Production laitière

Depuis de nombreuses années, Uniterre réclame un prix du lait équitable couvrant les coûts de production. Car depuis longtemps, les producteur·rices ont de la peine à survivre, la pression sur les prix exercée par les grands distributeurs et transformateurs étant immense. Le prix moyen payé en 2021 était de 62,7 centimes par kilo de lait (rapport annuel Swissmilk 2021, p.32), un chiffre largement en dessous des coûts de production. En 1998, la Suisse comptait encore 44 000 exploitations laitières. Fin 2021, ce chiffre est passé sous la barre des 18 000.

 

En septembre 2019, nous avons lancé le Lait équitable ou Faireswiss qui constitue une lueur d’espoir, nous ayant permis de satisfaire notre revendication de longue date de rémunération 1 franc par kilo de lait. Le Lait équitable est désormais organisé en coopérative indépendante d’Uniterre, qui connaît un grand succès en Suisse.

Une équipe d’une dizaine de producteur·rices de lait s’engage dans la commission lait d’Uniterre, entre autres sur les thèmes suivants :

• le supplément pour le lait transformé en fromage, qui n’est que partiellement reversé aux producteur·trices.
• le contrat laitier standard de l’Interprofession Lait (IP Lait), qui ne respecte pas les directives décidées par le Parlement.
• les importations de beurre et l’exportation de fromages industriels de dumping qui sapent notre production nationale.

Nous collaborons avec l’organisation suisse alémanique Big-M et, au niveau européen, nous sommes membre de l’European Milk Board (EMB).

Grandes cultures

Les céréales, les oléagineux et les protéagineux indigènes sont un pilier de notre autonomie et de notre sécurité alimentaire. Les événements climatiques extrêmes augmentent drastiquement et pèsent sur la sécurité et la qualité des rendements. Pour les domaines agricoles, cela implique une meilleure connaissance et une prévention accrue des risques. Les surfaces de terres ouvertes, et plus particulièrement les surfaces d’assolement, doivent être défendues. La qualité des sols et la biodiversité doivent être des facteurs à prendre en compte dans la protection des terres agricoles.

Uniterre demande une déclaration d’origine transparente, la régulation des importations, notamment des 120’000 tonnes de produits de boulangerie industrielle, et des prix équitables. Les méthodes de production écologiques sont au cœur de notre travail.

Uniterre possède une commission grandes cultures.

Viande

Face aux enjeux environnementaux et climatiques, nous prônons une consommation de viande raisonnable où la qualité prime sur la quantité. Cependant, il faut reconnaître la valeur du pastoralisme pour la préservation de la biodiversité, la valorisation de l’herbe dans les régions de montagne et la protection contre les dangers naturels. Dans une optique d’agriculture paysanne diversifiée et autonome, l’élevage a toute sa place, même en plaine. Uniterre s’engage en faveur d’un élevage paysan, dans lequel le bien-être des animaux et la protection de nos ressources sont garantis. Cela n’est possible qu’avec des structures équitables et justes pour nous, paysannes et paysans.

Il faut des prix rémunérateurs pour les producteur·rices et de la transparence tout au long de la chaîne de création de valeur. Il faut garantir le revenu paysan, notamment pour maintenir, voire augmenter, le degré d’autosuffisance nécessaire à l’alimentation de nos animaux. Il faut que les normes suisses soient appliquées pour les importations également.

Uniterre possède une commission viande qui est un groupe spécialisé dans ces questions. Elle est composée d’un·e membre du secrétariat et d’agriculteur·rices issu·es des différentes sections. Elle prend position sur les questions actuelles de la politique agricole, formule des revendications et s’engage de manière générale pour que la production et la consommation de viande soient en accord avec les exigences économiques, éthiques, sociales et écologiques.

Viticulture

Uniterre compte aussi des membres vigneron·nes, ou des paysan·nes polyvalent·es qui possèdent aussi de la vigne. Dans le domaine de la viticulture, nous nous intéressons tout particulièrement aux questions d’accès aux marchés et de concurrence avec les importations. Alors que la consommation de vins est en baisse constante depuis plusieurs décennies, les quotas d’importation ne bougent pas et exercent une pression toujours plus forte sur la production locale.

Comme pour chaque secteur de production, Uniterre défend une production locale et écologique, et des prix en adéquation avec les efforts consentis par les producteur·rices. Elle demande des salaires et des conditions de travail justes pour la nombreuse main-d’œuvre familiale et extra-familiale, souvent d’origine étrangère et fortement précarisée.

Maraichage et arboriculture

Premiers rayons à l’entrée des grandes surfaces, les fruits et légumes consommés en Suisse participent grandement à l’image d’Épinal d’une agriculture humaine, productrice et respectueuse commercialisée par les services de communication de l’agrobusiness local. Les deux géants orange, et leurs suivants discounters, ne se privent pas de profiter du « soutien » que souhaite apporter la population à « ses maraîcher·ères ». Et plus un fruit ou légume est local, de saison et bio, plus il sera cher sur ces étals accueillants. Cependant, comme l’a révélé une étude de la FRC, ceci est expliqué par les marges des chaînes de supermarchés. Le système des deux phases, censé protéger la production suisse de fruits et légumes par une barrière douanière pendant la saison de récolte indigène, met en réalité le secteur sous une forte pression. Hors saison les prix sont bas, car la grande distribution profite d’importations à des prix dérisoires, tandis qu’en saison de production locale, les prix en magasin sont au plus hauts, car la grande distribution en profite pour augmenter ses marges.

Par ailleurs, l’augmentation des variétés « club » dans les fruits (impositions des surfaces cultivées et de l’itinéraire technique, de l’acheteur, des prix et des critères de ventes) présage d’un alignement de plus en plus proche des obligations européennes sur le choix de variétés de moins en moins libres et paysannes (hybrides F1 et autres bricolages biotechnologiques). Le secteur doit donc se réinventer s’il ne souhaite pas se résumer à un ensemble d’agents au service de l’agriculture industrielle. En ce sens, Uniterre soutient la diversification des structures, les semences paysannes et les variétés adaptées aux conditions locales et libres de droits, et les initiatives favorisant l’essor de circuits courts. Nous nous positionnons aussi en faveur de conditions sociales justes, en particulier dans ce secteur, le plus demandeur en main-d’œuvre, notamment saisonnière.

aGRICULTURE CONTRACTUELLE DE PROXIMITÉ

Uniterre s’est engagée dès le début dans la création et le soutien du mouvement de l’agriculture contractuelle et solidaire. L’agriculture contractuelle de proximité (ACP), également appelée agriculture solidaire ou Community Supported Agriculture (CSA) en anglais, est devenue un mouvement qui repense — et met en œuvre — l’agriculture de manière nouvelle. Il s’est développé vers 1970 au Japon et a démarré à Genève en 1978 avec la coopérative Les Jardins de Cocagne.

Elle met en relation les consommateur·rices et les producteur·rices. Les premier·ères s’engagent contractuellement à acheter des légumes ou d’autres denrées alimentaires à une ou plusieurs fermes et paient à l’avance. Les second·es bénéficient ainsi d’une sécurité de planification et ne sont pas obligé·es de cultiver des excédents. De plus, le lien direct entre mangeur·euses et producteur·rices permet de discuter solidairement de prix rémunérateurs et d’un accès social à des aliments de qualité, locaux et sains. C’est une des voies pour s’affranchir de la grande distribution et retrouver une certaine autonomie tant aux champs que dans notre assiette.

De plus en plus d’initiatives voient le jour en Suisse et dans le monde. Ce mouvement montre très bien qu’une autre agriculture est possible. Cette agriculture est exemplaire à bien des égards : circuits courts, accent sur le travail manuel, faible consommation d’énergie, peu de déchets. Plus que des légumes frais, elle offre la possibilité d’expérimenter et de mettre en pratique l’économie solidaire !

Fédération romande d’agriculture de proximité

Agroécologie

Aux côtés de La Via Campesina, Uniterre se penche depuis 2013 sur la notion d’agroécologie et sur la nécessité de développer des alternatives au modèle agro-industriel actuel. L’agroécologie ne se réduit pas à un nouveau type de production, elle est aussi un nouveau mode de vie et un processus de changement social. L’agroécologie ne conçoit pas les différentes espèces de manière isolée, mais s’intéresse aux interactions entre les humains, les animaux, les écosystèmes naturels et les systèmes de production agricole. La ferme est ainsi un « agro-éco-système » qui doit s’intégrer de manière optimale dans l’environnement et contribuer à atténuer les problèmes liés aux changements climatiques et à la perte de biodiversité.

Quand nous parlons d’agroécologie, nous parlons de :
• Développer des systèmes agricoles utilisant moins d’intrants (pesticides et engrais de synthèse, fourrages concentrés, machines, etc.) et d’énergie ;
• Développer des systèmes alimentaires basés au maximum sur une production et distribution locale, visant à réduire le gaspillage, les transports et les coûts de santé ;
• Maintenir et développer la fertilité des sols et l’utilisation durable de l’eau et de l’ensemble des ressources naturelles ;
• Encourager la production et l’utilisation de semences et de races animales locales, adaptées aux territoires, et le contrôle des paysan·nes sur ces ressources ;
• Promouvoir une agriculture moins mécanisée et digitalisée, cependant ouverte au progrès, par exemple via l’agroforesterie, les low-techs ou la diversification des (modes de) cultures ;
• Maintenir une base de fermes de petite et moyenne taille et assurer une utilisation durable et rationnelle des différentes zones géographiques de notre pays ;
• Assurer l’accès à la terre, aux connaissances et aux ressources en particulier pour les jeunes, les femmes, les néo-ruraux·ales et les collectifs. Et leur assurer un revenu décent.

L’agroécologie selon la Coordination Européenne Via Campesina