CNUCED, 19 juillet 2016, Nairobi, Kenya.
« La souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation saine, dans le respect des cultures, produite à l'aide de méthodes durables et respectueuses de l'environnement, ainsi que leur droit à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles.
Les mesures prises jusqu'ici par la Commission européenne sont inefficaces - le Parlement européen doit s'impliquer davantage dans le débat sur le lait
communiqué de presse EMB
Bruxelles, le 21/06/2016 : L'Union européenne poursuit toujours sa politique de la terre brûlée vis-à-vis du secteur laitier. En l'absence de concept prévoyant de plafonner les volumes de lait en temps de crise, cette politique, qui nuit aux producteurs de lait mais aussi aux secteurs en amont et en aval, se poursuivra.
Une cinquantaine d'éleveurs français (Confédération paysanne) et belges (MIG/FMB, FUGEA et MAP) bloquent en ce moment l'entrée de la coopérative Milcobel à Langemark, en Belgique, qui collecte quotidiennement, entre autres, plusieurs dizaines de milliers de litres de lait de l'usine des 1000 vaches. En pleine crise laitière et alors que le prix du lait chute de mois en mois (0,20 € en Belgique et 0,26 € en France), l'usine des 1000 vaches est le symbole de la surproduction qui casse les prix au détriment des éleveurs européens.

Appel Nyéléni pour le 2ème forum Nyéléni Europe pour la souveraineté alimentaire
26-30 OCTOBRE 2016, Cluj-Napoca, Roumanie 
Vers un grand et passionnant mouvement pour la souveraineté alimentaire en Europe
 
Fin des quotas, un an après - un fiasco pour les producteurs de lait
Au 1er avril, une année se sera écoulée depuis l'abolition, par le monde politique, des quotas laitiers baptisés par les experts jargonnant, le règlement des quantités de lait garanties. Cette mesure visant la libéralisation du marché laitier en UE s'est, en si peu de temps, révélée être une erreur qui entrera dans l'histoire.
ECVC réclame une responsabilité politique de la part de ceux qui ont décidé et soutenu la dite suppression du fait du désastre, la situation dramatique et la mort à la quelle des milliers d'exploitations en Europe ont été condamnées.
Avec la crise du secteur laitier qui a fait disparaître des milliers de producteurs laitiers l'année passée, causé la faillite de plusieurs autres et poussé à la mobilisation de milliers de personnes en Europe, il y avait de quoi espérer un certain résultat du Conseil européen de l'agriculture d'hier.
En effet, une coordination centrale aurait une grande importance. Une réduction volontaire des volumes uniquement à l'échelon des organisations de producteurs et des coopératives ne peut EN AUCUN CAS stabiliser le marché du lait
Le Conseil des ministres doit faire avancer le PRM au niveau européen
Les ministres de l'agriculture de l'UE sont réunis aujourd'hui à Bruxelles afin de débattre des mesures à prendre pour le secteur du lait. Il est grand temps d'adopter enfin des instruments efficaces. Depuis des mois, l'Observatoire européen du Marché du Lait (OML) de l'Union européenne constate une chute des prix en raison d'une hausse des volumes produits sur le marché du lait. La tendance ne s'est pas non plus stabilisée en 2016. Les éleveurs laitiers d'Europe sont dos au mur.
Monsieur le Président de la Commission européenne,
Nous vous remercions pour votre réponse du 18 décembre 2015. Nous, producteurs laitiers, apprécions que vous ayez pris le temps de réfléchir à nos arguments. Nous sommes d'accord avec vous pour dire que les décideurs et acteurs sur le marché doivent poursuivre un dialogue constructif visant des solutions réalistes, susceptibles d'obtenir la majorité des voix. S'il apparaît toutefois clairement, comme c'est le cas actuellement, que les solutions ralliant jusqu'à présent la majorité, détériorent la situation au lieu de l'améliorer, le moment est venu de trouver un nouvel élan et de définir une nouvelle orientation.