#

La dépendance croissante vis-à-vis des grands distributeurs, des commerçants et des transformateurs; les phénomènes météorologiques extrêmes ; la perte d'autonomie ; les importations à bas prix : Tout cela menace une agriculture diversifiée et durable ainsi que l'artisanat alimentaire local.

Nous constatons aussi:

- Une chute constante des prix des « matières premières »

- Des exigences de production et d’infrastructure toujours plus élevées

- Les prix payés aux paysan.ne.s n’ont (plus) aucun lien ni avec le travail fourni, ni avec les coûts de production… le niveau des prix actuels fragilise les entreprises agricoles qui n’ont aucune marge financière pour s’adapter, investir, etc.

Nous vous invitons autour de la table : pour une analyse de la situation dans votre domaine de production, pour initier un dialogue avec vous et partager vos expériences et vos connaissances, et pour formuler ensemble des revendications :

- Comment et sur quelles bases définir des prix équitables?

- Identifier dans sa filière les problèmes / choses à améliorer

- Et définir un plan d'action

Nous sommes convaincu.es que des prix équitables et des conditions de travail justes sont nécessaires et incontournables pour aller vers une politique alimentaire et agricole d'avenir. Un avenir pour lequel il vaut la peine de se battre.

Pour cela, nous avons besoin de vous. Participez à notre journée de préparation de campagne :

Grande cultures : le vendredi, 14 janvier 2022, 9h30 - 12h00, Grangeneuve (salle R201)

Elevage (bovins, porcs, poulets, moutons), le vendredi, 11 février 2022, 9h30 - 12h30 , Agridea, Avenue des Jordils 1, Salle des Moissons

Veuillez vous inscrire à info@uniterre.ch

Délais d'inscription:

- Grandes cultures : Lundi 10 janvier 2022

- Elevage: Lundi 7 février 2022

Nous nous réjouissons de votre présence.

* Le pass covid et le port du masque lors des déplacements à l'intérieur des bâtiments sont des mesures obligatoires.actuellement. Vous recevrez avec la confirmation d'inscription les dernières informations sur les mesures et restrictions sanitaires.

#

Aujourd'hui, Meret Schneider (CN Les Verts) et d'autres signataires comme Kilian Baumann (CN Les Verts) et Markus Ritter (CN Le Centre) ont déposé une interpellation intitulée "Pas de pratiques commerciales déloyales dans la chaîne d'approvisionnement agroalimentaire". Cette interpellation est le résultat d'un long débat au sein du groupe interparlementaire Souveraineté alimentaire, co-présidé par Valentine Python et Isabelle Pasquier-Eichenberger. Cette interpellation s'inscrit dans notre lutte pour des prix rémunérateurs, des revenus et des conditions de travail équitables et pour plus de transparence dans les filières agricoles. Nos revendications se basent aussi sur la déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan.ne.s (UNDROP).

Nos revendications sont les suivantes :

La mise en œuvre en Suisse d’un cadre légal similaire à la «directive européenne (2019/633) sur les pratiques commerciales déloyales dans les relations commerciales entre les entreprises du secteur agroalimentaire». Cette dernière est en vigueur dans l'UE depuis le 1er mai 2019 et fixe des normes minimales sur des pratiques qui ont un impact négatif sur le niveau de vie des personnes actives en agriculture dans le monde.

La mise en place d'un observatoire des prix, celui-ci aurait pour mission de déterminer des valeurs indicatives pour des prix couvrant les coûts ou assurant la subsistance (valeurs indicatives pour des "prix minimums"). Il doit également réaliser des analyses de prix et de coûts de production pour les chaînes alimentaires. En Suisse, il existe un observatoire du marché de l'Office fédéral de l'agriculture, qui ne sert toutefois que d'instrument d'information et d'analyse.

En outre, un « ombudsstelle » devrait être mis en place pour enquêter de manière anonyme sur les pratiques commerciales déloyales, les prix de dumping et les infractions en matière de salaires et de traitements. Celui-ci doit pouvoir documenter les cas, les sanctionner et, le cas échéant, les transmettre aux autorités compétentes. Un tel système existe déjà en Grande-Bretagne (depuis 2013) et en Espagne et sera mis en place en Autriche et en Allemagne en 2022.

L’interpellation parlementaire demande au Conseil fédéral de se positionner sur ces points et permet d’ouvrir le débat au niveau politique. Parallèlement, Uniterre lance sa campagne pour plus d'équité dans le commerce et les filières alimentaires, avec pour objectif d'imposer des prix rémunérateurs pour les paysan.ne.s.

Communiqué de presse du 16 décembre 2021

#

Ce webinaire a pour objectif d'explorer collectivement la Déclaration des droits des paysans et des autres travailleurs des zones rurales (UNDROP en anglais) et son rôle pour promouvoir les droits à "niveau de vie décent" et de "à la sécurité sociale".

Programme et inscription

#

Crowdfunding Yes We Farm

"La ferme bio Spitzenbühl et la fromagerie de montagne se trouvent dans le Jura du Laufonnais, à 650 mètres d'altitude. Les vaches portent toutes des cornes et paissent dehors la majeure partie de l'année. Sans transport ni pompage inutiles, nous transformons le lait de nos chères vaches dans la fromagerie de la ferme en une large gamme de produits laitiers savoureux. Nous sommes une coopérative et nous nous engageons pour une agriculture solidaire. Grâce à l'aide des abonnés pour les soins, la transformation, l'emballage et la livraison, leurs produits laitiers arrivent dans différents dépôts de la région de Bâle-Campagne et de Bâle-Ville. Nous fabriquons nos produits par passion et respectons la nature pour les générations futures.

Quelques clics suffisent.....et le fromage arrive quelques instants plus tard dans le réfrigérateur de ton dépôt. En peu de temps, la fondue fumante attire même le dernier de tes invités à la table. Le lait équitable, le fromage bio, la fromagerie de montagne régionale et la ferme solidaire... Tout cela en quelques clics de souris depuis chez toi. C'est aussi simple que ça ?
Pour les petites exploitations, il n'est pas toujours aussi simple de suivre l'ère du numérique. La coopérative souhaite que la commande du prochain panier d'abonnement soit un jeu d'enfant pour ses abonnés. Mais elle a également besoin d'un outil fonctionnel pour la gestion des commandes. Un outil (instrument de gestion) qui soit simple à utiliser et efficace, afin de pouvoir consacrer suffisamment de temps à toutes les autres tâches importantes pour la production du lait jusqu'au fromage.

Notre outil d'administration atteint ses limites
Notre plateforme actuelle de gestion des abonnements a atteint ses limites. Elle est devenue un dinosaure numérique au cours des sept dernières années. Nous sommes cependant frais et motivés pour un renouvellement de la plateforme qui permettra d'exploiter le potentiel de notre coopérative. Nous souhaitons pouvoir rendre encore plus de gens heureux avec nos paniers d'abonnement. Le trajet de la ferme aux points de dépôt est un autre défi logistique que nous pourrons gérer plus facilement grâce au nouvel outil.
100% du don est consacré à la conversion de cet outil d'administration. Nous avons trouvé une jeune entreprise formidable de la région qui peut nous mettre en place un outil de gestion numérique moderne, en temps réel et surtout qui peut répondre à la mise en œuvre de l'agriculture solidaire.

Tradition et avenir
Nous aimons ce que nous faisons et nous transmettons cet amour dans nos produits. Et pour pouvoir réellement faire ce que nous aimons, nous avons besoin d'un outil d'aide à l'administration approprié. Pour que tout le monde ait la même possibilité d'obtenir facilement des aliments sains et régionaux. En d'autres termes, nous avons besoin de toi pour faire fusionner la tradition avec l'avenir !

Viens nous rendre visite et faire notre connaissance : www.spitzenbuehl.ch
Merci de tout cœur pour ton don !

La Famille Buchwalder

Rdv sur Yes We Farm pour les soutenir

#

Uniterre a tenu son AG extraordinaire le 26 novembre 2021 à la ferme bio Schüpfenried à Uettligen (BE). Plus de 30 membres ont répondu à l'invitation et ont élu une nouvelle direction : président Maurus Gerber et vice-président : Philippe Reichenbach.

Maurus Gerber a remis sa ferme en 2020. Il est un des membres fondateurs de la coopérative du lait équitable et il a, comme il le dit lui-même, « beaucoup de temps et la volonté de faire avancer Uniterre en suivant les principes de la souveraineté alimentaire ». Il habite à Scuol, aux Grisons.

Philippe Reichenbach, quant à lui, est producteur de gruyère bio dans les montagnes neuchâteloises. Il est la 5ème génération sur le domaine agricole. La génération suivante s’est associée à lui pour la gestion de la ferme. Il est à Uniterre depuis les blocages de la grande distribution. « Uniterre m’a rendu service et m’a fait évoluer dans ma pratique agricole».

Maurus Gerber remplace Charles-Bernard Bolay qui a œuvré durant 8 ans à la tête de l’association paysanne. Nous le remercions de tout cœur pour son engagement sans faille et lui souhaitons une belle et bien méritée retraite.

Le nouveau comité directeur, élu à l'unanimité, est composé de (voir photo de gauche à droite) : Laurent Vonwiller (agronome), Maurus Gerber (président d'Uniterre), Christine Gerber (paysanne du Jura), Florian Buchwalder (producteur de lait BL), Mathieu Genoud (maraîcher VD), Philippe Reichenbach (producteur de lait NE et vice-président d'Uniterre), Christian Hutter (maraîcher BE), Yves Batardon (viticulteur GE), André Muller (producteur de lait VD. Il n’est pas sur la photo). Deux membres supplémentaires doivent encore être désignés par leur section respective.

La nouvelle présidence et un comité engagé et diversifié vont permettre à Uniterre de poursuivre et de renforcer son engagement pour des prix rémunérateurs aux productrices et producteurs, pour des filières transparentes et une répartition équitable de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne. Début 2022, Uniterre va convoquer à Grangeneuve deux nouvelles commissions thématiques, afin de travailler sur les prix et les filières : le 14 janvier sur les grandes cultures et le 11 février sur l'élevage.


Actuellement, les paysannes et paysans voient les prix de leurs produits baisser constamment alors que les prix des outils de production sont en hausse constante. Les paysannes et paysans portent tous les risques à la production, ils préfinancent les récoltes sans aucune garantie sur le prix final qui leur sera versé, souvent plus d’une année après la livraison ! Les paysannes et paysans n’ont pas leur mot à dire sur les prix, les stratégies commerciales des acheteurs, sur les déclassements de leurs productions en fourrage. Prenons l’exemple des céréales : 20'965 t de blé panifiable déclassées en 2020[1] et celui des pommes-de-terre : 95000 t déclassées en 2020 contre 31 000 en 2019[2]. Ces stratégies sont choquantes… on déclasse pour mieux importer !

Le système doit changer ! Il ne doit plus servir qu’à enrichir la grande distribution. Les prix à la consommation augmentent et les prix à la production baissent. Il est temps de mettre en place un système qui permette de maintenir et développer une agriculture de proximité ainsi que les métiers d’artisans-transformateurs. La souveraineté alimentaire propose des pistes concrètes vers un nouveau système alimentaire, il est temps de les mettre en oeuvre !

CONTACTS :

- Maurus Gerber (FR/DE) : 081 864 70 22

- Philippe Reichenbach (FR) : 079 640 89 63


[1] ]https://www.swissgranum.ch/documents/741931/6810561/2021-10-27_Deklassierung_Weizen_nach_Klasse.pdf/bb168d79-16fb-e78f-4fa9-fb048be4bed0

[2] ]https://www.agrarbericht.ch/fr/marche/produits-vegetaux/pommes-de-terre

#

L'Articulation Jeunes d'ECVC a récemment commencé à travailler sur une étude de recherche interne pour mieux comprendre les situations et les besoins des jeunes paysan.ne.s et travailleurs.euses de la terre dans notre mouvement.

Nous voulons utiliser cette recherche pour identifier et donner de la visibilité à nos luttes communes mais aussi pour renforcer la solidarité et le soutien entre nous. De plus, les données sur les jeunes paysan.ne.s en Europe sont trop peu nombreuses et dépassées, or nous avons besoin de données si nous voulons que les politiques répondent réellement à nos besoins.

Nous recherchons des participant.e.s à notre étude, pour partager leurs expériences avec nous. Il s'agit de questions telles que : pourquoi vous avez décidé de travailler dans une ferme ; comment vous avez gagné votre vie tout en vous formant pour devenir agriculteur.trice ; les conditions de travail lors de vos expériences professionnelles actuelles ou passées, etc.

Les participant.e.s doivent avoir moins de 40 ans, travailler actuellement ou précédemment dans une exploitation agricole en Europe, y compris les agriculteurs.trices saisonnier.e.s. Nous serions très heureux.euses de parler avec vous si vous répondez à ces critères !

Nous sommes particulièrement intéressés à entendre de

  • Les personnes d'Europe de l'Est
  • Personnes noires, indigènes et de couleur
  • LGBTQIA+

car ces groupes sont sous-représentés dans notre mouvement de jeunes.

Si vous souhaitez participer à l'étude, ou si vous connaissez quelqu'un qui souhaite y participer, veuillez écrire à Hattie (hahammans@gmail.com).

L'articulation Jeunes d'ECVC vous mettra en contact avec deux chercheuses de confiance qui collaborent avec nous sur ce projet, Priscilla Claeys et Barbara Van Dyck, qui mèneront un entretien d'une heure avec une vingtaine de participant.e.s représentant une diversité de trajectoires. Votre expérience et vos données seront traitées avec soin et attention et toutes les informations partagées seront anonymisées et utilisées en interne.

En toute solidarité,
Les jeunes d'ECVC

A Genève, des communes, des associations et des commerces proposent, du 20 au 27 novembre 2021, la Fair Week, pour une consommation équitable et durable. Une table ronde, avec la participation notamment de Thomas Descombes de la ferme des Verpillères, réfléchira aux liens entre commerce local et commerce équitable.

Avec l’explosion du commerce en ligne et l’arrivée des achats de fin d’année, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève nous invitent à nous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Dans un contexte de crise sanitaire et de profonds changements de nos modes de vie, les e-achats explosent, principalement sur les grandes plateformes de vente en ligne. La perspective des fêtes de fin d’année amène quant à elle une certaine frénésie d’achat, soutenue par d’importants rabais commerciaux, qui ont lieu à l’occasion du fameux Black Friday.

Cette période est l’occasion de réfléchir à notre consommation. L’urgence climatique et les scandales répétés de non-respect des droits humains dans la chaîne de valeur doivent nous interpeller sur notre rôle individuel, en tant que consommateur et consommatrice, notre mode de vie se faisant aux frais de populations marginalisées des pays du Sud.

Pour voir l'ensemble du programme de la semaine, c'est ici: http://www.mdm.ch/index.php/node/577 .

Pour la table ronde spécifiquement, rdv ici : http://www.mdm.ch/index.php/node/566

Les Artisans de la transition préparent, en partenariat avec Uniterre et des comités locaux d’organisation, six soirées-conférences, une dans chaque canton romand, pour octobre-novembre 2021.


Programme

17h : Accueil et stands

18h30 : Introduction puis projection d’un film réalisé à partir des enquêtes de LaRevueDurable sur le premier agroécoquartier de Suisse, à Meyrin.

19h : Table ronde 1: Les épiceries participatives, levier des circuits courts alimentaires

Avec Benoît Molineaux, La Fève, Antonin Calderon, Le Nid, Nathalie Ruegger, L’Epicerie du village de Plan-les-Ouates, Léna Strasser, députée au Grand Conseil genevois et Rémy Zinder,directeur du Service cantonal du développement durable.

19h45 : Table ronde 2: L’ accès à la terre, maillon essentiel de la transition alimentaire

Avec Laurent Vu, Le Lombric, Marie Brault, Mouvement pour une agriculture paysanne et citoyenne (MAPC), Raeto Cadotsch, Coopérative des ateliers paysans aux Vergers, Willy Cretegny, maire de Satigny et Valentina Hemmeler Maïga, directrice de l’Office de l’agriculture et de la nature du canton de Genève (OCAN).

20h30 : Verrée

21h30 : Fin de la soirée

Inscription obligatoire sur artisansdelatransition.org/alimentation

#

Voici le neuvième épisode du podcast de l’hebdomadaire romand Terre&Nature. Baptisé Au cœur des champs, il s’intéresse aux histoires d’amour des agricultrices et agriculteurs qui vivent dans nos campagnes.

Cette semaine, Au cœur des champs a tendu le micro à Vanessa Renfer, qui a abandonné son métier de sage-femme pour travailler avec son amoureux sur sa ferme. A une condition: qu'il la rémunère comme une véritable employée. Au micro, cette militante raconte son combat contre les inégalités dans le milieu agricole.

Chaque deuxième jeudi du mois, découvrez un nouvel épisode qui explore ce thème encore souvent tabou. Car il n’est pas toujours facile de cultiver l’amour, quand on cultive la terre.

Disponible ici: https://www.terrenature.ch/au-coeur-des-champs-episode-9/

Les Artisans de la transition préparent, en partenariat avec Uniterre et des comités locaux d’organisation, six soirées-conférences, une dans chaque canton romand, pour octobre-novembre 2021.

Programme

17h : Accueil et stands

18h30 : Introduction puis projection d’un film réalisé à partir des enquêtes de LaRevueDurable sur le premier agroécoquartier de Suisse, à Meyrin.

19h : Table ronde 1: Vers un approvisionnement bio et local à Fribourg

Avec Urs Gfeller, maraîcher bio, Pascale Waelti, enseignante à la Haute Ecole des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) de Zollikofen, Sylvie Bonvin, paysanne et présidente du Grand Conseil fribourgeois, Alexis Balimann, créateur du panier bio pour étudiants Bouteka et Nicolas Lucchini, impliqué dans le projet d’agroécoquartier des Vergers jusqu’en 2020 en tant qu’urbaniste à la commune de Meyrin.

19h45 : Table ronde 2: La restauration collective publique, levier des circuits courts alimentaires

Avec Marisa Rolle, directrice de la crèche Pérollino à Fribourg, Loïc Chauvel, cuisinier bio à Vaulruz, Jacques Mader, spécialiste en santé globale, Elise Guillaume, représentante des parents au Conseil des parents de la Ville de Fribourg, Julien Vuilleumier, élu au Conseil général de la Ville de Fribourg et Nicolas Lucchini.

20h30 : Verrée

21h30 : Fin de la soirée

Inscription obligatoire sur artisansdelatransition.org/alimentation