lundi, 30 novembre 2020
#

Uniterre partage la déception des initiant-e-s de l’initiative pour des multinationales responsables de ne pas avoir réuni une majorité en sa faveur. Ce résultat démontre que notre société se croit autorisée, au nom du profit, à fermer les yeux sur les agissements dévastateurs de certaines multinationales.

Les exigences de l’initiative seront mises en œuvre

Un nombre croissant de Suisses et de Suissesses sont d’avis qu’une multinationale ne peut engranger des bénéfices aux dépens des êtres humains et de l’environnement.
Les mobilisations à l’échelle mondiale pour que la déclaration universelle des droits de l’Homme soient réellement mise en œuvre s’intensifient. Et notre gouvernement, les décideurs et les acteurs économiques doivent reconnaître la primauté des droits humains sur toute loi, traité ou activité économique.

La Suisse a voté en faveur de la déclaration sur les droits des paysan.ne.s*** . et il est de son devoir de prendre « toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que les acteurs non étatiques qu’ils sont à même de réglementer, tels que les particuliers et les organismes privés, ainsi que les sociétés transnationales et les autres entreprises commerciales, respectent et renforcent les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales. » (art. 2.5). Cela veut dire : le droit à une vie saine, à un niveau de vie décent, à un environnement sain, le droit à la terre, le droit à la justice, pour n’en citer que quelques-uns.

A Uniterre, nous recevons quotidiennement des informations de nos partenaires en Amérique latine, en Afrique et en Asie sur des agissements criminels de multinationales : accaparements de terres, pollutions, intimidations et violences, conditions de travail indécentes, etc. Comment est-ce possible de tolérer de tels actes ?

Nous poursuivons, avec les organisations suisses, européennes et La Via campesina, notre engagement afin qu’un cadre clair et contraignant soit mis en place, pour que cessent les violations des droits humains, la destruction et l’accaparement des terres et les contaminations de l’environnement.

La justice, l’équité, le respect, la solidarité plutôt qu’une économie basée sur l’asservissement et la destruction.

***Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan.ne.s et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP)

lundi, 23 novembre 2020
#

Des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève appellent à résister aux sirènes du Black Friday et à soutenir le commerce de proximité équitable

Dans un contexte chamboulé par une fragilisation de nos systèmes économiques, notre consommation doit être fondamentalement revue. En réaction à la consommation frénétique du Black Friday, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Afin de rappeler la nécessité du respect des normes environnementales et sociales tout au long de la chaîne de création de valeur et celle de garantir un prix décent aux producteurs et productrices de nos biens de consommation, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève (voir contacts ci-dessous) avaient décidé d’organiser, du 21 au 28 novembre 2020, une semaine équitable, la Fair Week, en réaction à la consommation frénétique du Black Friday. Un programme riche était proposé qui a dû être annulé mais les acteurs et actrices du commerce équitable vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Le Black Friday ou la frénésie des achats

En Suisse, le Black Friday est une tradition relativement récente qui s’est propagée à la vitesse d’un virus (patient zéro: Manor en 2014). Chaque année les chiffres dépassent ceux des années précédentes au point d’être devenu, même chez nous, le jour de shopping le plus importantde l’année.La plus grande partie des ventes se fait surtout en ligne au cours de la Cyber Week qui commence le lundi Cyber Monday avant le Black Friday, et dure 8 jours.

Mais ce sont les grosses structures qui gèrent des quantités énormes et peuvent bénéficier d’économies d’échelle qui sortent gagnantes de cette course aux bas prix en faisant pression auprès de tous les acteurs de la chaîne, pour qu’ils réduisent leurs coûts. Le prix à payer:l’exploitation des travailleuses et travailleurs et des productrices et producteurs tout le long de la chaîne de production, de transport et de distribution. Comme le dénonce l’ONG Zerowastefrance,«Les promotions n’existent pas, il y a toujours quelqu’un qui paye»!

Pour des enseignes de commerce équitable, mais aussi pour des magasins de produits locaux ou de produits artisanaux, cette course vers le bas prix est impossible à soutenir. Le mouvement du commerce équitable repose en effet sur le prix juste payé aux productrices et producteurs et la rémunération correcte de tous les salariés impliqués dans la chaîne. Tout le monde doit pouvoir avoir une vie digne grâce à son travail! La course au bas prix met déjà en difficulté nos magasins en temps normal; avec des évènements tels que le Black Friday, la pression devient insoutenable.

Notre appel: de proximité et équitable

La crise sanitaire du printemps 2020 a poussé les consommateurs et consommatrices à s’intéresser à ce qui se produisait près de chez eux. Malheureusement le retour à une situation plus «normale» a redimensionné cet intérêt et réactivé les comportements de consommation de masse orientés par le «plus et moins cher possible» et dirigés vers la grande distribution et les plateformes en ligne.

Nous,représentants du commerce équitable à Genève, prônons des relations commerciales aussi équitables et directes que possible -les fameux circuits courts. L’équité dans les échanges commerciaux ne se limite pas aux relations Nord/Sud. Les revendications de nos paysans et paysannes qui réclament également un prix plus juste et des conditions de travail décentes nous interpellent. Ainsi que la survie des petits commerces face à la concurrence des grandes plateformes de vente en ligne.

Nous lançons cet appel pour une remise en question durable de notre système de consommation et recommandons de privilégier les petits commerces de proximité; des structures et des biens qui garantissent des conditions de travail équitables et des biens produits en respectant les cycles de la nature, la biodiversité et un usage limité de produits nocifs pour l’environnement.

Le volet équitable est aujourd’hui d’autant plus important que les productrices et producteurs des pays du Sud, ainsi que leurs familles, sont touchés de plein fouet par la crise économique liée à la pandémie. Et ceci, souvent, dans des pays qui n’offrent aucun filet social et qui ne peuvent pas, à l’instar des pays plus riches, mettre en place des mesures de soutien extraordinaires.

Contacts :

•Claire Fischer, représentante Swiss Fair Trade pour la Suisse romande et le Tessin ; 079690 42 73, claire.fischer@swissfairtrade.ch

•Lara Baranzini, porte-parole de l’Association Romande des Magasins du Monde; 076 418 13 77, lbaranzini@mdm.ch

•Sophie de Rivaz, responsable du dossier «commerce équitable» à Action de Carême, membre du comité de Swiss Fair Trade; 078 708 42 99, derivaz@fastenopfer.ch

•Numéros de téléphone des structures qui participent à la Fair Week disponibles dans le flyer joint.

Communiqué de presse (pdf)

Dossier de presse

jeudi, 12 novembre 2020
#

Communiqué de presse de l'alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique

Le Conseil fédéral souhaite prolonger de quatre ans le moratoire sur les cultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM) à des fins agricoles. Le moratoire s'applique également aux produits issus de nouvelles techniques de génie génétique (NTGG). Cette décision est extrêmement bienvenue. Il permettra de sauvegarder et de renforcer la production suisse sans OGM. Cette prolongation permettra également de disposer de temps pour résoudre les questions non résolues relatives à la coexistence de différents types de culture et à la réglementation des NTGG.


L'agriculture suisse à petite échelle avec des petites parcelles intriquées les unes dans les autres implique que la coexistence de cultures sans OGM et de cultures GM est pratiquement impossible à mettre en oeuvre. La protection de l’agriculture sans OGM doit pourtant être garantie selon la Loi sur le génie génétique (LGG). Cela implique de pouvoir tracer les OGM et d’avoir des conditions cadres efficaces. Nous savons qu’elles seraient coûteuses à mettre en place et ne pourraient pas exclure le risque de contamination. Grâce au moratoire, la liberté de choix des consommateurs, qui est inscrite dans la loi, peut encore être garantie.


La liberté de choix n'est garantie que si les produits génétiquement modifiés sont étiquetés comme tels. La régulation selon la LGG impose aux développeurs de déclarer la technique utilisée et les séquences modifiées. Avec ces informations, il est possible de tracer ces nouveaux OGM comme le démontre une publication scientifique récente. Il est donc important de réguler ces NTGG selon la LGG.


Pour le Conseil fédéral (CF), le temps du moratoire doit être mis à profit pour répondre aux incertitudes liées aux NTGG, pour débattre de leur place dans une agriculture durable. En effet, ces techniques sont récentes et bien qu’elles permettent des modifications plus ciblées, un grand nombre de modifications non souhaitées surviennent dans les génomes. De plus ces techniques font toujours appel aux anciennes techniques de modification génétique très aléatoires pour faire entrer les composants dans les cellules. Enfin, la régénération des plantes transformées in vitro est aussi un processus mutagène. Les NTGG permettent d’effectuer un grand nombre de modifications génétiques en série (multiplexing) ce qui implique que la physiologie des organismes résultants peut être radicalement transformées. Il convient d’étudier les risques pour la santé et l’environnement liés à la dissémination de ces nouveaux organismes.


Les NTGG font l’objet d’une campagne de désinformation qui vise à faire croire que les changements effectués sont petits, précis et l’équivalent du naturel. Ceci pour échapper aux régulations en place sur le génie génétique. Il n’en n’est absolument rien, bien au contraire. Il relève d’un tour de force, d’un sophisme des experts en communication : se référer à la nature pour faire passer l’artificialisation du vivant. Certains prétendent qu’il serait possible de développer des plantes tolérantes à la sécheresse ou résistantes aux maladies sur le long terme ou encore des plantes ayant un rendement plus élevé. Après 40 ans de recherche et des milliards engloutis, tous ces projets ont échoué en raison de la complexité de la génétique qui détermine ces caractéristiques et de notre connaissance lacunaire du fonctionnement des génomes.


Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère où nous remplaçons le processus aveugle qui a façonné le matériel génétique sur notre planète pendant des milliards d’années par un processus de direction de l’évolution qui est conscient, intentionnel et surtout orienté vers des objectifs … de profits. En témoigne la course aux brevets dont ces NTGG font l’objet.


Ces techniques ne sont d’aucune utilité pour le développement d’une agriculture durable puisque les brevets ainsi que leurs produits appartiennent à une poignée de multinationale de l’agrochimie. Les OGM participent à la concentration du marché des semences et à une perte de l’autonomie des paysans ainsi qu’ à une industrialisation de l’agriculture dont il est impératif de se détourner rapidement.


En revanche, les approches interdisciplinaires telles que l'agroécologie représentent une alternative plus durable. Ces approches ont déjà fait leurs preuves et sont également recommandés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Dans ces approches agroécologiques ce n’est pas la génétique qui est le facteur déterminant la production et les OGM ne sont d’aucune utilité.

pdf

vendredi, 06 novembre 2020
#

Communiqué de presse Uniterre


En 2020, la Suisse a importé de manière extraordinaire 1800 tonnes de beurre au printemps, 1000 tonnes en été et une nouvelle demande de 2000 tonnes est en cours, argumentant un manque de lait. Les prix du lait auraient dû fortement augmenter, aucune différence notoire n’a été observée. Un véritable scandale !
Le consommateur est induit en erreur, il pense souvent acheter du beurre Suisse.

Paysannes, paysans, il est temps de reprendre le contrôle de la filière du beurre. Dans le canton de Fribourg, une laiterie produit déjà du beurre en payant 10 à 12 centimes de plus que le lait B (lait d’industrie). Cela prouve que c’est possible. Nous vous appelons, paysannes et paysans, à contacter vos laiteries pour fabriquer et commercialiser votre beurre régionalement.

A vous consommatrices et consommateurs, demandez dans vos laiteries, dans vos fromageries du beurre Suisse et faites vos biscuits de Noël avec du VRAI BEURRE SUISSE.


Contact pour les médias :

Philippe Reichenbach : 079 640 89 63 (F)

pdf

jeudi, 05 novembre 2020
#

Communiqué de presse Uniterre

Sur la base des recherches approfondies d'Andreas Volkart, Uniterre a rendu publique la pratique de paiement illégale de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) il y a un an. Les principales préoccupations : le supplément pour le lait transformé en fromage doit être versé directement aux productrices et producteurs de lait (10,5 ct./kg), la transparence doit également être assurée dans les deuxième et troisième contrats d’achat de lait et le supplément pour le lait transformé en fromage doit figurer séparément sur les comptes laitiers, conformément à la loi. Beaucoup de ces points ne sont pas encore garantis et il est justifié de penser que des millions de contributions financières ne parviennent pas aux productrices et producteurs de lait. Il convient de rappeler à ce sujet la déclaration d'Adrian Aebi, vice-directeur de l'OFAG : « Chaque franc que nous versons par ces canaux est un risque. C'est pourquoi nous devons modifier le système le plus rapidement possible afin de verser directement l’argent aux producteurs » (Schweizerbauer du 3.2.2020). En effet, comme le précise un arrêté du Tribunal fédéral (4.12.2018), l'OFAG a un devoir d'exécution et de preuve et doit veiller à ce que l'argent parvienne aux producteur.trice.s.

Les utilisatrices et utilisateurs de lait doivent enregistrer chaque jour les quantités de lait livrées par les productrices et producteurs (art. 8 al. 1, OSL). Le service administratif de l'OFAG doit être informé mensuellement de la quantité livrée par la productrice ou le producteur (art. 8 al. 2 OSL). Enfin, les utilisatrices et utilisateurs de lait doivent également effectuer un contrôle quotidien et détaillé de l’utilisation du lait (art. 9 OSL). Le service administratif de l'OFAG doit être informé mensuellement des détails de ce qui est fait avec le lait acheté. Toutes ces données doivent être transmises par le service administratif à l'OFAG (art. 12 al. 2, let. b OSL). Le service administratif de l'OFAG, l'OFAG lui-même et les utilisatrices et utilisateurs de lait disposent ainsi de toutes les données pertinentes. Cependant, les productrices et producteurs de lait n'obtiennent les données ni par l'intermédiaire du transformateur ni par l'OFAG. Ils ne peuvent donc pas contrôler ce qui est fait avec leur lait.

Ni l'intervention politique du conseiller national Fabian Molina (12.12.2018) sur le « Supplément pour le lait transformé en fromage. Tromperie systématique ? », ni notre plainte à l’autorité de surveillance contre l'OFAG (20.9.2019) n'ont porté leurs fruits. C'est pourquoi, aujourd'hui, nous déposons une plainte à l’autorité de surveillance contre le DEFR. Il s'agit de mettre un terme au détournement organisé de l'argent des contribuables. Si nos « Milchbüechlirechnung » sont corrects, 120 millions de francs ne sont pas versés aux productrices et producteurs chaque année. Depuis l’introduction du supplément pour le lait transformé en fromage en 1999, le cumul des sommes non-payées atteint environ 1 milliard de francs suisses ! Et au lieu de mettre enfin de l'ordre dans la situation, une proposition de modification de la loi fédérale sur l'agriculture (art. 38 al. 1bis et art. 39 al. 1bis) avec le passage suivant a été présentée : « Si le supplément est versé par l’intermédiaire des utilisateurs de lait, la Confédération fournit cette prestation avec effet libératoire. » On peut dire que le service juridique de l'OFAG a fait un excellent travail !

Nous voulons donc nous assurer que les productrices et producteurs de lait puissent faire valoir leurs droits et exigeons des contrôles efficaces auprès des acheteurs et transformateurs de lait ainsi qu’une enquête complète sur ce qui s'est passé.

Contact pour les médias :

Berthe Darras : 079 904 63 74 (F)

Andreas Volkart : 079 278 76 98 (D)

pdf CP

plainte

lundi, 02 novembre 2020
#

Action conjointe Association des Petits Paysans, BioSuisse, Agriculture du Futur, Slow Food et Uniterre

Nombreux sont les paysannes et paysans suisses pour qui la solidarité avec leurs consoeurs et confrères autour du monde est une préoccupation importante. Dans une action conjointe, l’Association des petits paysans, Agriculture du Futur, Uniterre, Slow Food et Bio Suisse appellent les paysannes et paysans suisses à afficher la couleur : en faveur de l’Initiative pour des multinationales responsables et ainsi solidaires de leurs collègues du monde entier.


Avec le lancement, aujourd’hui, de l’action « Paysannes et paysans pour des multinationales responsables », l’Association des petits paysans, Agriculture du Futur, Uniterre, Slow Food et Bio Suisse appellent tous les agriculteurs et agricultrices suisses à une action de solidarité. Avec leur photo et un « Oui à l’Initiative multinationales responsables », les paysans suisses affichent la couleur pour plus d’équité à travers le monde.


Les paysannes et paysans suisses regardent par-delà les frontières
Même si l’initiative ne concerne pas directement l’agriculture suisse : les paysans et paysannes à travers le monde sont tributaires de conditions équitables, tout comme leurs collègues en Suisse, afin de pouvoir pratiquer une agriculture durable et proche de la nature. Cette solidarité mondiale est importante pour de très nombreux paysans. Car tous ceux qui travaillent avec la nature savent que certaines règles sont nécessaires pour garantir un environnement intact et une utilisation respectueuse de nos ressources naturelles. C’est pourquoi de nombreux paysans et paysannes glisseront dans l’urne un « oui » à l’Initiative pour des multinationales responsables le 29 novembre. Pour eux, il va de soi qu’il faut traiter les hommes et l’environnement avec respect.


Participez et envoyez ou postez sur les réseaux sociaux une photo

Avec des images personnelles, que ce soit une photo de personnes ou une image de la ferme avec le drapeau de l’initiative pour des multinationales responsables, les paysannes et paysans suisses affichent dès aujourd’hui la couleur. Les photos peuvent être envoyées à info@petitspaysans.ch ou être directement postées sur les réseaux sociaux avec les hashtags #paysanspourmultinationalesresponsables, #paysannespourmultinationalesresponsables et #agricultureresponsable.


Contact :
Regina Fuhrer-Wyss, présidente de l’Association des petits paysans VKMB 079 723 80 59
Dominik Waser, directeur d’Agriculture du Futur 079 313 98 02
Michelle Zufferey, secrétaire d’Uniterre 078 640 82 50
Martin Bossard, responsable des affaires politiques Bio Suisse 076 389 73 70

Communiqué de presse (pdf)

mercredi, 28 octobre 2020
#

Dans le cadre d'un partenariat public-privé, la coopérative agricole fenaco s'est associée à une start-up pour étudier la faisabilité et la rentabilité des fermes verticales. Ainsi, une usine de production hors-sol de légumes et d’herbes aromatiques verra le jour à Zurich. La culture sera entièrement contrôlée par des applications digitales et surveillée par des ingénieurs.

Il existe un intérêt évident à se pencher sur des modes de production permettant de répondre à la raréfaction des terres agricoles, au manque d'eau et aux résidus de produits phytosanitaires. Mais Uniterre doute que ce genre d’agriculture pourra être, comme le dit le communiqué, « un nouveau secteur d'activité profitable pour nos producteurs ». La pression sur les prix pour de tels produits risque d’être très élevée. De plus l’engagement dans ce secteur représentera pour les producteurs.trices un investissement financier conséquent et surtout une dépendance totale à des technologies de pointe. On s’éloigne dangereusement du concept de souveraineté alimentaire et le métier de paysan devient une profession hors-sol ! Et qu’en est-il de l’impact environnemental de ces nouvelles technologies ?

Lire le Communiqué de presse entier de Fenaco ici : https://www.fenaco.com/fr/artikel/fenaco-et-yasai-...

lundi, 12 octobre 2020
#

La campagne de votation sur l’initiative pour des multinationales responsables a démarré. Tandis que le lobby des multinationales multiplie les affiches et les annonces avec ses huit millions, nous rendons l’initiative visible grâce à vous et toutes les personnes qui nous soutiennent !

Voulez-vous aider ? Pour attirer encore davantage l’attention sur leur cause, vous pouvez commander un triangle vélo, un drapeau, des autocollants ou des dépliants ici.

De même, vous trouverez dans le matériel de campagne des affiches pour l’extérieur pour le jardin, des banderoles géantes pour les silos et les parois des maisons et des affiches en papier destinées aux vitrines : www.initiative-multinationales.ch/materiel-de-campagne

Grâce à l’engagement d’innombrables personnes comme vous, nous pouvons gagner la votation. En fin de compte, l’initiative pour des multinationales responsables vise une évidence : lorsque des multinationales comme Glencore polluent des cours d’eau ou détruisent des régions entières, elles doivent être tenues responsables.

Ensemble, nous pouvons obtenir le 29 novembre que les multinationales comme Glencore doivent assumer les conséquences de leurs agissements. Mais ce sera très très serré et nous aurons besoin du soutien de tout un chacun durant ces deux prochains mois.

mercredi, 23 septembre 2020
#

Uniterre se félicite que BirdLife Suisse, Greenpeace Suisse, Pro Natura et WWF Suisse se mobilisent et reconnaissent enfin la nécessité de sortir de l'industrialisation de l'agriculture. L'agrobusiness est la clé de voûte d'un système alimentaire basé sur la concurrence généralisée. Il provoque la destruction de l'agriculture paysanne et des circuits-courts qui est renforcée par les politiques agricoles, dont la PA22+ mise en place par la Confédération. L’agro-business ne travaille pas pour les paysan.ne.s et la PA22+ ne les soutient pas !

Le démantèlement

La nouvelle politique agricole prévoit explicitement de continuer à détruire l'agriculture paysanne diversifiée au profit de la spécialisation provoquant la disparition de deux à trois fermes par jour et la suppression quotidienne de six places de travail dans l'agriculture tous les jours.

La grande-distribution, le commerce agricole, la finance, l'agro-industrie font d’énormes bénéfices dans le marché alimentaire par la dérégulation commerciale globalisée. Ce business est encouragé par les accords commerciaux de libre-échange et encadré par les politiques agricoles qui doivent impérativement en atténuer les effets les plus négatifs. C'est en effet la démocratie alimentaire, la population, les consommatrices et consommateurs, les paysan.ne.s et l'environnement qui font les frais de ce dumping social et écologique.

Les institutions de politiques publiques se retirent de l'encadrement du marché. Ce marché dérégulé prospère tout aussi bien avec le modèle d'une alimentation low cost qu'avec une niche de produits biologiques. Et le modèle applique la même logique partout : Baisser les coûts pour augmenter les marges et les profits.

La nécessité de cohérence

Comment se fait-il que les organisations qui se mobilisent contre l'agrobusiness ne soutiennent pas la lutte contre les importations d'huile de palme, de soja ou de viande industrielle gonflé aux hormones par exemple par le refus des accords de libre-échange avec l'Indonésie ou le Mercosur ?

Est-ce que ces organisations veulent-elles s'engager à appliquer les mêmes principes éthiques aux importations dont nous dépendons déjà très largement et qui ne répondent pas aux mêmes critères de durabilité ?

Un système alimentaire résilient

Il faut une politique alimentaire qui permette une transition rapide vers un système alimentaire social et écologique. Pour cette transition, la politique publique doit fixer les règles pour favoriser un accès à une nourriture saine pour tous en assurant une rémunération équitable aux paysan.ne.s et aux ouvrières agricoles ainsi qu'aux acteurs artisanaux de la transformation et de la distribution.

Rudi Berli, maraîcher et secrétaire à Uniterre

lundi, 21 septembre 2020
#

Déclaration commune sur le Conseil du Commerce informel de l’UE, 20-21 septembre

Nous ne voulons pas simplement des amendements, nous en demandons une réorientation complète. Nous avons besoin d’une politique commerciale qui garantisse des prix justes, couvrant les coûts de production, qui protège l’environnement et respecte les droits de l’Homme.

Dans une déclaration signée conjointement par les paysannes européennes, 42 organisations paysannes dans 14 pays – Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, France, Allemagne, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Suisse – ainsi que les organisations fédératrices European Coordination Via Campesina (ECVC) et European Milk Board (EMB), nous demandons à nos gouvernements respectifs de rejeter l’accord EU-Mercosur.

Cet Accord de Libre Échange est remis en question dans plusieurs États Membres. Des critiques très claires ont été formulées en Autriche, au Pays-Bas, en France, en Irlande et en Belgique. L’Allemagne, qui est actuellement à la présidence du Conseil, a annoncé qu’elle souhaiterait avancer sur la ratification de l’accord EU-Mercosur, même si la Chancelière allemande Angela Merkel a récemment émit des doutes sur l’accord. Nous craignons que l’Allemagne essaye d’accommoder les pays critiques afin de les pousser à ratifier l’accord.

Les paysannes européennes demandent à leurs gouvernements de rejeter l’accord EU-Mercosur. Comme le dit Andoni García Arriola, membre du Comité de coordination de European Coordination Via Campesina (ECVC) :

« Avec l’accord EU-Mercosur, les importations de produits tels que la viande, le sucre et le soja des pays du Mercosur vont forcément augmenter, ce qui, en conséquence, poussera ces pays à adopter un modèle fortement tourné vers l’export, un modèle de production toujours plus industriel. La forêt Amazonienne, essentielle à la préservation du climat et de la biodiversité, doit être protégée de ce système. La violation des droits de l’Homme est un facteur que nous ne pouvons ignorer dans le contexte d’un tel développement. Parallèlement, les agriculteurs familiaux européens font face à des défis toujours plus grands afin de produire des denrées qui respectent des normes strictes sur l’environnement et le bien-être des animaux, ce qui augmente leurs coûts de production. L’augmentation des importations non équivalentes des pays du Mercosur exerce une pression sur les prix supplémentaire pour les petites exploitantes agricoles.Cette politique commerciale et ces productions, normes environnementales et sociales inégalées qui privilégient l’industrie agro-alimentaire ne font qu’accélérer la disparition des petites exploitations agricoles des deux côtés de l’Atlantique. »

Les paysannes demandent une politique agricole qui favorise des prix justes, couvrant les coûts de production dans le monde entier, qui favorise aussi la protection environnementale, la biodiversité et le bien-être animal, les droits de l’Homme, l’agriculture à petite échelle, les denrées régionales, la préservation et le développement de normes européennes ainsi que des conditions de travail justes.

Les organisations d’agriculteur.trice.s signataires


Associations européennes
European Coordination Via Campesina (ECVC)

European Milk Board (EMB)

Biodynamic Federation – Demeter International


Autriche
Bio-Verband Erde & Saat

Grüne Bäuerinnen und Bauern

IG-Milch

Land & Forst Betriebe Österreich

Land schafft Verbindung Österreich

Landwirtschaft verbindet Österreich

ÖBV-Via Campesina Austria

Perspektive Landwirtschaft

SPÖ Bäuerinnen und Bauern Unabhängiger Bauernverband (UBV)


Belgique
Entraide et Fraternité

Fédération Unie de Groupements d’Éleveurs et d’Agriculteurs (FUGEA)

Flemish Milk Board (FMB)

Milcherzeuger Interessengemeinschaft (MIG)

Mouvement d'Action Paysanne (MAP)


Croatie
Udruga OPGH Život (Association of Croatian family farms Life)

Udruga proizvođača agruma i povrća Neretvanska mladež


Danemark

Landsforeningen af Danske Mælkeproducenter (LDM)


Espagne

COAG-Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganaderos
EHNE Bizkaia (Euskal Herria/País Vasco)

SLG Sindicato Labrego Galego (Galizia)


France

Association des Producteurs de Lait Indépendants (APLI)

Confédération Paysanne

Coordination Rurale (CR)


Allemagne

Arbeitsgemeinschaft bäuerliche Landwirtschaft (AbL)

Demeter

Land schafft Verbindung Deutschland e.V. i.G.

MEG Milch Board


Italie

Centro Internazionale Crocevia


Lituanie

Lietuvos pieno gamintojų asociacija (LPGA)


Luxembourg

Luxembourg Dairy Board (LDB)


Pays-Bas

Agractie Nederland

Dutch Dairymen Board (DDB)

Nederlandse Akkerbouw Vakbond (NAV)

Nederlandse Melkveehouders Vakbond (NMV)

Toekomstboeren


Norvège

Bondesolidaritet


Portugal

CNA - Confederação Nacional da Agricultura


Suisse

Uniterre