#

>> écouter les émissions - RTS Couleur3

En Suisse, 2 à 3 exploitations agricoles ferment chaque jour. Une diminution qui frappe davantage les petits paysans, qui ont moins de 30 hectares de surface agricole, que les grandes exploitations, plus rentables. Ce métier, l’un des plus vieux au monde, devient de plus en plus désavantageux ( le revenu moyen d’un paysan a baissé de 30% depuis 1980 pour atteindre, en moyenne 44'000 francs par an) et rare: (le nombre de paysans a diminué de moitié en Suisse en l’espace de 30 ans).

Plus grave et inquiétant encore: un vague de suicides meurtrit la paysannerie dans notre pays. De 60 en 2009, elle est passé à 153 en 2015.

Ce jeudi, la 3 cherchera à comprendre pourquoi ce secteur, indispensable à notre alimentation, écologie et société est en difficulté. Et quelles sont les solutions pour lui venir en aide.

#

Pour le projet du domaine du Lombric qui se situe à Sugiez dans le Vully fribourgeois nous cherchons un couple ou deux personnes célibataires qui rêvent de pouvoir développer un jardin en permaculture pour soi et pour les autres en collaboration avec un jeune couple de permaculteurs.

Le domaine du Lombric est un projet qui a démarré il y a 5 ans. Il recouvre une surface de 8000 m2 dont environ 3000 m2 sont prêts à être cultivés. Il est composé d’un étang, de deux serres, de plusieurs terrasses et buttes autofertiles ou lasagnes, d’une terrasse de 50 mètres de long pour développer de l’agroforesterie, d’un mandala en projet d’une surface de 12 m de diamètre, d’une douzaine de chèvres Mohair et de trois moutons Ouessant. Depuis 5 ans le domaine a été préparé, transformé et cultivé selon les principes de la permaculture. Une petite clientèle profite déjà de ses paniers. Il est désormais trop grand pour être soigné et cultivé par une seule personne. C’est pourquoi un couple de permaculteurs a décidé de se joindre au projet et de louer l’appartement de 5 pièces et demi qui est lié au domaine du Lombric. Nous cherchons maintenant encore un couple ou deux personnes célibataires intéressées par le projet et l’appartement en colocation. Le prix de la colocation n’est pas encore définitif, mais il variera entre maximum 1400.- et minimum 900.- (entre 700 et 450.- par personne), une partie de la location pouvant être transformée en heure de travail permacole pour diminuer le prix.

Pour avoir une idée du lieu vous pouvez aller sur la page Facebook «Domaine du lombric».

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à me contacter au 079 458 19 15 ou par mail pachervet@sunrise.ch

> flyer annonce


L'agroécologie, qui dérive de la cosmovision maya, peut constituer un guide pour permettre aux communautés de lutter contre la malnutrition et garantir la souveraineté alimentaire.
Un reportage au Mexique, d'Eline Müller, paru dans le Courrier du 19 avril 2017
... lire la suite
par Alice Froidevaux - Journal d'Uniterre fév2017
A Alunisu, la souveraineté alimentaire est une valeur vivante. Les petites exploitations agricoles roumaines y trouvent une école enseignant la production agroécologique et l'autosubsistance. Mais ce petit village idyllique dans les contreforts des Monts Apuseni n'est pas pour autant épargné par l'influence des politiques économique et agraire néolibérales. Notre visite dans le cadre du 2e Forum Nyéléni du mouvement européen pour la souveraineté alimentaire a été surtout marquée par le grand écart entre espoir et réalité déprimante.
...lire la suite
« Belle graine, belle terre, belle récolte »
La famille Chezeaux, à Juriens dans le canton de Vaud, est suivie pendant une année par Lila Ribi, réalisatrice, dans un nouveau défi qui va avoir de forts impacts sur la ferme et la famille. Cédric et Christine sont les parents de 6 enfants et ils ont fait le choix de renoncer à un beau troupeau de vaches laitières constitué patiemment par le père, pour s'orienter vers la production de céréales anciennes.
Daniel Künzi, cinéaste genevois originaire du Jura, nous offre un film d'une grande sensibilité sur le monde paysan. Pendant un peu plus d'un an, Daniel choisit de suivre trois familles jurassiennes. Sous l'oeil bienveillant de sa caméra, il leur donne l'occasion de partager avec le grand public leur quotidien et leur vision de ce qu'est devenue l'agriculture aujourd'hui.
Un site internet tout simple et convivial dédié aux partages de savoirs sur les pratiques agricoles de paysans à paysans en Europe
"pour chaque problèmatique, des solutions agro-écologiques"...
Le but : faciliter les échanges et le partage de solutions. Vous voulez vous rendre sur le terrain pour découvrir de nouvelles pratiques ? Consultez le programme d'échange FarmErasmus.
Bonjour, 
l'agriculture urbaine ou l'entrepreneuriat social vous titille ? ALTERNAT recherche des co-entrepreneurs pour développer des projets d'agriculture urbaine en suisse romande.
Fabien Fivaz remet la présidence de l'Alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique (StopOGM) qu'il a conduit avec succès depuis six ans. L'assemblée générale a élu Isabelle Chevalley, Conseillère nationale, pour lui succéder.
Pour Eric Duc de Chavannes-sur-Moudon, il ne faut pas confondre paysan et agriculteur. Plus qu'un métier, la paysannerie est une passion et un mode de vie. Etre paysan, c'est exercer une multitude d'activités qui servent toutes à nous nourrir, comme le faisaient nos ancêtres avant la chimie, avant le productivisme, avant la suprématie de l'agroalimentaire ou les paiements directs.