mercredi, 20 janvier 2021
#

Communiqué de presse Uniterre

Des paysans protestent vivement à l’annonce de la demande d’importation de lait frais destiné au trafic de perfectionnement par la fromagerie Imlig – Agri du 15.01.2021

Malheureusement cette annonce ne nous surprend même pas. Elle étaye ce que nous dénonçons à Uniterre depuis des années ! Le système actuel est tellement retors qu’il pousse les industriels à fabriquer ce fromage pour l’exportation, un fromage qui n’a aucune valeur ajoutée et qui :

  • entre en concurrence déloyale avec nos fromages à haute valeur ajoutée qui sont exportés.
  • entre en concurrence déloyale même avec les fromages produits par les pays vers lesquels nous l’exportons.
  • profite du Swissness sans aucun mérite.
  • détourne illégalement les primes pour la transformation fromagère, primes qui sont censées être versées aux producteurs. C’est du vol que même nos autorités ne sanctionnent pas.

En 2019, la Suisse a exporté 6064 t de « Switzerland Swiss » (cf. schéma ci après), ce fromage de la colère qui profite avec sa dénomination même doublement du Swissness…!

Nous ne dénonçons pas directement la fromagerie Imlig, qui n’est que victime d’un système opaque, malhonnête, qui dure depuis bien trop longtemps.

De plus, la diminution du nombre de producteur.trice.s, qui commence à entrainer une diminution de la production, n’y est aussi pas pour rien. En effet, tous les voyants étaient au vert en 2020 pour enfin espérer une augmentation significative du prix du lait de centrale, suite à la pénurie de beurre ayant conduit à un volume d’importation total de 4’800 tonnes. C’est la loi de l’offre et de la demande : quand l’offre manque, les prix sont censés augmenter. Et pourtant, cette augmentation de prix n’a été que dérisoire, pour ne pas dire inexistante.

Nous sommes sûrement passés sous la barre des 19’000 producteur.trice.s de lait à fin 2020 (19’048 à fin 2019).

Il est grand temps que les représentants des producteur.trice.s à l’Interprofession Lait (IP Lait) prennent le taureau par les cornes pour exiger :

- l’arrêt de ce système mafieux de production de fromages indutriels pour l’exportation ;

- la valorisation du lait Suisse dans le segment A, pour une fabrication de produits indigènes, comme le beurre, dont on manque cruellement ;

- une augmentation SIGNIFICATIVE du prix du lait, si nous voulons encore croire à une production de lait de centrale en Suisse à l’avenir !

La commission lait d’Uniterre

Contact presse : Philippe Reichenbach : 079 640 89 63


Pour rappel : la prime fromagère

Tous les transformateurs reçoivent une prime de 10,5 cts pour le lait transformé en fromage. L’objectif de cette prime était de stabiliser le prix du lait industriel après la libéralisation du marché fromager (juin 2007). Cette prime ne devrait être attribuée que sur du lait payé au prix du segment A. Une partie du lait de centrale transformée en fromage est prise sur le segment B (10 à 13%, soit 150 à 200 000 tonnes de lait) et cette prime fromagère est également touchée sur ce lait segment B. De nombreuses fromageries artisanales transmettent cette prime correctement aux producteurs. Par contre, certains grands acheteurs et transformateurs contournent cet objectif par une application opaque de la segmentation, ce qui empêche les producteurs de savoir exactement quel est le prix réel de leur lait.

Selon une analyse de la Recherche Agronomique Suisse*, entre 60 et 100 millions de francs par an ne reviendraient pas aux producteur.trice.ss, comme c'est prévu selon la loi (art. 6 let.b de l’Ordonnance sur le Soutien du prix du Lait (OSL) et art. 38 de la loi fédérale sur l’agriculture (Lagr)). (Somme totale : 293 millions de francs par an).

Résultat : au final, ce lait ne coûte que 35 cts aux transformateurs qui ne reversent pas la prime fromagère aux producteur.trice.s (Prix segment B, moyenne 2019, 45 cts) ! C’est pour cela que des milliers de tonnes de fromages à pâte mi-dure sont exportées aux alentours de Fr 3.-/kg. Cette situation a été tolérée par l'OFAG durant des années.

* Analyse de l’impact sur le marché laitier du supplément pour le lait transformé en fromage, Listorti G., Tonini A.,Recherche Agronomique Suisse 5(5), 212-215, 2014

La composition des fromages exportés a radicalement changé depuis la libéralisation avec l’UE en 2007 (année de mise en place de la prime fromagère). En plus d’une décennie, les quantités d’Emmentaler AOP à l’export ont baissé de 52 % alors que pour la première fois en 2017, le Gruyère AOP a devancé l’Emmentaler AOP. Le segment AOP représente 34% de toutes les exportations. Dans le même temps, tout un segment de fromages à pâte mi-dure et dure (zone orange de l’illustration, Raclette Suisse et Switzerland Swiss inclus) a considérablement augmenté pour représenter 41% de toutes les exportations.

Source : La filière laitière en Suisse, AGRIDEA, 2018

pdf

lundi, 21 décembre 2020
#

Avec la consultation annoncée du 18 décembre 2020 sur l'ordonnance sur l'importation d'huile de palme produite de manière durable en provenance d'Indonésie, le Conseil fédéral fixe entre autres la norme d'importation RSPO Segregated. Les faits montrent pourtant que cette certification n’offre pas les garanties suffisantes : ¾ des plantations de palmiers à huile certifiées RSPO en Indonésie sont situées sur d'anciennes zones forestières. Les directives de la RSPO n'empêchent pas la destruction des tourbières et des forêts tropicales humides riches en biodiversité. Enfin, des pesticides hautement toxiques pourront continuer d’y être utilisés.

Le comité référendaire reste convaincu que cet accord va dans la mauvaise direction et ne fera qu’accroitre les conséquences dramatiques de la surproduction d’huile de palme. Rappelons-nous les énormes superficies qui sont aujourd’hui déjà victimes de l'avidité pour l'huile de palme : 17 millions d'hectares de terres, soit une superficie quatre fois plus grande que la Suisse.

Cependant, cet accord ne concerne pas seulement l'huile de palme, qui est très controversée. L'Indonésie est un pays au cœur de la compétition mondiale pour l’accès aux ressources naturelles. Ce pays connait une militarisation croissante et un durcissement de ses législations. Par ailleurs, on y rapporte de graves violations des droits de l'homme : violence contre les militants, expropriation de paysans, déplacements de populations.

En outre, cet accord, instaurant une libéralisation du secteur bancaire, ainsi qu'une protection plus stricte de la propriété intellectuelle sur les brevets de médicaments et surtout sur la protection des variétés végétales pour les semences, favorisera les entreprises mondiales. Pour le conseiller national Nicolas Walder (les Verts – GE) : « Cette ordonnance est largement insuffisante pour atténuer les effets négatifs de cet accord. Les dispositions relatives à la protection des brevets rendront l’accès aux semences plus difficile et feront augmenter le prix des médicaments pour la population indonésienne. Par ailleurs, comme pour l’accord de libre-échange avec la Chine, aucune sanction n’est prévue en cas de violation des droits humains. C’est irresponsable !». Ce cadre fait d’autant plus défaut que le Parlement indonésien a adopté, le 5 octobre 2020, la loi omnibus prévoyant des mécanismes de déréglementation à large échelle dans le domaine du droit du travail et de l'environnement.

Willy Cretegny, producteur de vin biologique et initiateur du référendum, ajoute que "La réduction des droits de douane sur l'huile de palme et la promotion du libre-échange mettent en danger la durabilité. Le mandat constitutionnel reste méconnu en Suisse comme à l'étranger. Il est contradictoire de relever les exigences de durabilité du système agricole et alimentaire suisse et de précariser en même temps la production en imposant une pression croissante sur les prix en raison de la réduction des droits de douane sur l'huile de palme".

Communiqué de presse : Comité Stop huile de palme

jeudi, 17 décembre 2020
#

Deux ans après l'adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP), il reste encore beaucoup à faire pour mettre en œuvre et garantir les droits qu'elle énonce. Le Pacte Vert, la stratégie "De la Ferme à la Table" (F2F) et les plans stratégiques de la PAC sont le point de départ.

Uniterre travaille avec une coalition suisse d’ONG pour que la UNDROP soit mise en oeuvre dans les politiques suisses dont la politique agricole 22+.

Pour la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC), les objectifs de la stratégie "De la Ferme à la Table" et du "Pacte Vert" européen ne peuvent être atteints qu'en intégrant des mesures claires pour mettre en œuvre l'UNDROP, y compris dans les plans stratégiques nationaux de la PAC. Les méthodes agroécologiques paysannes et l'agriculture familiale offrent des solutions toutes faites et éprouvées aux problèmes de climat et de biodiversité. De plus, une réorientation claire de la politique européenne en faveur de ces pratiques contribuerait à éviter les violations des droits de l’homme, ainsi que les difficultés économiques et sociales auxquelles font face les petites exploitantes agricoles, les travailleurseuses agricoles et migrantes, beaucoup de ces difficultés ayant été mises en évidence et exacerbés par la pandémie COVID19.

L'UNDROP représente une opportunité de transformer les systèmes alimentaires de manière holistique, avec la vision à long terme nécessaire pour lutter contre le changement climatique. Les droits présentés dans cette déclaration, s'ils sont respectés et utilisés comme cadre, permettraient à l'UE d'atteindre les objectifs du Pacte Vert. Pour ne citer que quelques exemples, la mise en œuvre correcte de l'article 14, visant à garantir des conditions de travail saines aux paysanes et aux travailleurseuses migrantes, aurait pu éviter les conditions de travail dangereuses des travailleurseuses des abattoirs et d'autres secteurs agroalimentaires en Europe lors de la récente pandémie.[i] D'autres sous-sections de l'article 14, relatives à l'utilisation et à la manipulation de produits chimiques toxiques et nocifs, ainsi que le droit aux semences paysannes traditionnelles souligné à l'article 19, sont essentielles pour atteindre les objectifs de l'UE en matière de réduction des pesticides et de prévention de la pollution des zones naturelles. [ii]Si les droits énoncés à l'article 17, relatifs à l'accès aux terres, à leur utilisation et à leur contrôle, étaient protégés, l'accaparement et la concentration des terres qui contribuent à des pertes importantes de biodiversité pourraient être combattus et l'UE pourrait se concentrer davantage sur l'agriculture de prochaine génération (un sujet clé de la conférence sur les perspectives agricoles, qui se déroule aujourd'hui). [iii]

Les parallèles évidents qui peuvent être établis entre les résultats de la bonne mise en œuvre de l'UNDROP et les objectifs du Pacte Vert et de la stratégie F2F soulignent le rôle important que les paysanes, véritable épine dorsale de l'agriculture européenne, doivent jouer dans la transition agricole urgente.

Cet outil juridique propose une feuille de route législative toute prête pour les institutions de l'UE et les États membres, afin de garantir que les objectifs fixés pour l'avenir de l'agriculture européenne puissent être atteints d'une manière efficace et démocratique, en ne laissant vraiment "personne pour compte". En outre, tant au niveau européen que national, les nombreuses organisations qui se battent depuis des décennies pour mettre en œuvre et garantir ces droits, telles qu'ECVC, ses organisations membres et ses alliées, peuvent offrir leur expertise sur les propositions politiques en vue d'un changement de paradigme et d'un véritable changement pour nos systèmes alimentaires et, par conséquent, pour la société et la planète. Le fait de se concentrer sur des solutions techniques et numériques purement orientées vers le profit favorise une plus grande intensification de l’agriculture (élevage intensif et monocultures), et permet à l'industrie alimentaire à grande échelle de maintenir le statu quo et de faire payer aux générations futures les coûts des impacts à long terme de ces modèles de production. Au contraire, il est maintenant temps de mettre en place des politiques alimentaires et agricoles équitables favorisant des économies saines et un modèle de production et de distribution équitable, qui garantissent le droit à une alimentation de qualité pour tous les citoyens.

L'UE doit veiller à ce que la stratégie "De la Ferme à la Table" soit conforme à la déclaration de l'UNDROP et utiliser ces outils, ressources et connaissances pour agir maintenant, avant qu'il ne soit trop tard.

Pour en savoir plus sur l'UNDROP et sur la manière dont sa mise en œuvre peut contribuer à atteindre les objectifs du Pacte Vert et de la stratégie "De la Ferme à la Table", vous pouvez consulter les ressources ci-dessous :

Lire l'UNDROP dans les différentes langues de l'ONU

Vidéo d’ECVC sur l'UNDROP

Webinaire d’ECVC sur la souveraineté alimentaire et la stratégie "De la Ferme à la Table" (Farm to Fork)

Les principales demandes d'ECVC pour la stratégie "De la Ferme à la Table" (Farm to Fork)


[i] Article 14 1. Les paysans et les autres personnes travaillant dans les zones rurales, qu'il s'agisse de travailleurs temporaires, saisonniers ou migrants, ont le droit de travailler dans des conditions de sécurité et d'hygiène, de participer à l'application et à l'examen des mesures de sécurité et d'hygiène, de choisir des représentants en matière de sécurité et d'hygiène et des représentants dans les comités de sécurité et d'hygiène, de mettre en oeuvre des mesures visant à prévenir, réduire et maîtriser les dangers et les risques, d'avoir accès à des vêtements et équipements de protection adéquats et appropriés ainsi qu'à une information et une formation adéquates sur la sécurité au travail, de travailler sans violence ni harcèlement, y compris le harcèlement sexuel, de signaler les conditions de travail dangereuses et insalubres et de se soustraire aux dangers résultant de leur activité professionnelle lorsqu'ils ont des raisons de croire qu'il existe un risque imminent et grave pour leur sécurité ou leur santé, sans subir de représailles liées au travail pour avoir exercé ces droits.

[ii] Article 14 4. (a)-(e) et article 19.1-19.8

[iii] Article 17.6 Le cas échéant, les Etats prennent les mesures appropriées pour mener des réformes agraires afin de faciliter un accès large et équitable à la terre et aux autres ressources naturelles nécessaires pour assurer aux paysans et aux autres personnes travaillant dans les zones rurales des conditions de vie adéquates, et pour limiter la concentration et le contrôle excessifs de la terre, compte tenu de sa fonction sociale. Les paysans sans terre, les jeunes, les petits pêcheurs et les autres travailleurs ruraux devraient être prioritaires dans l'attribution des terres publiques, des pêcheries et des forêts.


pdf


Vidéos

Victoire massive alors que l’ONU adopte la Déclaration des droits des paysans !

https://vimeo.com/307418768

Quel est l’impact de COVID 19 sur les producteurs de denrées alimentaires ?

https://vimeo.com/405108346

mercredi, 16 décembre 2020
#

Communiqué de presse Uniterre

Le projet de loi du Parlement doit être rejeté car il propose des mesures insuffisantes. Uniterre demande que la Confédération mette en place des conditions cadres qui assurent le maintien de l'économie sucrière et de la production de betteraves. Elle doit agir au niveau des primes de culture et de la mise en valeur de la filière suisse, au niveau de la protection douanière (sucre et betteraves), ainsi qu'au niveau de la taxation des sucres alimentaires.

Afin d’assurer la sécurité d’approvisionnement en sucre suisse, il est nécessaire de maintenir et de renforcer la production indigène de betteraves sucrières ainsi que la filière de transformation et les emplois qui y sont liés. Cette production est très fortement menacée par la globalisation et un dumping sur les prix qui n’est possible que parce que les coûts de tous les impacts négatifs (climat, ressources, biodiversité ainsi que les coûts sanitaires et sociaux) sont externalisés. Le prix minimum à la production des betteraves sucrières répondant aux attentes de la population en termes de durabilité, se situe à 150 Fr/t. C'était d'ailleurs le niveau des prix dans les années 1990 ! Sous la pression de la dérégulation douanière, suite aux accords bilatéraux et commerciaux, le prix suisse à la production a chuté à 54 Fr/t.

Les primes actuelles à la production doivent donc être maintenues et les suppléments de primes pour la production biologique doivent être relevés de Fr 400.- par ha et par an et de Fr. 200.- par ha et par an pour la production intégrée.Par ailleurs, il appartient à l'administration fédérale compétente de définir l'homologation indépendante et sérieuse des produits insecticides, fongicides et herbicides pouvant être utilisés pour la production. La loi ne doit pas explicitement favoriser un type de production mais équilibrer les différences de coûts et de rendements.

Le projet de loi prévoit une taxation minimale de 70 Fr/t de sucre brut importé. Uniterre préconise de relever la taxe pour l'importation de sucre au niveau maximal autorisé par les accords de l'OMC, à savoir 610 Fr/t. Ceci permettrait une hausse de 40 Fr/t du prix à la production pour la betterave. On retrouverait ainsi le niveau de prix pratiqué en 2007. Ce niveau est toutefois insuffisant pour permettre une culture rémunératrice. Il convient donc de maintenir les primes à la culture pour compenser le manque à gagner entre le prix sur le marché protégé et un prix rémunérateur.

En ce qui concerne l'importation des betteraves, il faut une mise en place de phases d'importation ainsi qu'une taxation cohérente avec les objectifs visés : prix cible minimal 100.- Fr/t, taxation environ 75.-Fr/t. Cette mesure permettrait en même temps d'empêcher le dumping écologique par une production ne répondant pas aux mêmes exigences environnementales que la production indigène.

Des mesures de taxation des sucres alimentaires industriels pourraient financer la hausse des primes, sans grever le budget agricole. Comme le préconise l'OMS dans un rapport publié en 2016 (voir lien ci-dessous), il convient de taxer les sucres utilisés par l'industrie alimentaire dans le cadre de la stratégie de prévention de santé. Les fonds récoltés doivent être au moins alloués à 50% à la production de betteraves sucrières (financement de la prime de culture et financement de la recherche publique de systèmes de production durables sans insecticides et sans herbicides, recherche de nouvelles variétés résistantes, soutien aux nouvelles techniques aux producteurs), ainsi qu'à 50% à la santé publique. Une telle taxation est appliquée en Belgique et en France sans toutefois orienter les recettes fiscales de manière contraignante.

Ainsi une taxe de 900.- Fr/t sur le sucre utilisé dans l'industrie alimentaire rapporterait 330 Millions Fr. Pour le consommateur cette taxe signifierait une augmentation de 1 ct/l de boisson sucrée.
http://www.who.int/dietphysicalactivity/publications/fiscal-policies-diet-prevention/en/

Plus d’informations :

Rudi Berli, Uniterre (FR et DE) : 078 707 78 83

pdf

mercredi, 09 décembre 2020
#

Suite à la mise en consultation du contre-projet du Conseil fédéral, en réponse à l'initiative populaire contre l'élevage intensif, Uniterre a élaboré une prise de position. Consensuel et très générique dans sa formulation, le contre-projet évite soigneusement la problématique des fermes-usines, mais propose de rendre obligatoire les programmes éthologiques SST (Système de stabulation respectueux des animaux) et SRPA (Sorties régulières en plein air) tout en renonçant purement et simplement de s'attaquer aux importations à bas prix et à leurs conséquences désastreuses pour les familles paysannes. Uniterre estime que ce contre-projet rate son objectif et n'apporte pas les solutions escomptées.

Entre attentes sociétales, impératifs écologiques et survie à long terme de la paysannerie suisse, la réflexion autour de l'élevage mérite de s'y attarder. Un sujet qui sera au cœur de notre travail dans les semaines à venir, et dont les résultats vous seront présentés au cours du printemps.

Notre prise de position

lundi, 30 novembre 2020
#

Uniterre partage la déception des initiant-e-s de l’initiative pour des multinationales responsables de ne pas avoir réuni une majorité en sa faveur. Ce résultat démontre que notre société se croit autorisée, au nom du profit, à fermer les yeux sur les agissements dévastateurs de certaines multinationales.

Les exigences de l’initiative seront mises en œuvre

Un nombre croissant de Suisses et de Suissesses sont d’avis qu’une multinationale ne peut engranger des bénéfices aux dépens des êtres humains et de l’environnement.
Les mobilisations à l’échelle mondiale pour que la déclaration universelle des droits de l’Homme soient réellement mise en œuvre s’intensifient. Et notre gouvernement, les décideurs et les acteurs économiques doivent reconnaître la primauté des droits humains sur toute loi, traité ou activité économique.

La Suisse a voté en faveur de la déclaration sur les droits des paysan.ne.s*** . et il est de son devoir de prendre « toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que les acteurs non étatiques qu’ils sont à même de réglementer, tels que les particuliers et les organismes privés, ainsi que les sociétés transnationales et les autres entreprises commerciales, respectent et renforcent les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales. » (art. 2.5). Cela veut dire : le droit à une vie saine, à un niveau de vie décent, à un environnement sain, le droit à la terre, le droit à la justice, pour n’en citer que quelques-uns.

A Uniterre, nous recevons quotidiennement des informations de nos partenaires en Amérique latine, en Afrique et en Asie sur des agissements criminels de multinationales : accaparements de terres, pollutions, intimidations et violences, conditions de travail indécentes, etc. Comment est-ce possible de tolérer de tels actes ?

Nous poursuivons, avec les organisations suisses, européennes et La Via campesina, notre engagement afin qu’un cadre clair et contraignant soit mis en place, pour que cessent les violations des droits humains, la destruction et l’accaparement des terres et les contaminations de l’environnement.

La justice, l’équité, le respect, la solidarité plutôt qu’une économie basée sur l’asservissement et la destruction.

***Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan.ne.s et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP)

lundi, 23 novembre 2020
#

Des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève appellent à résister aux sirènes du Black Friday et à soutenir le commerce de proximité équitable

Dans un contexte chamboulé par une fragilisation de nos systèmes économiques, notre consommation doit être fondamentalement revue. En réaction à la consommation frénétique du Black Friday, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Afin de rappeler la nécessité du respect des normes environnementales et sociales tout au long de la chaîne de création de valeur et celle de garantir un prix décent aux producteurs et productrices de nos biens de consommation, des acteurs et actrices du commerce équitable à Genève (voir contacts ci-dessous) avaient décidé d’organiser, du 21 au 28 novembre 2020, une semaine équitable, la Fair Week, en réaction à la consommation frénétique du Black Friday. Un programme riche était proposé qui a dû être annulé mais les acteurs et actrices du commerce équitable vous invitent à vous mobiliser pour favoriser une consommation qui replace l’humain et l’environnement au centre de nos achats.

Le Black Friday ou la frénésie des achats

En Suisse, le Black Friday est une tradition relativement récente qui s’est propagée à la vitesse d’un virus (patient zéro: Manor en 2014). Chaque année les chiffres dépassent ceux des années précédentes au point d’être devenu, même chez nous, le jour de shopping le plus importantde l’année.La plus grande partie des ventes se fait surtout en ligne au cours de la Cyber Week qui commence le lundi Cyber Monday avant le Black Friday, et dure 8 jours.

Mais ce sont les grosses structures qui gèrent des quantités énormes et peuvent bénéficier d’économies d’échelle qui sortent gagnantes de cette course aux bas prix en faisant pression auprès de tous les acteurs de la chaîne, pour qu’ils réduisent leurs coûts. Le prix à payer:l’exploitation des travailleuses et travailleurs et des productrices et producteurs tout le long de la chaîne de production, de transport et de distribution. Comme le dénonce l’ONG Zerowastefrance,«Les promotions n’existent pas, il y a toujours quelqu’un qui paye»!

Pour des enseignes de commerce équitable, mais aussi pour des magasins de produits locaux ou de produits artisanaux, cette course vers le bas prix est impossible à soutenir. Le mouvement du commerce équitable repose en effet sur le prix juste payé aux productrices et producteurs et la rémunération correcte de tous les salariés impliqués dans la chaîne. Tout le monde doit pouvoir avoir une vie digne grâce à son travail! La course au bas prix met déjà en difficulté nos magasins en temps normal; avec des évènements tels que le Black Friday, la pression devient insoutenable.

Notre appel: de proximité et équitable

La crise sanitaire du printemps 2020 a poussé les consommateurs et consommatrices à s’intéresser à ce qui se produisait près de chez eux. Malheureusement le retour à une situation plus «normale» a redimensionné cet intérêt et réactivé les comportements de consommation de masse orientés par le «plus et moins cher possible» et dirigés vers la grande distribution et les plateformes en ligne.

Nous,représentants du commerce équitable à Genève, prônons des relations commerciales aussi équitables et directes que possible -les fameux circuits courts. L’équité dans les échanges commerciaux ne se limite pas aux relations Nord/Sud. Les revendications de nos paysans et paysannes qui réclament également un prix plus juste et des conditions de travail décentes nous interpellent. Ainsi que la survie des petits commerces face à la concurrence des grandes plateformes de vente en ligne.

Nous lançons cet appel pour une remise en question durable de notre système de consommation et recommandons de privilégier les petits commerces de proximité; des structures et des biens qui garantissent des conditions de travail équitables et des biens produits en respectant les cycles de la nature, la biodiversité et un usage limité de produits nocifs pour l’environnement.

Le volet équitable est aujourd’hui d’autant plus important que les productrices et producteurs des pays du Sud, ainsi que leurs familles, sont touchés de plein fouet par la crise économique liée à la pandémie. Et ceci, souvent, dans des pays qui n’offrent aucun filet social et qui ne peuvent pas, à l’instar des pays plus riches, mettre en place des mesures de soutien extraordinaires.

Contacts :

•Claire Fischer, représentante Swiss Fair Trade pour la Suisse romande et le Tessin ; 079690 42 73, claire.fischer@swissfairtrade.ch

•Lara Baranzini, porte-parole de l’Association Romande des Magasins du Monde; 076 418 13 77, lbaranzini@mdm.ch

•Sophie de Rivaz, responsable du dossier «commerce équitable» à Action de Carême, membre du comité de Swiss Fair Trade; 078 708 42 99, derivaz@fastenopfer.ch

•Numéros de téléphone des structures qui participent à la Fair Week disponibles dans le flyer joint.

Communiqué de presse (pdf)

Dossier de presse

jeudi, 12 novembre 2020
#

Communiqué de presse de l'alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique

Le Conseil fédéral souhaite prolonger de quatre ans le moratoire sur les cultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM) à des fins agricoles. Le moratoire s'applique également aux produits issus de nouvelles techniques de génie génétique (NTGG). Cette décision est extrêmement bienvenue. Il permettra de sauvegarder et de renforcer la production suisse sans OGM. Cette prolongation permettra également de disposer de temps pour résoudre les questions non résolues relatives à la coexistence de différents types de culture et à la réglementation des NTGG.


L'agriculture suisse à petite échelle avec des petites parcelles intriquées les unes dans les autres implique que la coexistence de cultures sans OGM et de cultures GM est pratiquement impossible à mettre en oeuvre. La protection de l’agriculture sans OGM doit pourtant être garantie selon la Loi sur le génie génétique (LGG). Cela implique de pouvoir tracer les OGM et d’avoir des conditions cadres efficaces. Nous savons qu’elles seraient coûteuses à mettre en place et ne pourraient pas exclure le risque de contamination. Grâce au moratoire, la liberté de choix des consommateurs, qui est inscrite dans la loi, peut encore être garantie.


La liberté de choix n'est garantie que si les produits génétiquement modifiés sont étiquetés comme tels. La régulation selon la LGG impose aux développeurs de déclarer la technique utilisée et les séquences modifiées. Avec ces informations, il est possible de tracer ces nouveaux OGM comme le démontre une publication scientifique récente. Il est donc important de réguler ces NTGG selon la LGG.


Pour le Conseil fédéral (CF), le temps du moratoire doit être mis à profit pour répondre aux incertitudes liées aux NTGG, pour débattre de leur place dans une agriculture durable. En effet, ces techniques sont récentes et bien qu’elles permettent des modifications plus ciblées, un grand nombre de modifications non souhaitées surviennent dans les génomes. De plus ces techniques font toujours appel aux anciennes techniques de modification génétique très aléatoires pour faire entrer les composants dans les cellules. Enfin, la régénération des plantes transformées in vitro est aussi un processus mutagène. Les NTGG permettent d’effectuer un grand nombre de modifications génétiques en série (multiplexing) ce qui implique que la physiologie des organismes résultants peut être radicalement transformées. Il convient d’étudier les risques pour la santé et l’environnement liés à la dissémination de ces nouveaux organismes.


Les NTGG font l’objet d’une campagne de désinformation qui vise à faire croire que les changements effectués sont petits, précis et l’équivalent du naturel. Ceci pour échapper aux régulations en place sur le génie génétique. Il n’en n’est absolument rien, bien au contraire. Il relève d’un tour de force, d’un sophisme des experts en communication : se référer à la nature pour faire passer l’artificialisation du vivant. Certains prétendent qu’il serait possible de développer des plantes tolérantes à la sécheresse ou résistantes aux maladies sur le long terme ou encore des plantes ayant un rendement plus élevé. Après 40 ans de recherche et des milliards engloutis, tous ces projets ont échoué en raison de la complexité de la génétique qui détermine ces caractéristiques et de notre connaissance lacunaire du fonctionnement des génomes.


Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère où nous remplaçons le processus aveugle qui a façonné le matériel génétique sur notre planète pendant des milliards d’années par un processus de direction de l’évolution qui est conscient, intentionnel et surtout orienté vers des objectifs … de profits. En témoigne la course aux brevets dont ces NTGG font l’objet.


Ces techniques ne sont d’aucune utilité pour le développement d’une agriculture durable puisque les brevets ainsi que leurs produits appartiennent à une poignée de multinationale de l’agrochimie. Les OGM participent à la concentration du marché des semences et à une perte de l’autonomie des paysans ainsi qu’ à une industrialisation de l’agriculture dont il est impératif de se détourner rapidement.


En revanche, les approches interdisciplinaires telles que l'agroécologie représentent une alternative plus durable. Ces approches ont déjà fait leurs preuves et sont également recommandés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Dans ces approches agroécologiques ce n’est pas la génétique qui est le facteur déterminant la production et les OGM ne sont d’aucune utilité.

pdf

vendredi, 06 novembre 2020
#

Communiqué de presse Uniterre


En 2020, la Suisse a importé de manière extraordinaire 1800 tonnes de beurre au printemps, 1000 tonnes en été et une nouvelle demande de 2000 tonnes est en cours, argumentant un manque de lait. Les prix du lait auraient dû fortement augmenter, aucune différence notoire n’a été observée. Un véritable scandale !
Le consommateur est induit en erreur, il pense souvent acheter du beurre Suisse.

Paysannes, paysans, il est temps de reprendre le contrôle de la filière du beurre. Dans le canton de Fribourg, une laiterie produit déjà du beurre en payant 10 à 12 centimes de plus que le lait B (lait d’industrie). Cela prouve que c’est possible. Nous vous appelons, paysannes et paysans, à contacter vos laiteries pour fabriquer et commercialiser votre beurre régionalement.

A vous consommatrices et consommateurs, demandez dans vos laiteries, dans vos fromageries du beurre Suisse et faites vos biscuits de Noël avec du VRAI BEURRE SUISSE.


Contact pour les médias :

Philippe Reichenbach : 079 640 89 63 (F)

pdf

jeudi, 05 novembre 2020
#

Communiqué de presse Uniterre

Sur la base des recherches approfondies d'Andreas Volkart, Uniterre a rendu publique la pratique de paiement illégale de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) il y a un an. Les principales préoccupations : le supplément pour le lait transformé en fromage doit être versé directement aux productrices et producteurs de lait (10,5 ct./kg), la transparence doit également être assurée dans les deuxième et troisième contrats d’achat de lait et le supplément pour le lait transformé en fromage doit figurer séparément sur les comptes laitiers, conformément à la loi. Beaucoup de ces points ne sont pas encore garantis et il est justifié de penser que des millions de contributions financières ne parviennent pas aux productrices et producteurs de lait. Il convient de rappeler à ce sujet la déclaration d'Adrian Aebi, vice-directeur de l'OFAG : « Chaque franc que nous versons par ces canaux est un risque. C'est pourquoi nous devons modifier le système le plus rapidement possible afin de verser directement l’argent aux producteurs » (Schweizerbauer du 3.2.2020). En effet, comme le précise un arrêté du Tribunal fédéral (4.12.2018), l'OFAG a un devoir d'exécution et de preuve et doit veiller à ce que l'argent parvienne aux producteur.trice.s.

Les utilisatrices et utilisateurs de lait doivent enregistrer chaque jour les quantités de lait livrées par les productrices et producteurs (art. 8 al. 1, OSL). Le service administratif de l'OFAG doit être informé mensuellement de la quantité livrée par la productrice ou le producteur (art. 8 al. 2 OSL). Enfin, les utilisatrices et utilisateurs de lait doivent également effectuer un contrôle quotidien et détaillé de l’utilisation du lait (art. 9 OSL). Le service administratif de l'OFAG doit être informé mensuellement des détails de ce qui est fait avec le lait acheté. Toutes ces données doivent être transmises par le service administratif à l'OFAG (art. 12 al. 2, let. b OSL). Le service administratif de l'OFAG, l'OFAG lui-même et les utilisatrices et utilisateurs de lait disposent ainsi de toutes les données pertinentes. Cependant, les productrices et producteurs de lait n'obtiennent les données ni par l'intermédiaire du transformateur ni par l'OFAG. Ils ne peuvent donc pas contrôler ce qui est fait avec leur lait.

Ni l'intervention politique du conseiller national Fabian Molina (12.12.2018) sur le « Supplément pour le lait transformé en fromage. Tromperie systématique ? », ni notre plainte à l’autorité de surveillance contre l'OFAG (20.9.2019) n'ont porté leurs fruits. C'est pourquoi, aujourd'hui, nous déposons une plainte à l’autorité de surveillance contre le DEFR. Il s'agit de mettre un terme au détournement organisé de l'argent des contribuables. Si nos « Milchbüechlirechnung » sont corrects, 120 millions de francs ne sont pas versés aux productrices et producteurs chaque année. Depuis l’introduction du supplément pour le lait transformé en fromage en 1999, le cumul des sommes non-payées atteint environ 1 milliard de francs suisses ! Et au lieu de mettre enfin de l'ordre dans la situation, une proposition de modification de la loi fédérale sur l'agriculture (art. 38 al. 1bis et art. 39 al. 1bis) avec le passage suivant a été présentée : « Si le supplément est versé par l’intermédiaire des utilisateurs de lait, la Confédération fournit cette prestation avec effet libératoire. » On peut dire que le service juridique de l'OFAG a fait un excellent travail !

Nous voulons donc nous assurer que les productrices et producteurs de lait puissent faire valoir leurs droits et exigeons des contrôles efficaces auprès des acheteurs et transformateurs de lait ainsi qu’une enquête complète sur ce qui s'est passé.

Contact pour les médias :

Berthe Darras : 079 904 63 74 (F)

Andreas Volkart : 079 278 76 98 (D)

pdf CP

plainte