#

Courrier adressé à l'organisme de révision de la formation agricole, formation qui est actuellement en cours de révision.

Il est indispensable que l’agriculture biologique et d’autres formes de production telles que l’agroécologie, l’agroforesterie soient mieux prises en compte dans la révision de la formation agricole de base !

Quel est le rôle d’une formation agricole ? Elle doit préparer les futur.e.s paysannes et paysans à mener à bien les nombreuses activités de leur ferme. L’apprentissage des techniques agronomiques pour les différents secteurs de production est essentiel, de même que les connaissances des lois, de la fiscalité, etc. mais cela ne suffit pas. Aujourd’hui, il faut conjuguer le travail agricole avec la durabilité, le respect des animaux, les attentes des consommatrices et consommateurs, la guerre des prix. Le métier des paysans s’est complexifié et la formation agricole doit leur donner une large palette de connaissances afin qu’iels puissent relever les défis actuels et futurs : crise climatique, dégradation des sols, de l’environnement, perte drastique de biodiversité… Les pandémies qui touchent autant les animaux que les humains et la guerre en Ukraine (et dans de nombreux autres pays) prouvent que nous ne pouvons plus aveuglement compter sur les importations d’intrants pour notre agriculture suisse. Nous devons donc impérativement développer une agriculture plus résiliente, plus durable, plus autonome. L’agriculture biologique et l’agroécologie apportent des solutions pour plus de résilience.

Nous pensons qu’une formation a le devoir de faire découvrir aux apprenant.es tous les champs des possibilités afin qu’ils puissent décider de leur stratégie entrepreneuriale en toute connaissance de cause. Il n’y a pas qu’une agriculture en Suisse ! Il faut que la formation agricole reflète les différentes tendances. Elle n’a pas le droit moral de ne promouvoir qu’un seul type d’agriculture. Au contraire, elle doit non seulement renforcer l’agriculture biologique, mais encore légitimer l’agroécologie, l’agroforesterie.

De nombreuses personnes souhaitent se former dans ces domaines : plusieurs formations en maraîchage biologique par exemple se développent actuellement de façon autonome, faute de formation adéquate. Des centaines de personnes sont sur liste d’attente pour pouvoir suivre ces nouvelles formations.

Vous nous répondrez que la demande des consommateur.trice.s n’est pas au rendez-vous concernant la consommation de produits biologiques ou d’autres labels. C’est un fait, mais le problème est ailleurs : Ce n’est pas le bio qui coûte trop cher, c’est le conventionnel qui ne couvre pas tous ses frais, parce que jusqu’à présent, la majorité des empreintes écologiques, sanitaires et sociales sont mises à la charge de la société. En plus, une nourriture, vitale, mérite plus que 7 % du budget de nos ménages.

Une formation qui mérite son nom doit permettre d’anticiper, de développer de nouvelles voies, d’oser sortir du moule !

Nous comptons sur le soutien de l'OrTra Agrialiform pour que ce besoin d’ouverture soit reconnu dans la révision actuelle de la formation, pas seulement dans les premières années de formation mais aussi au travers de spécialisations.

pdf

#

Information ECVC

Le 1er livret thématique sur “l’accès aux ressources et aux moyens de production” est arrivé. Il s’agit du premier de 4 livrets, constituant une partie du matériel d’éducation populaire qui sera utilisé comme une étape cruciale pour reconnecter celles et ceux qui ont inspiré et créé UNDROP. Il met en évidence la manière dont l’UNDROP peut être utilisée pour aborder et protéger les droits des paysan·nes aux ressources et aux moyens de production. Les obligations de l’État sont décrites. Il donne aussi des exemples sur la façon dont les communautés du monde entier utilisent l’UNDROP pour protéger leurs droits.

Le matériel d’éducation populaire nous aidera à utiliser efficacement l’UNDROP dans nos luttes pour affirmer et faire progresser nos droits collectifs et individuels. Ces livrets contribueront à une plus grande sensibilisation, à une meilleure compréhension et au renforcement des capacités (par la formation) des mouvements sociaux ruraux. Nous devons utiliser ce livret comme un outil fondamental pour garantir que l’UNDROP sera respectée, mise en œuvre et promue à tous les niveaux ; du local à l’international, des coutumes communautaires aux mécanismes d’élaboration des politiques.

Le matériel éducatif populaire de l’UNDROP est développé par La Via Campesina et FIAN International.

Accès au booklet

Valeurs, principes et fonctionnements d’initiatives économiques pas comme les autres
Cette table ronde vous présentera le fonctionnement de différentes entreprises et initiatives de l’économie sociale et solidaire. Entre points communs et différences, quels sont les principes communs permettant une transition économique, sociale et écologique ? Comment en faire la promotion auprès des institutions et des décideurs politiques ? Exemples dans le domaine de l’agriculture de proximité, la production d’énergie citoyenne et le commerce équitable.

Avec la participation de :

  • Baptiste Laville Député au parlement jurassien
  • Bernard Wipfli et Bruno Cafiso Formateurs, association Sebasol Jura
  • Franco Gamarra Responsable de projets, fondation Zoein, Bienne
  • Lara Baranzini Porte-parole de l’association romande des Magasins du Monde
  • Lucienne Merguin Rossé Membre du comité de la Clé des Champs, Courgenay
  • Pauline Godat Maraichère, ferme des Romains, Courgenay

Plus d’informations ici : Flyer Table ronde 14 mai Delémont.pdf

Entrée libre mais inscription obligatoire

Inscriptions jusqu’au 3 mai • 032 421 91 81 • csjl@delemont.ch

Table ronde retransmise aussi en direct ici !




#

Communiqué de presse Uniterre

En ces temps incertains, où le sentiment d’insécurité semble croître de jour en jour, l’ancestrale peur d’avoir faim ressurgit au fond de nos cerveaux reptiliens, et nous force à nous demander quelle attitude adopter. Le patron de Syngenta sort du bois avec une réponse toute faite, et sans ambages : il faut laisser tomber la production bio, afin d’augmenter les rendements ! Mais ne soyons pas naïfs, ce sont surtout ses propres bénéfices qu’il espère augmenter !

L’agriculture industrielle, avec de grandes structures et des monocultures, s’avère en vérité particulièrement néfaste pour le climat et pour la biodiversité. De plus, en arrêtant le bio, tel que le propose Syngenta, l’agriculture se mettrait davantage à dos la société civile en compromettant :

  • la qualité de l’eau potable,
  • la qualité de nos terres,
  • la biodiversité,
  • la protection du climat,
  • la santé publique

En arrêtant le bio, nous produirons peut-être davantage de denrées alimentaires, mais pas de vivres. Et nous ferons - surtout ! - augmenter le chiffre d’affaire et les bénéfices de Syngenta et de toute l’agrochimie.

Les vraies solutions au problème de pénurie alimentaire se trouvent ailleurs, et en plus elles sont beaucoup moins coûteuses :

  • Mieux répartir la nourriture,
  • Arrêter la spéculation sur la nourriture,
  • Arrêter le gaspillage alimentaire, tout le long de la chaîne de production,
  • Arrêter d’utiliser des denrées pour en produire du carburant,
  • Ne pas fourrager des denrées qui peuvent nourrir l’humain,
  • Préserver nos terres de l’érosion, de la désertification et de la spéculation,
  • Promouvoir de plus petites structures, diversifiées par l’agroforesterie et la permaculture, pour plus de résilience et d’autonomie,
  • Sortir l’agriculture des accords de libre échange et de l’OMC,
  • En résumé, Promouvoir la souveraineté alimentaire !

Il est vrai, l’agriculture bio produit moins en quantité, mais mieux et de manière plus durable. A long terme, ce sera la durabilité de tout le système, la durabilité et la qualité de de nos terres nourricières qui seront déterminantes, et non pas les profits à court terme de quelques géants !

La fuite en avant vers le « toujours plus » ne nous sauvera pas, bien au contraire, elle ne fera que nous précipiter dans une spirale infernale de problèmes toujours plus insurmontables. Alors ne cédons pas aux sirènes des solutions toutes faites, mais empoignons à bras le corps, et pour de bon, toutes ces difficultés ! En route vers la Souveraineté alimentaire, avec les paysan.nes du monde entier !

Contacts presse :

Maurus Gerber (d/f): 081 864 70 22

Laurent Vonwiller (d/f): 078 877 01 79


pdf


#

Depuis la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en 1995, La Via Campesina n’a cessé de dénoncer les politiques néolibérales et de libre-échange qui détruisent les paysanneries du monde et déstabilisent les systèmes alimentaires locaux. De Seattle à Cancun, de Hong Kong à Buenos Aires, les paysanNexs ont inspiré une grande alliance des peuples contre l’imposition d’un nouvel ordre commercial au service des entreprises transnationales et des milliardaires. Aujourd’hui, iels nous appellent de nouveau à nous opposer à la réunion ministérielle de cette organisation aux politiques criminelles à Genève en juin.

Les mobilisations paysannes et autochtones ont permis de bloquer les négociations. Depuis 2001 et l’accord de Doha, aucun nouvel accord de l’OMC n’a jamais pu être adopté. Cependant, l’accord de Marrakech s’applique : il oblige à ouvrir les marchés aux entreprises transnationales et empêche notamment la mise en place de politiques publiques ambitieuses en faveur des paysanNExs et des autres petitExs producteurTRICExs. De plus, les accords de libre-échange bilatéraux ou régionaux se sont multipliés.

Les politiques néolibérales et d’imposition du libre-échange ont fortement fragilisé les paysanneries du monde entier. Elles poussent les pays à donner la priorité aux cultures d’exportation et à dépendre des importations pour nourrir leur population. Elles accentuent l’accaparement des ressources naturelles par les transnationales, au détriment des paysanNExs et des communautés locales. Elles aggravent le réchauffement climatique en favorisant la monoculture industrielles, la déforestation, la surexploitation des sols et de l’eau ainsi que la perte de biodiversité. La santé des foyers les plus précaires est sévèrement affectée par la perte de qualité de l’alimentation issue de processus industriels et de l’exportation.

Pandémie de Covid-19, événements extrêmes liés au réchauffement climatique, guerre en Ukraine, aujourd’hui le constat est sans appel : faire dépendre l’alimentation et la santé des peuples du commerce international et des entreprises transnationales est irresponsable et criminel. Cela doit cesser. L’OMC doit sortir de l’agriculture ! La souveraineté alimentaire doit être la base des politiques agricoles et alimentaires et les pays doivent mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP) ainsi que les directives sur la pêche artisanale.

Le libre-échange est aussi criminel dans d’autres domaines. Désarmant les États, il a imposé le néolibéralisme : démantèlement des services publics, austérité, dettes, délocalisation et surproduction - cette course vers le bas des États a exacerbé les inégalités et démultiplié la misère, au Sud comme au Nord. Les femmes en sont les premières victimes; les migrations forcées, les guerres et les violences endémiques en sont les conséquences. La dérégulation financière attise la spéculation et une succession de crises endémiques, avec en parallèle des régulations totalitaires qui renforcent le « droit » aux bénéfices des transnationales et leurs brevets sur les semences et les médicaments (même en pleine pandémie !) .

Nous exigeons des politiques publiques qui favorisent l'accès à la terre et aux ressources agricoles pour les jeunes ainsi que la mise en place de circuits courts.

Dans tous les domaines, la souveraineté des peuples est bafouée par l’OMC.

Solidarité avec la lutte exemplaire de La Via Campesina en défense de la souveraineté alimentaire des peuples !


Le libre échange nous mène au désastre

Manifestation internationale contre le sommet de l’OMC : Samedi 11 juin - 14h Place Lise Girardin, Genève

La souveraineté alimentaire, Maintenant !

Les droits paysans, Maintenant !

A bas l’OMC !

Rencontre avec les déléguéExs de La Via Campesina : lundi 13 juin à 18h30 à Uni Mail, Boulevard du Pont-d’Arve 40, Genève

Premiers signataires : La Via Campesina, Uniterre, Confédération paysanne, ATTAC, Collectif BreakFree, CETIM, SolidaritéS, FIAN Suisse, MAPC, CADTM, UNIA Genève


C'est un événement qui vise à rassembler l’écosystème agro-alimentaire vaudois et faire se rencontrer des acteur.ices qui ne se rencontrent jamais. L’événement ne sera pas une conférence classique, mais plutôt un espace de discussion visant à rendre l’écosystème agro-alimentaire vaudois plus circulaire, juste et durable. Les discussions se dérouleront autour de 5 thématiques:


1. la nourriture
2. les ressources
3. le savoir
4. la communauté
5. le rythme


Ce n’est pas une conférence à proprement dit, car il n’y aura pas d’intervenants ou de scène principale, mais chaque participant.e aura la possibilité de choisir ce dont il/elle veut parler et avec qui le faire. C’est un espace d’échange et d’expérimentation ouvert sans hiérarchie.
L'événement se déroulera toute la journée (repas et apéro inclus) et le prix pour participer est libre (avec un prix conseillé de 180.-). Pour s’inscrire, cliquez ici

Plus d'informations : flyer



Alors que la question de la sortie du charbon est au centre des débats politiques actuels, la multinationale suisse Glencore réalise des milliards de bénéfices avec cette matière première nocive pour le climat. C’est le cas par exemple en Colombie, où Glencore a intensifié massivement ses investissements dans la mine El Cerrejón, alors même que celle-ci est responsable de graves destructions environnementales et de violations des droits humains. La multinationale va même encore plus loin : au mépris d’un jugement de la Cour constitutionnelle colombienne, elle a porté plainte contre la Colombie afin de pouvoir continuer à agrandir sa mine.

L’avocate colombienne Rosa Maria Mateus Parra ainsi que Samuel Arregoces, représentant des communautés affectées de la Guajira, seront présents pour témoigner de la lutte qu’ils mènent depuis des décennies contre la mine El Cerrejón de Glencore. Les plaintes déposées par des multinationales contre les Etats pour protéger leurs investissements, instruments controversés, seront également abordées, ainsi que les possibilités d’action en Suisse, prévues notamment par la Coalition pour des multinationales responsables.

Participant-e-s :

  • Rosa María Mateus Parra, avocate du Colectivo de Abogados José Alvear Restrepo, Colombie
  • Samuel Arregoces, représentant des communautés voisiens de la mine de Cerrejón, Colombie
  • Isolda Agazzi, Experte de la question des accords de protection des investissements, Alliance Sud, Suisse
  • Chantal Peyer, conseillère politique à l’EPER et membre du comité de la Coalition pour des multinationales responsables, Suisse
Modération : Marine Vasina
#

L’organisation paysanne Uniterre a pris part à la consultation proposée par le Conseil fédéral. Voici dans les grandes lignes nos revendications.

La période récente nous montre de manière évidente l'importance d'un approvisionnement alimentaire sécurisé pour la population, ainsi que le rôle prépondérant que l'agriculture paysanne doit y jouer. L’agriculture paysanne occupe un rôle de premier plan dans la décarbonation du système alimentaire et la transition vers une société plus durable. Mais cette agriculture paysanne est aujourd'hui prise en étau entre un marché alimentaire toujours plus mondialisé avec une pression permanente sur le prix à la production et la nécessité de préserver les ressources naturelles, le climat et la biodiversité. Le renvoi de la politique agricole 22+ n’a pas encore ouvert le débat sur un système alimentaire cohérent qui doit dépasser ces contradictions. Ainsi la destruction de l’agriculture paysanne par l’évolution structurelle, voulue par l’OFAG, n’est toujours pas remise en question par les orientations proposées

Ces dernières années, le nombre de suicides et de burn-out dans l’agriculture est en forte augmentation. C’est pour cela et, vu la situation géopolitique actuelle, que le moment est venu de revaloriser le travail de l’agriculture. Ainsi dans l’Ordonnance sur la Terminologie agricole, Uniterre propose de coupler l’UMOS (Unité main d’oeuvre standard) à l’équivalent temps plein (ETP) appliqué au sein de l’OFAG. Une UMOS devrait donc passer de 2600 h/an, à moins de 2000 h/an. Les facteurs pour le calcul des UMOS devront donc être adaptés et corrigés à la hausse (mais pas les seuils UMOS !).

Uniterre déplore que la protection douanière de la production indigène de céréales fourragères et panifiables, d’oléagineux et de plantes protéiques ne soit pas renforcée. Pour combler ce manque, nous proposons de modifier l’ordonnance sur les importations.

Quant à la production laitière : Uniterre soutient pleinement le versement direct de la prime à la transformation fromagère aux producteur.trice.s. Par contre, Uniterre ne comprend pas que l’OFAG ne soit pas capable de faire appliquer la motion 19.3952 "Améliorer les termes du contrat-type de l'Interprofession du lait ", adoptée par les deux chambres du parlement. Le nouveau contrat cadre de l’IP-Lait ne garantit toujours pas la liberté de livraison, sans pénalisation, du lait du segment B. C’est un déni de notre système démocratique ! Aujourd’hui, nous privilégions l'exportation de fromages produits avec du lait B sans aucune valeur ajoutée, alors que nous devons importer du beurre. Au lieu de pousser les exportations à tous crins, nous devons privilégier l'approvisionnement du marché suisse !

Compte-tenu de l’introduction de nouveaux objectifs (primes aux cultures spéciales, protection des troupeaux, soutien aux races indigènes, soutien aux plantes résistantes, …), Uniterre exige que l’enveloppe budgétaire soit adaptée dans ce sens. Par ailleurs, Uniterre attend que la Confédération présente une politique agricole globale et cohérente, qui englobe aussi les domaines de l’alimentation. De plus, il est clair que l’agriculture a des implications dans de nombreux autres domaines, tels que l’environnement, la santé, le tourisme, la mobilité, l’aménagement du territoire, et les prestations réalisées par l’agriculture devraient jouir du soutien financier des départements concernés.

Cependant, ces considérations ne doivent pas dédouaner les différents acteurs du marché, qui doit être la source principale de rémunération des produits agricoles. En outre, la Confédération ne peut pas être libérée de son devoir moral de créer et de favoriser des conditions-cadre équitables pour une répartition juste et transparente de la valeur ajoutée tout au long des filières.

réponse à la consultation sur le train d'ordonnances agricoles

Alors que la question de la sortie du charbon est au centre des débats politiques actuels, la multinationale suisse Glencore réalise des milliards de bénéfices avec cette matière première nocive pour le climat. C’est le cas par exemple en Colombie, où Glencore a intensifié massivement ses investissements dans la mine El Cerrejón, alors même que celle-ci est responsable de graves destructions environnementales et de violations des droits humains. La multinationale va même encore plus loin : au mépris d’un jugement de la Cour constitutionnelle colombienne, elle a porté plainte contre la Colombie afin de pouvoir continuer à agrandir sa mine.

L’avocate colombienne Rosa Maria Mateus Parra ainsi que Samuel Arregoces, représentant des communautés affectées de la Guajira, seront présents pour témoigner de la lutte qu’ils mènent depuis des décennies contre la mine El Cerrejón de Glencore. Les plaintes déposées par des multinationales contre les Etats pour protéger leurs investissements, instruments controversés, seront également abordées, ainsi que les possibilités d’action en Suisse, prévues notamment par la Coalition pour des multinationales responsables.

Participant-e-s :

  • Rosa María Mateus Parra, avocate du Colectivo de Abogados José Alvear Restrepo, Colombie
  • Samuel Arregoces, représentant des communautés voisiens de la mine de Cerrejón, Colombie
  • Isolda Agazzi, Experte de la question des accords de protection des investissements, Alliance Sud, Suisse
  • Chantal Peyer, conseillère politique à l’EPER et membre du comité de la Coalition pour des multinationales responsables, Suisse
Modération : Marine Vasina
#

Prise de position du MAPC, Mouvement pour une Agriculture Paysanne et Citoyenne (Genève)

Ce dimanche 17 avril 2022, journée internationale des luttes paysannes, le Comité du 17 avril a organisé une plantation de patates sur l’ancien emplacement de la coopérative maraîchère du Jardin des Charrotons, aux Cherpines à Genève. Celle-ci avait cessé son activité en 2017 suite au non-renouvellement de son bail agricole par les propriétaires du terrain. Certes, le déclassement de la zone des Cherpines condamnait la pérennité de la coopérative, mais le constat est que cinq ans plus tard, le terrain est toujours en friche, et rien n’a été construit comme initialement prévu.

Le MAPC, Mouvement pour une Agriculture Paysanne et Citoyenne, prend position aujourd’hui contre le déclassement à tout va des terres agricoles et contre la politique de la Confédération, qui ne protège pas les structures agricoles à taille humaine, qui pratiquent une agriculture extensive et agroécologique respectueuse du vivant et qui font un travail essentiel à la survie de nos sols et à la production agricole des décennies à venir. En effet, à l’heure actuelle 3 fermes par jour disparaissent en Suisse. Les terres sont de plus en plus déclassées pour laisser place bien souvent à la construction de complexes commerciaux non indispensables ou à des locaux commerciaux, qui restent vides ou peu utilisés. Sous la pression de logiques du marché et de l’agroindustrie, les fermes deviennent de plus en plus grandes et de plus en plus mécanisées et technologiques, entrainant la disparition des petites fermes, des paysannes*, remplacées par des machines ou des robots, ainsi que la disparition du savoir paysan et des terres accessibles pour les néopaysannes qui souhaitent se lancer.

Les terres des Cherpines étaient des terres multiséculaires du terroir genevois. Longtemps cultivées selon des pratiques culturales respectueuses des sols, elles étaient parmi les plus fertiles du canton. De même, la coopérative maraîchère du Jardin des Charrotons, organisée en ACP, était une structure qui cultivait biologiquement une grande diversité de légumes permettant la livraison hebdomadaire de 140 paniers, destinés à des mangeuses de la région. C’était aussi un lieu vivant et de rencontres, qui multipliait les savoirs paysans en expérimentant de nouvelles techniques et en accueillant des stagiaires régulièrement. Suite à la fin du bail aux Cherpines, l’aide apportée par l’État au relogement de la coopérative a été très faible et toujours conditionné à une obligation ; un relogement sur des terrains agricoles de l’État n’est possible que si la forme juridique « coopérative » change pour une forme en entreprise individuelle.

Le MAPC se questionne ainsi sur la transparence de l’utilisation des terres agricoles à Genève et de ses méthodes d’attribution. Comment savoir si des terrains agricoles de l’État se libèrent ? Nous estimons qu’à l’avenir, les terrains agricoles appartenant à l’État doivent favoriser en premier l’installation de nouvelles structures et non l’agrandissement de fermes déjà existantes. Mais aussi, et l’exemple du Jardin des Charrotons en témoigne, comment est-il possible de laisser au bon vouloir de propriétaires privées nonagricultrices
l’attribution et les conditions d’utilisation des terres agricoles ?

Parce que le MAPC promeut ce type de structures et pratiques agricoles, aujourd’hui menacées par l’industrialisation du travail de la terre, le MAPC soutient l’occupation du champ des Cherpines de ce 17 avril 2022 et soutiendra le Comité du 17 avril lors des négociations qui vont se tenir ces prochains jours avec le propriétaire du lieu, ce dernier ayant annoncé dimanche qu’il était ouvert à la discussion pour mettre en place un bail d’exploitation.

Uniterre soutient cette prise de position.

Contact : info@mapc-ge.ch / mapc-ge.ch
* Le féminin générique est utilisé à des fins de lisibilité et inclut toute identité de genre.

pdf

Communiqué de presse du comité du 17 avril

https://www.youtube.com/watch?v=S4WZnjoG7tY