#

La Ferme du Lignon est une ferme urbaine aux multiples activités. La ferme pratique un maraîchage sans pesticides sur le modèle des planches permanentes de Jean-Martin Fortier sur petite surface. La production agricole comporte également des petits fruits, des oeufs plein air et du vin en vente dans le magasin à la ferme. La ferme abrite également chèvres, ânes, cochons et plusieurs salles de réception pour des événements ainsi que des chambres d’hôtes.


Afin de remplacer la personne responsable des jardins, ils recherchent un ou une maraîcher(e)

Missions du poste : Gérer et coordonner le travail de maraîchage et participer à l’élaboration et la transmission de modules pédagogiques pour différents publics.

Taux d’emploi : 50 % annuel, soit environ 25-30 % de novembre à mars et 70 % d’avril à octobre.

Localisation : Ferme du Lignon 51 B route de bois des frères 1219 le Lignon

Durée du contrat : Contrat à durée indéterminée

Entrée en fonction : Dès que possible- A discuter

Activités : La personne travaillera en collaboration avec deux autres personnes sur les secteurs jardin et pédagogique et sera en charge :

Gestion des jardins :

• Gestion administrative des commandes (matériel, plantons…)

• Planification des cultures maraîchères

• Organisation du planning hebdomadaire de travail (semis, plantations, désherbage, arrosage…)

• Soutien et encadrement de la personne travaillant au jardin

• Préparation du sol, suivi des cultures.

• Prise en charge ponctuelle de personnes venant aider aux tâches agricoles (stagiaires, bénévoles, personnes en réinsertion…)

• Aide ponctuelle au magasin de la ferme.

Visites et ateliers pédagogiques :

• Participation au développement de modules pédagogiques dans le cadre de l’école à la ferme et également d’autres ateliers de sensibilisation à l’alimentation.

• Accueil de classes et groupes divers.

PROFIL recherché :

• Qualification CFC ou titre HES agronomie ou expérience significative de plusieurs années.

• Expérience dans le domaine agricole de la culture de légumes bio et planification des cultures.

• Esprit d’équipe, autonomie, polyvalence, dynamisme et sens des responsabilités

• Sens pédagogique, aisance relationnelle, expérience dans l’animation, un plus.

• Maîtrise des outils informatiques (Word, Excel…)

Ce que la ferme offre :

Rejoindre une équipe dynamique, dans un cadre naturel atypique respectueux de son environnement. Participer à la construction d’un projet aux multiples facettes.

POSTULATION

Si vous avez ce profil et êtes motivé·e par ce poste, veuillez envoyer votre dossier complet (lettre de motivation, Curriculum Vitae, copie des diplômes et certificats de travail) à l'adresse info@ferme-du-lignon.ch

ATTENTION : Délai court de postulation jusqu’au 10 décembre 2020 !

pdf

#

Des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève appellent à résister aux sirènes du Black Friday et à soutenir le commerce de proximité équitable

Dans un contexte chamboulé par une fragilisation de nos systèmes économiques, notre consommation doit être fondamentalement revue. En réaction à la consommation frénétique du Black Friday, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Afin de rappeler la nécessité du respect des normes environnementales et sociales tout au long de la chaîne de création de valeur et celle de garantir un prix décent aux producteurs et productrices de nos biens de consommation, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève (voir contacts ci-dessous) avaient décidé d’organiser, du 21 au 28 novembre 2020, une semaine équitable, la Fair Week, en réaction à la consommation frénétique du Black Friday. Un programme riche était proposé qui a dû être annulé mais les acteurs et actrices du commerce équitable vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Le Black Friday ou la frénésie des achats

En Suisse, le Black Friday est une tradition relativement récente qui s’est propagée à la vitesse d’un virus (patient zéro: Manor en 2014). Chaque année les chiffres dépassent ceux des années précédentes au point d’être devenu, même chez nous, le jour de shopping le plus importantde l’année.La plus grande partie des ventes se fait surtout en ligne au cours de la Cyber Week qui commence le lundi Cyber Monday avant le Black Friday, et dure 8 jours.

Mais ce sont les grosses structures qui gèrent des quantités énormes et peuvent bénéficier d’économies d’échelle qui sortent gagnantes de cette course aux bas prix en faisant pression auprès de tous les acteurs de la chaîne, pour qu’ils réduisent leurs coûts. Le prix à payer:l’exploitation des travailleuses et travailleurs et des productrices et producteurs tout le long de la chaîne de production, de transport et de distribution. Comme le dénonce l’ONG Zerowastefrance,«Les promotions n’existent pas, il y a toujours quelqu’un qui paye»!

Pour des enseignes de commerce équitable, mais aussi pour des magasins de produits locaux ou de produits artisanaux, cette course vers le bas prix est impossible à soutenir. Le mouvement du commerce équitable repose en effet sur le prix juste payé aux productrices et producteurs et la rémunération correcte de tous les salariés impliqués dans la chaîne. Tout le monde doit pouvoir avoir une vie digne grâce à son travail! La course au bas prix met déjà en difficulté nos magasins en temps normal; avec des évènements tels que le Black Friday, la pression devient insoutenable.

Notre appel: de proximité et équitable

La crise sanitaire du printemps 2020 a poussé les consommateurs et consommatrices à s’intéresser à ce qui se produisait près de chez eux. Malheureusement le retour à une situation plus «normale» a redimensionné cet intérêt et réactivé les comportements de consommation de masse orientés par le «plus et moins cher possible» et dirigés vers la grande distribution et les plateformes en ligne.

Nous,représentants du commerce équitable à Genève, prônons des relations commerciales aussi équitables et directes que possible -les fameux circuits courts. L’équité dans les échanges commerciaux ne se limite pas aux relations Nord/Sud. Les revendications de nos paysans et paysannes qui réclament également un prix plus juste et des conditions de travail décentes nous interpellent. Ainsi que la survie des petits commerces face à la concurrence des grandes plateformes de vente en ligne.

Nous lançons cet appel pour une remise en question durable de notre système de consommation et recommandons de privilégier les petits commerces de proximité; des structures et des biens qui garantissent des conditions de travail équitables et des biens produits en respectant les cycles de la nature, la biodiversité et un usage limité de produits nocifs pour l’environnement.

Le volet équitable est aujourd’hui d’autant plus important que les productrices et producteurs des pays du Sud, ainsi que leurs familles, sont touchés de plein fouet par la crise économique liée à la pandémie. Et ceci, souvent, dans des pays qui n’offrent aucun filet social et qui ne peuvent pas, à l’instar des pays plus riches, mettre en place des mesures de soutien extraordinaires.

Contacts :

•Claire Fischer, représentante Swiss Fair Trade pour la Suisse romande et le Tessin ; 079690 42 73, claire.fischer@swissfairtrade.ch

•Lara Baranzini, porte-parole de l’Association Romande des Magasins du Monde; 076 418 13 77, lbaranzini@mdm.ch

•Sophie de Rivaz, responsable du dossier «commerce équitable» à Action de Carême, membre du comité de Swiss Fair Trade; 078 708 42 99, derivaz@fastenopfer.ch

•Numéros de téléphone des structures qui participent à la Fair Week disponibles dans le flyer joint.

Communiqué de presse (pdf)

Dossier de presse

#

Cultures Locales est une structure d’agriculture biologique de proximité, dont la forme juridique est une Sàrl. Son activité est principalement dédiée à la production de légumes et de fruits biologiques, écoulée par le biais d’abonnements annuels de paniers distribués de fin mars à mi-décembre.
Cultures Locales accueille également des classes dans le cadre de l’École à la Ferme. L’équipe de jardinier.e.s est constituée de 8 membres salariés à temps partiels (dont 5 associéEs gérantEs), renforcée par des stagiaires, des bénévoles, des Wwoofers ainsi que par des adhérent.e.s volontaires qui viennent prêter main forte au champ.

Raison d’être du poste : Intégrer l’équipe de jardinière.ier.s pour la gestion collective d’une structure d’agriculture contractuelle de proximité en bio.
Taux d’emploi : 60 % annuel, soit 40 % de novembre à avril et 80 % de mai à octobre.
Localisation : 548 Rte du Mandement, 1283 Dardagny, Canton de Genève
Durée du contrat : Contrat à durée indéterminée avec une possibilité de s’associer à terme.
Entrée en fonction : 1er juillet 2021

Description du poste
La personne retenue devra s’investir dans la gestion globale et quotidienne de l’entreprise. Elle devra mobiliser ses compétences agronomiques et s’impliquer dans la gestion collective, aussi bien sur un plan cultural que sur un plan humain. Les décisions sont prises de façon horizontale.
Les tâches et responsabilités sont réparties entre les membres de l’équipe :
• Gestion administrative
• Planification des cultures maraîchères
• Préparation du sol et suivi des cultures (du semis à la récolte en passant par l’entretien et les mesures phytosanitaires pour chaque culture)
• Gestion logistique de la préparation et de la distribution des paniers hebdomadaires.
• Répartition et gestion du travail d’équipe
• Prise en charge des divers groupes qui viennent aider aux tâches agricoles (adhérent.e.s, stagiaires, bénévoles)
• Développement à court, moyen et long terme de Cultures Locales


PROFIL recherché par Cultures Locales

• Qualification certifiante (CFC idéalement avec brevet pour la formation des apprentis ou titre HES agronomie) suisse ou équivalente

• Expérience dans le domaine agricole de la culture de légumes bio, en particulier planification des cultures et fumures
• Volonté de participer à la gestion d’entreprise
• Motivation et implication dans l’esprit d’équipe, autonomie, polyvalence
• Fibre sociale
• Maîtrise des outils informatiques
• Permis de conduire
• Affinité avec les tracteurs et les machines
• Être prêt à travailler des week-ends


Ce que Cultures Locales a à offrir
Rejoindre une équipe dynamique, dans un beau cadre naturel, respectueux de son environnement et dans une ambiance qui prône l’ouverture et le fonctionnement horizontal. L’accent est mis sur des valeurs éthiques, sociales et solidaires. Cultures Locales offre une grande variété de tâches et d’expériences, valorise les variétés anciennes, le travail artisanal, les circuits courts et la biodiversité. Les repas de midi sont pris en charge.

POSTULATION
Si vous vous reconnaissez dans ce profil et êtes motivé·e par ce poste, veuillez envoyer votre dossier complet (lettre de motivation, Curriculum Vitae, copie des diplômes et certificats de travail) à l'adresse info@cultureslocales.ch ou par la poste à l’adresse : 548 Rte du Mandement, 1283 Dardagny.
Délai de postulation: 10 janvier 2021

#

Les Jardins de Cocagne sont une coopérative genevoise de production et de distribution de légumes biologiques, fondée en 1978. 450 ménages reçoivent chaque semaine un cornet de légumes produits aux portes de Genève et livrés dans leur quartier. Nous défendons l’idée de la souveraineté alimentaire, d’une agriculture viable, saine, écologique et de proximité. Nous sommes actifs dans le mouvement paysan en Suisse, en Europe et au-delà.
Les Jardins de Cocagne proposent un poste riche en activités et en développement professionnel et personnel.
L'équipe de Drize-Landecy est actuellement composée de 6 personnes salariées à l'année, selon des pourcentages divers, auxquelles s'ajoutent des coopérateur⸱trices, stagiaires et bénévoles.
Le travail du jardin s'organise selon une approche transversale d'horizontalité, autour de 3 axes principaux : production, administration et vie du jardin.


Poste à 45% annualisé
3 jours de travail (9h par jour), d’avril à novembre
Arrosages et chantiers occasionnels avec les coopérateur⸱trices, pause hivernale
Investissement associatif bénévole : 2-3 jours par année, à définir en équipe


Entrée en fonction : début avril 2021


Salaire brut de départ : CHF 2025.- par mois


Compétences souhaitées :
- formation en maraîchage ou expérience équivalente
- capacité à travailler en équipe
- capacité à accueillir les coopérateur⸱trices
- bonne condition physique
- permis de conduire, aisance dans la conduite de véhicules
- sens des responsabilités, autonomie et flexibilité dans l’organisation du travail de
maraîchage
- adhésion au projet de la coopérative


Délai de postulation : 22 novembre 2020


Dossier de postulation à envoyer par voie électronique à : cocagne@cocagne.ch


Description détaillée du poste téléchargeable sur la page d'accueil : www.cocagne.ch

pdf

#

Afin de fêter ses 11 ans de soutien à la vie associative, Bénévolat-Vaud lance un appel à projets en faveur d'une transition écologique, sociale et créative.

Nous souhaitons soutenir l’élan actuel de la société civile pour trouver des solutions créatives et originales entre prise de conscience, écologie, solidarité sociale et activités productives.

Collectifs en transition s’adresse aux organisations à but non lucratif et aux collectifs informels. Bénévolat-Vaud offre :

  • Formations et accompagnement aux participants sélectionnés
  • Une vidéo de promotion des six projets finalistes

Un prix d’un montant total de CHF 10'000.- pour les trois lauréats

Conditions de participation : à découvrir ici

Renseignements et inscription : projets@benevolat-vaud.ch

Délai : 30 novembre 2020

#

La campagne de votation sur l’initiative pour des multinationales responsables a démarré. Tandis que le lobby des multinationales multiplie les affiches et les annonces avec ses huit millions, nous rendons l’initiative visible grâce à vous et toutes les personnes qui nous soutiennent !

Voulez-vous aider ? Pour attirer encore davantage l’attention sur leur cause, vous pouvez commander un triangle vélo, un drapeau, des autocollants ou des dépliants ici.

De même, vous trouverez dans le matériel de campagne des affiches pour l’extérieur pour le jardin, des banderoles géantes pour les silos et les parois des maisons et des affiches en papier destinées aux vitrines : www.initiative-multinationales.ch/materiel-de-campagne

Grâce à l’engagement d’innombrables personnes comme vous, nous pouvons gagner la votation. En fin de compte, l’initiative pour des multinationales responsables vise une évidence : lorsque des multinationales comme Glencore polluent des cours d’eau ou détruisent des régions entières, elles doivent être tenues responsables.

Ensemble, nous pouvons obtenir le 29 novembre que les multinationales comme Glencore doivent assumer les conséquences de leurs agissements. Mais ce sera très très serré et nous aurons besoin du soutien de tout un chacun durant ces deux prochains mois.

Le Global commodities Summit aura lieu les 28—30 septembre 2020 sous forme de téléconférences. Nous allons faire de même ! Nous allons diffuser en direct les deux conférences suivantes:

———————
1) 14H—15H30
AGROBUSINESS / LIBRE-ÉCHANGE / ÉLEVAGE: CONSÉQUENCES SUR LE CLIMAT ET LES PAYSAN·NE·S EN SUISSE ET DANS LE SUD GLOBAL

Le gouvernement suisse s’apprête à adopter l’accord de libre-échange avec le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), aux conséquences dramatiques pour les paysan·ne·s suisses et les économies des pays du Sud. L’ONG Greenpeace vient de publier un rapport, «Moins mais mieux», qui analyse les impacts du marché mondial de la viande et du fourrage sur le climat.

Intervenant·e·s:
Isolda Agazzi (Alliance Sud) parlera des enjeux de l’accord de libre-échange que la Suisse va signer avec le Mercosur pour l’agriculture suisse et l’économie des pays du Sud.

Michelle Zufferey (Uniterre Une Agriculture Durable) parlera des solutions de lutte de la paysannerie suisse face à l’agrobusiness et au libre-échange.

Mathias Schlegel (Greenpeace Suisse)résentera p le rapport « Moins mais mieux » de Greenpeace, qui analyse les impacts du marché mondial de la viande sur le climat et notre santé.

Joseph Jaccaz (PEA - Pour l'Égalité Animale) évoquera la concurrence entre l’élevage et l’agriculture pour l’occupation du sol. L’impact de la production de viande sur les changements climatiques et la prise en compte des intérêts des animaux doivent nous amener à considérer un monde sans élevage.

————————
2) 16H—17H30
LES ENJEUX DE L’INITIATIVE «MULTINATIONALES RESPONSABLES»

Après de féroces débats au parlement suisse lors desquels la droite a tenté par tous les moyens de couler cette initiative, reportant le vote bien au-delà du délai légal, les citoyen·ne·s suisses voteront le 29 novembre sur ce texte attaqué par les grands lobbys des spéculateurs.

Intervenant·e·s:
Lionel Frei (Solidar Suisse) présentera l’initiative sur laquelle les citoyen·ne·s suisses voteront le 29 novembre. Celle-ci constitue une occasion historique d’amener les multinationales suisses à rendre des comptes en matière de violation des droits humains et d’atteintes à l’environnement.

Emma Lunghi (Pages de Gauche) évoquera les complexes négociations internationales de régulation de polluants organiques persistants. L’implication des lobbys de la petrochimie est féroce pour limiter les restrictions de l’usage des perfluorées que l'on retrouve dans de nombreux objets du quotidien.

Pierre Bayenet ( solidaritéS) interviendra sur les limites juridiques d’une intiative constitutionnelle. Il traitera des différentes étapes par lesquelles celle-ci doit passer avant de se traduire dans la loi. Enfin, il évoquera les limites de son application, notamment des freins politiques qui peuvent s'y opposer.

N’hésitez pas à poser vos questions sous la vidéo, les intervenant·e·s essaieront d’y répondre.

Le programme détaillé sur: https://stop-speculation.ch

Organisé par NON au sommet des pilleurs et pollueurs à Lausanne

#

Uniterre soutient le Parlement de l'alimentation lancé par Agriculture du futur - Réseau solidaire. L'idée est de lancer une dynamique populaire pour dessiner le système alimentaire de demain et de porter la voix des agriculteur.trice.s et des consommateur.trice.s dans les débats des futurs politiques agricoles. Illes ont besoin de votre soutien et participation! L'alimentation nous concerne tout.te.s!

Retrouvez les ici https://www.landwirtschaftmitzukunft.ch/parlement-...

#

Par Vanessa Renfer, paysanne et secrétaire d’Uniterre

Pour bien comprendre comment fonctionne le marché du bois en Suisse, je me suis rendue dans l’Arc jurassien où j’ai pu m’entretenir avec Jean-Claude, scieur indépendant. Il a souhaité garder l’anonymat. Il dirige depuis de nombreuses années une scierie bien implantée dans sa région, et il met un point d’honneur à n’utiliser que du bois local. Sa spécialité est d’être en mesure de proposer toutes sortes de façonnage, de façon à pouvoir répondre aux demandes les plus diverses. Ce sont plus de 2’500 m3 de bois par année qui passent au travers de ses machines pour être sciés, rabotés et façonnés. Ce sont des produits aux dimensions standards qui sont fabriqués, mais également des articles plus spécifiques.

Préserver le capital forestier

A la question des impacts des changements climatiques sur son travail, Jean-Claude estime ne pas être tellement touché pour le moment. En effet, les garde-forestiers avec qui il collabore peuvent encore, dans sa région, prévoir chaque année suffisamment de coupes de bois frais, issu d’arbres en bonne santé et de belle qualité, pour qu’il puisse continuer de fournir à ses clients planches, éléments de charpente et autres lattes et parquet. Cependant, la part des coupes urgentes, liées à la sécheresse et aux attaques de parasites tels le bostryche, augmente de façon inquiétante ces dernières années. En vertu du principe que l’on ne prélève dans la forêt que le volume qui pousse annuellement (comme les intérêts à la banque), le jour viendra probablement où les coupes sanitaires dépasseront ce volume, en tout cas certaines années, et le bois frais viendra à manquer. De plus, il estime qu’il faut impérativement veiller à poursuivre une exploitation raisonnable de la forêt. Il a pu constater, au fil des ans, que le nombre d’arbres « âgés » encore sur pied a beaucoup diminué.

Jean-Claude fait également le constat que les petites scieries indépendantes disparaissent inexorablement au fil des ans. De la même façon que dans la paysannerie, la concurrence étrangère et la course aux prix les plus bas sont pour beaucoup dans cette évolution. On apprend au fil de la conversation que l’industrie du bois est subventionnée en Europe, tout particulièrement pour ce qui concerne la construction des scieries. Ce fait me sera confirmé plus tard par Jan Boni, ingénieur forestier du Canton de Neuchâtel. Il a ainsi été possible de maintenir en Europe des structures modernes. Cependant il semble que l’idée d’instaurer des subventions pour l’industrie du bois en Suisse ne fasse pas l’unanimité. Un peu comme dans le milieu agricole, la subvention présente l’inconvénient majeur d’entraîner d’inévitables contrôles, ce que tous ne souhaitent pas, et une certaine lourdeur administrative. Actuellement, l’argent public sert essentiellement à promouvoir l’entretien durable de nos forêts, qu’elles soient publiques ou privées, ce qui en fin de compte sert aussi la cause de l’industrie du bois, de façon insuffisante cependant.

Quelle aide pour les scieries ?

Quant au problème des importations, il est bien complexe là aussi. Par chance, l’obligation de déclarer l’origine du bois a été maintenue, alors que le Conseil fédéral voulait la supprimer, en vertu de la simplification administrative. Cependant, il faut savoir qu’il n’existe aucune taxe ni droit de douane pour le bois, que ce soit en bois rond ou en bois transformé. Le lamellé-collé est un exemple particulièrement frappant, puisque 95% de ce produit utilisé en Suisse provient de l’étranger. A ce sujet, l’avis de nos deux professionnels diverge. Pour Jean-Claude, les taxes douanières permettraient de favoriser le bois suisse en dynamisant les scieries. Car de son expérience, les clients s’intéressent surtout au prix. La provenance est un critère secondaire. En revanche, Jan Boni estime que l’industrie du bois suisse ne serait pas en mesure de fournir les produits qui sont actuellement importés. En tout cas pas dans l’immédiat.

Il existe pourtant des initiatives pour mettre en avant cette précieuse ressource naturelle, qui est la seule dont nous disposons en Suisse. Un organisme comme Lignum a mis sur pied un label, le COBS (Certificat origine bois suisse), qui peut être un atout marketing lors de la construction, et que les collectivités publiques peuvent utiliser pour se vendre, et attirer artisans ou habitants. Mais on pourrait aller plus loin, et offrir une subvention aux scieries ou aux utilisateurs du bois suisse, voire carrément aux deux. Cette incitation financière serait relativement aisée à mettre en place, et présente l’avantage de ne pas être coercitive ni punitive.

Prise de conscience

L’arrivée du Coronavirus dans nos contrées a encore fragilisé un marché du bois déjà bien tourmenté. Après quelques coups de vent remarquables entre janvier et février, contribuant à la saturation du marché, la pandémie a entraîné le ralentissement, voire l’arrêt total, de nombreuses scieries et entreprises forestières, en Suisse comme en France voisine. Il est conseillé aux propriétaires forestiers de ne plus rien couper. Comment les entreprises suisses vont-elles sortir de ce mauvais pas ? Il faut espérer que la crise engendrera une prise de conscience de l’ensemble de la société : nos piliers sont celles et ceux qui assurent nos besoins fondamentaux en temps de crise. Les personnes qui travaillent le bois, notre seule ressource naturelle, en font partie et méritent pleinement une valorisation décente de leur labeur.

-------------------------------------------------------------------------------

Zoom sur nos forêts

Rudi Berli, maraîcher et secrétaire d’Uniterre

La forêt suisse constitue la deuxième ressource naturelle du pays après l’eau. Selon la statistique forestière, la surface boisée est en augmentation de plus de 1000 ha par année et représente 31% de la surface du pays. Bien que sa fonction première soit la production de bois, la forêt revêt un caractère multifonctionnel garanti par la loi : protection, aspects sociaux, écologiques et économiques. Depuis 1990 (protocole de Kyoto), la forêt est le plus souvent gérée comme puits de carbone net 1.La forêt suisse appartient à hauteur de 71% aux collectivités publiques avec un peu plus de 898’000 ha. 240’000 propriétaires privés possèdent une surface de moins de 50 hectares avec un total de 373'000 ha. La sylviculture suisse emploie environ 5’800 personnes et l’industrie du bois dans son ensemble, avec 12’000 entreprises principalement situées dans des régions rurales, occupe 90’000 personnes au total.

Depuis le début des années 80, l'économie forestière suisse est en crise. C'est à partir de 1985 que l'exploitation forestière est devenue déficitaire, malgré des subventions fédérales et cantonales qui s'élèvent aujourd'hui à environ 300 millions de francs. Dans un marché du bois libéralisé, c'est le transport relativement bon marché qui a fait chuter les prix du bois, alors que les coûts d'exploitation ne cessent d'augmenter. Le bois de première qualité est cependant toujours rentable.

Pour garantir les prestations forestières à long terme, la situation économique de la sylviculture doit être redressée notamment en stimulant la demande et en favorisant l'accès au marché pour le bois indigène. En tant que réservoir de CO2 dans les bâtiments et les produits en bois, l’imposition d’une proportion minimale de bois suisse dans tout nouveau bâtiment serait bénéfique au climat. Malgré les accords de l'OMC, les critères de durabilité et de transport pourraient être invoqués dans les soumissions publiques d'achat.

Alors qu'en plaine les quantités de bois récoltées sont équilibrées entre l'accroissement et le décroissement, la situation est différente dans les zones de collines et de montagne. Sur l'ensemble de la Suisse, le potentiel du bois n'est utilisé qu'à hauteur de 50% environ. Quelque 5.2 millions de m3 de bois ont été récoltés en 2018, soit 11 % de plus que l’année précédente.En cause, la prolifération des bostryches, la sécheresse estivale et les dégâts causés par les tempêtes hivernales. Un meilleur accès aux forêts pourrait permettre d’exploiter de manière durable – sans en récolter plus qu’il n’en pousse – 2 à 3 millions de m3 de bois supplémentaires. La consommation indigène des ressources à base de bois se situe en 2018 à 11,2 millions de m3. 24% pour des matériaux en bois, 19% pour du papier et du carton et 54% pour le bois-énergie. En 2018, la consommation d’énergie totale en Suisse était couverte à 4,6% par le bois et plus de 10 % des ménages suisses étaient chauffés au bois. Cette énergie est quasi neutre en CO2 et joue un rôle de premier plan dans la stratégie énergétique nationale.

Pour l'agriculture le bois reste une activité intéressante, même si son rendement financier est précaire. Elle procure une indépendance énergétique et un revenu d'appoint à condition de maîtriser le débouché et de pouvoir adapter les quantités à la demande. C’est ainsi que s’ouvrent de nouvelles possibilités pour les paysan.ne.s, par exemple en créant leur propre réseau de chauffage à bois à distance. Il existe pour l'agriculture également un potentiel dans le développement de l'agroforesterie dans un système de polyculture non-forestière.

Il est donc important de défendre, également dans une perspective de souveraineté alimentaire et agroécologique, l'utilisation du bois des forêts suisses gérées durablement.

[1] On désigne par puits de carbone l’absorption nette de dioxyde de carbone par des écosystèmes et par source de carbone sa libération nette dans l’atmosphère. Les activités humaines, telles que les reboisements, les déboisements, l’exploitation forestière et l’agriculture, ont une influence sur les stocks de carbone des écosystèmes. En Suisse, les sources de carbone provenant des déboisements pourraient être plus importantes que les puits de carbone résultant des reboisements. La gestion des forêts représente le potentiel de puits de carbone le plus important.
Source : OFEV : puits_et_sourcesdeco2danslexploitationforestiere.pdf

#

Notre courrier à l'Office fédéral de l’agriculture (OFAG) du 27 avril contre l'importation du beurre aura été vain. En effet, l’OFAG a accepté la demande déposée par l’interprofession du lait en relevant de 1000 tonnes le contingent d’importation de beurre au 1er juin 2020.

Au vue de la réponse de l'OFAG à notre courrier (à retrouver ici), cela n'est malheureusement pas surprenant. Comme toujours, la Confédération ne veut pas prendre ses responsabilités et mettre un cadre là où l'IP Lait ne fait pas son travail!

Alors, maintenant, l'octroi de cette autorisation nous amène quelques questions (pdf ici), que nous avons posé à l'OFAG:

  • Quels sont les acheteurs des parts de contingent mises aux enchères jusqu’au 26 mai 2020 ainsi que les quantités attribuées à ces acheteurs ?
  • D’où proviendra ce beurre ? Dans quelles conditions, avec quel cahier des charges ce dernier sera-t-il fabriqué ?
  • L'OFAG peut-il nous assurer que ce beurre importé respectera l’alinéa d. de l’article 104a. sur la sécurité alimentaire, à savoir « des relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire » ?
  • Ce beurre sera-t-il soumis à des conditions strictes d’affichage lors de sa vente ? Y a-t-il une obligation de déclarer son origine étrangère sur les emballages ou étiquettes de vente ? Les acheteurs peuvent-ils le mélanger à de la production indigène pour l’écouler sans qu’il en soit expressément fait mention sur les produits concernés ?
  • Comment l'OFAG compte assurer que le lait utilisé pour la fabrication du beurre importé ne proviendra pas d’animaux nourris aux OGM, que ce lait sera produit selon les exigences du cahier des charges suisse ? Quels contrôles seront mis en place pour assurer la traçabilité de la production de ce beurre importé ?

Nous vous tiendrons informer du retour de l'OFAG à ces questions.

Nous ne baissons pas les bras et prévoyons d'autres actions à venir! La suite au prochain épisode!