#

Uniterre s’est à nouveau penché sur les initiatives en lien avec l’agriculture qui seront en votation le 13 juin 2021. Voici les points essentiels qui en ressortent :

Liberté de vote pour « l’Initiative pour une Suisse sans pesticides de synthèse »

Vouloir se passer totalement de pesticides de synthèse est tout à fait louable et c’est ce vers quoi notre société doit tendre si nous voulons à l’avenir disposer de sols vivants et cultivables, et donc pouvoir nous nourrir. MAIS pour en arriver là, nous devons garantir aux paysan.ne.s notamment des prix équitables, un accompagnement dans la transition, et un engagement concret de la part des consommateur.trice.s : retrouvez toutes nos revendications ci-après dans l‘annexe 1.

Au delà des conflits pro ou anti phytosanitaires, nous voulons à Uniterre nous recentrer sur la vraie et lancinante problématique des prix ainsi que sur la remise en question totale d’un système qui ne fait que dégrader et détruire le monde paysan : un marché toujours plus dérégulé et une diminution de la souveraineté alimentaire au profit d’un libre-échange accru. C’est tout ce système qu’il faut remettre à plat !

C’est aux consommateur.trice.s de choisir le 13 juin 2021 de quelle alimentation ils.elles souhaitent disposer à l’avenir. Et si tel est leur souhait de se passer de pesticides de synthèse, alors nous nous battrons pour poser un cadre fort sur lequel s'appuyer pour bâtir nos revendications.

Non pour « l’Initiative pour une eau potable propre et une alimentation saine »

Il s’agit d’un projet punitif qui désigne les familles paysannes comme seules coupables des pollutions observables dans nos cours d’eau. Nous estimons que ce texte offre une très mauvaise solution au problème en présence. De plus, le point le plus grave concerne les importations. En omettant volontairement ce chapitre, l’initiative fait la promotion d’une agriculture suisse bien propre en ordre, sans se soucier de ce qu’il se passe chez nos voisin.e.s, ou à l’autre bout du monde. Ne serait-ce pas là la mise en place d’un système à deux vitesses ? Retrouvez notre argumentaire complet ci-après dans l‘annexe 2.

La campagne du 2 fois NON est contre-productive

Nous déplorons certains des arguments mis en avant dans le cadre de la campagne contre ces initiatives : dire que le prix de la nourriture exploserait, est-ce bien judicieux ? Alors que nous devons nous battre pour des prix plus justes payés aux paysan.ne.s ! Des emplois disparaitront peut-être ? Mais au contraire, une agriculture qui se passe de pesticides de synthèse nécessite une main d’œuvre plus importante ! Enfin, mettre dans le même panier ces deux initiatives est totalement contre-productif.

Ces initiatives auraient pu être l’occasion d’entamer un vrai DEBAT sur le système alimentaire que nous voulons pour le futur et auraient pu donner la possibilité de revaloriser le noble travail que font chaque jour nos paysan.ne.s, à savoir nous nourrir ! Au lieu de cela, nous assistons à une guerre stérile, qui est en train de diviser le monde paysan, ce que nous déplorons vivement. « Diviser, pour mieux régner ! », nous y revenons encore et encore…

Uniterre continuera la lutte pour des prix rémunérateurs et assurera son travail de défense professionnelle.

Contacts presse :

Rudi Berli, 078 707 78 83 (D/F)

Vanessa Renfer, 078 821 24 83 (F)

Annexe 1 : Argumentaire initiative pour une Suisse sans pesticides de synthèse

L’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de Synthèse », dite également Future 3.0, demande, dans un délai de 10 ans, l’interdiction de l’utilisation des produits phytosanitaires de synthèse en agriculture mais également pour l’entretien des paysages, espaces verts et espaces publics. Elle demande également à ce que les produits importés – pour l’alimentation humaine et animale – soient exempts de ces substances.

On ne peut nier les faits suivants :

  • La pression des consommateur.trice.s pour des produits exempts de pesticides de synthèse est de plus en plus forte.
  • Nous assistons à un effondrement de la biodiversité ; à une dégradation de la qualité des sols et de l’eau, dont l’agriculture est en partie responsable.
  • La recherche tire la sonnette d’alarme sur les conséquences dramatiques des produits phytosanitaires de synthèse sur la santé et avant tout sur celle des paysan.ne.s.

MAIS AUSSI que :

  • Nous assistons à la disparition du monde paysan : passage de 19% d’actifs agricoles en 1955 à 2% en 2005 ; à la disparition des fermes et des terres agricoles.
  • Les paysan.ne.s ont de moins en moins de marge de manœuvre ; on leur impose de plus en plus de contraintes environnementales et sur le bien-être animal ALORS QUE la pression sur les prix payés à la production s’intensifie: les paysan.ne.s ne sont pas rémunérés à hauteur du travail fourni et des exigences demandées.
  • Les paysan.ne.s sont de plus en plus endetté.e.s.

Vouloir se passer totalement de pesticides de synthèse est tout à fait louable et c’est ce vers quoi notre société doit tendre si nous voulons à l’avenir disposer de sols vivants et cultivables, et donc pouvoir nous nourrir.

MAIS pour en arriver là, nous devons garantir aux paysan.ne.s :

  • Des prix équitables, c’est-à-dire des prix qui couvrent les coûts de production, ce qui sous-entend :
    • Un engagement fort des consommateur.trice.s de consommer local et d’accepter que se nourrir a un coût : est-ce normal que la part actuelle de notre budget allouée à l’alimentation ne représente que 7% ? Il faudra toutefois trouver une solution pour aider les familles avec de très bas revenus, car une alimentation saine est un droit, pas un luxe.
    • Une prise de conscience de la grande distribution de sa responsabilité sociale, environnementale et économique qu’impactent directement ses stratégies commerciales (pression sur les prix, marges élevées, importations, etc.)
    • La mise sur pied par la Confédération d’un cadre assurant aux producteur.trice.s une information claire ettransparente sur les marchés, sur les marges réalisées à toutes les étapes de la chaîne de valeur et surtout la participation pleine et éclairée des producteur.trice.s aux décisions sans distorsion de pouvoir. Cela conformément aux articles 2.3, 11 et 16 de la Déclaration sur les droits des paysan.ne.s.[1]
    • La Suisse doit également veiller à ce que les entreprises commerciales situées sur son territoire respectent et renforcent les droits des paysan.ne.s (art. 2.5).

--> Si demain, une production agricole sans pesticides de synthèse devient la norme, nous devons garantir que les prix à la production soient ajustés à la hausse et non nivelés vers le bas.

Si l’initiative venait à passer, nous exigeons :

  • Des mesures concrètes de la Confédération :
    • Les produits importés répondent aux mêmes obligations de production que la production indigène, sinon, ils sont interdits.
    • Une prise en charge garantie et prioritaire des produits indigènes.
    • Les importations ne viennent combler que les manques dans la production indigène.
  • D’investir massivement dans la recherche publique : dans certains cas, traiter ses cultures est indispensable, nous devons pour cela permettre de trouver des alternatives qui ne mettent en danger ni la santé humaine, ni animale, et qui préservent la santé des sols et la qualité des eaux. Il faut également intensifier la recherche de variétés résistantes aux maladies et aux aléas climatiques.
  • Favoriser les pratiques agro-écologiques : méthodes culturales, lutte intégrée, prévention des maladies, etc.
  • Accompagner les paysan.ne.s pour la phase de transition :
    • Revaloriser les salaires agricoles pour augmenter le nombre d’actifs travaillant dans l’agriculture
    • Adapter la formation initiale et complémentaire aux nouveaux défis
    • Renforcer la vulgarisation agricole par la formation de formateur.trice.s et la diffusion large de formations aux paysan.ne.s
  • Prendre des mesures concrètes pour stopper le gaspillage alimentaire : 2’600’000 tonnes d’aliments sont perdus chaque année en Suisse. Ce qui permettrait notamment de compenser les baisses de rendement, pouvant aller de 10 à 40% selon les cultures.
  • Sortir les produits agricoles des accords de libre-échange : ce sont bien les accords de libre-échange actuels qui mettent en danger l’approvisionnement local. Il suffit de regarder les dégâts que cela a provoqué dans le secteur viticole ! Libre-marché et plus de durabilité sont incompatibles !
  • Investir dans la sensibilisation et information des consommateur.trice.s.

--> Tout ce que nous demandons ici n’est rien d’autre que la Souveraineté Alimentaire, pour laquelle Uniterre se bat depuis des décennies au côté de La Via Campesina ! Et elle peut devenir réalité par la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan.ne.s et des autres personnes travaillant dans les zones rurales dans les politiques intérieures et extérieures de la Suisse.

Si l’initiative venait à passer, il s’agit d’un projet de société où toutes et tous, nous sommes concerné.e.s. Nous ne pouvons demander aux paysan.ne.s d’assumer seuls ce tournant. Ce serait un changement radical de paradigme qui serait demandé et un vrai partenariat entre les consommateur.trice.s et les producteur.trice.s !


Annexe 2 : Argumentaire initiative pour une eau potable propre et une alimentation saine

L’initiative pour une eau potable propre et une alimentation saine souhaite conditionner l’obtention des paiements directs à plusieurs nouvelles règles, qui sont le renoncement aux pesticides de synthèse, le renoncement à l’utilisation de l’antibiothérapie prophylactique dans les troupeaux, et la détention d’animaux uniquement si leur fourrage peut être produit à 100% sur la ferme. Contrairement au premier texte, elle ne dit rien quant à la problématique des importations, et ne demande d’efforts qu’aux familles paysannes.

Un même but louable donc, mais un levier bien différent. Il s’agit d’un projet punitif qui désigne les familles paysannes comme seules coupables des pollutions observables dans nos cours d’eau. Dans leur argumentaire, le comité d’initiative a même l’audace d’affirmer que la population suisse paie les paysan.ne.s, via ses impôts et les paiements directs, pour polluer.

Nous estimons que ce texte offre une très mauvaise solution au problème en présence. S’il est bien clair que la majorité des exploitations n’auraient d’autre choix que de se soumettre aux nouvelles conditions d’obtention des paiements directs, l’initiative n’interdit de fait pas l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire helvétique. Dans certaines branches de production, telles que la viticulture ou l’arboriculture, il n’est pas insensé de concevoir que des producteurs feraient le choix de poursuivre leur travail avec les substances en question.

Le point le plus grave concerne cependant les importations. En omettant volontairement ce chapitre, l’initiative fait la promotion d’une agriculture suisse bien propre en ordre, sans se soucier de ce qu’il se passe chez nos voisins, ou à l’autre bout du monde. Ne serait-ce pas là la mise en place d’un système à deux vitesses ? Or, Uniterre a toujours fait la promotion d’une alimentation saine, basée sur un système de production familial, paysan, le plus respectueux possible, et cela pour toutes les couches de la population.

pdf


[1] La Suisse a l’obligation de tout mettre en œuvre pour renforcer la position des paysan.ne.s lors des négociations (art. 9.3), en tenant compte des déséquilibres de pouvoir existant entre les différentes parties et en garantissant leur participation active, libre, effective et éclairée (art 2.3). L’accès à l’information étant un point déterminant pour pouvoir négocier, les paysan.ne.s ont le droit de recevoir des informations concernant les facteurs susceptibles d’influer sur la production, la transformation, la commercialisation et la distribution de leurs produits (art 11.1).

#

Le 7 février 1971, la Suisse accordait enfin le droit de vote aux femmes. Par la suite, il a fallu attendre 1995 pour que soit mise sous toit la Loi sur l’égalité entre hommes et femmes. On ne peut pas dire que la Suisse fasse figure de modèle dans ce domaine. Au niveau agricole, pas de quoi se vanter non plus. L’immense majorité des fermes appartiennent aux hommes et sont menées par eux. Plus grave encore : Alors que de très nombreuses épouses collaborent régulièrement aux travaux agricoles, à peine 30% d’entre elles reçoivent un salaire et bénéficient en conséquence d’une protection sociale. Dans les offices de vulgarisation, rares sont les conseiller.ère.s qui informent les couples de la manière de prévoir et calculer un salaire pour la femme.

Au niveau laitier, l’assemblée des délégués de producteurs est composée à plus de 99 % d’hommes. Pourquoi ? Parce que les femmes ne sont pas considérées comme des productrices, quand bien même elles sont présentes matin et soir à l’étable. Cela les prive de facto du droit à s’exprimer. Heureusement, les choses commencent à bouger, puisque la future politique agricole prévoit de rendre obligatoire la rémunération de l’épouse (ou de l’époux, dans quelques cas), sous peine de se voir priver d’une partie des paiements directs (subventions). N’est-ce pas triste, cependant, de devoir arriver à de tels extrêmes pour que le travail de la conjointe soit reconnu ?

Nous paysannes, nous nous battons au quotidien pour que le lait que nous produisons soit payé à sa juste valeur. Nous nous battons pour l’équité. N’est-il pas temps d’appliquer ce principe à nous-mêmes, et d’être nous aussi rémunérées convenablement ? Nous sommes aujourd'hui le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. En ce jour, osons revendiquer ce qui nous est dû !

Vanessa Renfer

Paysanne et secrétaire à Uniterre

#

La Ferme du Lignon est une ferme urbaine aux multiples activités. La ferme pratique un maraîchage sans pesticides sur le modèle des planches permanentes de Jean-Martin Fortier sur petite surface. La production agricole comporte également des petits fruits, des oeufs plein air et du vin en vente dans le magasin à la ferme. La ferme abrite également chèvres, ânes, cochons et plusieurs salles de réception pour des événements ainsi que des chambres d’hôtes.


Afin de remplacer la personne responsable des jardins, ils recherchent un ou une maraîcher(e)

Missions du poste : Gérer et coordonner le travail de maraîchage et participer à l’élaboration et la transmission de modules pédagogiques pour différents publics.

Taux d’emploi : 50 % annuel, soit environ 25-30 % de novembre à mars et 70 % d’avril à octobre.

Localisation : Ferme du Lignon 51 B route de bois des frères 1219 le Lignon

Durée du contrat : Contrat à durée indéterminée

Entrée en fonction : Dès que possible- A discuter

Activités : La personne travaillera en collaboration avec deux autres personnes sur les secteurs jardin et pédagogique et sera en charge :

Gestion des jardins :

• Gestion administrative des commandes (matériel, plantons…)

• Planification des cultures maraîchères

• Organisation du planning hebdomadaire de travail (semis, plantations, désherbage, arrosage…)

• Soutien et encadrement de la personne travaillant au jardin

• Préparation du sol, suivi des cultures.

• Prise en charge ponctuelle de personnes venant aider aux tâches agricoles (stagiaires, bénévoles, personnes en réinsertion…)

• Aide ponctuelle au magasin de la ferme.

Visites et ateliers pédagogiques :

• Participation au développement de modules pédagogiques dans le cadre de l’école à la ferme et également d’autres ateliers de sensibilisation à l’alimentation.

• Accueil de classes et groupes divers.

PROFIL recherché :

• Qualification CFC ou titre HES agronomie ou expérience significative de plusieurs années.

• Expérience dans le domaine agricole de la culture de légumes bio et planification des cultures.

• Esprit d’équipe, autonomie, polyvalence, dynamisme et sens des responsabilités

• Sens pédagogique, aisance relationnelle, expérience dans l’animation, un plus.

• Maîtrise des outils informatiques (Word, Excel…)

Ce que la ferme offre :

Rejoindre une équipe dynamique, dans un cadre naturel atypique respectueux de son environnement. Participer à la construction d’un projet aux multiples facettes.

POSTULATION

Si vous avez ce profil et êtes motivé·e par ce poste, veuillez envoyer votre dossier complet (lettre de motivation, Curriculum Vitae, copie des diplômes et certificats de travail) à l'adresse info@ferme-du-lignon.ch

ATTENTION : Délai court de postulation jusqu’au 10 décembre 2020 !

pdf

#

Des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève appellent à résister aux sirènes du Black Friday et à soutenir le commerce de proximité équitable

Dans un contexte chamboulé par une fragilisation de nos systèmes économiques, notre consommation doit être fondamentalement revue. En réaction à la consommation frénétique du Black Friday, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Afin de rappeler la nécessité du respect des normes environnementales et sociales tout au long de la chaîne de création de valeur et celle de garantir un prix décent aux producteurs et productrices de nos biens de consommation, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève (voir contacts ci-dessous) avaient décidé d’organiser, du 21 au 28 novembre 2020, une semaine équitable, la Fair Week, en réaction à la consommation frénétique du Black Friday. Un programme riche était proposé qui a dû être annulé mais les acteurs et actrices du commerce équitable vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Le Black Friday ou la frénésie des achats

En Suisse, le Black Friday est une tradition relativement récente qui s’est propagée à la vitesse d’un virus (patient zéro: Manor en 2014). Chaque année les chiffres dépassent ceux des années précédentes au point d’être devenu, même chez nous, le jour de shopping le plus importantde l’année.La plus grande partie des ventes se fait surtout en ligne au cours de la Cyber Week qui commence le lundi Cyber Monday avant le Black Friday, et dure 8 jours.

Mais ce sont les grosses structures qui gèrent des quantités énormes et peuvent bénéficier d’économies d’échelle qui sortent gagnantes de cette course aux bas prix en faisant pression auprès de tous les acteurs de la chaîne, pour qu’ils réduisent leurs coûts. Le prix à payer:l’exploitation des travailleuses et travailleurs et des productrices et producteurs tout le long de la chaîne de production, de transport et de distribution. Comme le dénonce l’ONG Zerowastefrance,«Les promotions n’existent pas, il y a toujours quelqu’un qui paye»!

Pour des enseignes de commerce équitable, mais aussi pour des magasins de produits locaux ou de produits artisanaux, cette course vers le bas prix est impossible à soutenir. Le mouvement du commerce équitable repose en effet sur le prix juste payé aux productrices et producteurs et la rémunération correcte de tous les salariés impliqués dans la chaîne. Tout le monde doit pouvoir avoir une vie digne grâce à son travail! La course au bas prix met déjà en difficulté nos magasins en temps normal; avec des évènements tels que le Black Friday, la pression devient insoutenable.

Notre appel: de proximité et équitable

La crise sanitaire du printemps 2020 a poussé les consommateurs et consommatrices à s’intéresser à ce qui se produisait près de chez eux. Malheureusement le retour à une situation plus «normale» a redimensionné cet intérêt et réactivé les comportements de consommation de masse orientés par le «plus et moins cher possible» et dirigés vers la grande distribution et les plateformes en ligne.

Nous,représentants du commerce équitable à Genève, prônons des relations commerciales aussi équitables et directes que possible -les fameux circuits courts. L’équité dans les échanges commerciaux ne se limite pas aux relations Nord/Sud. Les revendications de nos paysans et paysannes qui réclament également un prix plus juste et des conditions de travail décentes nous interpellent. Ainsi que la survie des petits commerces face à la concurrence des grandes plateformes de vente en ligne.

Nous lançons cet appel pour une remise en question durable de notre système de consommation et recommandons de privilégier les petits commerces de proximité; des structures et des biens qui garantissent des conditions de travail équitables et des biens produits en respectant les cycles de la nature, la biodiversité et un usage limité de produits nocifs pour l’environnement.

Le volet équitable est aujourd’hui d’autant plus important que les productrices et producteurs des pays du Sud, ainsi que leurs familles, sont touchés de plein fouet par la crise économique liée à la pandémie. Et ceci, souvent, dans des pays qui n’offrent aucun filet social et qui ne peuvent pas, à l’instar des pays plus riches, mettre en place des mesures de soutien extraordinaires.

Contacts :

•Claire Fischer, représentante Swiss Fair Trade pour la Suisse romande et le Tessin ; 079690 42 73, claire.fischer@swissfairtrade.ch

•Lara Baranzini, porte-parole de l’Association Romande des Magasins du Monde; 076 418 13 77, lbaranzini@mdm.ch

•Sophie de Rivaz, responsable du dossier «commerce équitable» à Action de Carême, membre du comité de Swiss Fair Trade; 078 708 42 99, derivaz@fastenopfer.ch

•Numéros de téléphone des structures qui participent à la Fair Week disponibles dans le flyer joint.

Communiqué de presse (pdf)

Dossier de presse

#

Cultures Locales est une structure d’agriculture biologique de proximité, dont la forme juridique est une Sàrl. Son activité est principalement dédiée à la production de légumes et de fruits biologiques, écoulée par le biais d’abonnements annuels de paniers distribués de fin mars à mi-décembre.
Cultures Locales accueille également des classes dans le cadre de l’École à la Ferme. L’équipe de jardinier.e.s est constituée de 8 membres salariés à temps partiels (dont 5 associéEs gérantEs), renforcée par des stagiaires, des bénévoles, des Wwoofers ainsi que par des adhérent.e.s volontaires qui viennent prêter main forte au champ.

Raison d’être du poste : Intégrer l’équipe de jardinière.ier.s pour la gestion collective d’une structure d’agriculture contractuelle de proximité en bio.
Taux d’emploi : 60 % annuel, soit 40 % de novembre à avril et 80 % de mai à octobre.
Localisation : 548 Rte du Mandement, 1283 Dardagny, Canton de Genève
Durée du contrat : Contrat à durée indéterminée avec une possibilité de s’associer à terme.
Entrée en fonction : 1er juillet 2021

Description du poste
La personne retenue devra s’investir dans la gestion globale et quotidienne de l’entreprise. Elle devra mobiliser ses compétences agronomiques et s’impliquer dans la gestion collective, aussi bien sur un plan cultural que sur un plan humain. Les décisions sont prises de façon horizontale.
Les tâches et responsabilités sont réparties entre les membres de l’équipe :
• Gestion administrative
• Planification des cultures maraîchères
• Préparation du sol et suivi des cultures (du semis à la récolte en passant par l’entretien et les mesures phytosanitaires pour chaque culture)
• Gestion logistique de la préparation et de la distribution des paniers hebdomadaires.
• Répartition et gestion du travail d’équipe
• Prise en charge des divers groupes qui viennent aider aux tâches agricoles (adhérent.e.s, stagiaires, bénévoles)
• Développement à court, moyen et long terme de Cultures Locales


PROFIL recherché par Cultures Locales

• Qualification certifiante (CFC idéalement avec brevet pour la formation des apprentis ou titre HES agronomie) suisse ou équivalente

• Expérience dans le domaine agricole de la culture de légumes bio, en particulier planification des cultures et fumures
• Volonté de participer à la gestion d’entreprise
• Motivation et implication dans l’esprit d’équipe, autonomie, polyvalence
• Fibre sociale
• Maîtrise des outils informatiques
• Permis de conduire
• Affinité avec les tracteurs et les machines
• Être prêt à travailler des week-ends


Ce que Cultures Locales a à offrir
Rejoindre une équipe dynamique, dans un beau cadre naturel, respectueux de son environnement et dans une ambiance qui prône l’ouverture et le fonctionnement horizontal. L’accent est mis sur des valeurs éthiques, sociales et solidaires. Cultures Locales offre une grande variété de tâches et d’expériences, valorise les variétés anciennes, le travail artisanal, les circuits courts et la biodiversité. Les repas de midi sont pris en charge.

POSTULATION
Si vous vous reconnaissez dans ce profil et êtes motivé·e par ce poste, veuillez envoyer votre dossier complet (lettre de motivation, Curriculum Vitae, copie des diplômes et certificats de travail) à l'adresse info@cultureslocales.ch ou par la poste à l’adresse : 548 Rte du Mandement, 1283 Dardagny.
Délai de postulation: 10 janvier 2021

#

Les Jardins de Cocagne sont une coopérative genevoise de production et de distribution de légumes biologiques, fondée en 1978. 450 ménages reçoivent chaque semaine un cornet de légumes produits aux portes de Genève et livrés dans leur quartier. Nous défendons l’idée de la souveraineté alimentaire, d’une agriculture viable, saine, écologique et de proximité. Nous sommes actifs dans le mouvement paysan en Suisse, en Europe et au-delà.
Les Jardins de Cocagne proposent un poste riche en activités et en développement professionnel et personnel.
L'équipe de Drize-Landecy est actuellement composée de 6 personnes salariées à l'année, selon des pourcentages divers, auxquelles s'ajoutent des coopérateur⸱trices, stagiaires et bénévoles.
Le travail du jardin s'organise selon une approche transversale d'horizontalité, autour de 3 axes principaux : production, administration et vie du jardin.


Poste à 45% annualisé
3 jours de travail (9h par jour), d’avril à novembre
Arrosages et chantiers occasionnels avec les coopérateur⸱trices, pause hivernale
Investissement associatif bénévole : 2-3 jours par année, à définir en équipe


Entrée en fonction : début avril 2021


Salaire brut de départ : CHF 2025.- par mois


Compétences souhaitées :
- formation en maraîchage ou expérience équivalente
- capacité à travailler en équipe
- capacité à accueillir les coopérateur⸱trices
- bonne condition physique
- permis de conduire, aisance dans la conduite de véhicules
- sens des responsabilités, autonomie et flexibilité dans l’organisation du travail de
maraîchage
- adhésion au projet de la coopérative


Délai de postulation : 22 novembre 2020


Dossier de postulation à envoyer par voie électronique à : cocagne@cocagne.ch


Description détaillée du poste téléchargeable sur la page d'accueil : www.cocagne.ch

pdf

#

Afin de fêter ses 11 ans de soutien à la vie associative, Bénévolat-Vaud lance un appel à projets en faveur d'une transition écologique, sociale et créative.

Nous souhaitons soutenir l’élan actuel de la société civile pour trouver des solutions créatives et originales entre prise de conscience, écologie, solidarité sociale et activités productives.

Collectifs en transition s’adresse aux organisations à but non lucratif et aux collectifs informels. Bénévolat-Vaud offre :

  • Formations et accompagnement aux participants sélectionnés
  • Une vidéo de promotion des six projets finalistes

Un prix d’un montant total de CHF 10'000.- pour les trois lauréats

Conditions de participation : à découvrir ici

Renseignements et inscription : projets@benevolat-vaud.ch

Délai : 30 novembre 2020

#

La campagne de votation sur l’initiative pour des multinationales responsables a démarré. Tandis que le lobby des multinationales multiplie les affiches et les annonces avec ses huit millions, nous rendons l’initiative visible grâce à vous et toutes les personnes qui nous soutiennent !

Voulez-vous aider ? Pour attirer encore davantage l’attention sur leur cause, vous pouvez commander un triangle vélo, un drapeau, des autocollants ou des dépliants ici.

De même, vous trouverez dans le matériel de campagne des affiches pour l’extérieur pour le jardin, des banderoles géantes pour les silos et les parois des maisons et des affiches en papier destinées aux vitrines : www.initiative-multinationales.ch/materiel-de-campagne

Grâce à l’engagement d’innombrables personnes comme vous, nous pouvons gagner la votation. En fin de compte, l’initiative pour des multinationales responsables vise une évidence : lorsque des multinationales comme Glencore polluent des cours d’eau ou détruisent des régions entières, elles doivent être tenues responsables.

Ensemble, nous pouvons obtenir le 29 novembre que les multinationales comme Glencore doivent assumer les conséquences de leurs agissements. Mais ce sera très très serré et nous aurons besoin du soutien de tout un chacun durant ces deux prochains mois.

Le Global commodities Summit aura lieu les 28—30 septembre 2020 sous forme de téléconférences. Nous allons faire de même ! Nous allons diffuser en direct les deux conférences suivantes:

———————
1) 14H—15H30
AGROBUSINESS / LIBRE-ÉCHANGE / ÉLEVAGE: CONSÉQUENCES SUR LE CLIMAT ET LES PAYSAN·NE·S EN SUISSE ET DANS LE SUD GLOBAL

Le gouvernement suisse s’apprête à adopter l’accord de libre-échange avec le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), aux conséquences dramatiques pour les paysan·ne·s suisses et les économies des pays du Sud. L’ONG Greenpeace vient de publier un rapport, «Moins mais mieux», qui analyse les impacts du marché mondial de la viande et du fourrage sur le climat.

Intervenant·e·s:
Isolda Agazzi (Alliance Sud) parlera des enjeux de l’accord de libre-échange que la Suisse va signer avec le Mercosur pour l’agriculture suisse et l’économie des pays du Sud.

Michelle Zufferey (Uniterre Une Agriculture Durable) parlera des solutions de lutte de la paysannerie suisse face à l’agrobusiness et au libre-échange.

Mathias Schlegel (Greenpeace Suisse)résentera p le rapport « Moins mais mieux » de Greenpeace, qui analyse les impacts du marché mondial de la viande sur le climat et notre santé.

Joseph Jaccaz (PEA - Pour l'Égalité Animale) évoquera la concurrence entre l’élevage et l’agriculture pour l’occupation du sol. L’impact de la production de viande sur les changements climatiques et la prise en compte des intérêts des animaux doivent nous amener à considérer un monde sans élevage.

————————
2) 16H—17H30
LES ENJEUX DE L’INITIATIVE «MULTINATIONALES RESPONSABLES»

Après de féroces débats au parlement suisse lors desquels la droite a tenté par tous les moyens de couler cette initiative, reportant le vote bien au-delà du délai légal, les citoyen·ne·s suisses voteront le 29 novembre sur ce texte attaqué par les grands lobbys des spéculateurs.

Intervenant·e·s:
Lionel Frei (Solidar Suisse) présentera l’initiative sur laquelle les citoyen·ne·s suisses voteront le 29 novembre. Celle-ci constitue une occasion historique d’amener les multinationales suisses à rendre des comptes en matière de violation des droits humains et d’atteintes à l’environnement.

Emma Lunghi (Pages de Gauche) évoquera les complexes négociations internationales de régulation de polluants organiques persistants. L’implication des lobbys de la petrochimie est féroce pour limiter les restrictions de l’usage des perfluorées que l'on retrouve dans de nombreux objets du quotidien.

Pierre Bayenet ( solidaritéS) interviendra sur les limites juridiques d’une intiative constitutionnelle. Il traitera des différentes étapes par lesquelles celle-ci doit passer avant de se traduire dans la loi. Enfin, il évoquera les limites de son application, notamment des freins politiques qui peuvent s'y opposer.

N’hésitez pas à poser vos questions sous la vidéo, les intervenant·e·s essaieront d’y répondre.

Le programme détaillé sur: https://stop-speculation.ch

Organisé par NON au sommet des pilleurs et pollueurs à Lausanne

#

Uniterre soutient le Parlement de l'alimentation lancé par Agriculture du futur - Réseau solidaire. L'idée est de lancer une dynamique populaire pour dessiner le système alimentaire de demain et de porter la voix des agriculteur.trice.s et des consommateur.trice.s dans les débats des futurs politiques agricoles. Illes ont besoin de votre soutien et participation! L'alimentation nous concerne tout.te.s!

Retrouvez les ici https://www.landwirtschaftmitzukunft.ch/parlement-...