La politique agricole de l'UE doit cesser de monter les éleveurs européens les uns contre les autres  Le temps est révolu où l'Union européenne était l'institution de solidarité et de maintien de la paix qu'elle a été pendant longtemps pour de nombreux d'entre nous. Brexit, Grexit, crise des réfugiés, crise financière: nous pourrions nommer de nombreux exemples de forces actuelles qui, au lieu de rapprocher les pays européens, ne font que les écarter. Aujourd'hui, le secteur agricole lui aussi est un facteur de division de l'Union. Voici notre revendication d'une véritable POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE !  
Le pape François conforte les producteurs de lait dans leur lutte pour une agriculture équitable et durable
(Rome, le 27 janvier 2016) En quête de solidarité dans la situation difficile qu'ils traversent, les éleveurs laitiers européens se sont trouvé un saint patron hors du commun. 140 membres de l'European Milk Board ont été reçus aujourd'hui en audience par le pape et lui ont demandé son soutien. Des éleveurs laitiers venus de toute l'Europe - de la France à la Lituanie - se sont rendus à Rome afin d'y recevoir la bénédiction papale pour eux, leurs familles et leur métier.
Chers amis producteurs et productrices de lait, chers sympathisants,
Fin d'une année semée de difficultés et de défis pour les agriculteurs.
Désormais, il m'apparaît avec évidence que l'« arsenal » de mesures politiques dont dispose la Commission pour appuyer le prix du lait après l'abolition des quotas s'avère tristement insuffisant. Il est bien possible qu'il en ait été déjà ainsi du temps des quotas mais l'existence des quotas (ce seul facteur fixe) conférait au marché une certaine dose de stabilité. Aujourd'hui, les quotas ont disparu, les revenus des agriculteurs subissent les ravages d'une volatilité débridée et même la Commission doit se rendre à l'évidence : La situation est intenable. Il est temps de troquer le pistolet à billes pour une politique dotée d'une véritable puissance de feu.
La laiterie hollandaise Friesland Campina verse une prime aux producteurs de lait qui limitent leurs livraisons
Friesland Campina, l'une des grandes laiteries en Europe, a récemment lancé un instrument important destiné à brider des hausses futures de la production sur le marché du lait. Au travers du paiement d'une prime, les producteurs de lait seront incités à ne pas augmenter leur production, voire à la réduire. Les producteurs de lait percevront une majoration de 2 centimes par kilo de lait si durant la période du 1e janvier au 11 février 2016, ils n'augment pas leur quantité de livraison ou ils livrent de moindres quantités. Le volume de référence est, en l'occurrence, fixé à la livraison journalière moyenne pour la période courant du 13 au 27 décembre 2015
Depuis quelques jours, le président de la Commission européenne Jean Claude Juncker reçoit des colis un peu particuliers. En guise de protestation contre la politique laitière destructive de la Commission européenne, les producteurs et productrices de lait des quatre coins de l'Europe ont commencé à envoyer des briques de lait frais au bureau du président.
Les nouveaux chiffres pour le mois de juillet révèlent un déclin de la rentabilité des exploitations allemandes.
(Bruxelles, le 01/12/2015) 100 pour cent de travail investi et 100 pour cent de qualité - mais seuls 66 pour cent des coûts sont couverts.
Photo: Rapport prix-coût Source : calcul des tendances du BAL sur base de données Destatis et RICA
Grande journée d'action dans les pays membres de l'EMB contre la politique de l'UE sur le marché du lait
De nombreuses manifestations et actions symboliques ont eu lieu aujourd'hui sous le slogan « Votre politique ruine les producteurs laitiers! »
Communiqué de presse: Les producteurs de lait européens de plus de dix pays exigent un renoncement volontaire à la livraison
(Montichiari, 14.10.2015) Décidément, le calme semble ne pas devoir revenir en Europe.
Le BDM (Bundesverband Deutscher Milchviehhalter) - membre EMB allemand a organisé une manifestation le 10 octobre dernier à l'occasion de l'ouverture de la foire alimentaire Anuga à Köln. Plusieurs centaines de producteurs de lait y ont participé. 
Étude sur les coûts de production comprenant un revenu équitable désormais disponible pour le DanemarkEn 2014 les coûts de production au Danemark s'élevaient à 43,32 ct
Bruxelles (29.09.2015). Après l'Allemagne, la France, la Belgique et les Pays-Bas, les coûts de la production laitière, calculés sur base de données de l'UE, sont désormais aussi disponibles pour le Danemark. Pour l'année 2014, l'étude menée par le bureau allemand BAL (Büro für Agrarsoziologie & Landwirtschaft) affiche un coût total de 43,32 centimes par kilo de lait produit au Danemark.