étant durable. Le terme durabilité signifie pour nous que la sécurité sociale et des conditions de travail équitables doivent être garanties, que l’environnement et surtout la forêt tropicale doivent être protégés et que le sol et les gens doivent être pris en considération.

L’accord de libre-échange n’est pas convaincant. C’est pourquoi nous disons non et montrons aux gouvernements indonésien et suisse : pas avec nous ! Nous osons l’impossible et lançons le premier référendum contre un accord de libre-échange en Suisse. Soutenez-nous maintenant et signez le référendum !

L’huile de palme est cultivée dans des monocultures, avec le recours à des pesticides toxiques, au travail des enfants et au travail forcé, ceci dans des des conditions de travail misérables. D’immenses zones de forêt tropicale offrant une riche biodiversité sont irrémédiablement détruites. Les petits exploitants et les populations autochtones sont chassés de leurs terres. Il n’y a pas d’huile de palme durable.

L’huile de palme est présente dans un produit sur deux. Produite à très bas prix, l’importation entraîne une concurrence déloyale avec nos huiles végétales indigènes. La demande mondiale continue d’alimenter la consommation.

Alors qu’en Suisse, nous fixons des normes élevées en matière de protection de l’environnement, de bien-être des animaux et de biodiversité, les conditions en Indonésie sont en totale contradiction avec nos exigences.

Le commerce mondial a entraîné la destruction de l’environnement. Compte tenu de la crise climatique, le transport de marchandises doit être limité. Dans la plupart des pays, le libre-échange n’a augmenté ni la prospérité ni la qualité de vie et ne sert que les intérêts économiques des multinationales.

Comme dans tous les accords de libre-échange, il manque des mécanismes de contrôle efficaces, de sanctions contraignantes. Les violations des droits de l’homme et du travail, de la protection du climat et de l’environnement ne sont pas l’exception, mais la règle. La durabilité mise en avant des accords est donc réduite à néant.

Très bientôt, nous devrons également débattre des accords de libre-échange avec le Mercosur (regroupement d’États sud-américains) et la Malaisie. Il est juste et stratégiquement important de soutenir le référendum maintenant. Ce faisant, nous envoyons un signal pour un commerce mondial juste et équitable !

Nous n’avons pas de temps à perdre !

Présentée par Perrine Hervé-Gruyer, psychothérapeute et permacultrice à la ferme du Bec Hellouin (Haute-Normandie). Perrine et son mari sont notamment intervenus dans le film Demain réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent.

Elle est organisée par le Laboratoire de transition intérieure de Pain pour le prochain et Action de Carême, Pôle Sud et l'association Théofil dans le cadre du cycle de conférences "Tout peut (encore) changer - Suite".

flyer

Voici le site internet ainsi que l’événement Facebook.